Assurance santé

Pénurie de médicaments : 25 % des Français y ont déjà été confrontés

Publié par le

Les pénuries de médicaments dangereux pour la santé

Un Français sur quatre a déjà été confronté à une pénurie de médicaments selon une enquête publiée par France Assos Santé. Des ruptures de stocks qui ne sont pas sans conséquences sur leurs traitements.

36 % des cas ces pénuries concernent des vaccins

Si les pénuries de médicaments ou de vaccins sont régulièrement évoquées, l’enquête menée par France Assos Santé mesure l’ampleur de ces ruptures de stock mais aussi les conséquences de celles-ci. D’après cette étude réalisée par l’institut BVA et révélée par France Info et Le Parisien, un Français sur quatre a déjà eu à faire face à des difficultés à se procurer un médicament. C’est un phénomène « récurrent et massif » qui touche encore plus ceux atteints de maladies chroniques, selon ce sondage. Dans 36 % des cas ces pénuries concernent des vaccins. « Au-delà du risque évident pour la santé individuelle des personnes, ces pénuries de vaccins constituent une menace potentielle pour la santé publique », indique Alain-Michel Ceretti, président de France Assos Santé.

Ces ruptures de stocks ne sont pas sans conséquences sur le traitement des Français. Selon cette enquête, 45 % des répondants ont été contraints de reporter leur traitement, de le modifier, d’y renoncer ou de l’arrêter complètement. Parmi eux, 14 % indiquent que leurs symptômes ont augmenté, 4 % se sont trompés dans la prise de médicaments de substitution et 4 % (5 % pour les personnes en ALD) ont dû être hospitalisés.

Les industriels tenus pour responsables

Pour 56 % des personnes interrogés, ces pénuries sont dues aux industriels du médicament. Ces derniers sont accusés de privilégier la production de certains vaccins ou médicaments au détriment d’autres. Ces derniers ne sont toutefois pas les seuls à être mis en cause : 13 % évoquent les pouvoirs publics et 14 % les grossistes répartiteurs. « Nous demandons une information claire et transparente sur les causes de ces ruptures, les plans de gestion des pénuries (PGP) mis en place, ainsi que sur les sanctions imposées en cas de manquement aux obligations de notification et de mise en œuvre de ces plans », explique France Assos Santé. Moins d’un Français sur deux (41 %) s’estime bien informés des vaccins et médicaments faisant l’objet d’une rupture de stock.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES