Près d'un Français sur deux ne connait pas ou mal son contrat santé

Publié par Quentin Bas Lorant le 29/06/2022 à 15:55 , Mis à jour le 29/06/2022 à 17:11

La pandémie de Covid-19 - qui pourrait refaire surface avec une septième vague – a modifié le rapport des Français à la santé. La récente consultation menée par l’organisme de santé et de prévoyance Malakoff Humanis fait remonter cette inquiétude parmi les principales préoccupations des ménages.

71% des Français seraient ainsi inquiets de tomber malade

Selon ce sondage (22 000 répondants) 71% des Français seraient ainsi inquiets de tomber malade. Crainte on ne peut plus légitime, mais que la proximité d’une épidémie mondiale a sans doute réveillée. De même, les risques que laisse peser l’avenir sur la bonne santé sont également redoutés : 73% des répondants craignent une dégradation en raison des pollutions. 

Les différents rapports sur la qualité de l’air dans les grandes métropoles étayent déjà cette peur. Autre maladie du siècle, la santé mentale est aussi facteur d’angoisse, en particulier pour les plus jeunes (44% des moins de 35 ans).

Un risque de dégradation du pouvoir d'achat

Mais au-delà du fait de tomber malade, ou de voir sa santé physique ou psychologique dégradée, c’est l’aspect économique qui inquiète également, d’autant plus en période d’inflation. 9 Français sur 10 redoutent ainsi une baisse de pouvoir d’achat, qui suppose de plus grandes difficultés pour parvenir à se soigner. 

Parmi les postes de dépenses des ménages, la part de la santé reste derrière le trio de tête alimentation – logement – transport, mais le reste à charge annuel s’élève néanmoins en moyenne à 200 euros par an selon la Drees (pour environ 2% du budget des ménages selon l’INSEE). Il faut par ailleurs noter que le coût de la santé risque aussi d’augmenter à l’avenir en raison de l’amélioration des techniques médiales, qui pèse déjà sur l’évolution du prix des mutuelles

Les mutuelles (ou complémentaires santé) demeurent justement la grande alliée des ménages pour éviter de subir un reste à charge trop élevé. 85% des sondés se sentent d’ailleurs bien protégés par leur assurance santé. Le problème, c’est que la plupart d’entre eux ignorent les affections contre lesquels ils sont protégés.

Près d'un Français sur deux connaît mal son contrat santé

C’est là le principal enseignement de cette étude : seuls 57% des répondants déclarent connaître leur contrat santé. Trois principales difficultés sont rencontrées ; les assurés déplorent : 

  • Un accès complexe à l’information (où trouver son niveau de couverture, de reste à charge ?).
  • Un usage de termes complexes dans la liste des garanties (BRSS, franchise, carence… et on en passe).
  • La difficulté à estimer le reste à charge pour les soins « inhabituels » (spécialiste, opération, médecine douce, etc.). 

Plusieurs amélirations sont ainsi souhaitées : la mise en place d’un tableau de bord permettant de comprendre la répartition entre les remboursements de l’Assurance maladie, de la mutuelle, et le reste à charge pour chaque soin. Ou encore, le fait de connaître le niveau du reste à charge avant chaque consultation. 

Une brèche de la simplicité et de la lisibilité dans laquelle tentent de s’engouffrer les nouvelles assurances digitales, en particulier en auto et en habitation. À part Alan, qui n’officie pour l’instant que pour les mutuelles d’entreprise, les assurances santé en ligne sont encore peu nombreuses. 

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance santé

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES