• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance santé

Santé : Les français appelés à se faire dépister contre le virus du Sida !

Publié par le , Mis à jour le 08/11/2010 à 17:19

Généralistation du test du Sida

A l'occasion du lancement du Plan national de lutte contre le VIH-sida 2010-2014, Roselyne Bachelot a marqué sa volonté d'inciter les français à faire un test de dépistage, y compris les personnes n'étant a priori pas considérées comme à risques. « Nous voulons que d'ici 2014 l'ensemble de la population française se soit fait dépister contre le virus du sida et les infections sexuellement transmissibles au moins une fois dans sa vie », indique Roselyne Bachelot. La ministre reste réaliste et espère qu'au moins 5 millions de personnes accepteront de se faire tester, soit le double du nombre actuel.

Il est important que chacun fasse le test car on estime que 50000 personnes ignorent leur séropositivité. Par ailleurs nombreux sont ceux considérant que le sida est une maladie purement homosexuelle, que le virus ne tue plus, que la trithérapie est un traitement miracle, alors les conduites à risques explosent. En effet, 20 % des 15-24 ans ont reconnu ne pas utiliser de préservatif lors d'une relation sexuelle avec un nouveau partenaire. Il faut savoir que le virus continue de tuer et, même si la trithérapie a permis de freiner la courbe des décès, ce traitement n'est pas sans conséquences : chute des cheveux, maux de ventre, nausée, vomissements, diarrhée, problèmes de peau sont fréquents.

Renforcement de dépistage

Les médecins traitants feront le relais et seront chargés de sensibiliser leurs patients afin de les inciter à aller se faire dépister. Le gouvernement souhaite généraliser ce comportement. Ainsi, dès l'année prochaine, les médecins proposeront un dépistage gratuit à leurs patients âgés de 15 à 70 ans au cours d'une visite de routine par exemple. On dépisterait alors le sida et les maladies sexuellement transmissibles comme on contrôle le cholestérol. Le plan prévoit aussi de développer le dépistage « par des pairs » chez des populations où le virus est très actif mais qui n'entrent pas dans le système dit classique.

Les homosexuels, les usagers de drogues, les personnes prostituées seront mieux dépistés grâce à l'aide d'associations telles que Médecins du monde ou Aides. Le gouvernement compte également maintenir et rendre plus rapide le dépistage pour les personnes chez qui le risque d'être infecté est important : en cas de viol, d'incarcération, ou d'interruption volontaire de grossesse. Pour cela, le recours à de nouveaux outils comme le test rapide d'orientation diagnostique, également appelé « Trod », sera systématisé. Ces tests permettent d'obtenir en une demi-heure un résultat qui sera complété par une sérologie classique en cas de positivité.

Aujourd'hui, le dépistage du sida peut se faire auprès de son médecin traitant, qui prescrira une prise de sang, ou dans un centre de dépistage. Si l'on souhaite garder l'anonymat, on peut également se rendre dans un centre de dépistage anonyme et gratuit.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES