• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance santé

Un nouveau médicament pour freiner la sclérose en plaques

Publié par le

Des chercheurs de l’université de Montréal viennent de trouver une molécule qui permettrait de retarder la maladie de la sclérose en plaques.

Qu’est-ce que la sclérose en plaques ?

La Sclérose en plaques est considérée comme une maladie neurologique.  La cause est une destruction ou disparition des fibres nerveuses du cerveau, de la moelle épinière et d’un nerf optique.

Les femmes sont les plus touchées par cette maladie et débute généralement entre 20 et 40 ans.

Elle peut se manifester par des pertes d’équilibre, des paralysies qui peuvent aboutir à un handicap chronique.

Une personne atteinte de la maladie de la sclérose en plaques peut par exemple ne pas réaliser tout de suite qu’elle est en train de se brûler, cela peut prendre quelques secondes avant qu’elle ne s’en rende compte réellement.

N’oublions pas que la maladie de la sclérose en plaques figure dans la liste des affectations de longue durée. Elle est donc totalement prise en charge par la sécurité sociale. Toutes celles qui sont considérées comme des ALD sont prises en charge dans leur intégralité.

Cependant il peut tout de même être intéressant de souscrire une assurance santé. Cette assurance peut en effet prendre en charge des frais non couverts par la sécurité sociale, comme les dépassements d’honoraires de certains professionnels de la santé, le forfait journalier…

Le nouveau médicament retarde l’évolution de la sclérose en plaques

Les chercheurs de l’université de Montréal ont réussi à trouver une molécule qui retarde le début de la maladie et freine son évolution.

Le Docteur Alexandre Part affirme que ce médicament diminuerait réellement la progression et le handicap de cette maladie neurologique. Il permettrait ainsi de faciliter la vie des personnes ayant la maladie.

Une équipe du groupe Prothena Corporation a aussi découvert des éléments qui pourraient faire avancer le projet. Les deux équipes ce sont donc associées pour ce nouveau traitement.

Des tests ont été effectués sur des souris, et des résultats concluants ont été observés. En effet, les chercheurs ont pu observer une diminution de la maladie d’environ 50%.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES