Assurance santé : et le « burn-out » ?

Guide de l'assurance > Infos pratiques assurance > Assurance santé : et le « burn-out » ?

Informations pratiques assurance : tout ce que vous devez savoir

Informations pratiques sur l'assurance

Assurance santé : et le « burn-out » ?

|
Consultations : 3382
Commentaires : 0
Assurance santé et prise en charge du « burn-out »
Simulation gratuite d'assurance santé : Economisez sur votre assurance santé

L’expression anglo-saxonne « burn-out » désigne un état de fatigue professionnel profond. De plus en plus fréquemment évoqué, cet état de santé particulier fait débat mais il n’est pas encore reconnu comme une maladie professionnelle. Toutefois, il est possible de bénéficier d’une bonne prise en charge grâce à la Sécurité Sociale et à une mutuelle santé. 

Qu'est-ce que le « burn-out » ?

De nombreuses raisons peuvent expliquer le « burn-out » comme la pression ou l’augmentation de la charge de travail. 

Le « burn-out » se traduit par une énorme fatigue physique et morale et un repos de quelques jours ne suffit pas à remettre d’aplomb le salarié.

Selon, les médecins, le « burn-out » peut toucher les cadres mais aussi tous les autres échelons de la hiérarchie au sein d’une entreprise peu importe sa taille. Une personne victime de « burn-out » doit suivre un traitement spécifique en plus d’un arrêt de travail complet.

La prise en charge du « burn-out »

Jusqu’à présent, le « burn-out » n’est pas encore considéré comme une maladie professionnelle selon la liste du Code de Sécurité Sociale. L’arrêt de travail serait donc considéré comme une maladie qui survient au cours du travail et qui nécessite un congé.

La Sécurité sociale peut octroyer un revenu de replacement si les cotisations le permettent, après 3 jours de carence. Cette prise en charge correspond à 50 % du « gain journalier de base » du salarié et ce pourcentage  est calculé selon le salaire obtenu par le salarié durant les 3 ou 12 derniers mois d’activité continue ou discontinue.

L’entreprise peut aussi verser au salarié tout ou partie de son salaire en cas d’arrêt de travail. En d’autres termes, la société prendra en charge le versement du complément de revenu du malade.

Enfin, une bonne assurance santé pourra verser une indemnité journalière à l’assuré malade et, selon les termes du contrat, il pourra bénéficier de l’application de la garantie « maintien de salaire » ou « indemnités journalières complémentaires ».

Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction