• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Les Newsletters Assurland

Auto connectée : la nouvelle cible des pirates

Publié par le , Mis à jour le 28/08/2015 à 10:10

Depuis quelques années, les automobiles embarquent de plus en plus d’électroniques. Rien de surprenant dès lors à ce qu’elles attirent l’intérêt des pirates informatiques. D’ailleurs, ces derniers n’éprouvent visiblement aucune difficulté notable pour en prendre le contrôle. Coup de projecteur.

Un boîtier ou une carte

Avec tout l’électronique embarqué, les voitures les plus récentes sont tout naturellement devenues la cible des hackers et pirates informatiques.

Du vol sans effraction à la prise de contrôle à distance de la voiture, ces engins se piratent apparemment avec une certaine facilité. D’ailleurs, il suffit de se rendre sur Internet pour dénicher l’équipement du parfait petit hacker de voitures connectées. Par exemple, un boîtier ou une simple carte informatique permet de contourner le dispositif anti-démarrage de l’automobile.

Notez qu’aucun véhicule bourré d’électronique n’est complètement à l’abri.

Des véhicules vulnérables

La principale faiblesse des automobiles connectées n’est autre que leur prise « On-Board Diagnostics » (OBD) utilisée par les techniciens pour réaliser le diagnostic du véhicule. Et, c’est ce même connecteur qui est mis à profit par les pirates et hackers pour brancher un boîtier permettant de désactiver le système antivol du véhicule et de le faire démarrer.

La prise OBD peut servir aussi à prendre le contrôle de la voiture alors qu’elle roule. Ce fut le cas pour le piratage informatique d'une Toyota Prius réalisé par Charlie Miller, chercheur en sécurité chez Twitter, et Chris Valasek, responsable de la cybersécurité chez IOActive. Les deux pirates ont pu prendre le contrôle du véhicule, accélérer, freiner, tourner le volant ou encore éteindre les phares. Très inquiétant !

Comme un ordinateur

A l’heure de la voiture connectée - il en existe plus de 45 millions d’exemplaires aujourd’hui et il devrait y en avoir 420 millions dans trois ans - la menace la plus grande est à n’en pas douter l’accès à distance.

Pour le confort et la sécurité du conducteur, l’auto connectée renferme et intègre de nombreux outils de communication qui collectent et échangent quantité de données.

Malheureusement, cela constitue une porte d’entrée idéale pour les pirates qui, à la manière d’un ordinateur connecté à un Internet, peuvent accéder sans difficulté à ce type d’engins. Ainsi, ils pourraient falsifier le compteur du véhicule, bloquer la direction ou, pire, désactiver le freinage.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES