Les Newsletters Assurland

Immobilier : votre pouvoir d'achat s'est considérablement amélioré

Publié par le
1456 vues 2 réactions Note

Les Français ont plus accès au crédit immo aujourd'hui, qu'il y a 10 ans

Selon une étude de Meilleurtaux.com, le pouvoir d’achat des Français en matière d’immobilier aurait largement augmenté en l’espace de 10 ans. Toutefois, le territoire observe des inégalités.

Immo : + 40 % de pouvoir d’achat pour les Français

En seulement 10 ans, le pouvoir d’achat immobilier des Français aurait augmenté en moyenne de 40 % selon l'Observatoire des taux de Meilleurtaux.com.

Dans 15 des 20 plus grandes villes de France, la capacité d’emprunt des Français a augmenté. Toutefois, la situation immobilière de certaines villes n’a pas permis cette hausse du pouvoir d’achats.

Comment ce pouvoir d’achat immobilier s’est-il amélioré de la sorte en seulement une décennie ? Le coût du crédit a été divisé par 5, avec des taux d’intérêt encore à la baisse. Le rapport fait état d’un taux autour de 5 % en 2009, descendu à 1,40 % 10 ans plus tard. La baisse du taux d’emprunt a pour conséquence une capacité d’emprunt plus élevée et une surface achetable plus grande.

En 10 ans, pour un emprunt de 150 000 euros, les acheteurs de Saint Etienne et Le Mans ont gagné 48 m2 ; les habitants de Reims, 18m2 ; 10 m2 pour Lille, etc. Les grandes perdantes sont principalement Bordeaux qui perd 14 m2, Lyon (- 9m2) et dans une moindre mesure Paris (-2 m2).

Au total, pour un emprunt de 150 000 euros à 5 % en 2009 ramené au taux bas de 2019 : 7 grandes villes françaises gagnent en pouvoir d’achat (St Etienne, Le Mans, Le Havre, Grenoble, Reims, Angers, Dijon, Toulon) ; 5 villes perdent en pouvoir d’achat (Bordeaux, Lyon, Rennes, Paris, Strasbourg) ; et Nantes s’est stabilisé en 10 ans.

Achat immobilier : un taux d’usure qui se durcit

Fixé d’un trimestre à l’autre par la Banque de France, il s’agit du taux annuel effectif global (TAEG) maximum légal pour lequel que les établissements bancaires ou de crédit sont autorisés à pratiquer en accordant un emprunt.

Le taux d’usure protège l’emprunteur contre certains abus, comme l’application de taux excessifs.

Au 31 décembre 2018, les taux d’usure étaient les suivants :

- Taux fixe, pour un emprunt de moins de 10 ans : 2,79 %

- Taux fixe, pour un emprunt entre 10 et 20 ans : 2,83 %

- Taux fixe, pour un crédit de plus de 20 ans : 3,01 %

- Prêt relais : 3,24 %

Dans le rapport, Meilleurtaux indique que la réalité est compliquée :

- Refus bancaires de plus en plus nombreux

- Des difficultés d’accès au crédit pour les seniors

- Des difficultés pour les bénéficiaires de prêts aidés

- Suppression de certains prets

- Etc.

Assurance crédit : trop peu de changements

Alors que les Français ont la possibilité de faire d’importantes économies en changeant régulièrement d’assurance emprunteur, ceux qui profitent de cet avantage sont encore trop peu nombreux. Selon le rapport, ces dispositifs seraient encore trop méconnus des emprunteurs, les assureurs et les banques ne communiqueraient pas sur le sujet, et les procédures seraient encore trop compliquées.

Pour rappel, la loi Hamon et l’amendement Bourquin facilitent grandement la délégation d’assurance de prêt, c’est à dire, le fait de faire jouer la concurrence pour obtenir un meilleur tarif d’assurance et faire baisser le coût total du crédit.

En réalité, cette procédure permettant de changer d’assurance de prêt n’est pas compliquée :

- Une fois le prêt signé à la banque, dans les 12 premiers mois l’emprunteur peut invoquer la loi Hamon pour résilier son assurance de prêt ou l’amendement Bourquin tout au long du prêt

- Il suffit de comparer les assurances de prêt sur un comparateur, trouver une offre moins chère

- S’assurer de l’équivalence des garanties entre l’ancienne assurance et la nouvelle : la plupart des assureurs proposent un document garantissant l’équivalence, l’emprunteur n’a rien à faire

- Faire sa demande de changement d’assurance auprès de l’établissement prêteur

Quel bilan pour l’accès à l’emprunt ?

Tous les indicateurs semblent être au vert :

- Les conditions d’emprunt battant des records

- Des efforts de la part des banques en termes de taux et d’octroi

- Des banques qui veulent capter une nouvelle clientèle

Concernant les prévisions pour l’avenir, à part le durcissement du taux d’usure, tous les autres voyants sont au vert :

2019 attendue comme une année record

- Pas de remontée des taux prévue en 2019

Cette année, c’est le moment d’acheter !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
2 RÉACTIONS
vous donnez un exemple pour 150000€ empruntés, mais avec cette même somme, la surface achetable depuis 199 a diminué de 50%,dans les métropoles moyennes , et de 75% à Paris. de plus vous vous basez sur le creux de de 2008 après la quasi-faillite du bâtiment liée aux hausses extrêmement abusives qui ont plafonné en 2005, et qui résultaient du passage à l'euro et de l'augmentation généralisée des taxations. Enfin, concernant les produits indispensables à la survie, leur augmentation a quasiment supprimé les possibilités d'apport personnel de l'immense majorité de la population serve, le revenu moyen à cet égard ayant été divisé par environ 4. Par exemple dans l'alimentaire, les prix actuels en euros sont ceux en francs de 99, etc. Donc si vous achetez, plus de vacances, plus de soins médicaux, une orange à Noel pour les enfants , etc.
Là aussi nous ne pouvons rien faire nous sommes à la solde des banques en accord direct avec les banque centrales de l'Europe les USA et tous les grandes puissances du monde! vous ne faite pas de plus value lorsque vous avez un bien immobilier les années entre l'achat et la revente si vous êtes obligé la plus value couvre juste et peut être pas ce que vous êtes obligez de racheter ou reconstruire.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES