Assurance santé

Près de 30 % des Français souffrent d'hypertension en France

Publié par le

Une personne hypertendue sur deux (47,3%) prend des médicaments

En France, près d’un adulte sur trois souffre d’hypertension artérielle selon une récente étude publiée par Santé Publique France. Méconnue des Français cette maladie serait pourtant liée à 13 % des décès dans le monde chaque année.

Un malade sur deux ignore qu’il est atteint d’hypertension artérielle

Un problème méconnu mais qui touche un tiers des Français. Selon une récente étude menée par Santé Publique France, environ 30 % des adultes souffrent d’hypertension artérielle en France. Cette maladie, est pourtant très peu connue des Français. L’étude explique ainsi que la moitié des malades ignorent la gravité de leur état. Et ceux au courant de leur état ne mesurent pas toujours la gravité de la maladie. Seulement une personne hypertendue sur deux (47,3%) prend des médicaments pour se soigner. Un constat alarmant pour la Société française de cardiologie qui indique que l’hypertension artérielle est liée à « 13% des décès annuels dans le monde ».

A travers cette étude, l’Agence nationale de santé publique s’est rendu compte que « la prévalence de l’hypertension artérielle était de 30,6% ». Si cette maladie touche davantage les hommes que les femmes (36,5 % contre 25,2 %), la tendance est à la hausse pour ces dernières. D’après l’étude, les femmes entre 40 et 54 ans sont de plus en plus touchées par la maladie. Les cas d’hypertension augmentent également avec l’âge. Alors que 6% des 18-34 ans sont touchés, les 65-74 ans contre sont 68%.

Tabac, alcool ou stress : les facteurs de l’hypertension sont nombreux

Cette « maladie chronique » peut se traduire par plusieurs symptômes : engourdissements, maux de têtes ou encore saignements de nez. Néanmoins, il est fréquent qu’il n’y en ait aucun. A long terme, l'hypertension artérielle peut provoquer des problèmes cardiaques et vasculaires. Pour éviter tous risques, l’autorité sanitaire recommande un suivi médical régulier ainsi qu’un contrôle de la tension artérielle « au moins une fois par an à partir de 40 ans ». La prévention passe aussi par une meilleure information sur la maladie et ses causes. Parmi eux, le stress, l’alcool, le tabagisme ou bien encore une alimentation déséquilibrée. L’affection peut également être héréditaire ou due à certains traitements. Pour l’autorité publique, il est dès lors « primordial de poursuivre les efforts de prévention ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES