Assurance santé

Sclérose en plaques : pourquoi les femmes sont-elles plus touchées ?

Publié par le , Mis à jour le 30/05/2018 à 16:20

Les femmes souffrent plus de sclérose en plaques que les hommes

Aujourd’hui, mercredi 30 mai 2018, a lieu la Journée mondiale de la sclérose en plaques. Or, il apparaît que cette maladie touche de plus en plus de femmes : on compte actuellement trois femmes atteintes pour un homme, selon la Fondation pour l'aide à la recherche sur la sclérose en plaques. Coup de projecteur.

Les symptômes de la sclérose en plaques

Considérée comme une affection de longue durée (ALD), la sclérose en plaques (SEP) entraîne un dérèglement du système immunitaire et s’accompagne de symptômes divers :

  • Troubles de l’équilibre,
  • Faiblesse musculaire,
  • Troubles de la vue,
  • Paralysie,
  • Troubles du langage,
  • Handicap irréversible,…

Selon les scientifiques, cette maladie résulterait de facteurs à la fois génétiques et environnementaux et ce sont ces derniers qui pourraient expliquer pourquoi un nombre croissant de femmes est touché. Ainsi, Thibault Moreau, président du conseil scientifique de la Fondation ARSEP, estime que ce phénomène pourrait résulter d’un « changement des habitudes de vie ».

A ce titre, une étude parue dans la revue « Neurology » en 2012 et relative à la situation en Crète évoquait le passage d’un mode de vie rural à un mode de vie urbain des femmes.

Des projets de vie malgré la sclérose en plaques

En ce qui concerne la prise en charge de la sclérose en plaques, il est aujourd’hui possible d’en atténuer les effets.

Ainsi, depuis une vingtaine d’années, des traitements ont vu le jour qui permettent une amélioration de la qualité de vie des personnes souffrant de SEP. De plus, les progrès enregistrés en matière d’imagerie permettent un diagnostic ainsi qu’une prise en charge plus précoces des malades.

Et, Thibault Moreau de signaler par exemple que, dans les années 60, les femmes atteintes de sclérose en plaques se voyaient interdire d’avoir des enfants. Or, ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui. La maladie n’empêche plus d’avoir des « projets de vie », selon l’intéressé.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES