Assurance santé

Santé : le moustique tigre présent sur la moitié de la France

Publié par le

La piqûre du moustique tigre est généralement bénigne

Le moustique tigre prend ses quartiers en France. L’insecte qui peut transmettre des maladies comme le Zika ou encore la Dengue est présent sur la moitié du territoire dont Paris. En Ile-de-France, seul le Val-d’Oise est épargné.

En Ile-de-France, seul le Val-d’Oise est épargné

Il mesure moins de 1 cm, il est reconnaissable à ses rayures noires et blanche sur le corps et sur ses pattes et apprécie de voler autour des chevilles. Le moustique tigre capable de transmettre des maladies comme le Zika, la Dengue et le Chikungunya poursuit sa progression en France. Une progression qui inquiète les autorités sanitaires. En effet, l’insecte originaire d’Asie est désormais présent sur la moitié des départements dont Paris. En région parisienne, seul le Val-d’Oise est épargné.

Sur l’ensemble du territoire, le moustique tigre a élu domicile dans près de 51 départements en 2018 contre 42 un an plus tôt. Un insecte « essentiellement urbain » qui est difficile à déloger : « il est pratiquement impossible de s’en débarrasser » indique même le Ministère de la santé. Les raisons de cette propagation : le réchauffement climatique et la multiplication des échanges internationaux.  

La présence du moustique sur le territoire signifie-t-elle l’apparition des maladies dont il est vecteur ? Dans une très grande majorité des cas, la piqûre du moustique tigre est bénigne. Dans certains cas, elle peut provoquer des inflammations ou des réactions allergiques. La transmission ne fait que lorsqu’un moustique pique une personne déjà infectée par le virus.

Comment se protéger contre le moustique tigre ?

Pour se protéger efficacement contre le moustique tigre, il faut d’abord être vigilant à l’eau stagnante. C'est dans cet environnement que l’insecte va pondre ses œufs.

N’hésitez pas à porter des vêtements longs, amples et de couleurs claires car de nombreux moustiques sont attirés par le foncé.

Vous pouvez aussi utiliser des répulsifs cutanés. Sur ce dernier point, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise l’utilisation de produits contenant du DEET, de l’IR3535 ou de l’Icaridine. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES