Santé connectée : quel intérêt pour les assureurs ?

Guide de l'assurance > Infos pratiques assurance > Santé connectée : quel intérêt pour les assureurs ?

Informations pratiques assurance : tout ce que vous devez savoir

Informations pratiques sur l'assurance

Santé connectée : quel intérêt pour les assureurs ?

|
Consultations : 1326
Commentaires : 0
Santé et objets connectés : la nouvelle obsession des assureurs
Simulation gratuite d'assurance santé : Economisez sur votre assurance santé

En France, on voit de plus en plus d’objets connectés en santé. Montres, bracelets, les arguments pour vendre des petits bijoux de technologie : coacher votre santé ! D’ailleurs les assureurs en santé n’ont pas trop tardés à s’associer avec certains innovateurs technologiques. Que leur apportent ces partenariats ?

Les objets connectés en santé, à quoi bon ?

Recevoir en temps réel ses données sur son propre état de santé. Voilà ce que proposent les objets connectés sen santé. Evaluer ses performances physiques, pression sanguine, rythme cardiaque, nombre de pas quotidiens, calories brûlées et autres objectifs physiques ; les objets connectés en santé sont de véritable coach personnels de poche.

Les assureurs ont déjà perçu tout l’intérêt de ces objets pour la santé de leurs adhérents. Certains proposent à ce titre des réductions sur les primes d’assurance santé en cas d’utilisation de ces objets dans le but d’améliorer leur santé. Qui dit amélioration des conditions physiques dit amoindrissement du risque, et donc assurance santé moins chère.

La France limite l’accès aux données de santé

Si l’intérêt des assureurs va dans le sens des assurés pour leur santé, les compagnies souhaiteraient également accéder aux données de santé de leurs assurés. Aux Etats-Unis, Apple aurait d’ailleurs déjà vendu des données de santé à des compagnies d’assurances via son application intégrée Health (santé).

Objectif : proposer des assurances santé sur mesure aux assurés.

En France, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) veille à la sauvegarde des données personnelles de santé, sujet encore très tabou. Ces données protégées concernent « toute information permettant d’identifier la nature d’une affection, d’un handicap ou d’une déficience » explique la CNIL dans une fiche sur le traitement de données relatives à la santé

 

Laisser un commentaire
Votre nom *
Votre email *
* champs obligatoires
Notez l'article :
0 réaction