Assurance santé

Un lien entre les contraceptifs et le cancer du sein a été démontré

Publié par le

La prise de la pilule augmente le risque de cancer du sein

Des chercheurs danois viennent de publier les résultats d’une étude portant sur les effets de contraception hormonale. Sa prise augmenterait de 20 % le risque de cancer du sein.

Un risque avéré pour la santé

La contraception hormonale suscite de nombreuses polémiques. De précédentes études avaient montré que la prise de la pilule avait des effets nocifs sur la santé. Cette fois, une étude menée par des chercheurs danois alarme sur le risque accru de cancer du sein.  Après avoir suivi près de 1,8 million de femmes durant 11 ans, ces chercheurs révèlent une augmentation de 20 % du risque de développement de cette maladie chez les femmes utilisant ce moyen de contraception.

Ces résultats se basent sur l’étude de combinaisons d'oestroprogestatifs récentes. Les auteurs de l’étude précisent également que « peu de différences ont été notées en comparant les différents types de combinaisons contraceptives orales ».

La durée de la prise est un facteur important

Publiée dans le New England Journal of Medicine, cette étude estime qu’un cancer du sein supplémentaire peut être découvert parmi 7 690 femmes utilisant la contraception hormonale. Le risque est néanmoins corrélé à la durée d’utilisation. Alors qu’aucun lien n’est établi pour une prise d’au moins un an, une hausse de 26 % du risque a été décelée chez les femmes ayant pris cette contraception depuis plus de 10 ans. Cette augmentation du risque existe encore 5 ans après l’arrêt du traitement.

Des nuances sont à apporter

Cette recherche comporte néanmoins quelques limites selon l’équipe qui en est à l’origine. Ils avouent ainsi ne pas avoir tenu compte du fait d'allaiter au sein, de l'âge des premières règles ou bien encore de la consommation d'alcool. De plus, les chercheurs précisent que la contraception hormonale a des effets protecteurs. Il évite notamment le risque de cancer de l’ovaire ou du corps utérin. L’âge est également un facteur important dans l’étude du risque. Premier moyen de contraception en France, la pilule est ainsi plus sûre chez les jeunes femmes ne la prenant pas sur une longue durée. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES