Assurance santé

Si rien ne change, un quart des adultes sera obèse dans 30 ans

Publié par le , Mis à jour le 23/05/2018 à 14:37

En 2045, 55 % des Américains pourrait souffrir d'obésité

Selon une nouvelle étude scientifique, le pire est à venir : au rythme actuel, près d’un quart de la population mondiale souffrira d’obésité en 2045. Tel est effectivement le principal enseignement des conclusions dévoilées ce mercredi 23 mai par des chercheurs lors d’un congrès européen consacré à l'obésité. Coup de projecteur.

55 % des Américains obèses en 2045

Si la tendance constatée actuellement se confirme, 22 % des adultes dans le monde seront obèses en 2045. C’est la conclusion des travaux menés par des chercheurs et dévoilés au 25e Congrès européen de l'association européenne de l'obésité (EASO) de Vienne.

Le docteur Alan Moses qui figure parmi les auteurs danois et britanniques de cette étude estime qu’il est encore possible d’inverser le cours des choses, sous réserve de mener des « politiques volontaristes et coordonnées ».

Logiquement, des disparités existent selon les pays. Ainsi, aux Etats-Unis, 55 % de la population souffrira d’obésité en 2045 si rien n’est fait. En 2017, il y avait 39 % d’Américains obèses.

Enfin, l’on assistera à une augmentation de la mortalité causée par le diabète, les maladies cardio-vasculaires et certains cancers.

Comment réduire les cas de diabète de type 2 ?

Cette explosion de l’obésité se traduira par une hausse des cas de diabète de type 2 qui touchera 12 % de la population mondiale en 2045 contre 9 % en 2017. Elle donnera lieu aussi à une augmentation du coût pour les systèmes de santé à travers le monde.

Pour limiter le nombre de cas de diabète de type 2 dans le monde à 10 % en 2045, les auteurs de cette nouvelle étude considèrent qu’il est nécessaire de réduire le taux d’obésité à 10 % de la population mondiale.

A noter enfin qu’Alan Moses préconise l’adoption d’une stratégie propre à chaque pays en raison de l’existence de spécificités tant génétiques que sociales et environnementales.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES