Assurance santé

Une seconde mutation génétique résistante au virus du sida découverte

Publié par le

Virus du sida : une mutation génétique crée une immunité naturelle

Des chercheurs ont annoncé avoir découvert une nouvelle mutation génétique extrêmement rare permettant de créer une immunité naturelle contre le virus du sida. Il s’agit de la seconde mutation génétique découverte.

Une découverte chez une famille atteinte d’une maladie musculaire

Une avancée significative dans la lutte contre le virus du sida ? Des chercheurs ont annoncé jeudi 29 août avoir découvert une seconde mutation génétique résistante au virus du sida. Responsable d’une maladie musculaire touchant une centaine de personnes, celle-ci permet de créer une immunité naturelle contre le virus. La première mutation avait été découverte après que Timothy Brown, renommé « patient de Berlin », ait été guéri du VIH grâce à une greffe de cellules-souches. Ces dernières contenaient une mutation du gène CCR5, permettant de créer une immunité naturelle contre ce virus.

Cette seconde mutation concerne cette fois-ci le gène TNPO3 (Transportine-3). Une mutation découverte en Espagne chez une famille atteinte d’une maladie musculaire extrêmement rare, la « dystrophie musculaire des ceintures de type 1F ». Un gène qui intéresse particulièrement les chercheurs sur le VIH car « il joue un rôle dans le transport du virus à l'intérieur des cellules », explique l’AFP.

Le virus n’arrivait pas à rentrer dans les lymphocytes

Après avoir contacté des généticiens de Madrid, des tests en laboratoire ont été effectué. Du sang de membres de la famille espagnole a ainsi été infecté par le virus du sida. Cela a permis de découvrir que leurs lymphocytes, et plus généralement ceux de personnes atteintes de cette maladie, étaient naturellement résistants au VIH. Le virus ne parvient tout simplement pas à rentrer dedans. « Cela nous aide à comprendre beaucoup mieux le transport du virus dans la cellule », indique à l’AFP José Alcami, virologue de l’Institut de santé Carlos-III à Madrid. Ce dernier espère que cette découverte permettra de créer de nouveaux médicaments anti-VIH. Le chemin est néanmoins encore long tempère-t-il.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES