Je suis auto-entrepreneur : quelle mutuelle me convient ?

Guide de l'assurance > Infos pratiques assurance > Je suis auto-entrepreneur : quelle mutuelle me convient ?

Informations pratiques assurance : tout ce que vous devez savoir

Informations pratiques sur l'assurance

Je suis auto-entrepreneur : quelle mutuelle me convient ?

|
Note :
Consultations : 284
Commentaires : 2
Quelle mutuelle santé choisir quand on est autoentrepreneur ?
Simulation gratuite d'assurance santé : Economisez sur votre assurance santé

Avec plus d’un million de personnes ayant le statut d’auto-entrepreneur en 7 ans, ces Français ne doivent pas négliger leur couverture de santé. Comment choisir sa complémentaire santé quand on est autoentrepreneur et de quels avantages peuvent-ils bénéficier ?

Loi Madelin : l’avantage pour la mutuelle des autoentrepreneurs

La loi Madelin permet aux autoentrepreneurs de bénéficier de tarifs réduits par rapport au statut de salarié. Les autoentrepreneurs sont affiliés au Régime Social des Indépendants (RSI), l’équivalent de l’Assurance Maladie, réservée aux salariés. Tout comme ces derniers, le RSI ne suffit pas pour couvrir la totalité des frais de santé. Entre le ticket modérateur et les déremboursements de médicaments, une mutuelle santé est nécessaire pour obtenir de meilleurs remboursements.

Et pourquoi se priver d’une mutuelle alors que les autoentrepreneurs bénéficient d’un régime fiscal avantageux poussé par la loi Madelin. Autoentrepreneurs, artisans, commerçants, professions libérales, etc. Tous les travailleurs non-salariés (TNS) peuvent en bénéficier.

L’avantage : déduire de leurs bénéfices imposables le montant des cotisations à hauteur de 3,75 % du bénéfice imposable + 7 % du Plafond Annuel de Sécurité Sociale (38 616 euros en 2016).

Choisir sa mutuelle quand on est auto-entrepreneur

Comme pour les salariés, choisir sa mutuelle santé dépend de chaque assuré, de ses besoins et de son profil. Les autoentrepreneurs les plus jeunes devront se tourner vers des soins dentaires ou des garanties optiques selon leurs besoins car ces postes de dépenses restent assez élevés. Autre point important à ne pas négliger : souscrire une garantie qui les couvre en cas de maladie les empêchant de développer leur activité ou de maternité.
Les auto-entrepreneurs plus âgés ne devront pas négliger les garanties dédiés aux médecines spécialisées, tout en prenant soins de vérifier la prise en charge des dépassement d’honoraires, le remboursement des audioprothèses, etc. 

Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
2 réactions


bONJOUR comment déduire ma mutuelle ,je lis dans le guide des auto entrepreneurs que les cotisations versées au titre de la loi madelin ne sont pas deductibles!!!


Bonjour,

Voici le texte en question selon votre cas :

"La loi Madelin s’adresse aux travailleurs indépendants déclarant leur revenu dans la catégorie des BIC, BNC, BA, article 62. Sous réserve des limites fiscales posées par l’article 154 bis et l’article 154 bis OA du CGI, les cotisations de contrat Madelin sont déductibles au titre des charges de l’exercice comptable.

S’agissant du statut d’auto-entrepreneur, celui-ci est soumis au régime micro-BIC prévu à l’article 50-0 du CGI ou au régime micro-BNC prévu à l’article 102 ter du CGI. Sous réserve de ne pas dépasser un chiffre d’affaires hors taxes de 80.000 € pour les activités de  vente  et 32.000 € pour les activités de service et les activités libérales (en 2009), l’auto-entrepreneur bénéficie d’un régime fiscal forfaitaire.

Pour le micro-BIC, le résultat imposable de l’auto-entrepreneur est calculé, par application sur le chiffre d’affaires d’un abattement forfaitaire réputé tenir compte de toutes les charges, y compris les cotisations sociales et les amortissements linéaires des biens affectés à l’exploitation. Cet abattement est fixé à 71 % pour le chiffre d’affaires correspondant aux activités de vente, et à 50 % pour les autres prestations de services (article 50-0 du CGI).

Pour le micro-BNC, Le bénéfice imposable de l’auto-entrepreneur est égal au montant brut des recettes annuelles diminué d’une réfaction forfaitaire représentative des frais, y compris les cotisations sociales et les amortissements linéaires des biens affectés à l’exploitation, de 34 % (article 10 ter du CGI).

Le bénéfice imposable de l’auto-entrepreneur est donc déterminé par un abattement forfaitaire englobant l’ensemble des charges de l’exercice liées à son activité. Ainsi, les cotisations versées au titre de contrat loi Madelin ne sont pas déductibles du bénéfice imposable (quelque soit l’option fiscale choisie par l’auto-entrepreneur : versement libératoire de l’impôt ou déclaration de l’impôt sur le revenu).

Si l’auto-entrepreneur a souscrit un contrat Madelin, celui-ci est réputé inclus dans l’abattement forfaitaire au titre des frais de l’activité. Il n’y aura donc pas de déduction fiscale des cotisations Madelin. La souscription d’un contrat Madelin par un auto-entrepreneur n’a donc aucun intérêt, puisque celui-ci n’aura que les inconvénients de cette fiscalité sans pouvoir profiter des avantages fiscaux. (sauf pour un contrat mutuelle Madelin où les inconvénients sont inexistants et la tarification du contrat peut être plus intéressante)."

Cordialement,
Le service client d’Assurland