Les Newsletters Assurland

Burn-out : maladie professionnelle ou non ?

Publié par le
459 vues 7 réactions Note

Le burn-out doit-il etre reconnu comme une maladie professionnelle ?

Le burn-out doit-il être reconnu comme une maladie professionnelle ? C’est la question intéressante posée par Capital.fr. 3 arguments contre la reconnaissance, 3 arguments pour. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Burn-out : contre la reconnaissance de maladie professionnelle

  • Pourquoi le burn-out n’est pas une maladie ?

Pour la partie contre la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle, le premier argument consiste à dire que cette maladie est entièrement liées au monde professionnel. Or, comme pour une dépression, le burn-out serait causé par plusieurs facteurs mettant en avant une fragilité personnelle. De plus, selon les détracteurs de la théorie faisant du burn-out une maladie pro, il s’agirait plus d’un ensemble de symptômes que d’une maladie, rendant ce mal difficile à cerner.

  • Burn-out, maladie professionnelle : qui paierait ?

En partant du principe que le taux de cotisation d'une entreprise dépend du nombre d'accidents du travail et de maladies professionnelles, si le burn-out était reconnu comme maladie pro, cela augmenterait le coût du travail. Comment ? Les entreprises paieraient à la place de l’Assurance Maladie, plus elle compterait de burn-out, plus elle paierait cher.

  • La reconnaissance comme maladie pro serait une mauvaise stratégie

Dans le cadre de la prévention des risques professionnels, reconnaitre le burn-out comme maladie professionnelle reviendrait à porter atteinte à l’objectif général de prévention des risques professionnels. Alors que le coût du burn-out est élevé, l’important est de valoriser la prévention de ce mal.

Burn-out : pour la reconnaissance de maladie pro

  • Sa définition est liée au travail

En Français, le burn-out est appelé « Syndrome de l’épuisement professionnel ». Sa définition ne laisse aucun doute sur son lien avec les questions professionnelles. Selon un professeur de psychologie américain, le burn-out se caractérise par trois signes :

- Epuisement ou assèchement émotionnel

- Dépersonnalisation ou déshumanisation, entraînant une posture de détachement par rapport aux personnes pour qui et avec qui on travaille

- Sentiment de non-accomplissement personnel ou perte de ce sentiment

  • Vers l’amélioration des conditions de travail

Pour certains, l’apparition de nouvelles méthodes de travail aurait provoqué la hausse des cas de burn-out. La reconnaissance de ce mal comme maladie professionnelle permettrait aux entreprises de réfléchir à leur manière de fonctionner en interne.

  • Vers une meilleure justice sociale

Enfin, la reconnaissance du burn-out en tant que maladie pro inciterait les entreprises à faire plus de prévention sur cette question. L’idée est qu’en visant l’argent des entreprises, les pro-« maladie professionnelle » estiment que les sociétés finiront par investir davantage dans la prévention plutôt que dans l’indemnisation des salariés suite à un burn-out.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
7 RÉACTIONS
le burn out est actuellement le second syndrome de maladie professionnelle entrainant inaptitude et licenciement. Ce n'est pas reconnu comme maladie professionnelle car c'est le travail qui est malade. La déshumanisation des rapports sociaux au sein des entreprises et le décalage incessant entre la réalité du travail et le discours hypocrite qui voudrait que le travail soit un idéal provoque ce syndrome. Après avoir touché principalement les populations Cadre, ce syndrome touche actuellement toutes les catégories. comme la plupart des risques, celui-là peut se prévenir, à condition d'avoir conscience de son existence et de vouloir le prévenir correctement.
Je pense également que le burnout est plus un ensemble de symptômes qu’une maladie. Les prétextes pour sa non reconnaissance professionnelle sont plus que discutables et totalement absurdes, c'est vraiment se chercher des excuses. Si une entreprise doit payer plus parce qu'elle a plus de burnout c'est avant un signe qu'elle doit remettre en question son fonctionnement. Pour moi, le burnout c'est avant tout un excès de surcharge poussant à l'épuisement professionnel et donc forcément personnel. Le milieu professionnel est déclencheur mais des éléments personnels peuvent également y contribuer.
"Or, comme pour une dépression, le burn-out serait causé par plusieurs facteurs mettant en avant une fragilité personnelle." Vous laissez donc entendre que les personnes fragiles sont plus sujettes au burn-out ? L'épuisement professionnel en revanche fragilise la personne, c'est indéniable ! Aujourd'hui ce n'est pas le meilleur qui réussit mais celui qui va le plus vite.
Mon fils , cadre, a fait un burn-out. Comme beaucoup d'autres, il a maintenant un poste sous-traité par l'intermédiaire d'un prestataire qui assume donc , si besoin est , les licenciements qui, ne seront pas épaisses puisqu'il y a peu de syndicats pour s'en préoccuper. Ainsi, le donneur d'ordre pour lequel il travaille véritablement, est exemplaire !... Lui et ses collègues sont coincés en permanence entre le vrai et le faux patron: problème de planification du travail , des dates de vacances aléatoires connues souvent tard,relations difficiles entre le prestataire, qui ne veut pas perdre son contrat et le donneur d'ordres . Beaucoup de sociétés jouent cette carte qui mène les employés, pris en sandwich ,au burn-out. Il faut que les patrons paient pour les dégâts qu'ils causent. J'ai découvert que c'est une méthode très grave qui se diffuse énormément actuellement à tous les étages de l'emploi. C'est une maladie professionnelle induite par les vrais patrons qui ont du travail à faire faire...
Arrêtez ce misérabilisme! 35h ,avant 50h voir 70h, des vacances a tout va, ces fonctionnaires incapables de travailler seuls ,des poses, pose tabac , pose religion, pose , et encore des poses! le suicide, oui , c'est bien triste, mais grace a qui? on nous apprends a ne rien faire, a ce plaindre, toujours des victimes, syndicats, religions, alcoolisme de la jeunesse.....on nous fragilise...... On parle de qui? des ouvriers ou des patrons?
Le burn out est pour moi plus qu'une maladie professionnelle, et devrait être classé comme accident du travail, la responsabilité de l'employeur est majeure, et je serais partisan de lui faire assumer la totalité des coûts, de même je pénaliserais ceux qui ne font pas de prévention, et proposerais des allègements à ceux qui en font.. Je suis employeur, et trop souvent, j'ai pu constater des managements réellement criminels..
Pour en avoir vécu un, je peux simplement dire qu'il y a toute une combinaison de facteurs déclenchant le burn out. Le management professionnel est grande partie responsable de cette affection. La pression exercée par la hiérarchie sur les subalternes est parfois insupportable ! Et les exemples sont légions, je n'en citerai qu'un: en milieu hospitalier, lorsqu'une infirmière (ou infirmier) dit à son cadre qu'il n'est plus possible de travailler dans de bonnes conditions, il lui est répondu qu'elle (ou il) est fatiguée ou n'est plus assez performante et qu'il faudrait envisager pour elle (lui) un autre poste. Pour ne pas montrer sa fatigue, l'infirmière travaille encore davantage, dépasse les limites imposées par son physique, la fatigue augmente avec un stress énorme, et puis un jour cette employée modèle, jamais valorisée par son cadre, ne se lève pas pour aller travailler et peut conduire dans beaucoup de cas, au suicide. Il est inutile de chercher si c'est professionnel ou pas, il faut, en amont, démonter les mécanismes connus conduisant au burn out ! Mais c'est un prêche dans le désert.....

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES