La famille Jassurmalin

L'assurance moto n'aime pas les scooters débridés !

Publié par le

Pourquoi les scooters débridés sont-ils interdits ?

Un assureur moto n’est pas le seul à ne pas apprécier les deux-roues débridés, David Jassurmalin ne voit pas d’un bon œil l’ami de sa fille Cécile qui vient la chercher en scooter pour aller faire un tour.

 

Outre le fait qu’il n’aime pas savoir sa fille sur un scooter (qu’il considère comme dangereux), David trouve que le deux-roues de son ami fait un peu trop de bruit et roule un peu trop vite pour être aux normes légales.

 

Il soupçonne l’ami de Cécile d’avoir trafiqué son scooter pour que ce dernier soit plus puissant. En d’autres termes, il le suspecte d’avoir débridé son scooter.

 

« Hors de question que tu montes avec lui sur ce scooter ! » murmure discrètement David à Cécile.

 

En quoi consiste le débridage des deux-roues motorisés ?

 

David a raison d’interdire à sa fille de monter sur un véhicule deux-roues débridé : non seulement le conducteur est hors-la-loi mais en plus le débridage est très dangereux car les véhicules ne sont pas adaptés à une grande puissance.

 

Le débridage, c’est tout simplement une intervention technique consistant à réduire à néant les limitateurs de puissance et de vitesse d’un deux-roues de moins de 50cc. 

 

Parallèlement au débridage, il existe le  « kitage » de ces mêmes véhicules qui consiste cette fois à intégrer à un cyclomoteur des pièces initialement dédiées à de plus grosses cylindrées.

 

Un seul objectif : augmenter la puissance du scooter afin de rouler plus vite. Et cela fonctionne puisque selon les bidouillages, la vitesse maximale du scooter peut doubler (passant ainsi de la vitesse légale maximum de 45 km/h à 80-90 km/h).

 

scooter-debridage-kitage

 

Débridage : s'agit-il d'une pratique illégale et risquée ?

 

Clairement, le débridage et le kitage sont interdits par la loi. Il s’agit même d’un délit. Le professionnel encourt 2 ans d'emprisonnement, 30 000 euros d'amende et une interdiction d'exercice de 5 ans. Le cyclomotoriste quant à lui risque une amende de 135 euros ainsi que l'immobilisation voire la confiscation du véhicule s'il est contrôle au guidon d'un deux-roues trafiqué. Enfin, le revendeur d'un cyclo kité ou débridé encourt 7 500 euros d'amende et jusqu'à 6 mois d'emprisonnement.

 

S’il existe des règles et des normes, ce n’est pas pour rien ! Côté assurance moto, si les normes des véhicules ne sont pas respectées, l’assureur risque de refuser toute indemnisation en cas d’accident

 

La compagnie d’assurance a même le droit de procéder à la résiliation de l’assurance scooter du contrevenant, estimant que le véhicule trafiqué représente un risque supplémentaire.

 

Les conséquences peuvent être graves aussi bien en cas de contrôle (confiscation du véhicule et amende) qu’en termes d’accidents. 

 

D’un point de vue mécanique, un scooter trafiqué est dangereux sur la route : perte de la tenue de route, diminution du système de freinage, perte de stabilité, etc.

 

« J’ai pas envie de te retrouver à l’hôpital parce que ton copain a voulu jouer les motards au guidon de son petit scooter ! » insiste David auprès de Cécile. « Quant à toi, tu ne devrais pas trafiquer ton scooter, c’est extrêmement dangereux » dit-il en s’adressant à l’ami de Cécile.

 

« Bon, ne t’inquiète pas, je vais prendre ma voiture papa, déclare Cécile en tentant de rassurer son père. Et le scooter reste ici, ça te va comme ça ? » 

 

« Je préfère ça…mais fais attention sur la route ma chérie ! »

 

« Papa…. » répond Cécile d’un air exaspéré !

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES