Assurance vie

Cashbee+ veut révolutionner l'assurance vie. Rencontre avec Cyril Garbois, son co-fondateur

Publié par le

Cyril Garbois est le co-fondateur de Cashbee, une application lancée en 2018 pour proposer aux particuliers des solutions d'épargne rémunératrices à portée de smartphone. En fin d'année dernière, l'appli s'est aussi lancée dans un produit d'assurance vie, en partenariat avec Generali. Un placement qui pourraient séduire les épargnants, après une année d'économies records. 

Quelle était au départ l’ambition de Cashbee ?

Nous avons créé Cashbee en 2018, avec idée qu'il fallait trouver une solution pour les sommes considérables qui s'accumulaient sur les comptes courants et les livrets des Français. Ces comptes bancaires connaissent en effet une rémunération qui est de plus en plus en basse. Les montants de l'épargne sont colossaux, et ont particulièrement augmenté l'année dernière : on parle de 1 000 milliards d'euros, une somme considérable, mais qui n’est rémunérée qu’entre 0% et 0,5%. Nous avons donc souhaité proposer une solution en partenariat avec des banques qui sont susceptibles d'apporter une rémunération supérieure pour ces dépôts, car elles en ont besoin pour se financer. Notre idée a été de proposer de façon très simple aux épargnants, à l’aide d’une application, d'ouvrir un compte rémunéré auprès de certaines de ces banques partenaires françaises, qui sont couvertes par le fonds de garantie des dépôts. 

Comment fonctionne cette application ?

Dès que ces épargnants ont quelques liquidités sur leur compte ou sur un livret d'épargne, ils peuvent les mettre au travail sur Cashbee, avec une rémunération qui est aujourd'hui de l'ordre de 1% sur la première année. Les offres varient selon la période, actuellement il est possible de bénéficier de 2% durant quatre mois, puis d’un taux d’intérêt de 0,6% ensuite. Un taux qui est donc supérieur à celui du Livret A, et que nous avons voulu proposer à nos clients pour leur argent qui somnole. Néanmoins, il nous a paru rapidement important de leur proposer également des solutions encore plus rémunératrices. Car, même avec une rémunération de l'ordre de 1%, qui est supérieure à ce que l'on peut avoir sur d'autres supports sans risque, cela reste encore malgré tout quasiment au même niveau que l'inflation. C’est pour cette raison que nous avons donc souhaité créer le produit Cashbee+ avec Generali, qui permet aux utilisateurs qui ont déjà mis suffisamment de côté pour leur épargne de précaution, de la diversifier vers des supports un peu plus long-terme, et potentiellement plus rémunérateurs. Ce produit nous le voulons très simple pour qu'il puisse parler à tout le monde, notamment à ceux qui ne sont pas spécialistes de la finance et de l'assurance vie.

Comment guidez-vous justement les épargnants qui souhaitent sauter le pas de l’assurance vie ?

L'expérience client est la même que pour Cashbee, cela se fait en quelques minutes : nous définissons avec le client son profil de risque, puis, une fois celui-ci établi, nous lui proposons un thème d'investissement. Il peut s'il le souhaite investir dans la protection climatique, l'inclusion sociale, la technologie ou un mélange de l’ensemble, et tout cela en gestion pilotée : c'est à dire que les décisions d'investissements sont prises par un spécialiste. C’est un partenaire de chez Generali qui va choisir sur quels fonds l’argent va être placé, selon le profil de l’épargnant, et les thèmes qu’il a sélectionnés. Il s’agit donc d’une offre personnalisée et adaptée à des non-spécialistes, qui n'ont pas envie de consacrer trop de temps à leurs investissements, mais qui souhaitent tout de même diversifier leur épargne, tout en estimant que leur argent mérite mieux.

Ce produit nous l'avons lancé fin 2020, et nous avons déjà convaincu une part significative de nos clients Cashbee de s’y associer, en y plaçant une partie de leur épargne. L'idée était que ces épargnants viennent dans un premier temps mettre au travail leur argent qui dort. Puis, après avoir mis suffisamment de côté pour leur épargne de précaution, et lorsqu’ils se sentent plus familiers de l’application, ils peuvent s’orienter sur un produit à plus long terme, et passer du profil d’épargnant à celui d’investisseur piloté. 

A partir de quelles sommes peut-on investir dans vos produits ?

Pour le compte d'épargne rémunéré, qui est garanti pour chaque épargnant à hauteur de 100 000 euros, le minimum est à dix euros, et nos clients peuvent aller jusqu'à 1 million d'euros. Pour l'assurance vie le minimum est de 1 000 euros, sans plafond de montant. 

Comment les utilisateurs déplacent-ils leurs économies vers l’application ?

Quand vous arrivez sur l'application, on vous propose d'agréger votre compte bancaire, ce qui permet de simplifier la démarche, puisque vous pourrez ensuite effectuer des virements directement entre votre compte et l'application. Ensuite nous vous proposons notre placement de compte d'épargne rémunéré, auprès de notre banque partenaire, soit le contrat Cashbee+, qui est un contrat d'assurance vie géré par Generali. Donc les clients peuvent tout à fait se diriger directement vers notre produit à long-terme. Mais la plus grande partie de nos utilisateurs Cashbee+ sont également détenteurs d’un compte rémunéré. 

Pensez-vous avoir profité l’année dernière de l’épargne record mise de côté par les Français ?

Nous sommes une nouvelle offre, donc il est difficile de dire si nous aurions fait mieux auparavant, et dans quelle mesure 2020 est particulière pour nous. Toutefois, force est de constater que nous avons connu une forte croissance de nos encours, qui ont été multipliés par 14, et qui continuent de progresser fortement en ce début d’année. Nous avons dépassé la barre de 30 millions d'euros d’encours. Bien sûr, il est possible de penser que le contexte, qui amène les Français à épargner plus que d'habitude, a été porteur. D'autant plus qu'il existe peu de possibilité aujourd'hui de placer son argent sans prendre trop de risque, et avec les rendements que nous proposons. Nous avons constaté un afflux de client très fort l’année dernière, mais la nouveauté de notre offre a également eu une influence sur ces bons résultats. 

Ne bénéficiez-vous pas aussi de l’engouement autour des assurtech ?

Un certain nombre de facteurs nous sont en effet favorables. Les assurtech profitent de nouveaux usages qui se démocratisent, comme par exemple la plus grande facilité qu’ont aujourd’hui les utilisateurs à user de moyens digitaux pour gérer leur argent. Nous en profitions mais nous y contribuons également, du moins nous l’espérons, en proposant des outils très simples d’utilisation. Enfin, notre offre bénéficie aussi naturellement des taux actuels, qui sont très bas :  les placements sur livrets et les assurances vie à capitaux garantis rapportent peu, ce qui conduit les épargnants à se diriger vers des supports aisés à maitriser, et plus rémunérateurs.

« [...] les placements sur livrets et les assurances vie à capitaux garantis rapportent peu, ce qui conduit les épargnants à se diriger vers des supports aisés à maitriser, et plus rémunérateurs ».


Dans un contexte d’incertitudes économiques, Cashbee propose aussi de pouvoir retirer son capital rapidement.

En effet, nous pensons que la liquidité est tout aussi importante voire plus importante que la rentabilité. Notre ADN nous porte donc à d'offrir des produits qui sont liquides et accessibles à tout moment à nos utilisateurs. Nous sommes ainsi la première application d'épargne qui propose un certain nombre d'innovations sur le marché français : tout d’abord un produit 100% mobile accessible à la souscription et à toutes opérations à partir d'un smartphone. Ensuite, des placement ayant le profil ISR (Investissement socialement responsable). Enfin, des fonds qui bénéficient d'une liquidité en 72h. Il est important à nos yeux de casser le mythe de l'assurance vie qui serait un produit non-liquide, qui nécessiterait beaucoup de formalités pour effectuer des rachats anticipés. Sur Cashbee c'est très simple : on a besoin de son argent, on fait un retrait et en trois jours la somme est disponible sur le compte. C’est un mode d'utilisation de l'épargne, y compris de longue durée, qui est tout à fait nouveau.

Comment est définit le profil d’investisseur de l’utilisateur ?

Nous posons ces questions dans le cadre de notre devoir de conseil. Au lancement de l’application, nous interrogeons l’utilisateur sur son horizon d'investissement, sur son appétit pour le risque, sur ses connaissances financières… Et, en fonction, de ses réponses, notre algorithme lui propose un profil de risque qui va de défensif, avec une part importante d'assurance vie en euros garantie, et le reste investi sur des supports plus risqués, à des profils plus dynamiques, sur lesquels la part des supports diversifiés, notamment en actions, est prépondérante. Ensuite le client peut bien sûr accepter ou refuser ce profil, et en choisir un autre. Notre conviction c’est que tous les épargnants ne savent pas toujours s’ils doivent investir sur des obligations japonaises ou des actions américaines. C’est un exercice réservé aux experts, et encore eux-mêmes peuvent se tromper. En revanche, nous pensons que les clients savent à quoi ils veulent que leur argent serve ; est ce que la lutte contre le réchauffement climatique mérite d'y investir son argent ? Est-il plus légitime d’investir sur une entreprise avec inclusion sociale forte ? Il nous semblait important de proposer ce type de choix, qui constituent un deuxième niveau de personnalisation.

Vous mettez en effet en avant la nature de vos placements, labellisés ISR, que cela signifie-t-il ? Et pourquoi ce choix ?

Nos clients ne choisissent pas directement leurs placements, le gestionnaire s'en occupe. Il s'assure qu’au minimum 70% des fonds qu'il sélectionne aient le profil ISR : ce label est accordé par des organismes indépendants qui s'assurent que les actifs choisis par le fond ne font pas partie d'un certain nombre secteurs prohibés : charbon, tabac… Et que les entreprises sélectionnées sont bien notées en termes de RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Aujourd’hui, la plupart des gestionnaires actifs doivent proposer au moins un placement de type ISR, nous avons fait le choix que l'ensemble des placements que nous proposons le soient.

Quelles sont vos ambitions pour l’année à venir ?

Nous avons l'intention de continuer à croitre, en nombre de clients et en encours gérés. Nous souhaitons également augmenter la taille de notre l'équipe, qui se compose aujourd’hui de douze personnes. Nous avons aussi l'ambition d'élargir notre offre avec de nouvelles solutions d'investissements, toujours aussi simples, et accessibles en quelques minutes avec un profil responsable.

Économisez jusqu'à 40% sur votre assurance auto

Grâce à Assurland.com, comparez gratuitement vos assurances personnelles en quelques minutes pour être protégé au meilleur prix !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES