Conduite en état d'ivresse : quelle prise en charge ?

Guide de l'assurance > Infos pratiques assurance > Conduite en état d'ivresse : quelle prise en charge ?

Informations pratiques assurance : tout ce que vous devez savoir

Informations pratiques sur l'assurance

Conduite en état d'ivresse : quelle prise en charge ?

|
Consultations : 716
Commentaires : 0
Assurance auto et conduite en état d'ivresse : quelles conséquences ?
Simulation gratuite d'assurance auto : Economisez sur votre assurance auto

La conduite en état d’ivresse est un délit mais c’est aussi l’une des premières causes d’accident de la route en France. Si le conducteur a pris soin de souscrire une assurance auto, la compagnie d’assurances procèdera a minima à l’indemnisation des tiers impliqués dans l’accident. Mais, l’assurance indemnisera-t-elle tous les dégâts causés ?

L’indemnisation des tiers

Les passagers, piétons et conducteurs d’autres voitures victimes de l’accident sont pris en charge. En effet, l’assurance du conducteur indemnisera les différentes victimes. Même si le conducteur était en état d'ébriété lors de l’accident, l’assurance interviendra.

Et, si le conducteur incriminé ne possédait pas d’assurance automobile au moment de l’accident, c’est le Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires de dommages (FGAO) qui prendra en charge l’indemnisation.

Une faute grave

La conduite en état d’ivresse est considérée comme étant une faute grave qui pourrait exclure toutes les garanties de l’assurance vis-à-vis du conducteur assuré. En effet, dans certains cas, l’assurance est libre de refuser d’indemniser.

La conduite sous l’effet de l’alcool ou de stupéfiants rend le conducteur responsable de tous les dommages causés matériellement et corporellement. Dans un tel cas, une augmentation des primes est possible et le contrat d’assurance peut même être résilié.

En pratique, en cas de sanctions pénales, cette augmentation peut atteindre 400 % et, en l’absence de telles sanctions, elle peut être limitée à 150 %.

Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction