L'assurance décès pour protéger votre famille

Guide de l'assurance > Infos pratiques assurance > L'assurance décès pour protéger votre famille

Informations pratiques assurance : tout ce que vous devez savoir

Informations pratiques sur l'assurance

L'assurance décès pour protéger votre famille

|
Consultations : 343
Commentaires : 0
Assurance décès : ce produit d'assurance permet de protéger votre famille
Simulation gratuite d'assurance prévoyance : Choisissez votre assurance décès prévoyance

Souscrire une assurance décès peut constituer un choix pertinent lorsque l’on a des enfants en bas âge. En effet, selon les modalités du contrat choisi, l’assureur s’engage à verser un capital ou une rente aux bénéficiaires désignés en contrepartie du versement d’une prime par l’assuré. Etat des lieux.

Assurance décès : quelles conditions d’adhésion ?

En prélude à la souscription, l’assureur cherchera à en apprendre davantage sur votre état de santé.

Si vous êtes jeune et en pleine forme, il suffit de signer une attestation de bonne santé surtout si le montant des garanties est faible, c’est-à-dire inférieur à 25 000 euros.

En revanche, si vous êtes âgé de plus de 45 ans et de santé fragile, il faut satisfaire à un questionnaire médical détaillé. D’ailleurs, mieux vaut faire preuve de transparence et sincérité car, si vous cachez certaines informations médicales, l’assureur pourra refuser de verser le capital.

A noter enfin que si l’assureur considère que vous êtes un « sujet à risques », vous passerez différents examens (prise de sang, test d’effort,…) auprès d’un centre agréé. Vous pouvez toujours refuser ces examens mais sachez que votre assureur peut également refuser de vous assurer.

Assurance décès : quelles exclusions de garantie ?

De manière classique, certaines activités et circonstances se trouvent exclues du champ de l’assurance décès.

Si elles varient d’un assureur à l’autre, il s’agit le plus souvent d’activités physiques et sportives à risques comme la plongée sous-marine ou le parapente. S’agissant des circonstances, il est possible d’évoquer la conduite d’un véhicule motorisé sans permis ou sous l‘emprise d’un état alcoolique.

Et le suicide ? Tout dépend ici de l’appréciation des faits car il n’est pas toujours aisé de distinguer entre acte délibéré et acte involontaire. En revanche, il faut savoir que le suicide avéré fait l’objet d’une exclusion pour la première voire la deuxième année de contrat.

Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction