Comment conduire en toute sécurité ?

Guide de l'assurance > Infos pratiques assurance > Comment conduire en toute sécurité ?

Informations pratiques assurance : tout ce que vous devez savoir

Informations pratiques sur l'assurance

Comment conduire en toute sécurité ?

|
Consultations : 474
Commentaires : 0
Bien se conduire sur la route des vacances !
Simulation gratuite d'assurance auto : Economisez sur votre assurance auto

Selon la Sécurité Routière, l’alcool est la première cause de mortalité sur les routes. Il faut savoir qu’un conducteur ayant 0,5 g/l d’alcool dans le sang a deux fois plus de chances d’avoir un accident, le risque est multiplié par 10 s’il a 0,8 g/l d’alcool dans le sang.

Que faire pour limiter le risque ?

Conseil évident, mais important : il ne faut pas conduire après avoir bu de l’alcool. En effet, il faut savoir qu’un verre de vin de 10 cl à 12°, un verre de bière de 25 cl à 5° et un verre de whisky de 3 cl à 40 ° équivaut déjà à 0,2 g/l d’alcool dans le sang. Par ailleurs, si quelqu’un rentre tout seul alors qu’il a trop bu, il ne faut pas hésiter à employer tous les moyens possibles pour l’en empêcher.

Il faut savoir qu’une personne en état d’ébriété a des difficultés à prendre des décisions, elle aura aussi du mal à adapter sa conduite aux circonstances (trouble de la vision, perte de réflexes). Ces effets de l’alcool peuvent être fatals.

A noter : rien ne peut accélérer l’élimination de l’alcool dans le sang (ni l’eau, ni le café), à part le temps. L’alcoolémie décroît en moyenne de 0,15 g/l par heure. Pour éliminer toute trace d’alcool dans l’organisme, il faut compter 5 à 7 heures.

Les risques liés à la conduite sous l’emprise de l’alcool

L’infraction commence dès 0,5 g/l dans le sang (ou 0,25 mg/l d’air expiré). Au-delà des risques d’accident pour le conducteur ainsi que pour les autres usagers de la route, les sanctions prévues en cas d’arrestation sont :

  • Une amende de 135 euros
  • Un retrait de 6 points
  • L’immobilisation du véhicule
  • 3 ans de suspension de permis

A partir de 8 g/l dans le sang (0,4 mg/l d’air expiré), on ne parle plus d’infraction mais de délit. Les sanctions sont plus chères : 

  • Une amende de 4 500 euros
  • L’immobilisation du véhicule
  • Suspension de permis (3 ans) ou annulation du permis
  • Stage payant de sensibilisation à la sécurité routière obligatoire
  • 2 ans de prison
  • A la reprise de la conduite, l’obligation d’opter pour un véhicule avec éthylotest anti-démarrage

Et bien sûr, si l’auteur de l’infraction ou du délit recommence, les sanctions encourues seront encore plus lourdes : 

  • une amende de 9 000 €
  • confiscation du véhicule,
  • Annulation du permis (jusqu'à 3 ans)
  • l’obligation de suivre un stage de sensibilisation à la sécurité routière (à vos frais),
  • 2 ans de prison.

En matière d’assurance voiture, si un conducteur s’est rendu responsable d’un accident alors qu’il est en état d’ivresse, son assureur peut majorer sa cotisation dans la limite de 150 % s’il n’y a pas d’autres infractions sanctionnées et jusqu’à 400 % s’il y a délit de fuite ou d’autres infractions. L’assureur pourra également décider de résilier le contrat d’assurance en ne donnant qu’un préavis d’un mois.

S’il y a des victimes et si l’assureur a décidé de résilier le contrat, l’assuré devra prendre en charge ces victimes à ses frais. Une indemnisation de toute une vie. 

Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction