Assurance santé

Sécurité sociale : vers la fin du remboursement de l'homéopathie ?

Publié par le , Mis à jour le 10/09/2018 à 11:56

L'homéopathie, une médecine décriée

Va-t-on bientôt devoir se passer d’homéopathie ? Alors que le doyen de la faculté d’Angers vient de stopper son programme universitaire, la question du remboursement se pose.

Homéopathie : une discipline décriée dans le monde médical

L’homéopathie est-elle vraiment efficace ? La question ne date pas d’hier et divise encore et toujours le monde médical. Pour certains, cette médecine alternative n’a rien de révolutionnaire. Pour d’autres, il faut la préserver. Le débat est revenu sur le devant de la scène en mars dernier après la publication d’une tribune signée par 124 professionnels de santé dans le Figaro datant du 18 mars 2018. Pour les signataires, l’homéopathie et d’autres médecines alternatives sont inefficaces. Elles sont surtout très coûteuses pour la sécurité sociale. La discipline est tellement décriée que la faculté d’Angers vient tout bonnement d’arrêter son enseignement en homéopathie. A Lille, le doyen de la faculté de médecine a annoncé sur Twitter la suspension du programme pour cette nouvelle rentrée. A l’heure où la sécurité sociale continue ses économies, va-t-on vers un déremboursement de l’homéopathie ?

Des conclusions de la Haute Autorité de santé début 2019

En 2016, la sécurité sociale a remboursé un peu plus de 55 millions d’euros de ces petites granules. Une goutte d'eau quand on sait que l’assurance maladie a remboursé cette même année 18.8 milliards d’euros aux assurés. Il faut savoir qu’aujourd’hui, ces produits sont pris en charge à hauteur de 30% par la sécurité sociale.  Pourtant, même si l’homéopathie est contestée chez les médecins, les français sont très attachés à cette médecine douce. Au printemps dernier, Agnès Buzyn s’est montrée plutôt sceptique sur cet épineux sujet. Sur France Inter, la ministre avait alors déclaré : « On a décidé de rembourser l’homéopathie sans aucune évaluation scientifique. Peut-être pourrait-elle rentrer dans le droit commun et être évaluée. Si elle est utile, elle restera remboursée. Si elle est inutile, elle arrêtera de l’être ». Saisit par la ministre, la Haute Autorité de santé devrait rendre ses conclusions en février 2019. Si l’homéopathie venait à être à la charge du patient, la sécurité sociale pourrait économiser 0.3% de son budget annuel de prise en charge des médicaments.

 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES