Assurance santé

Une donneuse transmet un cancer du poumon à sa receveuse

Publié par le
213 vues 1 réaction Note

Une donneuse d'organe qui fumait un paquet de cigarettes par jour

Quelques années après une greffe du poumon, une patiente d’une quarantaine a découvert qu’elle était atteinte d’un cancer du poumon. C’est vraisemblablement le traitement immunosuppresseur qui aurait accéléré la maladie.  

Un paquet de cigarettes par jour

Une patiente de 39 ans atteinte de mucoviscidose a développé un cancer du poumon après une greffe du poumon. Sa donneuse d’organe fumait l’équivalent d’un paquet de cigarettes par jour depuis 30 ans. Le scanner thoracique de la donneuse n’avait pas révélé d’anomalies au moment de l’intervention. Deux ans après l’intervention, la patiente réalise une radio au CHU de Montpellier des poumons qui met en évidence une tumeur cancéreuse agressive. C’est vraisemblablement son traitement immunosuppresseur qui aurait accéléré le développement du cancer. Une triste histoire qui remet en question la question de la transplantation. Certains professionnels de santé souhaitent par ailleurs que des greffes pulmonaires provenant de gros fumeurs soient attentivement étudiées.  

Des prélèvements d’organes en baisse en 2018

Même s’il s’agit d’un cas rarissime, ce n’est pas la première fois qu’une telle histoire se produit. En effet, quatre patientes ont contracté le cancer après des greffes d’un même donneur. Une seule patiente est toujours en vie.

En France, la loi indique que nous sommes tous donneurs d’organes ou de tissus sauf en cas de refus. Un refus qui doit être effectué du vivant de la personne. Aujourd’hui, à défaut de consigne, la famille peut attester de la volonté du donneur. Le taux de refus est d’environ 30% soit une baisse de 3% par rapport à l’année 2017.

En 2016, il y a eu en France :

•  5891 organes ont été greffés soit 2,5 % de plus qu’en 2015
•  3615 greffes rénales dont 576 à partir de donneurs vivants
•  477 greffes cardiaques
•  371 greffes pulmonaires

Selon les derniers chiffres de l’Agence de biomédecine, les prélèvements d’organes comme le cœur, le foie ou encore le rein ont baissé depuis le début de l’année 2018 après de très bons chiffres en 2017. Sur les premiers mois de l’année, une nette baisse a été observée. En août 2018, 1 882 donneurs ont été comptabilisés contre 1 930 attendus.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
1 RÉACTION
J'ai étais victime d'un OAP IL Y A 10 ANS je fumé quarante cigarettes par jour l'ors que j'étais sur mon lit d'hôpital le cardiologue ma dit si vous continuer encore vous en avez pour deux mois a vivre.J'ai donc demander aux personnes qui étaient prés de moi d'aller détruire chez moi tout ce qui avait trait au,tabac et depuis je ne fume plus Donc il est question de volonté ce n'est pas insurmontable loin sans faut les gens me font rire !!

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES