Assurance santé

Tabac : un million de Français ont arrêté de fumer en un an en France

Publié par le

37,1 % des Français déclaraient ne jamais avoir fumé en 2017

Selon le bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de Santé Publique France, plus d’un million de fumeurs quotidiens ont arrêté de fumer entre 2016 et 2017 en France. Pour expliquer ce recul du tabagisme, le rapport évoque la mise en place du paquet neutre ainsi que la hausse des remboursements des substituts nicotiniques.

26,9 % des Français fument quotidiennement

Les fumeurs sont de moins en moins nombreux. A quelques jours de la journée mondiale de lutte contre le tabagisme (organisée le 31 mai), Santé Publique France a publié son bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH). Selon lui, plus d’un million de fumeurs quotidiens ont arrêté de fumer entre 2016 et 2017 en France. Sur la même période, la part de fumeurs est passée de 29,4 % à 26,9 % de la population. De même, la part de la population indiquant n’avoir jamais fumé a augmenté. Alors qu’ils étaient 34,3 % en 2016, 37,1 % des Français déclaraient ne jamais avoir fumé en 2017.

Les adolescents fument moins

La baisse est impressionnante chez les jeunes hommes de 18 à 24 ans puisqu’ils sont 240 000 à avoir arrêté le tabac. En 2017, 35 % des hommes de 18 à 24 ans indiquaient fumer, contre 44 % en 2016. Autre succès : la prévention auprès des adolescents. Selon le rapport, en 2017, 68,4 % avouent avoir déjà essayé et 32,4 % fument quotidiennement. Des résultats bien inférieurs à ceux de 2016. Ils étaient en effet 59 % à avoir expérimenté et 25,1 % à indiquer fumer tous les jours.

A travers ce bulletin épidémiologique hebdomadaire, on peut se rendre compte qu’il existe de fortes inégalités territoriales. Si seulement 21,3 % des habitants de la région Ile-de-France fument, ils sont 32, 1 % en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Sur un an, seules les régions Normandie et Ile-de-France ont enregistré une baisse du nombre de fumeurs quotidiens.

La lutte contre le tabac : une priorité du gouvernement

Des résultats qui encouragent le gouvernement dans son plan anti-tabac. « Ces résultats sont encourageants, ils marquent une rupture. Avec la hausse de la fiscalité nous pouvons espérer que ces résultats soient pérennes », a ainsi déclaré Agnès Buzyn, ministre de la Santé. Véritable priorité pour ce quinquennat, la lutte contre le tabac doit continuer selon la ministre. « En France, je le rappelle, le tabac tue chaque jour 200 personnes (...) On sait qu’un fumeur sur deux mourra des suites du tabac », a-t-elle tenu à rappeler. Mais ce n’est pas néanmoins pas la mesure visant à augmenter le prix du paquet de cigarettes qui est à l’origine de cette diminution du nombre de fumeurs. Selon le rapport, la mise en place du paquet neutre ainsi que la hausse du forfait remboursement des substituts nicotiniques en sont à l’origine. La hausse des prix devrait néanmoins encore faire baisse la part de fumeurs. Tout comme le remboursement des patchs anti-tabac.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES