• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance vie

Assurance vie : pourquoi prendre des risques ?

Publié par le , Mis à jour le 15/03/2016 à 17:48

Que rapport une assurance vie plus risquée ?

Les fonds en euros n’intéressent plus les banquiers qui préfèrent largement orienter leurs clients (vous et moi) vers des unités de compte, certes plus rémunératrices mais aussi dont le placement est plus risqué. Pourquoi les assureurs poussent-ils leurs clients à prendre des risques ?

Une migration vers les placements d’assurance vie plus risqués ?

En 2015, la FFSA comptabilise 24,6 milliards d'euros versé sur les unités de compte des contrats d’assurance vie, soit un peu plus de 20 % des montants placés. Une hausse par rapport aux années précédentes témoignant d’un nouveau gout pour le risque de la part des épargnants. Pour le risque ? Oui car les unités de comptes sont des supports dont le capital n’est pas garanti.

Mais ce mouvement ne s’est pas fait naturellement. Les assureurs y sont pour beaucoup. Repoussant peu à peu la vente des fonds en euros, trop peu rentables, ils ont mis en place toute une panoplie d’actions pour pousser les épargnants à oser des placements risqués.

Fonds en euros : un contexte non favorable

Le marché de l’assurance vie, et particulièrement celui des fonds en euros fonctionne au ralenti. Début février 2016, l’OAT à 10 ans s’élevait à 0,64 %, comparé à 3,61 % 5 ans auparavant. Si les anciens contrats d’assurance vie permettent de relever le rendement pour les épargnants, les nouveaux souscripteurs de fonds en euros ne bénéficient que de faibles taux d’intérêts. Une baisse des taux ayant un impact sur la rentabilité globale du fonds en euros.

D’autre part, Solvabilité II qui doit renforcer la solidité financière des assureurs incite les épargnants à se tourner davantage vers les actifs peu risqués et peu rémunérateurs. Une affaire qui ‘arrange pas les assureurs qui préfèrent réorienter les assurés vers des unités de comptes.

Comment les assureurs poussent-ils les clients vers le risque ?

-          En les orientant vers les fonds en euros de nouvelle génération. Quasiment le même principe que les fonds en euros traditionnels, mais plus rémunérateurs car une partie des placements doivent être versés sur les unités de comptes.

-          Jouer sur le bonus. Le principe consiste à récompenser les épargnants aux comptes les plus remplis et ayant accepté le risque.

-          L’euro-croissance : le placement est en majorité garanti à l’échéance, se situant entre 8 et 40 ans (selon le choix de l’épargnant).

-          Placement dans l’immobilier via des supports d’assurance vie. Quoi de mieux que d’attirer les Français vers leur rêve : la pierre ?

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES