• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance santé

Santé : la permanence des soins en danger ?

Publié par le

Santé : où en est la permanence des soins dans l'Hexagone ?

Selon des chiffres récemment dévoilés par le Conseil National de l'Ordre des Médecins (CNOM), 65 % des généralistes ont pris part en 2015 à la permanence des soins (PDS), organisation de l'offre de soins qui permet de maintenir la continuité et l'égalité de l'accès aux soins en répondant aux demandes de soins non programmés. Ils étaient 67 % en 2014. Coup de projecteur.

Moins de généralistes la nuit et le week-end

Les gardes de nuit sont-elles devenues une rareté ? La dernière étude du CNOM sur la permanence des soins laisse apparaître que des zones rurales du centre et du sud de l’Hexagone ne possèdent plus de généralistes la nuit et le week-end.

Plus largement, ce sont 25 départements français, parmi lesquels on trouve l'Indre-et-Loire, le Bas-Rhin ou encore les Alpes-de-Haute-Provence, qui ont connu une baisse significative des gardes de nuit et du week-end.

En outre, dans 31 % des départements, il est devenu très difficile de trouver un médecin entre minuit et 8 heures du matin.

Comment « sauver » la permanence des soins ?

Pour expliquer ce phénomène qualifié de « fragilisation », le CNOM évoque des « raisons connues depuis longtemps » comme les zones de l’Hexagone « sous-dotées » ou l’inversion de la pyramide des âges.

L’organisme signale également en 2015 des « crispations de la profession » à la suite de certaines dispositions de la loi de modernisation du système de santé français.

Enfin, le Conseil préconise une « remise à plat » de l’organisation territoriale des soins assortie du déploiement d'un échelon territorial unique de prise en charge.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES