• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance santé

Un étudiant sur cinq renonce aux soins !

Publié par le

L’association des étudiants Fé2A s’indigne devant le comportement des mutuelles étudiantes qui privilégient de moins en moins les étudiants. Les remboursements de la sécu par ces mutuelles provoquent de gros retards de remboursements.

Le point sur la mutuelle étudiante

Une fois que l’étudiant a souscrit une mutuelle étudiante, il sera officiellement affilié à la sécurité sociale étudiante à partir du début du mois d’octobre de l’année en cours et jusqu’à la fin du mois de septembre de l’année suivante. A partir de ce moment, l’étudiant bénéficie du remboursement de ses soins au cours de l’année universitaire.

Les ayants droits de l’adhérent bénéficieront également des mêmes remboursements à partir du moment où ils ne sont pas eux aussi étudiants, dans le cas contraire, ils devront également s’affilier à la sécurité sociale étudiante et devront payer la cotisation.

Généralement, la mutuelle étudiante prend en charge le remboursement des soins dont ont besoin les étudiants et par la même occasion les soins des ayants droit éventuels.

Etat des lieux

UFC-Que Choisir a alerté récemment le grand public et les autorités compétentes des agissements des mutuelles étudiantes mais la Cour des Comptes n’en a pas tenu rigueur. Selon la présidente de la Fé2A, Julie Gastineau, dans un communiqué rapporté par le site Jactiv.ouest-france.fr, « l’Etat donne aux mutuelles LMDE et Smeba près de 70 millions d’euros » ce qui représente 20 € par étudiant par an. Or l’association des droits des consommateurs a indiqué que 7 % des budgets des mutuelles étudiantes sont imputés dans le marketing.

L’indignation de Fé2A est encore plus grande quand elle remarque que de plus en plus d’étudiants décident de renoncer à se soigner en raison de la lenteur des remboursements. Près d’1/3 des étudiants reçoivent leur carte vitale après le 31 décembre et doivent avancer les frais.

Généralement, les étudiants doivent avancer près de 100 € pour les soins buccodentaires, des charges beaucoup trop chères pour les étudiants. L’association Fé2A espère bouger les choses en faveur des étudiants les principaux concernés par la lenteur des remboursements !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES