• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance santé

Santé : la généralisation du tiers payant

Publié par le

Le tiers payant permet aux patients de ne pas avancer les sommes prises en charge par l’Assurance maladie ou l’assurance santé pour les consultations ou l’achat des médicaments. En septembre 2013, la ministre de la Santé, Marisol Touraine a annoncé la généralisation du tiers payant en 2017. Une décision que certains médecins libéraux contestent.

Un avantage pour les assurés sociaux

La prise en charge des frais de santé se divise en 3 : la Sécurité sociale prend en charge une part des frais selon les tarifs de convention, une autre partie reste à la charge de la couverture santé et la partie restante appelée ticket modérateur reste à la charge de l’assuré lui-même.

Avec le tiers payant, le patient n’a pas à avancer le paiement des frais de consultation chez son médecin ou d’achat des médicaments, lui permettant ainsi de dépenser moins. En effet, sans le tiers payant, il faut encore payer par ses propres moyens les frais et attendre le remboursement de la Sécurité sociale, ce qui n’est pas toujours évident pour les personnes qui ne disposent pas suffisamment d’argent pour une telle dépense.

Compte tenu de la décision de généraliser le tiers payant, l’accès aux soins médicaux et les consultations médicales deviendront possibles même pour les familles aux revenus modestes.

Les professionnels de santé concernés

La généralisation du tiers payant concernera toutes les consultations chez les médecins du secteur 1 qui ne pratiquent pas de dépassements d’honoraires.

Les patients qui consultent des médecins du secteur 2 peuvent également bénéficier de ce tiers payant si leur mutuelle santé prend en charge les dépassements d’honoraires.

A y regarder d’un peu plus près, cette mesure ne satisfait pas tous les médecins qui ont un avis assez partagé. Si le syndicat des médecins généralistes a plutôt bien accueilli cette décision, la Confédération des Syndicats de Médecins Français (CSMF) reste encore sceptique et trouve cette mesure encore « inadaptée à la pratique ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES