• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Les Newsletters Assurland

La vitesse limite bientôt réduite ?

Publié par le , Mis à jour le 31/12/2014 à 16:07
5380 vues 4 réactions Note

Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve a récemment fait part de sa volonté d’abaisser de 90 à 80 km/h la vitesse maximale autorisée sur quelques routes du réseau secondaire français. Récemment débattue par le Conseil national de la Sécurité routière (CNSR), cette question pourrait rebondir en janvier 2015. Etat des lieux.

Rendez-vous en janvier ?

Réuni début décembre 2014, le CNSR a peiné à s’entendre sur les différents sujets de sécurité routière débattus, notamment l’abaissement de 90 à 80 km/h de la vitesse limite autorisée sur le réseau secondaire.

Quoi qu’il en soit, il ressort de cette réunion que Bernard Cazeneuve devrait trancher en janvier prochain et, pour l’heure, c’est l’option de l’expérimentation partielle qui aurait les faveurs du ministre de l’Intérieur. D’ailleurs, le fait que cette mesure ne soit pas généralisée à toutes les routes bidirectionnelles de l’Hexagone ferait quelques déçus, à commencer par Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière.

La mortalité routière en hausse

Si l’on en croit différents experts, abaisser de 90 à 80 km/h la vitesse limite sur le réseau routier secondaire permettrait de sauver chaque année entre 350 et 400 vies.

Or, les derniers chiffres dévoilés par la Sécurité routière témoignent d’un relâchement évident des automobilistes et motards français et le bilan de l’année 2014 devrait être plutôt mauvais. Ainsi, si les chiffres définitifs ne seront connus qu’en janvier 2015, Armand Jung, président du CNSR, lâche déjà : « Chacun sait qu'ils seront mauvais ».

L’assurance auto, encore et toujours

Entre autres obligations, le conducteur d’un véhicule terrestre à moteur (VTM) doit veiller à être assuré. Par exemple, il faut avoir une assurance auto pour être couvert en cas de sinistre et bénéficier du secours d’un assureur en cas de préjudice causé à un tiers. Faute d’assurance, l’automobiliste devra seul assumer les conséquences, notamment financières, de l’accident.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
4 RÉACTIONS
Chantal PERRICHON ne représente qu'elle même et cette personne et cela ne lui donne AUCUN droit malgré le deuil de son enfant (que je respecte) qu'elle étale sur toutes les radios et télés; nous avons pratiquement tous perdu un être cher sur la route mais ce n'est pas en nous vengeant que nous les ferons revenir...
bonjour et meilleurs vœux à tous les lecteurs de ce message ! nous avons des véhicules de + en + sûrs , alors que cette vitesse était adaptée pour d'anciens véhicules , je pense que ce qu'il faut surtout améliorer , c'est l'état du réseau secondaire pour lequel nos successifs gouvernements font des coupe-sombre sur les budgets d'entretien de celui-ci , ce qui m'amène à conclure , qu'une partie de la responsabilité revient à nos dirigeants . cette limitation , à mon sens est une perception d’impôts supplémentaires déguisé par un masque de sécurité routière .
complétement NUL , La cause première des accidents est la mauvaise mentalité , et l'inconscience ,pour la vitesse personne n'arrive a faire respecter les 90KMH alors 80 ??? le sujet mérite une vraie analyse en profondeur ,et avec des gens compétant , j'ai passé 38 ans a faire des analyses d'accidents pour un grand constructeur ,et je suis triste de voir toutes ses prises de positions sans véritable analyses
En quoi la mort d'un être cher fait de cette Chantal Perrichon une spécialiste de la sécurité routière ! Ce genre de discours bien-pensant ne fait que renforcer cette auto-phobie latente en France. Il serait plutôt judicieux de faire tout simplement respecter les réglementations de vitesses actuelles. En Allemagne (même si tout n'est pas parfait là-bas), quand c'est limité à 30 km/h, personne, absolument personne ne roule à 35 km/h car la Polizei veille. Nous pourrions même rehausser la vitesse sur autoroute à 150 km/h chez nous. L'autoroute en France : c'est là où il y a le moins d'accident et là où il y a le plus de contrôle, évidemment cela rapporte plus ! Les limitations de vitesse ont été établies à l'époques des Renault 16 qui plafonnaient à 160 km/h et peinaient à freiner. Aujourd'hui nous n'avons jamais eu des véhicules aussi sur, mais bien sur jamais un article pour souligner les progrès considérables des constructeurs automobile en termes de sécurité active et passive. Alors arrêtons de faire croire que baisser les limitations de vitesse diminueront le nombre de mort sur nos routes, cela rassure seulement certains bien-pensants parisiens qui suggèrent d'abandonner la voiture pour le vélo, mais sur quelle planète vivent-ils ? Axons-nous plutôt sur la formation des jeunes conducteurs, sur la conduite sous l'emprise de stupéfiants ou l'excès d'alcool. Plus on baissera la vitesse, plus on sera tenté de faire autre chose que conduire au volant (SMS, FB ...)

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES