• Gratuit
  • Rapide
  • Sans engagement

Les Newsletters Assurland

Sécurité des salariés : les entreprises prêtes à investir

Publié par le

Les entreprises prêtes à partager leurs données

Selon un rapport de l’assureur AIG, les entreprises seraient prêtes à investir dans les objets connectés, notamment dans le but d’assurer la sécurité de leurs salariés. Ce qui implique le partage des données.

Les Français plus ou moins frileux sur la question du partage de données

En interrogeant 400 salariés et 250 dirigeants à travers 9 pays (États-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Australie, Singapour, Japon et Chine), AIG révèle que 75 % des entreprises et des consommateurs sont prêts à partager leurs données  s’ils y voient un bénéfice.

Les salariés seraient d’ailleurs plus souples sur la question, sauf en France où ils ne sont que 66 % à être prêts à partager leurs données, soit 10 points de moins que les employeurs français.

Tous les secteurs approuvent le partage de données :

- l’industrie (77 %)

- le transport / entreposage (79 %)

  • Deux secteurs qui connaissent bien les questions de sécurité

Objets connectés et entreprise : quelle relation ?

Côté entreprises, c’est surtout la sécurité des salariés qui motiverait cette volonté de partage des données (59 % à l’échelle des 9 pays). Toutefois, selon les pays, il existe quelques disparités :

  • Aux Etats-Unis et en Australie : les entreprises partageraient leurs données en cas d’amélioration des résultats financiers, dans le cas de l’optimisation du processus de recrutement ou encore de la réduction des coûts d’assurance.
  • En Italie, à Singapour, en Chine et en Allemagne, les patrons seraient d’accord si cela améliorait les offres produits / services, ou se cela leur donnait une image de précurseur par exemple.

Concrètement, la majorité des employeurs souhaiteraient que leurs salariés utilisent des vêtements ou accessoires dédiés à leur sécurité au travail. Ce à quoi les salariés sont plus ou moins réceptifs : 40 % au Royaume-Uni et en France ;  56 % en Italie, à Singapour et en Chine.

Autre solution, les patrons envisagent d’installer des objets connectés dans les véhicules de fonctions utilisés par les salariés. Les salariés italiens sont assez ouverts sur la question (79 %), ce qui n’est pas étonnant puisque le pays développe déjà des objets connectés en assurance (pay how you drive, assurance au kilomètre, etc.).

En termes de coûts, les Américains seraient prêts à investir 768 euros / an / salarié ; les entreprises italiennes 654 euros et les entreprises françaises 591 euros.

 
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
 
0 RÉACTION
Pas encore de commentaire, soyez le premier.

RECHERCHEZ DANS LES ARTICLES

 

RUBRIQUES

 

COMPAREZ LES ASSURANCES