Les Newsletters Assurland

Les intentions d'achat pour la voiture électrique peinent à décoller

Publié par le , Mis à jour le 17/03/2020 à 13:13
2989 vues 31 réactions Note

L'auto électrique, encore loin de faire l'unanimité en France

Si pour beaucoup l’auto électrique représente la « voiture de demain », très peu de Français pensent réellement s’y mettre. Selon les résultats du 3ème Baromètre Energie de L’Argus, seuls 10 % s’estiment prêts à acquérir une voiture électrique.

Êtes-vous convaincus par l’auto électrique ?

Si la voiture électrique nous est présentée comme la « voiture de demain », une « voiture propre », elle peine à convaincre les Français. D'après les résultats du baromètre « Energies 2019 » de L’Argus, les intentions d’achat pour l’automobile électrique stagnent, alors même qu’elles avaient augmenté de 4 % l’an dernier. Seuls 10 % des Français interrogés en 2019 s’estiment prêts à acheter une voiture électrique. Pour leur prochain véhicule, les sondés penchent avant tout pour l'essence, à 31 %, puis pour le diesel, à 28 %. L’hybride reste quant à lui stable avec 23 % des intentions d'achat.

Autonomie, batterie et … écologie

Malgré une communication omniprésente et des incitations financières, les Français restent donc toujours réticents. Une réticence provenant notamment de la peur du manque d’autonomie. Pour 63 % des sondés, il s’agit en effet du principal frein à l’achat d’un véhicule électrique. Ce n’est toutefois pas le seul. Les Français sont ainsi 54 % à évoquer les contraintes de chargement et le manque de bornes de recharge, mais aussi 51 % à évaluer l’offre trop chère ou pas adaptée. Un dernier argument qui pourrait très bientôt être mis à mal. Une étude du cabinet AlixPartners dévoilait, qu’en raison du coût des batteries, l’écart de prix entre l’électrique et la thermique pourrait complétement disparaître d’ici cinq ans.

Selon l’enquête, les Français évoquent également des craintes plus profondes. Depuis le scandale du Dieselgate, nombreux sont ceux à se déclarer méfiants quant aux nouvelles technologies. Parmi les doutes évoqués, le fait que l’électrique ne serait pas réellement plus écologique que le thermique. Pour preuve les débats sur les conditions d’extraction et de recyclage du lithium pour les batteries. Des réticents qui préfèrent donc l’essence et le diesel. Une motorisation qui retrouve d’ailleurs en termes d’intention d’achat, un niveau qu’elle n’avait pas atteint depuis 2017.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
31 RÉACTIONS
Paul 10/06/2020 à 11:20
J’ai un bon vieux scenic diesel qui fait plus de 1000 km avec un plein. Je vais au boulot en transport et quand j’utilise ma voiture c’est pour 550 km mini. Dans mon immeuble j’ai une place de parking sans possibilité de recharge. La conclusion est simple, tant que les véhicules électriques n’auront pas une autonomie de 600 km (y compris en conduite autoroutière) et que je ne dispose pas d’une borne de recharge je ne roulerai pas en électrique. D’autant que l’argument « zéro pollution » est plus que risible : entre l’extraction du lithium et l’électricité produite par des centrales à charbon depuis qu’on arrête le nucléaire on est très loin du « zéro pollution ».
clarinette2403 06/10/2019 à 18:55
Il est évident que je n'en achèterai pas: très chère, pas écolo pour un sou et seulement voiture pour petits déplacements. Il faut pouvoir se payer 2 autos, ce n'est pas possible pour la majorité des français et les voitures de location posent trop de problèmes en cas d'accident ou défauts apparents. Je ne voudrais pas égaler le record d'une connaissance qui a mis 18 h pour faire Saint Maur des Fossés- Cogolin! grâce à sa belle voiture neuve électrique! Elle m'a dit, pendant les recharges, regretter de ne pas être au volant de ma petite Captur qu'elle dénigrait tant ou de ne pas pouvoir profiter des Oui-bus qui l'a dépassaient... Elle va la revendre si elle le peut , quitte à perdre dessus. Trop invivable!... On m'a parlé d'une hybride essence-GPL, je pense que c'est beaucoup plus intelligent et utile.
comoretto 02/10/2019 à 09:06
Je ne suis pas convaincu , pour l ' instant je reste au diesel , car beaucoup de progrès ont était fait pour diminuer la pollution dans ce domaine , moi qui en tant qu' anciens professionnelle de la réparation auto a connu les premiers moteurs diesel il n ' y a pas photos quand aux résultats obtenu a ce jour .
nass.sedd@laposte.net 02/10/2019 à 01:36
Voiture elec , c est de l hipocrisie , et de l utopie ,car en France , c est a base d electricite nucléaire ce qui est anti écologique , et plus polluant a produire (batterie lithium) pour une autonomie de 80 km a recharger pendant 5h ,pour un prix 3fois plus cher !!!!!
Renatos 01/10/2019 à 18:25
La voiture électrique est un véhicule qui sert en 2 eme au lieu d’avoir une voiture diesel ou essence pour faire de la ville l’électrique est très pratique,pour les grands parcours il est évident qu’il faut un 2 eme véhicule je possède une Zoe avec une autonomie de 300 kms est j’en suis très satisfait,il reste le problème du prix d’achat est des tarifs de location de batterie qui sont à revoir et là je pense que les ventes vont augmenter
rapatoul 01/10/2019 à 17:38
La voiture électrique finira par représenter une part importante des ventes. Ce qui coûte cher dans une voiture électrique c'est la batterie dont le coût est en baisse constante. D'ici 5 ans, à performance équivalente, essence et électrique seront au même prix de vente. Au delà, l'électrique sera moins chère. Pour l'électrique, coût d'exploitation beaucoup plus faible, 1/4 de l'essence au Km, pas de vidange, pas de changement de filtre à air, de bougies etc..., une usure bien moindre des freins, une fiabilité meilleure car un moteur électrique ne tombe pas en panne, et une durée de vie très supérieure hormis la batterie qu'il faudra changer au bout de dix ou quinze ans. Le moteur électrique est increvable, cela fait un siècle qu'on en fabrique avec une technologie qui a peu évoluée. Coût de conception bien plus faible. Le cout de conception d'un moteur électrique coûte une fraction de celui d'un moteur à essence. Plus, pas de boîte de vitesse. L'autonomie pour partir en voyage sera un problème initialement, mais de nombreux ménages ont deux voitures et une d'elle peut être électrique. Dors et déjà Tesla a mis en œuvre un réseau de recharge qui couvre toute l'Europe. Alors si un nouveau petit constructeur comme Tesla a pu le faire, c'est que le problème de la recharge n'est pas insurmontable. La voiture électrique peut très bien se combiner avec le photovoltaïque dont le coût lui aussi ne cesse de baisser. Avec quelques incitations fiscales, les entreprises couvriront leurs parkings employés de panneaux voltaïques permettant à leurs employés de recharger pendant leurs heures de travail (il fait jour). Renault expérimente déjà des protocoles qui permettent à la Zoe de ré-injecter du courant dans le réseau ce qui permettra à la Zoe de servir de stockage électrique. Recharger en heures creuses, et vendre aux heures pleines. Quand à l'impact écologique des batteries, on oublie un peu vite l'impact de l'extraction, du transport, du raffinage et de la combustion des hydrocarbures. Les pays producteurs de pétrole sont parmi les plus gros pollueurs de la planète. Enfin, essayez une voiture électrique: silence, absence de vibration, couple instantané, accélération de voiture de sport de 0 à 50 même pour une Zoe. J'ai une Chevrolet Volt/Opel Ampera de 2012 acheté d'occasion. Il est rare que j'excède au quotidien les 60 Km d'autonomie en tout électrique (au delà le générateur thermique se met en marche). Alors les nouvelles Zoe, avec leurs 300 Km d'autonomie... De toute façon, la Poste, EDF, les livreurs, les artisans etc... vont s'y mettre une fois que le prix d'achat aura baissé car ils ne parcourent pas plus de 300 km par jour. Même les taxis vont y passer dès que le coût de revient sera inférieur à celui d'une diesel ou d'une hybride. L'électrique d'ici quinze ans représentera plus de la moitié des ventes dans les pays développés.
Roisin Daniel 01/10/2019 à 13:19
Le véhicule électrique est efficace pour qui ne fait que de la ville. Mais pour les grandes virées,voir les vacances cela risque de se transformer en galère et personne n'aime les galères. Tant que l'autonomie et le rechargement ne seront pas garantis partout ce type de vèhicule n'intéressera pas beaucoup les particuliers. A voir aussi la fiabilité dans la durée.
RENARD RAPHAEL 01/10/2019 à 12:36
Bonjour, je ne suis absolument pas pour la voiture électrique je demeure en immeuble et stationne ma voiture sur un parking public , si j'ai une voiture électrique je recharge COMMENT ?...
josé 01/10/2019 à 12:16
L'auto électrique,pourquoi pas,à condition de faire appel à l'énergie propre,sinon c'est reculer pour mieux sauter... et le recyclage des batteries,à quel pourcentage peux t-on les recycler pour ne pas créer un autre phénomène de pollution,car ici il s'agit de prendre en charge un nombre conséquent de déchets,c'est loin d'être négligeable..... pour ma part,il existe d'autres façons de rouler plus propre,mais le lobby du pétrole représente un enjeu trop important pour le classer définitivement et au diable la planète !
BOUCHER Gabriel 01/10/2019 à 11:36
Par rapport aux batteries, la voiture électrique n'est pas réellement moins polluante, son autonomie est bien trop faible (je fais 450 kms par Week-end), le temps de recharge est beaucoup, beaucoup, trop long par rapport aux véhicules thermiques, et il n'y a pas de borne de rechargement devant chaque immeuble. Quant au prix, il est prohibitif. Je fais donc le même constat que la majorité des français que vous citez. Bien cordialement.
Afficher plus de commentaires

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES