• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance santé

Une avancée sur la détection de la maladie d'Alzheimer

Publié par le

900 000 personnes sont atteintes d'Alzheimer en France

Des chercheurs français ont-ils trouvé un moyen de dépister la maladie d’Alzheimer avant ses premiers symptômes ? Le dépistage précoce sur un rat, baptisé AgenT, le laisse penser.

47.5 millions de personnes atteintes d'Alzheimer dans le monde

La maladie d’Alzheimer, qui touche 900 000 personnes en France, demeure une pathologie mystérieuse et incurable. La dépister le plus tôt possible permet pourtant d’augmenter les chances d’autonomie du patient. Heureusement, les progrès de la recherche sur les causes et symptômes de la maladie sont réels. La dernière découverte en date est à mettre à l’actif de chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et des universités Paris-Sud et Paris-Descartes. Cette équipe de chercheurs Français est parvenue à dépister la maladie avant ses premiers symptômes grâce à des tests sur des souris.

Une détection trop tardive de la maladie

La détection de la maladie d’Alzheimer se fait aujourd’hui lorsque le patient est victime de troubles de la mémoire ou de l’humeur. Cette affection neurodégénérative se caractérise par une dégénérescence dans le cerveau. Une détection tardive de la maladie ne permet pas aujourd’hui aux malades d’être soignés. Une avancée significative vient donc d’être réalisée. Des analyses sur les caractéristiques biologiques de cette maladie ont permis de découvrir certains signes précoces. Le but est de repousser les dégâts sur le cerveau. Alzheimer provoque en effet des dégâts irréversibles une fois installée. Ce déclin des fonctions cognitives pourrait être largement amenuisé par le biais d’une simple prise de sang. Le chercheur du CEA Jérôme Braudeau explique au journal Le Figaro qu’ils pensent « pouvoir caractériser la présence de marqueurs de la maladie même en l’absence de signes cliniques, dès 45-50 ans ».

La nécessité d'une meilleur prise en charge

Ces recherches vont permettre de tester de nouveaux médicaments mais surtout d’appliquer un traitement avant que la maladie évolue vers un stade incurable. Cette avancée est néanmoins nuancée par certains. C’est ainsi que Bernard Sablonnière explique au micro de Sud Radio que ces tests ne peuvent être réalisés que lorsque des premiers signes de la maladie sont signalés : « si quelqu’un ne se plaint absolument pas de troubles émotionnels ou de troubles de mémoire, on ne peut pas proposer toute une batterie de tests complexes". Il préconise alors d’élargir l'étude sur les facteurs de déclenchement de la maladie d’Alzheimer pour une meilleure prise en charge et un traitement plus adapté. En attendant, AgentT et sa technologie vont être mis à disposition des équipes de chercheurs  à l’international. 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES