• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance santé

Un médicament en cours d'élaboration contre l'addiction au cannabis

Publié par le

1 million de Français sont dépendants au cannabis

Des chercheurs bordelais sont en train de mettre au point un médicament pour aider les personnes dépendantes au cannabis. Dirigée par le neurobiologiste Pier-Vincenzo Piazza, l’équipe prévoit de mettre ce traitement sur le marché pour 2024.

Le cannabis, une drogue fortement consommée

Un traitement qui pourrait s’avérer salvateur. En France, on estime à un million le nombre de personnes dépendantes au cannabis selon l'Observatoire français des drogues et toxicomanies. Le nombre augmente à 4, 6 millions lorsqu’on évoque les personnes consommant de manière plus ou moins régulière cette drogue. Face à cette addiction, une solution est peut être sur le point d’arriver. Dirigée par le neurobiologiste Pier-Vincenzo Piazza, une équipe du Neurocentre Magendie de Bordeaux, est en train d’élaborer un traitement pour lutter contre cette dépendance

Le dérivé d’une molécule pour aider l’organisme

Depuis 10 années, ces chercheurs analysent les effets du cannabis sur le cerveau. C’est ainsi qu’ils ont découvert que sa consommation engendrait la production d’une molécule nommée prégnénolone. Produise dans le cerveau, cette molécule défend l’organisme contre les effets du cannabis. En créant un dérivé du prégnénolone, les chercheurs comptent stabiliser cette molécule afin qu’elle soit mieux absorbée par l’organisme.

Les premiers tests sur humain aux Etats-Unis

C’est à partir de 2013 que les tests ont commencé et ils s’avèrent positifs. « C’est la première solution qui bloque uniquement les parties des synapses activées par le cannabis et on observe donc beaucoup moins d’effets secondaires. Chez l’animal, on n’a constaté aucun effet indésirable, même en administrant jusqu’à 7.000 fois la dose théorique efficace » explique Pier-Vincenzo Piazza. A partir de 2018, cette équipe mettre en place les premiers tests sur des toxicomanes. Avec un apport financier de 3 millions € de la part du national on drug abuse, ce médicament devrait être commercialisé à partir de 2024. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES