Assurance santé

Téléconsultation médicale : 2 Français sur 3 encore mal informés

Publié par le

52% des Français prêts à utiliser la télé consultation

La téléconsultation médicale semble être un véritable succès. 86% des Français ont déjà entendu parler de cette nouvelle pratique. Cependant, 2 Français sur 3 sont encore mal informés sur le sujet.

86% des Français connaissent la téléconsultation médicale

Depuis le 15 septembre 2018, l'Assurance maladie rembourse la téléconsultation médicale. Objectif : empêcher les patients de renoncer à des soins en raison de délais parfois trop longs. Quatre mois après le lancement de son remboursement, les Français ont-ils adhéré à la pratique ? À première vue, c’est un succès ! 86% des Français ont déjà entendu parler de la téléconsultation médicale. Un taux à prendre avec des pincettes car 2 Français sur 3 ne connaissent pas très bien la pratique. C’est ce que révèle un sondage Harris interactive relayé par Le Figaro. Dans le détail, on apprend que 40% des sondés ne savent pas qu’une téléconsultation est facturée au même tarif qu’une consultation traditionnelle. Ils sont tout de même 7 sur 10 à savoir qu’une ordonnance peut être délivrée lors d’une téléconsultation.

52% des Français prêts à utiliser la téléconsultation

D’une manière générale, 52% des Français sont prêts à utiliser ce nouveau canal de communication avec leur médecin. Des patients qui souhaitent utiliser la téléconsultation dans des cas très précis :

  • 72% pour obtenir un conseil médical
  • 71% pour renouveler une ordonnance
  • 67% lors d’un déplacement ou d’un voyage
  • 66% en cas d’absence du médecin
  • 66% lorsque le problème de santé ne semble pas très grave comme par exemple dans le cas d’un rhume
  • 63% pour obtenir un certificat médical
  • 60% pour obtenir une consultation en urgence

Pour qu’une téléconsultation soit remboursée par l’Assurance maladie, le malade doit obligatoirement connaître le médecin. Le patient doit avoir vu au moins une fois le praticien dans les douze derniers mois. Des exceptions sont prévues pour les mineurs de moins de 16 ans, les patients qui n’ont pas encore de déclaré de médecin traitant à la Sécurité sociale ou pour certaines spécialisations.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES