• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Les Newsletters Assurland

Cambriolages : les villes les plus touchées de France

Publié par le

Selon les derniers chiffres dévoilés par le ministère de l’Intérieur, il y a eu 232 500 cambriolages en 2014 dans l’Hexagone, soit 5,5 cambriolages pour 1 000 logements et plus de 635 cambriolages par jour. Toutefois, ces nouvelles estimations cachent de nombreuses disparités. Coup de projecteur.

41 % des communes épargnées

L’an dernier, on a enregistré 232 500 cambriolages en France. Cela représente en moyenne 5,5 cambriolages pour un millier de logements.

Toutefois, 41 % des communes françaises n’ont subi aucun cambriolage en 2014. Il s’agit le plus souvent de communes qui accueillent 310 habitants en moyenne.

A contrario, les grands pôles urbains apparaissent comme les plus touchés, que ce soit en Ile-de-France, dans la Vallée du Rhône, en Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) ou au sein des agglomérations lilloise, bordelaise, nantaise et toulousaine. En revanche, la Corse, le sud du Massif Central, la Bretagne et la région Pays de la Loire à l’exception notable de Nantes ont été davantage épargnés.

Quid des grandes villes de l’Hexagone ?

Si l’on s’intéresse à la Ville Lumière, on y a recensé 7 cambriolages pour 1 000 logements en 2014. Une moyenne inférieure aux 12,7 cambriolages pour 1 000 logements enregistrés en région parisienne. Même constat à Marseille et Lyon où ces faits délictueux ont été moins importants que dans les départements du Rhône et des Bouches-du-Rhône.

Autrement dit, ce sont surtout les communes qui se trouvent en périphérie des grandes villes françaises qui ont été la cible privilégiée des cambrioleurs. Ainsi, en 2014, près de la moitié des cambriolages (46 %) ont eu lieu dans les communes voisines des cent plus grandes villes de l’Hexagone.

Pourquoi ces communes sont-elles visées ?

Cette nouvelle étude Interstats du nom du nouvel outil statistique de la délinquance utilisé au ministère de l’Intérieur signale que la répartition des cambriolages ne correspond pas seulement à un découpage géographique.

En effet, d’autres critères entrent en jeu comme l’âge, le taux de chômage et la richesse du territoire. Ainsi, plus la proportion de jeunes est importante, plus le nombre des cambriolages est élevée. De même, plus le taux de chômage est élevé, plus les cambriolages sont nombreux. A noter toutefois qu’à partir d’un seuil de chômage local de 24 %, le nombre de cambriolages pour 1 000 logements a tendance à reculer. Enfin et c’est logique, plus le territoire est riche, plus il attire les convoitises des cambrioleurs.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES