• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance santé

Un traitement contre la calvitie à l'origine de dépression

Publié par le

Un médicament responsable de dépression

Avez-vous déjà entendu parler de la finastéride ? Cette molécule est prescrite à près de 30 000 hommes chaque année afin de lutter contre la calvitie. Un médicament qui lutte contre la perte de cheveux mais qui serait à l’origine d’idées noires selon l’Agence nationale de Sécurité du Médicament (ANSM).

Une molécule reponsable d'effet dépressif

Le nom de cette molécule ne vous est surement pas familier si vous n’avez pas de problème de chute de cheveux mais la finastéride est pourtant consommée par près de 30 000 Français chaque mois. L’évocation de cette molécule va peut-être aussi synonyme d'un nouveau scandale. L’Agence nationale de sécurité du médicament vient de mettre en garde les hommes qui en prennent car celle-ci provoquerait un état dépressif. L’ANSM précise qu’une forte consommation peut également entrainer des idées suicidaires.

Une limite à ne pas franchir dans le dosage

La finastéride est contenue à une dose de 1 milligramme dans le Propécia, médicament prescrit pour lutter contre la perte de cheveux. Cette molécule est aussi utilisée pour contrôler et traiter l’hypertrophie bénigne de la prostate mais à une dose plus importante : 5 milligrammes. C’est à partir de ces 5 mg que la finastéride peut entrainer des dépressions chez le patient. Pourtant signalé dès 1999, le lien entre cette molécule et un état dépressif présente des risques et c’est pour cette raison que l’Agence européenne des médicaments a demandé à ce que les patients soient mieux informés.

D'autres effets sont possibles

Dans un communiqué, l’ANSM précise que «tout changement d’humeur doit conduire à une interruption du traitement et à une surveillance». Pour éviter que cela n’arrive, le risque de dépression sera inscrit sur les notices du finastéride 1 mg en plus de celles de 5 mg. Surveiller l’état d’un patient traité à cette molécule est d’autant plus important que l’agence précise que d’autres effets secondaires peuvent survenir : trouble de l’érection, perte de libido mais surtout cancers du sein. Pour éviter de devoir lutter contre la dépression ou être suivi pour un cancer du sein vous l’aurez compris : faites attention à la finastéride. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES