• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Assurance vie

Loi Sapin II : adoption de la limite des retraits en assurance vie

Publié par le

Nouveaux détails sur le gel de l’assurance vie en cas de crise

La loi Sapin II fait des remous. Les épargnants s’inquiètent de la possibilité d’un gel de leurs retraits en cas de crise financière. La deuxième lecture du texte en question apporte de nouvelles informations sur ce sujet.

Assurance vie : un enjeu de taille qu’il faudrait sécuriser

Depuis peu, un nouvel amendement est en discussion dans le cadre de la loi Sapin II. Il s’agit de sécuriser le placement de l’assurance vie pour le gouvernement. La possible apparition d’une crise pose quelques questions au sein des représentants et l’assurance vie est en enjeu majeur. En effet, l’épargne préférée des Français représente une somme considérable. 14 millions de Français sont concernés et cela représente quelques 135,3 milliards d’euros de cotisations collectées en 2015 selon les chiffres de la Fédération Française de l’Assurance.

Pour se prémunir d’un scénario catastrophe où les épargnants souhaiteraient retirer leurs réserves, le gouvernement pense à bloquer les retraits uniquement en cas de situation économique menaçant la stabilité du système financier actuel. Les discussions à l’Assemblée nationale avancent que cet acte de dernier recours viserait à garder « la stabilité des compagnies d’assurance vie ». La durée a également été revue et il est maintenant question de 3 mois renouvelables contre 6 mois auparavant.

Un gel qui ne correspond pas aux besoins immédiats des épargnants

Du côté des épargnants, la situation n’est pas vue pour préserver la santé générale du système mais plutôt via une vision microéconomique de la chose. Suspendre même temporairement les retraits est en effet mal vu et réduirait les libertés sur les placements. Il suffit d’imaginer que certains épargnants aient besoin de leur assurance vie pour répondre à des besoins immédiats et indépendants de leur volonté comme le décès d’un proche ou un licenciement.

En cas de crise, leur situation pourrait ainsi être très compliquée. Des cas particuliers sont néanmoins à l’étude comme l’autorisation pour des retraits de petite taille ou des situations où le texte ne s’appliquerait pas.

via argusdelassurance.com

 

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES