Santé : Bercy s'intéresse aux pharmacies

Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance santé > Santé : Bercy s'intéresse aux pharmacies

Actualité de l'assurance

Assurance santéVoir toute son actualité

Santé : Bercy s'intéresse aux pharmacies

|
Consultations : 2479
Commentaires : 0
Simulation gratuite d'assurance santé : Economisez sur votre assurance santé

Non encore rendu public, un rapport de l'Inspection générale des finances (IGF) fait pourtant parler. Réalisé par cet organisme chargé de contribuer à une gestion rigoureuse et efficace des finances publiques, il préconise ni plus ni moins que la fin du monopole des pharmaciens pour la vente de certains médicaments. Explications.

Les médicaments concernés

Dans le collimateur de l’IGF, on trouve les médicaments non remboursables et ceux dont la prescription est facultative. Car, si l’Etat intervient pour fixer les tarifs des médicaments vendus sur ordonnance, ces autres médicaments voient leur coût varier selon le bon vouloir des pharmaciens qui disposent en l’occurrence d’un monopole de vente.

L’IGF préconise la fin de ce monopole au motif qu’entre 1998 et 2011, le coût de ces médicaments non remboursables a bondi de plus de 3 %, c’est-à-dire deux fois plus vite que le coût de la vie au cours des 15 dernières années. Les pharmaciens, quant à eux, justifient cette hausse du prix des médicaments non remboursables comme un moyen de compenser la baisse du prix des médicaments remboursables.

Quoi qu’il en soit, l’IGF juge ses marges trop importantes comme UFC-Que Choisir qui a montré dans une récente étude que le coût de l'aspirine vitaminée pouvait varier de 1,30 euros à 4,95 euros selon les officines.

La vente en grandes surfaces ?

Avec l’ouverture à la concurrence, l’IGF souhaite que ces médicaments à prescription facultative puissent être délivrés par les grandes surfaces notamment.

Santé : bientôt la fin du monopole des pharmaciens ?Mais, pour Gilles Bonnefond, président de l’Union des Syndicats de Pharmaciens d’Officine (USPO) récemment reçue au cabinet d’Arnaud Montebourg, cela ne fait pas sens : « Un médicament, ça doit rester en pharmacie. Un médicament, ce n'est pas banal ».

Responsable communication et animation réseau auprès du Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS), Marc Paris ajoute que, si les prix varient sensiblement d’un pharmacien à un autre, « les questions économiques ne doivent pas éclipser les dimensions de santé publique ».

Face au coût non négligeable des frais de santé, mieux vaut souscrire une assurance santé. En effet, selon la teneur du contrat choisi, vous pouvez bénéficier d’une prise en charge partielle ou intégrale pour vos différents soins de santé, notamment l’achat de médicaments requis pour le traitement d’une maladie éventuelle.

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance CHIEN ET CHAT Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS