Assurance santé

Santé : augmentation de la couverture vaccinale des enfants

Publié par le , Mis à jour le 01/10/2018 à 10:50

97,8% des bébés nés en mai 2018 ont reçu leur première vaccination contre l’hépatite B

Agnès Buzyn, ministre de la santé se félicite des premiers chiffres sur la couverture vaccinale des enfants. Une hausse qui coïncide avec l’application du nouveau calendrier vaccinal.

La couverture vaccinale en hausse sur l’ensemble des vaccins

La couverture vaccinale des enfants a augmenté en France. C’est ce qu’a annoncé Agnès Buzyn, ministre de la santé lors de son discours d’inauguration des Journées Nationales de Médecine Générale : « le recours à la vaccination augmente et pas seulement du fait de son caractère obligatoire ». Depuis le 1er janvier 2018, 11 vaccins sont désormais obligatoires chez les nourrissons. Des vaccins exigés pour l’entrée en collectivité (crèches, écoles…) et qui s’étalent sur les 18 premiers mois de la vie de l’enfant. Dans les chiffres, cette augmentation se traduit par :

  •  + 5,6 % pour la dose de vaccin contre les infections à méningocoques recommandée à 12 mois passant de 56.81% à 62.4% en un an.
  • + 2,6% pour la première dose de vaccin rougeole-oreillons-rubéole recommandée à 12 mois passant de 72.41% à 75% en un an.
  • +1.4% pour les enfants de 2 à 5 ans contre les méningocoques C passant de 70,8% à 72,2%
  • 97,8% des bébés nés en mai 2018 ont reçu leur première vaccination contre l’hépatite B.

La vaccination des jeunes filles de 11 à 14 ans contre les infections Papillomavirus humains (HPV) pouvant être à l'origine du cancer du col de l'utérus a également évolué avec une augmentation de 6,2% en un an.
Des données encourageantes même si le premier vrai bilan ne sera pas disponible avant 2020.

Un malade de la rougeole peut contaminer de 15 à 20 personnes

En 2017, le gouvernement a souhaité l’extension à 11 vaccins obligatoires pour enrayer certaines maladies infectieuses comme la rougeole. Depuis novembre 2017, les cas de rougeole ont augmenté de manière importante sur le territoire et plus spécifiquement en Nouvelle Aquitaine. Pour preuve, 2 779 cas ont été déclarés. À titre de comparaison, 79 personnes avaient été recensées en 2016. Depuis le début de l’année, 3 décès sont à déplorer. Comme le rappelle, Santé Publique France, un seul malade peut contaminer 15 à 20 autres personnes. Cette décision de passer de 3 à 11 vaccins obligatoires avait provoqué une certaine inquiétude chez les parents. Avant l’entrée en vigueur de la loi, plus de 70% des enfants étaient déjà vaccinés contre les 11 maladies. Pour les parents qui auraient encore des doutes ou des appréhensions, sachez que la sanction pénale spécifique au refus de vaccination a été supprimée. Cependant, un parent peut toujours faire l’objet de poursuites pénales s’il refuse de faire vacciner son enfant.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES