Vaccins : 10 % des généralistes sont réticents

Articles sur
le même sujet
Voir plus d'articles
Suivre l'actualité de l'assurance
Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez les dernières actualités de l'assurance ainsi que nos conseils pratiques.
Abonnez-vous !

Guide de l'assurance > Actualité Assurance > Assurance santé > Vaccins : 10 % des généralistes sont réticents

Actualité de l'assurance

Assurance santéVoir toute son actualité

Vaccins : 10 % des généralistes sont réticents

|
Consultations : 1433
Commentaires : 0
Simulation gratuite d'assurance santé : Economisez sur votre assurance santé

Association non syndicale de recherche scientifique et de formation médicale continue, la Société française de médecine générale (SFMG) a récemment interrogé 1 069 praticiens. Principal enseignement de cette enquête : un médecin généraliste sur dix éprouve des réticences en matière de vaccinations. Explications.

Le vaccin HPV divise les praticiens

Selon la dernière enquête de la SFMG, l’écrasante majorité des médecins généralistes (90 %) ne doute pas des bienfaits de la vaccination. Toutefois, un praticien sur dix se dit réticent à l’égard de certains types de vaccins. Ils évoquent pêle-mêle les vaccins combinés, la présence d’adjuvant ou encore l’innocuité du vaccin contre les papillomavirus humains (HPV).

En outre, 24 % des professionnels de santé interrogés formulent un avis défavorable à la présence d’adjuvant dans les vaccins.

Enfin, si des vaccins font (presque) l’unanimité comme le vaccin contre le tétanos (95 %), d’autres laissent apparaître certains doutes. Par exemple, près d’un tiers des médecins généralistes ne voit pas le bénéfice pour la collectivité du vaccin HPV qui permet pourtant de prévenir notamment le cancer du col de l’utérus.

Médias et réseaux sociaux

En pratique, si un patient témoigne une certaine réticence, 25 % des généralistes n’insisteront pas. Lorsqu’il s’agit du vaccin HPV, c’est la moitié d’entre eux qui ne tentera pas de convaincre le patient réticent.

Cette étude réalisée par la SFMG évoque aussi ces informations véhiculées par les médias et les plateformes sociales. Sur ce point, 33 % des médecins généralistes estiment qu’en matière de vaccination, le contenu informatif communiqué par les médias est « défavorable ou très défavorable ». Plus de la moitié d’entre eux (56 %) éprouve ce sentiment en ce qui concerne le vaccin HPV.

Pourquoi des médecins généralistes sont-ils réticents pour certains vaccins ?Notez enfin qu’en fonction de la teneur de votre mutuelle santé, les différents vaccins à réaliser peuvent bénéficier d’une prise en charge intégrale.

Faites jouer la concurrence, comparez les acteurs du marché pour le produit de votre choix !

Assurance AUTO Assurance MOTO Assurance HABITATION Assurance CHIEN ET CHAT Assurance VIE Assurance CREDIT Assurance DECES
Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction

S'abonner aux actualités par flux RSS
Abonnez-vous à notre flux RSS pour recevoir instantanément les dernières
actualités en direct.
S'abonner aux flux RSS