• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance santé

Santé : l'additif E171 dans la tourmente ?

Publié par le

Additif E171 : l'étude scientifique aux conclusions assez alarmantes

Connaissez-vous l’E171 ? Vous ignorez peut-être le nom de cet additif, également appelé « dioxyde de titane » mais on le retrouve dans de nombreux produits et aliments du quotidien : dentifrices, confiseries et autres plats préparés. Il a fait l’objet d’une étude scientifique et les résultats sont assez alarmants. Coup de projecteur.

Une étude menée pendant 4 ans

Une étude vient d'être publiée dans la revue « Scientifics Reports » qui concerne le colorant E171. Utile au blanchiment des aliments notamment, cet additif est autorisé en Europe depuis 51 ans mais ce n’est que très récemment qu’il a attiré l’attention de la communauté scientifique.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a demandé qu’une enquête soit spécifiquement consacrée à l’E171. Des chercheurs de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) ont mené l’enquête pendant 4 ans. Ils ont donné du dioxyde de titane à des rats, soit pendant 100 jours, soit pendant 7 jours. Cela a été reproduit à plusieurs reprises pour garantir la fiabilité des résultats obtenus. Quotidiennement, les chercheurs ont donné 10 milligrammes d’E171 par kilogramme de poids corporel, ce qui est assez proche de la quantité ingérée chaque jour par l’être humain.

Des lésions pré-cancéreuses

Cette nouvelle étude laisse apparaît des lésions pré-cancéreuses dans le colon chez près de la moitié des rats (ndlr : 40 %) qui ont ingéré l’additif pendant 100 jours. Toutefois, une telle lésion ne signifie pas forcément l’apparition d’un cancer.

Les scientifiques de l’INRA ont poussé plus loin leurs investigations en administrant de l’E171 à des rats déjà traités par un composé cancérigène. Résultat : leurs lésions pré-cancéreuses ont vu leur taille augmenter dans 20 % des cas.

Notez enfin que les ministères français en charge de l’Economie, de la Santé et de l’Agriculture ont demandé à l’ANSES de rendre un avis sur cet additif. Verdict attendu avant mars 2017.  

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES