Assurance santé

Pharmacie : ces médicaments qui seront placés derrière le comptoir

Publié par le , Mis à jour le 17/12/2019 à 15:10

La surconsommation de paracétamol entraîne des risqus pour le foie

À partir du 15 janvier prochain, certains médicaments comme le Paracétamol ou le Doliprane ne seront plus dans les rayons des pharmacies mais derrière le comptoir. Le but de cette mesure est de prévenir les risques entraînés par leur surconsommation. La décision a été prise par l'Agence du médicament (ANSM).

Une mesure qui concerne les médicaments sans ordonnance, « les plus utilisés en automédication »

Pour se procurer quelques médicaments sans ordonnance, il faudra désormais demander directement à votre pharmacien au comptoir, et ce à partir du 15 janvier prochain. La mesure concerne « les médicaments les plus utilisés en automédication », c'est-à-dire ceux à base de paracétamol et certains anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Dans cette liste, on retrouve par exemple :

  • l'Aspirine,
  • le Paracétamol,
  • le Doliprane,
  • l'Ibuprofène,
  • l'Advil,
  • le Nurofen,
  • l'Efferalgan...

En effet, ces médicaments sont aujourd'hui le plus souvent utilisés en cas de fièvre ou de douleurs en automédication, chez les adultes comme chez les enfants. Aujourd'hui, ils se trouvent le plus souvent en rayon des officines et leur vente reste à la discrétion du pharmacien. « Cette mesure s'inscrit dans la continuité des actions menées par l’Agence pour sécuriser l’utilisation de ces médicaments, notamment l’arrivée dans les prochains mois d’un message sur les boîtes des médicaments contenant du paracétamol afin d’alerter sur le risque pour le foie en cas de surdosage », insiste l'organisme de santé.

Endiguer les risques dus à la surconsommation

Il faut dire qu'en France, nous n'en sommes pas à nos premiers déboires concernant ces médicaments. En 2018, on liait le décès de Naomi Musenga à une surconsommation de Paracétamol. Si 500 millions de boîtes de ce médicament sont vendues chaque années, il n'est pas pour autant sans risques. « Le paracétamol, c'est la meilleure et la pire des choses. C'est un médicament anodin, très bien toléré dans 99,999 % des cas, mais qui devient une arme extrêmement dangereuse quand il est utilisé en dehors des clous », expliquait le pharmacologue François Chast à l'AFP.

Normalement, la dose maximale recommandée pour un adulte sain de plus de 50 kg est de 3 grammes toutes les 24 heures, espacés de 6 heures minimum entre chaque prise. D'après l'ASNM, la durée maximal de ce traitement est de « 3 jours en cas de fièvre, 5 jours en cas de douleur, en l'absence d'ordonnance ». S'il y a surdose, le paracétamol peut entraîner des complications telles que des lésions importantes du foie pouvant être mortelles, et nécessitant parfois une greffe. Et ces effets sont encore plus marqués chez les personnes souffrant de dénutrition et/ou d'alcoolisme.

Quant aux AINS, ils peuvent être à l'origine d'infections sévères, requérant parfois hospitalisation. Ils sont « sont notamment susceptibles d'être à l'origine de complications rénales, de complications infectieuses graves et sont toxiques pour le fœtus en cas d'exposition à partir du début du 6e mois de grossesse », selon l'ASNM. L'instance avait en outre averti en avril dernier contre le potentiel aggravant des AINS à base d'ibuprofène et de kétoprofène en cas d'infection.

Donner plus de place au pharmacien

Le risque n'est donc pas à négliger. En outre, cette mesure entend responsabiliser. L'ASNM veut accentuer « le rôle de conseil du pharmacien auprès des patients qui souhaitent en disposer sans ordonnance ». Dans un contexte ou le gaspillage de médicaments est considérable (1,5kg de médicaments sont gaspillés chaque année par Français en moyenne, d'après les chiffres donnés par l'Institut international de recherche anti-contrefaçon de médicaments), cette mesure apparaît aussi comme bénéfique. On pourrait la placer dans la continuité de la proposition d'Emmanuel Macron d'instaurer la vente de médicaments à l'unité dans les pharmacies.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance santé

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES