Assurance santé

Santé au travail : un axe prioritaire de la santé publique

Publié par le , Mis à jour le 12/06/2020 à 17:49

Santé au travail : une proposition de loi pour la rentrée ?

Ce jeudi 11 juin 2020, Charlotte Parmentier-Lecocq (députée de La République En Marche - LREM) a fait savoir qu’une proposition de loi devrait être faite pour la rentrée de septembre 2020 concernant la santé au travail. Le but ? En faire “un axe prioritaire de la santé publique” et lutter contre la dépression, les burn-outs et suicides liés à la vie professionnelle des Français. Assurland vous en dit plus sur le sujet.

Une proposition de loi attendue concernant la santé au travail

Santé du travail : une proposition de résolution et une proposition de loi

En ce jeudi 11 juin 2020, un mois après le début du déconfinement en France, la députée LREM Charlotte Parmentier-Lecocq a déclaré qu’une proposition de loi concernant la santé au travail serait déposée et examinée à la rentrée prochaine, soit en septembre 2020. Le but ? Mettre en place une réforme afin que la santé au travail devienne une priorité en ce qui concerne la santé publique en France. Comme a pu le déclarer la députée LREM (de La République En Marche), cette proposition de loi sera, dans un premier temps, “précédée d’une proposition de résolution”. Cette dernière devrait d’ailleurs être examinée dès le 22 juin 2020 à l’Assemblée nationale.

Une loi pour mieux prévenir les risques psychosociaux

Selon Charlotte Parmentier-Lecocq, le drame qui a frappé l'entreprise France Telecom (Orange aujourd’hui) il y a près de 10 ans pourrait finir par se reproduire. Pour rappel, entre les années 2008 et 2009, ce sont 35 salariés de l’entreprise qui ont mis fin à leurs jours pour cause de harcèlement morale. En effet, dans le monde du travail, de nombreuses personnes sont sujettes à la dépression, aux burn-outs et aux pensées suicidaires, certaines passant même à l’acte. Si avec le confinement le télétravail a été très bien accueilli par de nombreux salariés, d’autres l’ont vécu très difficilement (surcharge de travail, difficultés à jongler entre le pro et le perso, etc.).

C’est pourquoi la députée déclare que le problème des risques psychosociaux n’est absolument pas réglé, qu’il est même loin de l’être et que la crise actuelle liée au confinement ne fait que renforcer la pression exercée sur les salariés à cause d’un contexte économique compliqué. Elle souhaite donc que la santé au travail devienne “un axe prioritaire de la santé publique et un axe stratégique dans les entreprises”.

Une proposition de résolutions prévue pour le 22 juin

Comme nous le disions plus haut, une proposition de résolutions doit être faite le 22 juin 2020 avant de déposer la proposition de loi à la rentrée. Ainsi, la députée Charlotte Parmentier-Lecocq et ses collègues LREM Carole Grandjean et Cendra Motin se sont penché sur le sujet. L’idée ? Faire des propositions afin de trouver des solutions à ce qu'elles identifient comme étant des “dysfonctionnements” des services de santé dont la coordination serait à revoir avec des personnes compétentes. Des auditions auront également lieu à partir de la fin du mois en cours, et elles reprendront en septembre. Ces auditions seront réalisées par des partenaires sociaux en parallèle avec différentes conférences organisées aussi bien en France métropolitaine que dans les différents départements d’Outre-Mer.

Quel est l’objectif exactement ? La députée LREM Charlotte Parmentier-Lecocq précise qu’il s’agit de préparer un “véhicule législatif qui reprendrait les négociations des partenaires sociaux et dépasserait le champ d’un accord interprofessionnel pour être repris dans la loi”. Mais nous en saurons certainement tous un peu plus d’ici la fin du mois quand les premières discussions auront eu lieu et que la proposition de résolutions sera faite en attendant la proposition de loi dans quelques mois.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES