Santé mentale des jeunes : un plan d'urgence demandé par la Défenseure des droits

Publié par Astrid Verdun le 09/06/2022 à 14:05 , Mis à jour le 09/06/2022 à 14:31

Deux ans après, la santé psychologique des jeunes est toujours perturbée par la pandémie de Covid-19. Les tentatives de suicide se multiplient dans un contexte de prise en charge médicale difficile. La Défenseure des droits interpelle la Première ministre et demande la mise en place d’un plan d’urgence.

Vers un plan d’urgence pour la santé mentale des jeunes ?

Dans un communiqué, la Défenseure des droits, Claire Hédon, et son adjoint le Défenseur des enfants, Eric Delemar, appellent la Première ministre Elisabeth Borne à agir pour la santé des jeunes adolescents et adultes français. Ils lui demandent de “prendre la pleine mesure de la gravité de la situation dans laquelle sont plongés de nombreux jeunes et à agir rapidement pour que la santé mentale des jeunes soit une priorité". En cette année 2022, Santé publique France a publié “des chiffres alarmants sur une augmentation des passages aux urgences pour gestes suicidaires, idées suicidaires et troubles de l'humeur chez les 15 à 24 ans". 

La crise sanitaire liée au Covid-19 et ses conséquences ont fait augmenter le mal-être chez les jeunes d’une manière exponentielle et “très préoccupante” selon Claire Hédon. Seulement, deux ans plus tard, cette hausse de problèmes psychiatriques n’est pas retombée et inquiète le milieu médical alors que les moyens financiers et de main d'œuvre manquent pour y faire face.

Une hausse des tentatives de suicide chez les jeunes

Interrogé par Ouest-France, Vincent Trebossen, psychiatre de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital Robert-Debré (AP-HP), dans le nord-est de Paris, parle de cette hausse de passages aux urgences. “À la sortie du premier confinement, on se disait que les circonstances étaient exceptionnelles, avec un niveau de stress extrêmement élevé ; la surprise, c’est que la hausse des crises se maintient dans le temps”. Ces cas ont augmenté de 25 % en janvier, février et mars 2022, par rapport à la même période de 2021.

Même si tous les milieux sociaux sont touchés, on constate que dans 80 % des cas, les comportements suicidaires sont ceux des jeunes filles. Dans cet hôpital, on note également un passage à l’acte de plus en plus jeunes et des prises de médicaments à des doses de plus en plus élevées. Dans un contexte où certaines structures ferment des lits en pédopsychiatrie par manque de personnels, un plan d’urgence apparaît essentiel pour les acteurs de la santé.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance santé

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES