Les Newsletters Assurland

Quelle est la recette magique du zéro reste à charge ?

Publié par le
1626 vues 1 réaction Note

Trois trucs pour que vous n'avanciez plus d'argent chez l'opticien et le dentiste !

Les frais de santé sont particulièrement coûteux, surtout en ce qui concerne les dépenses d’optique, de dentaire ou encore pour les audioprothèses. Les Français renoncent encore beaucoup à ces soins pour des raisons financières. C’est pourquoi le gouvernement souhaite instaurer le « 0 restant à charge » pour les assurés, tout en veillant à ce que les complémentaires santé n’augmentent pas leurs tarifs.

Des discussions informelles vers la mise en application du 0 restant à charge

Afin de mettre en œuvre l’une des grosses promesses de campagne d’Emmanuel Macron avant 2022, les acteurs politiques et de la santé se sont réunis pour une concertation : financeurs privés, publics ; Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé ; Delphine Gény-Stephann, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances ; les dentistes ; les opticiens et les audioprothésistes.

Trois objectifs à atteindre pour les Français

Premier point : le « zéro restant à charge » devra porter sur une large gamme de produits optique et d’audioprothèse. C’est-à-dire que les opticiens ne devront pas uniquement proposer des lunettes à bas prix, mais une gamme élargie. De la même manière, els audioprothésistes sont invités à proposer leurs équipements d’entrée de gamme (environ 700 euros) comme de milieu de gamme (environ 1 500 euros).

Deuxième point : le panier de soins « repère » devra être définit par les opticiens pour l’optique, et devra comporter des options telles que les antireflets, le filtre anti- lumière bleue, des verres progressifs, etc. Idem pour le dentaire, la qualité des produits utilisés devra être déterminée (quelle qualité de céramique, quelle finition pour les prothèses dentaires, etc.)

Troisième point : les complémentaires santé ne devront pas augmenter leurs tarifs pour compenser la hausse de remboursement. Et pour y parvenir, la solution résiderait dans la mise en concurrence des acteurs complémentaires afin de contenir les tarifs. Pas sûr que les mutuelles et les assurances santé approuvent de devoir assumer seuls ces hausses de remboursement…

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
1 RÉACTION
Il faur cesser l'hypocrisie, il suffit de retirer les taxes ( racket sur les soins) que l'état a mis sur les complémentaires santé il y a quelques années (bien entendu reportées sur les malades), et cela règlera la non augmentation

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES