Assurance santé

Santé : le nombre de spécialistes augmente, celui des généralistes stagne

Publié par le

Le nombre de médecins généralistes n'a augmenté que de + 0,7 % depuis 2012

En France, le nombre de médecins a augmenté depuis 2012. En 6 ans, ils sont ainsi 10 000 de plus. Un résultat qui reste toutefois à nuancer car si l’Hexagone compte plus de spécialistes, le nombre de généralistes stagne.

Une hausse qui concerne essentiellement les spécialistes

Les médecins sont de plus en plus nombreux. Selon une étude publiée par la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques du ministère de la santé), ils étaient 226 000 au 1er janvier de cette année. Un nombre jamais atteint. Depuis 2012, le nombre de médecins a ainsi augmenté de 10 000. Une hausse de 4,5 % des effectifs et de 1,5 % de la densité.

Si à la première lecture de cette enquête les résultats semblent excellents, ils restent toutefois à nuancer. La hausse ne se généralise en effet pas à tous les secteurs comme l’explique la co-auteur de l’étude, Hélène Chaput : « la hausse de la démographie médicale se concentre essentiellement sur les spécialistes et les salariés ». Alors que les médecins hospitaliers et spécialistes sont plus nombreux (+ 7,8 %), le nombre de généraliste a quant à lui stagné depuis 2012 (+ 0,7 %).

De plus en plus de femmes médecins

Le constat est sans appel. En France, on dénombre aujourd’hui plus de médecins spécialistes que de généralistes. Ils sont ainsi respectivement 124 000 et 102 000 à exercer. Dans le détail, les spécialités avec les plus gros effectifs sont la psychiatrie (6,8 %), l'anesthésie-réanimation (5,1 %), le radiodiagnostic et l'imagerie médicale (3,9 %).

Pour ce qui est des profils des médecins en France, l’étude de la Drees indique que 46 % sont des femmes. Elles sont néanmoins plus nombreuses lorsqu’on s’attarde sur les médecins de moins de 60 ans (52 %). Signe d’une féminisation de la profession. Du côté de l’âge justement, un médecin sur trois a plus de 60 ans. La moyenne d’âge est de ce fait plutôt élevée puisqu’elle est de 51 ans.

Les déserts médicaux, un problème qui risque de s’aggraver

La Drees ne s’est pas seulement intéressée à faire ressortir les données actuelles, mais donne quelques prévisions. Des projections qui ne s’avèrent pas très rassurantes. Selon elle, la densité des généralistes va progressivement se réduire. Et ce jusqu’à au moins 2025. La conséquence directe sera une augmentation du nombre de déserts médicaux dans l’Hexagone. En 2016, 8,6 % de la population vivaient déjà « dans une commune sous-dense en médecins généralistes ». Soit près de 5,7 millions de Français. Des personnes vivant majoritairement dans des communes rurales périphériques des grands pôles.

Pour stopper l’hémorragie, le gouvernement a lancé en octobre dernier un plan de lutte. Au programme : développement de la télémédecine ou bien encore une réflexion sur l’accès aux soins.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES