Assurance santé

Reste à charge zéro : remboursement à 100 % des soins dentaires en 2020

Publié par le

Un remboursement à 100 % de certaines prothèses à partir de 2020

Deux des trois syndicats de dentistes (l’UD et le CNSD) viennent de donneur leur accord à la nouvelle convention de l'Assurance maladie qui organise la mise en place du reste à charge zéro pour les prothèses dentaires. Le remboursement à 100 % sera effectif à partir de 2020.

L’UD et le CNSD signe la nouvelle convention de l’Assurance maladie

L’accord a été donné pour un remboursement à 100 %. Vendredi 1er juin, la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD) a accepté de signer la nouvelle convention dentaire de l’Assurance maladie. Ce texte, déjà signé jeudi 31 mai par l’Union dentaire (UD), organise la mise en place du reste à charge zéro (RAC 0) pour les prothèses dentaires. L’accord de deux des trois syndicats de dentistes (l’UD et le CNSD représentent plus de 60 % de la profession), suffit pour valider ce texte. Concrètement, l’accord ouvre la voie à l’application de la promesse d’Emmanuel Macron, à savoir le remboursement à 100 % de certaines prothèses. Une mesure qui ne sera toutefois effective qu’à partir de 2020.

La FDSL s’oppose à ce texte

La signature de cette convention prévoit également la création d’un plafond pour le prix d’une grande partie des prothèses dentaires. Trois paniers de soins vont être mis en place. Le premier à Rac 0, un second à RAC « maîtrisé » et le troisième à « tarifs libres ». En échange, les syndicats ont obtenu la création de nouveaux actes de prévention ainsi qu’une revalorisation des soins conservateurs. « La profession fait un gros effort. On échange la liberté des prix sur les prothèses contre des revalorisations qui sont encore insuffisantes. Mais c'est un point de départ, qu'on espère améliorer au fil des mois », indique Thierry Soulié, président de la CNSD, rapporte Le Figaro.

Si cette signature a été saluée par Agnès Buzyn, ministre de la Santé, elle ne satisfait pas le premier syndicat de dentistes. La FSDL n’est plus dans les négociations depuis plusieurs jours. Pour Patrick Stolera, son président, il s’agit de « mesures démagogiques ». L’Argus de l’Assurance rapporte toutefois que ce syndicat pourrait signer le texte si quelques modifications étaint apportées. L'Union nationale des organismes d'assurance maladie complémentaire (Unocam) doit lui se prononcer dans les prochains jours quant à une signature. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES