Assurance santé

Santé : 7 patients sur 10 ont déjà menti à leur médecin

Publié par le , Mis à jour le 14/12/2018 à 11:56

Les sondés ne veulent pas passer pour "de mauvais patients"

Des mensonges sur la prise d’un traitement, sur un régime alimentaire ou encore sur une activité physique… Voici les omissions des patients à leur médecin. Selon une étude américaine, 70% des patients ont déjà menti à un praticien.

Un patient sur cinq n’a pas suivi correctement son traitement

Ils sont 7 patients sur 10 à déjà avoir menti à leur médecin ou omis de révéler certains détails durant une consultation. C’est ce que révèle une étude américaine publiée dans la revue Jama. Selon les résultats de cette étude, plus d’un tiers des 4 500 patients interrogés affirment avoir menti pour éviter un conflit avec leur médecin. Un quart n’ont pas compris les explications du professionnel de santé et plus inquiétant, 11% ont même déjà pris des médicaments qui ne leur étaient pas destinés. Près d’un patient sur cinq n’a pas suivi correctement son traitement. Plus généralement, les sondés avouent avoir menti sur leur régime alimentaire, la régularité dans la prise du traitement ou encore leur pratique d’une activité physique. Bien évidemment ces omissions peuvent avoir des conséquences sur la prise en charge d’un patient. Des mensonges qui peuvent mal orienter un médecin lors d’une prescription médicale.

Des sondés qui ne veulent pas passer pour « des mauvais patients »

Par ailleurs, cette étude montre que ce sont les malades chroniques qui mentent le plus à leur médecin : « ceux qui ont le plus besoin d’une prise en charge de qualité à cause de la complexité de leur pathologie sont les plus susceptibles de compromettre leurs soins » expliquent les chercheurs. Mais pourquoi les patients ont-ils peur des médecins ? Certains sondés ont peur de passer pour des « mauvais patients » ou qu’ils craignent de faire perdre du temps aux professionnels de santé. Un sentiment exacerbé dans les déserts médicaux.  En milieu rural, 49% des personnes ont du mal à avoir accès à un médecin. Afin d’aider les patients, le gouvernement a généralisé la téléconsultation. Depuis le 15 septembre 2018, les consultations 2.0 sont remboursées par l’assurance maladie.

Comme l’explique un spécialiste de la relation médecin-malade au Figaro : « il est important que le médecin fasse tout pour éviter les malentendus qui pourraient  être préjudiciable. Il doit s’assurer que son patient a bien compris ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES