Assurance santé

Santé : quand les médecins libéraux renoncent aux arrêts maladies

Publié par le

Les médecins ne sont pas adeptes des arrêts maladies

Conscience professionnelle, remplaçant à trouver, raisons financières … Les médecins renoncent régulièrement à prendre un arrêt maladie. Selon une étude, ils sont 81% a déjà y avoir renoncé.

Conscience professionnelle et absence de remplacement

Les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés. Cette expression s’applique parfaitement aux médecins. D’après une enquête de l’Institut français d’opinion publique (Ifop) pour la Mutuelle du médecin dévoilée par 20 Minutes, 81% des médecins libéraux ont déjà renoncé à un arrêt maladie. Un taux important qui n’étonne pas les premiers concernés : « Un médecin aura du mal à demander de l’aide pour lui-même » explique Julie Caron, secrétaire du syndicat les Généralistes CSMF dans les colonnes du journal. Plusieurs raisons sont invoquées pour expliquer cette situation :

  • La conscience professionnelle (73%)
  • L’absence de remplacement (50%)
  • Raisons financières (39%)
  • Volonté de ne pas rajouter du travail à un confrère (39%)

Sans grande surprise, les médecins exerçant en territoire rural sont 60% à renoncer à se mettre en arrêt maladie car il est très compliqué pour eux de trouver un remplaçant. Le taux chute à 34% pour les médecins des grandes villes.

Leur propre médecin traitant

Ce renoncement de la part des praticiens s’explique aussi par le fait que les trois-quarts des médecins qui ont été interrogés déclarent être leur propre médecin traitant. Une situation qui peut à terme poser problème : «On ne peut pas avoir un regard objectif » explique Julie Caron.

L’étude met également en lumière le bien-être des médecins. Dans les faits, ils sont 66% des généralistes à se considérer comme « heureux » contre 89% pour les médecins spécialisés. On apprend aussi que les généralistes sont 15% à avoir consommé des antidépresseurs contre 6% des spécialistes.

Pour éveiller les consciences, la secrétaire du syndicat les Généralistes CSMF prône pour « des dépistages réguliers ».

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES