Sécurité sociale : les commentaires des internautes sur le système français d'assurance maladie

Les sondages sur l'assurance d'assurland.com

Sécurité Sociale : les commentaires des internautes

Confronté à des déficits abyssaux, le système de santé français mis en place à la Libération, est contraint d'évoluer afin de s'adapter aux mutations de la société. Plusieurs pistes sont envisagées.

Le système de santé français, mis en place à la Libération, évolue depuis plusieurs années afin de s'adapter aux mutations de la société. Plusieurs pistes sont possibles.

Et vous, qu'en pensez vous ? Donnez votre avis sur les réformes à venir de l'Assurance Maladie et sur la place des mutuelles.

Comparez les assurances santé du marché avec assurland.com pour être mieux remboursé.
- Sauf pour les soins coûteux, suppression du tiers payant qui dé-responsabilise les gens en leur enlevant la connaissance du prix de leurs soins. (On voit des gens sortir des pharmacies avec des brouettes de médicaments dont ils n'ont pas la moindre idée du coût. Ce n'est pas normal.) - Surveillance draconnienne des arrêts de travail. - Réorganisation des hôpitaux. Les infirmières, qui se prétendent trop peu nombreuses, passent leur temps à discuter dans les couloirs ou à courir dans tous les sens sans aucune organisation. (Exemple : Hôpital Edouard Herriot à Lyon : Une qui vient prendre la température, une qui vient prendre la tension, une 3ème qui apporte un verre d'eau, etc... etc...). La même personne peut faire ces 3 opérations en même temps, il suffit de s'organiser et ça divise le coût par 3 (Quand même...!!!). - Réorganisation des hôpitaux. Ne pas refaire les mêmes examens à chaque changement de service.... - Réorganisation des hôpitaux. Lire les dossiers des patients.... Il est inutile des remplir des pages et des pages si personne ne relit ces notes ensuite. Il y aurait des milliers de choses à faire... Mais personne ne veut se remettre en cause, surtout dans le domaine médical. Eux, il savent.... nous on est des ignorants!!! Et ce qu'ils font... c'est BIEN ! Mais nous..... on PAYE! et on n'a qu'a la fermer! C'est désespérant!
il est très difficile de réformer la sécurité sociale, je pense : - la CMU coute très chère et il y a beaucoup de personnes qui viennent de l'étrager pour se faire soigner gratuitement en France ( à quand la carte vitale avec photo) - il devrait aussi y avoir beaucoup plus de contrôles mais, la sécurité sociale est très frileuse à ce sujet pour le contrôle des arrêts maladies, si vous n'avez pas de téléphone fixe, vous n'êtes pas controlé - les médecins devraient revoir les ordonnances, je ne pense pas qu'actuellement il n'y a pas eu beaucoup d'efforts fait pour diminuer le nombre de médicaments sur les ordenances. - voir avec les laboratoires pharmaceutiques de façon à faire des conditionnements plus adaptés et faire baisser le prix des médicaments surtout dans les hopitaux pou soigner les granves maladies. - les étrangers qui viennent se faire soigner en France, on devrait faire payer les factures avant qu'ils ne repartent, ce qui nous permettrait de ne pas avoir une ardoise de 17 millions d'euro. - la sécu devrait embaucher afin de faire beaucoup plus de contrôle, ce qui éviterait d'avoir plusieurs milliards de fraude par an. - ensuite il faudrait faire les réformes cécessaires. - la CMU coute très chère et il y a beaucoup de personnes qui viennent de l'étrager pour se faire soigner gratuitement en France ( à quand la carte vitale avec photo) - il devrait aussi y avoir beaucoup plus de contrôles mais, la sécurité sociale est très frileuse à ce sujet pour le contrôle des arrêts maladies, si vous n'avez pas de téléphone fixe, vous n'êtes pas controlé - les médecins devraient revoir les ordonnances, je ne pense pas qu'actuellement il n'y a pas eu beaucoup d'efforts fait pour diminuer le nombre de médicaments sur les ordenances. - voir avec les laboratoires pharmaceutiques de façon à faire des conditionnements plus adaptés et faire baisser le prix des médicaments surtout dans les hopitaux pou soigner les granves maladies. - les étrangers qui viennent se faire soigner en France, on devrait faire payer les factures avant qu'ils ne repartent, ce qui nous permettrait de ne pas avoir une ardoise de 17 millions d'euro. - la sécu devrait embaucher afin de faire beaucoup plus de contrôle, ce qui éviterait d'avoir plusieurs milliards de fraude par an. - ensuite il faudrait faire les réformes cécessaires
1) ces réformes ne tiennent absolument aucun compte de la responsabilité des médecins dans les dépenses de santé : coût des consultations et des actes des généralistes et des spécialistes, nombre de médicaments prescrits, etc... les patients ne sont pas les seuls responsables. En parallèle, la S.S. a des moyens de controle, par exemple concernant les arrêts de travail... peut-être faudrait-il controler plus ou au moins certaines choses (et pas que les patients! les médecins prescripteurs également parce qu'à l'heure actuelle, tout passe tout de même par le médecin). 2) ce n'est pas la "gratuité" des soins qui posent problème. Le bénéfice de la S.S. était à l'origine réservée aux travailleurs, et indirectement à leurs famille. aujourd'hui, tout le monde en bénéficie or tout le monde ne contribue pas. il faut effectivement peut être repenser le système de contribution. 3) la notion de cotisation volontaire chez un assureur privé exclut l'aspect "choix" du client par l'assureur lui même. ce dernier peut/pourra toujours refuser soit la personne, soit de couvrir certains risques éventuellement liées à des pathologies antérieures. en conséquence, on revient au sempiternel "il vaut mieux être jeune, riche, et en pas trop mauvaise santé" car sinon, autant tirer sa révérence tout de suite!!!
1/ Il me paraît tout à fait normal de faire participer chaque personne aux frais engagés pour sa santé, les montants demandés depuis quelques temps restent tout à fait corrects et peuvent ainsi éviter des abus et des surconsommations inutiles 2/ Il est indispensable de "traquer" les tricheurs (fausses déclarations, etc.) et de ne rembourser que les personnes qui cotisent VRAIMENT. 3/ Il conviendrait peut-être également de revoir les tarifs de certains spécialistes qui peuvent atteindre des sommes extravagantes (du genre 60 euros pour une visite de contrôle après opération qui dure à peine 5 mn...) 4/ Enfin, il faudrait instaurer un système efficace et sérieux pour que les personnes qui bénéficient du CMU soient vraiment démunies ce qui est loin d'être le cas à l'heure actuelle. Cela permettrait d'aider encore mieux les personnes vraiment nécessiteuses... et de ne pas dépenser l'argent du contribuable pour n'importe quoi et n'importe qui...
97% des frais de la sécurité sociale sont couverts. Les 3% restant forment ce fameux "déficit". Et si tous les revenus (par exemple les stock options) payaient leurs parts sociales ? Et s'il y a un "un trou", il doit bien y avoir quelque part "une bosse" puisque comme on le sait depuis Lavoisier "rien ne se perd, rien ne se crée" ? A qui profite l'utilisation excessive de médicaments ? Il faut bien que les laboratoires pharmaceutiques fassent des profits... Et si une personne âgée, dépendante, peut être aidée chez elle et plus tard en maison de retraite au lieu d'occuper un lit d'hôpital ? Vous qui connaissez les coûts, calculez les économies !! D'accord pour responsabiliser les clients des médecins, pharmaciens mais aussi responsabiliser les médecins, les pharmaciens, les acteurs politiques et économiques. C'est tous les jours par l'alimentation, la qualité de l'eau, la qualité de l'air, la qualité des relations, la réflexion sur le mode de vie, le mode de travail, l'éducation... que l'on entretien sa santé physique, mentale... Et justement la SS et les mutuelles ne remboursent pas les soins des personnes les plus responsables qui choisissent l'ostéopathie, la médecine chinoise, les massages, l'homéopathie... et ainsi évitent le plus possible les soins conventionnels et conventionnés. Et si on regarde les "irresponsables" : Avons-nous le droit d'accabler une population qui vit "en dessous du seuil de pauvreté" (comme c'est bien dit !) au chômage, dans le stress, mal logée, mal alimentée, éduquée par TF1 et son lavage de cerveau... et qui soigne ces maux au dépens de la SS ? Avons-nous le droit de critiquer ceux qui ont "la chance" de travailler, bousculés dans leur vie de famille, les transports de plus en plus longs et coûteux et à qui on demande encore de "travailler plus, pour gagner plus" donc consommer plus... toujours plus de médicaments pour dormir, se réveiller, tenir le coup ? Alors si vous voulez "RÉFORMER LA SS", étudiez les causes avant les effets. Pour finir, question intéressée et personnelle : si vous connaissez une mutuelle qui rembourse en moyenne 3 séances de médecine chinoise par an (3X50?) + quelques produits (?300?) + une cure d'alimentation vivante de 15jours (1 600?), donnez moi son nom et son adresse. Merci pour votre attention
à la sécurité sociale il y a des tas de piste d'économie : quelques exemples familiaux - malgré l'envoi du certificat de décès de mon père en 1991 , un renvoi systématique de notre part de leur courrier pour le vaccin anti grippal, nous l'avons à nouveau reçu en 2007 ! (Nous ne devons pas être les seuls !) nous avons décidé de ne plus répondre car pour eux frais de papier, d'impression , d'enveloppe et de timbre ...... et pour nous courrier, enveloppe et timbre ..... et je passe sur l'épaisseur du papier ( cout plus important de matière première, et frais d'envoi plus conséquent ) - courrier annonçant qu'un médicament a été rémboursé depuis 7 ans à 100 %, et que desormais il ne le serais plus..... - quand un medicament est prescrit pour trois mois pourquoi 3 boites de 28 cachets alors qu'il existe des boites de plus grande capacité ...... si avant les trois mois le médicament est stoppé pourquoi ne pas rendre ce qui reste à la pharmacie .... cout moindre car moins d'emballage .......... je ne me suis pas penché sur les problématiques et le déspistage des sources possibles d'économies, entre les réformes de retraites actuelles et à venir, les réformes de la securité sociale, le droit de grève, ...... ce sont tous les progrès sociaux obtenus par nos parents qui vont disparaitre creusant les écart dans la population ........ droit de grève obtenue en 1864 et reconnu par la constitution en 1946 retraite par capitalisation de 1930 à 1941retraite par répartition en 1941 sécurité sociale en 1945 ( une population en meilleure santé a permis notre développement ... ) autre exemple de la recession de notre société : ma soeur est en instance de divorce , pour louer un appartement , l'agence immobilière lui a réclamé une autorisation de son mari de quittter le domicile conjugal ...... où va-t-on? Si je prédis que nos petits enfants feront à nouveau la révolution ...... suis-je dans l'erreur ??? car à tout cela va s'ajouter les boulversements climatiques et les déplacements de population ( voir les cartes de montées des eaux ....... ).... voir le peu de projet mis en oeuvre pour éviter les inondations que l'on a comnnu il y a 3 ans
A l'origine, la Sécurité Sociale a été créée pour les travailleurs sur la base des cotisations récupérées sur les salaires. A ce titre, seuls les travailleurs devraient en bénéficier. Si ces consignes n'avaient pas dérivé, le déficit n'existerait certainement pas. Les non-travailleurs bénéficiaient de l'aide médicale gérée par les Départements (budget complètement à part). En dehors de tout cela, la carte vitale est un moyen moderne non fiable - (l'utilisation des coordonnées de la carte vitale est aisée même sans la posséder) - exemple 1: votre pharmacien peut très bien utiliser vos coordonnées sans que vous lui présentiez votre carte. exemple 2 : si vous vous présentez chez un expert médical et qu'à aucun moment vous lui remettiez votre carte vitale, il est possible qu'il se faire règler sans votre consentement sur votre propre mutuelle (votre propre numéro de sécurité sociale suffit !) mon avis personnel sur le sujet : toutes les franchises et la carte vitale y comprise sont de grosses arnaques - la population est en train de payer les erreurs du gouvernement qui n'est pas capable de gérer comme il le faudrait les moyens informatiques qu'il a lui m^me mis en place - il n'est pas normal que les salariés paient ces erreurs et qu'ils assument par le fruit de leur travail les exonérations totales des improductifs. RETOUR A LA CASE DEPART - la Sécurité Sociale pour les travailleurs - les aides médicales pour les autres - si la carte vitale doit demeurer il faut la munir d'un code secret comme pour les cartes bleues utilisable dans les m^mes conditions - sans cela, nous allons vers une chute vertigineuse de la sécurité sociale et les pénalisations de la population ne servira qu'à allimenter un "panier percé".
A mon sens, le système de solidarité doit être maintenu.....dans certaines conditions (voir mon dernier paragraphe) Je pense qu'il faut arrêter de parler de surconsommation d'actes médicaux, personne ne s'est jamais soigné pour le plaisir . S'il y a des exagérations, elles peuvent venir d'essais de nouveaux médicaments très chers mais prescrits par les médecins, en échange de quoi ??? nous connaissons tous les réponses possibles. A propos du point 3, le plus pervers et le plus pénalisant se situe sans doute à l'endroit des "dépassements" qui étranglent nos budgets surtout en prenant de l'âge et que la plupart des mutuelles dont la mienne ne prennent pas en charge, dépassements qui sont à la fois dénoncés et acceptés selon la formule bien commode du "tact et de la mesure" correspondant à un tarif ne s'élevant pas à plus de 3 ou 4 fois le tarif de base. C'est le délire total. Mais ce sont dit-on, les patients qu'il faut continuer de "responsabiliser" en leur demandant une franchise en plus de leurs cotisations mensuelles de mutuelles déjà chères. Personne n'a jamais pensé à supprimer le plafond des cotisations sociales. Cela permettrait pourtant....et enfin , aux personnes très aisées et que le coût des soins de santé concernent aussi peu que le coût de l'essence, de contribuer à hauteur de leurs revenus à cette solidarité nationale plutôt que de chercher sans cesse à ponctionner ceux qui commencent déjà à se priver de circuler et de loisirs. Si les qqs minutes passées à remplir ce questionnaire pouvaient faire ressortir ce dernier paragraphe, je n'aurais pas perdu mon temps. Merci à vous
Afin de conserver notre sécurité sociale, il faudrait peutetre éviter que se soit toujours les memes qui payent mais demander aussi à ceux qui ont le droit à la CMU de se serrer la ceinture et de les mettre dans le meme bain que tout le monde avec l'euro symbolique chez le médecin et les 50cts par boites de médicament mais également en les obligant à avoir une mutuelle privé, car ils sont de plus en plus nombreux et avec peu de controle à bénéficier de ce système. Nous qui payons avont compris avec les dernière mesures à faire attention et à ne pas accumuler les consultations mais les CMUstes n'ont aucune obligations et aucune contrainte. Nous voulons garder notre système de santé et avons accepter beaucoup de modifications sans broncher mais nous qui payans sur nos salaires et tous les ans de plus en plus et devons payer une mutuelles tous les jours plus chère en étant de moins en moins bien rembourser Tout cela pour en venir au fait que cela ne sert à rien est inadmissible On ne pourra jamais prendre toute la misère du monde et devons limiter les aides et soutien abusif parfois de certaines personnes qui ne payent rien et ont tous les avantages pour garder un système de santé de plus en plus fragile.
Arrêtons de nous voiler les yeux / Tout le monde sans exception doit cotiser à la sécu car tout le monde en profit et c'est bien pour cela que les étrangers viennent en france. Pour la sécurité étudiante tout le monde doit cotiser et il faut arrêter de se limiter à un coefficient familial et aux seules bourses. Que dis je, parce qu une famille est boursière pas la peine de payer la secu étudiante mais en revanche celui qui n a rien et est à la limite de la somme requise doit payer / LA SECU TOUT LE MONDE EN PROFITE / TOUT LE MONDE DOIT SE SENTIR CONCERNER / TOUT LE MONDE DOIT LA PAYER / UN POINT C EST TOUT ....... A ce que je sâches le kilo de pommes ou le prix d un poulet est le meme pour tout le monde / ALORS PAS DE DIFFERENCE / Depuis tout ce temps, la sécu aurait du être plusieurs renflouée ..... C'est peut être voulu ..... Il faut limiter la casse alors exigeons des conditions dans les remboursements.... Il faut sensibiliser les gens et toucher au porte monnaie afin de faire comprendre qu un euro est un euro et est identique à toutes les couches sociales. Ce n'est pas forcément les riches qui en profitent le plus. Les bas salaires ne se gênent pas non plus partant du principe qu ils peuvent en profiter à foison / C est là où se situe l erreur sensibilisons toutes les couches sociales et sans aucune différence. Vous verrez tout rentrera dans l'ordre. Lorsque l on touche au portefeuille, on commence à faire attention on compte avant de d engager des frais d aller chez le médecin pour un petit bobo où pour avoir un arrêt de travail de complaisance.... Agissons et tout de suite.
Aucun soin n'a jamais été gratuit ! C'est une erreur de le faire croire ! Il y a bien une tranche de la population qui paie le prix fort pour les soins. Il serait aussi souhaitable d'arrêter d'augmenter les honoraires des medecins et de d'interdire les dépassements. ex: Le généraliste demande 11 ? de déplacement alors que l'infirmière, allant chez le même patient: 2.20 ? et pourtant la sécu rembourse ! Lorsque l'infirmière effectue un pansement, une toilette et une injection sous-cutanée et une injection d'antibiotique, le tout à la même personne, seule la toilette sera remboursée ! La réforme est nécessaire pour des professions en voie de disparition. Depuis le tiers payant, les gens n'ont aucune notion du coût des soins, normal, ils ne paient pas !... Les retours hospitaliers se font de plus en plus précocément, le patient, seul, doit gérer sa pathologie, son traitement, ses soins. Comme il n'y arrive pas, il est sans doute un peu âgé, il fait appel à son généraliste . C'est le WE ! Il lui faut des soins et vite !... Mais tout celà, l'assurance maladie le connait, puisqu'elle en pratique les tarifs ! Pour ce qui est de la prescription des médicaments, elle est toujours aux sources, si elle le voulait, elle sait qui prescrit quoi et à qui ? !! non ? La sécu est informatisée, non ?
Avant de me prononcer sur les réformes à venir, je tiens à dire que le système actuellement en place est foncièrement inique et voué très probablement, à moyen terme, à s'effondrer, car il sanctionne ceux qui font des efforts (économie par l'utilisation raisonnée et responsable des méthodes éprouvées pour remédier à des pathologies légères et benignes, réticence à solliciter la SS pour des "bobos", etc.) par des cotisations qui ne sont plus du tout en rapport avec les prestations et incite ceux qui participent peu ou pas du tout à sollciter toujours plus les structures de soins mis gratuitement à leur disposition sans contre-partie. La fameuse "solidarité" tant louée n'abuse que les gogos, sert de leitmotiv à l'intelligentsia de gauche et les intérêts des politiques du même bord !!! Faut-il rappeler que la "solidarité est le sentiment qui pousse les hommes à se porter mutuelle assistance" pour comprendre l'incongruité de la situation présente où, cette fameuse "solidarité" ne s'exerce plus que dans un sens : cela s'appelle de l'assistanat ! Ainsi, insidieusement, ceux-là même susceptibles de bénéficier en priorité de la vraie solidarité (pour les soins) en raison de revenus limités sont les premiers pénalisés car ils voient leurs participations financières augmentées et les prestations servies notablement diminuées à cause de la gabegie et de la fameuse générosité de l'état envers certaines catégories, laquelle générosité est assumée -contrainte et forcée-toujours par les mêmes !!! Peut-on croire raisonnablement que cette situation durera ? Que ceux qui se préoccupent légitimement de leur pension de retraite aient la curiosité d'évaluer la ponction faite au titre de la SS pendant leur période d'activité (cotisation salariale et patronale). Je ne doute pas qu'un certain nombre constatera à regret qu'ils auraient pu s'assurer une retraite meilleure, voire aisée s'ils avaient eu la maîtrise de ces flux -à prestations égales, bien entendu-. En espérant que cet exposé suscite une amorce de réflexion...
Avant de penser aux réformes à venir de l' Assurance Maladie, il y a lieu de réduire le déficit de la Sécurité Sociale; pour faire cela, il faut impérativement que l' Etat rembourse à la Sécurité Sociale tout ce qu'il lui doit depuis des dizaines d'années (Taxe sur les alcools, le tabac, la part qu'il lui incombe au titre des accidents de la circulation, les cotisations sociales impayées par de très grosses entreprises françaises, etc... Si l' Etat parvient à payer tout cela, il n'y a plus de déficit chronique mais un excédent chaque année; donc, il n'est plus utile de percevoir la C.S.G. ou la R.D.S. les comptes sont en équilibre et il n'y a pas lieu de faire "trinquer" les complémentaires maladie (d'où découlent des augmentations insupportables des primes dûes par les assurés sociaux). Bien évidemment, dans le même temps, il faut limiter la surconsommation médicale en pénalisant les assurés qui abusent (et ils sont très nombreux en France!!), éviter la hausse des médicaments et supprimer les hausses successives des honoraires des médecins. Tout cela est très facile à faire, encore faut-il en avoir envie... et l' Etat Français n'en a pas du tout envie car la Sécurité Sociale est la vache à lait du pouvoir!! Il fallait trouver le système, de très hauts fonctionnaires l'ont fait. Bravo mais nous payons tous la facture et elle est très salée!! Sincères salutations.
Bonjour, Le gros problème à mon avis c'est qu'il faut arrêter net les abus, et amander ceux qui ne respecte par les règles. En effet maintenir des médecin de garde pour voir des patient qui présente un problème depuis plusieurs jours et que de leurs coté ils n'ont pas pris contact avec leur médecin pendant tous se temps il faut sanctionner. Ne pas se présenter dans l'heure chez le pharmacien de garde dans l'heure, après la visite du médecin de garde, il faut sanctionner. Quand un patient se fait prescrire une drogue de synthèse sur un traitement de 28 jours et qu'il viens s'en faire represcrire au bout de 4 jours il faut lui faire rembourser le prescription et le sanctionner. Ceux qui sont au RMI depuis 20 ans, qu'ils n'ont jamais pendant tout ce temps travailler ou chercher du travail, il faut supprimer cette aide car elle ne prend pas en charge le problème mais la fainéantise. Si la personne touche 400 euros on peut imaginer qu'elle travail dans la commune tous les matins à hauteur de 400 euros, et que l'après midi soit réserver à la recherche de travail. des activitées comme nettoyage des rues, nettoyage des forêts... ne demande pas de compétence particulière. Ceux qui prétext des sympthomes qui ne sont pas en rapport avec ce qu'ils ont doivent être sanctionner. Des transports en ambulance de personnes qui après être revenu d'une séance, consultation ou sortie d'hopital montent dans leur voiture et passe 4 heures de temps debout dans les grandes surface il faut arrêter la prise en charge du transport. Des demandes injustifier de personnes qui parce qu'ils ont la CMU, veulent tout et n'importe quoi alors que ce n'est pas justifier il faut sanctionner en travaux d'interrêt généraux. Des médecin qui prennent des gardes et qu'on laisse volontairement à leur domicile dormir à partir de minuit, alors qu'ils sont de garde de 20 h 00 à 8 h 00. Résultat transport pour la plus part en ambulance et engorgement des urgences. Il faut sanctionner par exemple, et il y a pleins d'autres cas, ceux qui sont en maladie et qui passe la journée au bar ou travailler au noir. Des vrais inspecteur de la sécu qui traque ceux qui profitent du système. Il faut que ceux qui faute rende l'argent à la sécu, et s'ils ne sont pas solvable qu'il rendent des heures de travaux d'interêt généraux à hauteur de la dette avec une petite majoration. je pourrais vous donner vraiement beaucoup d'autre exemple. Il faut aussi limité les dépenses injustifier des hopitaux sévèrement, car en une fois c'est régulièrement des millions d'euros qui s'envolent. L'impunité et la dépense à tout vas ne peuvent perdurer dans un système toujours plus couteux et mis à mal par quelques uns et quelques mauvaise habitude. Désolé pour les fautes d'orthographe et de conjugaison. Cyril
Bonjour, Tout d'abord, je pense qu'il devrait y avoir un contrôle , un VRAI contrôle, concernant les arrêts de travail de certains salariés! Si tous les arrêts étaient contrôlés et vérifiés TRES sérieusement, je suis certain que l'on ferait déjà des économies! Je ne parle pas ici des médecins qui font leur job mais des "salariés profiteurs" du système! Ensuite, le train de vie des "hauts fonctionnaires" de la CPAM et cadres (repas, véhicules de fonction...) doivent être totalement supprimés! c'est nous qui payons. Si ces deux points sont respectés, force sera de constater que le "trou" ..sera comblé rapidement! A bon entendeur.... Merci pour ce questionnaire qui a le mérite d'ouvrir une porte ... Cordialement.
bonjour, à mon avis c'est la fin de la secu, on part vers un systeme comme au etats unis ou en angleterre ou les plus aisés seront les mieux soignés. celà commence à ce voir en france, notament avec des consultations chez des specialistes plus assez nombreux (ophtalmo, ...) o il faut plus de 3 mois par endroits pour pouvoir avoir un rendez vous alors que si vous allez à la clinique privée toute proche et moyenant un supplement, vous avez un rendez vous dans la quinzaine. Il est vrai aussi qu'il y a eu de l'abu. Mais je ne crois pas que facturer les medicaments de "confort" de maladie à Longue Durée, ou facturer 1 euros ici, faire payer une partie des transports sanitaires (défavorisant au passage les secteurs les moins desservis) ne soit la solution. La centralisation des hopitaux est une aberation, j'habite ue petite commune avec une maternite faisant 200 naissance par an qui n'est maintenu que par l'exeption géographique si demain elle fermait les transport pour un accouchement dans l'hopital le plus proche durerais au mieux 40-45 min. es ce celà le progrès???, favoriser les villes au detriment des campagnes??? Je suis contre ces reformes, je crois que ce n'est pas comme ca que l'on ameliorera l'etat de sante de la population. je pense aussi que la sante ne peut etre gerer comme un budget en tattonant un coup on reduit les infirmiere à l'ecole, puis les medecins puis on trouve un autre systeme car on n'a plus d'infirmiere ni de medecin.... enfin... bonne journée.
bonjour, je n'ai pas de solution miracle tout ce que je sais c'est que la population française viellit, non seulement les personnes agées sont de plus en plus nombreuses (30% de la population française en 2020 selon l'INED), mais elles vivent également de plus en plus longtemps. d'où des dépenses de santé qui ne cesseront de s'accroitre. un autre impot pour boucher le trou de la secu c'est une blague, je ne sais pas vous mais pour ma part 25 % de mon salaire est consacrée au paiement de l'assurance maladie, vieillesse, chomage donc oui après tout continuons... c'est si simple. je pense que nous cotisons suffisamment comme cela. par ailleurs nous payeons la CSG et le RDS (impot pour combler le trou de la sécu, deux fois, puisque le net imposable (ce que nous donnons au impots) est supérieur au salaire net dans le pocket. donc bref nous payons trois fois (assurance maladie, csg, de nouveau la csg lors des impots) on taxe on taxe... petites solutions surveiller davantage les dépenses (surconsommation abus) bref davantage de controles maintenir le système de secu ou mettre à la place des assurances privées dans ce cas adieu la secu, et le système de solidarité intergénérationnelle, bref chacun cotise pour sa pomme et/ou prend ses responsabilités. mais est ce la solution
Bonjour, pour commencer il faut absolument que les caisses complémentaires soient représentées dans la composition du bureau directeur de la Sécurité Sociale. La caisse de sécurité sociale n'est pas les "Resto du Coeur" . Les familles qui n'ont jamais cotisé doivent être prise en charge par l'Etat et non pas par la Sécurité Sociale. Plus de sévérité et des SANCTIONS dans les dépenses somptuaires du bureau directeur exemple : En 2005 Nous allons devoir donner un euro non remboursé de notre poche, nous allons être très contrôlés lors de nos arrêts maladie, nous allons devoir consulter un généraliste avant d' aller voir un spécialiste...Toutes ces mesures pour "soi-disant" réduire le trou de la sécu !!! hé ben lisez ce qui suit et vous vous ferez votre opinion... " La Sécu fait la bombe à Pékin " (Le Canard Enchaîné 22/09/04) " Quelques semaines à peine après l' adoption par le parlement du plan Douste-Blazy sur la Sécu, 180 dirigeants français des caisses de protection sociale ont séjourné, aux frais de la princesse, dans les plus luxueux hôtels de Pékin. Motif : participer à l'assemblée générale de l'association internationale de sécurité sociale qui se tenait du 12 au 18 septembre, dans cette fameuse patrie des droits de l' homme. Un millier de délégués représentaient 130 pays dont 30 Allemands, 25 Américains, et pas moins on l'a dit de 180 Français. À croire que la France est fière d' exhiber son trou de la Sécu devant le monde entier.!!!!! Le premier jour (le 12) les travaux ont été ouverts à 16h30 pour se terminer par un cocktail à 18h. Les 13, 14, 15 et 16 septembre ont été réservés à des cogitations techniques de commissions techniques, ce qui a permis aux congressistes, peu intéressés par ces bavardages, de s' initier aux beautés de la cité interdite. De même n' était-il pas indispensable de consacrer son après-midi du 17 à suivre l' exposé sur la sécurité sociale chinoise. Enfin, les débats, qui devaient en principe se clore le 18 ont pris fin la veille.... pour avoir quartier libre le 18. Coût du séjour des fonctionnaires de la sécurité sociale française 700000 euros " Et oui les français avalent n'importe quelle pilule au sens propre et figuré , quand vont ils comprendre qu'on les manipule pour faire des réformes pour le ???? Vous avez dit trou de la sécu ? 7,8 milliards non reversés à la sécu sur les taxes sur le tabac 3,5 milliards non reversés à la sécu sur les taxes de l'alcool 1,6 milliard non reversés à la sécu des assurances auto pour les accidentés de la route 1,2 milliard non reversé à la sécu de la taxe sur les industries polluantes 2 milliards de TVA non reversés à la sécu 2,1 milliards de retard de paiement à la sécu pour les contrats aidés 1,9 milliard de retard de paiement par les entreprises ....... etc... C'est-à-dire : 20,1 milliards d'euros Ces chiffres sont issus du rapport des comptes de la Sécu pour 2003. Le fameux trou de la sécu de 11 milliards d'euros existe-t-il vraiment ? Je suggère de faire suivre ce type d' informations à toutes vos connaissances et de leur donner le même conseil. Un petit copier/coller sur la totalité du message, y compris cette partie, c' est vite fait ! Bien sûr, l' inconvénient c' est qu' on encombre la messagerie avec de tels messages. Mais finalement moins que les spams et les virus ? L' inconvénient c' est qu' une fois lancé ce message risque de circuler pendant longtemps sans contrôle. Mais pas autant que le trou de la Sécu. L' avantage, c' est qu' à force d' être diffusé, il finira bien par arriver sur la messagerie de responsables de la Sécu, ou de politiciens qui sont censés passer leur temps à gérer l' argent des contribuables, pas à le digérer.... Alors l' un d' eux se sentira peut-être rougir. On peut rêver non !
Bonjour, secrétaire médicale en activité, j'ai devant moi un formulaire rédigé par un ministère de "demande de prise en charge médicale pour un étranger pour raison médicale". Ce papier est un certificat médical afin d'obtenir un visa pour séjourner en France et être pris en charge pour des interventions chirurgicales et traitements médicaux. N'est-il pas scandaleux d'accueillir des étrangers qui n'ont jamais cotisé dans notre pays et leur payer tous les soins et le séjour ? ensuite, ils font venir leur famille, enfants, épouses, .... et tout le monde profite du chomage, CMUU, RMI, ....et ne repartent jamais. Je suis outrée car je suis malade, seule avec deux enfants, j'ai été mise en invalidité II par la SS Je souffre depuis 16 ans avec une maladie qui évolue, cancer du sein, métastases pulmonaires, métastases osseuse; j'ai été mise en invalidité II par la SS car j'ai traitements très lourds: chimiothérapie toutes les semaines, hormonothérapie, radiothérapie. Je suis obligée de travailler pour élever mes enfants. Je sors du travail à 13H puis me rends immédiatement après dans la clinique où je suis mise sous chimio. C'est de l'injustice pur et simple ca en sortant du travail, à 13H, j'enchaine par une chimio l'ap-midi et ceci n'est pas évident à vivre évident qu'enchainner par une chimio. Est-il juste d'accueuillir des étrangers de les soigner alors moi je suis née en France, ai toujours travaillé, donc cotisé, payé mes assurances ..... et je ne suis pas prise en charge totalement financièrement ? Ne vous laissez pas faire assureurs, car le gouvernement profite du système pour nous faire tout payer et se la joue généreux vis à vis des autres nations. C'est scandaleux. Merci à bientôt dans l'attente de vous lire. MBW
bonjour,en tant qu'assureur je crains les conclusions que vous allez tirer de cette enquête. quelques remarques: la sécu est en déficit mais a payé à travers le privé 450 millions d'euros de dividendes en 2007 aux actionaires!! vous pouvez en faire état. Si une tranche de la population abuse de la gratuité elle est bien aidée et incitée par le corps medical. La profession de médecin qui etait une vocation est maintenant complètement centrée sur le fric. On voit une dérive vers les spécialistes car plus rémunérateur.Quand on impose une franchise aux assurés dans le même temps on accorde des augmentations aux médeçins.il y a une foule de scandales dans un système extraordinaire mais qui a été corrompu par les acteurs de ce système.Que dire d'une consultation en hopital que vous mettrez 2 mois à obtenir, alors qu'en acceptant de payer le prix fort vous aurez un r-d-v le lendemain dans le cabinet privé du même médecin.les lobbies ont tuéla sécu!!
ce ne sont pas les malades qui sont responsables des excès financiers et des gaspillages des hôpitaux et des médecins ... je suis d'avis d'exercer une surveillance plus étroite des dépenses et pour la mise en place de sanctions fortes et dissuasives ... les patients qui paient ne doivent pas être les seuls à faire des efforts pendant que les médecins continuent à s'augmenter régulièrement ... si les excès ne sont pas lourdement sanctionnés ceux qui les commettent continueront et ce sera sans fin .. au risque de choquer, je suis d'avis de supprimer la CMU si nous n'avons pas les moyens de soigner ceux qui cotisent ... il est non moins choquant de constater que ceux qui ne cotisent pas seraient mieux soignés que ceux qui financent ... entre gratuité totale des soins et ordonnances de complaisance il y a sans doute un juste milieu ... il faut soigner gratuitement ceux qui sont réellement malades et faire payer ceux qui cherchent un meilleur confort ... si nos médecins ne savent pas faire la différence entre les vrais et les faux malades c'est grave !! personnellement je refuse de payer plus, alors que j'ai cotisé pendant près de 40 années, au nom de la mauvaise gestion et de la légèreté d'autres.
Ce n'est pas aux assurés de décider du nombre d'actes médicaux, soins ou autres. Les assurés utilisent un système. La perversité du système conduit à des abérations de prix qui relèvent d'un profitage des fabriquants, commerciaux et gestionnaires qui partiquent des prix libres, ce qui conduit à des gaspillages inconsidérés. les assurances qui sont basées sur le même système, mais mieux gérée font bien attention quand un remboursement doit être effectué. Les abus sont rapidements détectés et remis en cause (même si quelques personnes arrivent quand même à profiter de ce système). Le problème ne sera donc pas résolu en cherchant comment financer le déficite. C'est trop facile de dire que le panier se vide par le bas et qu'il faut simplement trouver à le remplir par le dessus: il faut colmater la fuite. Il faut donc faire la chasse aux abus, aux gaspillages et aux tarifs d'actes médicaux qui dépassent l'entendement; 3 exemples (parmis tant d'autres): - abus: arrêts maladie prolongés par des médecins qui ne sont pas touchés par les sommes d'argent mises en jeu. - gaspillages: les budgets alloués sont basés sur la consommation passée et non sur un calcul raisonné (on gaspille les stocks en fin de bilan pour obtenir un budget identique, voire supérieur l'année suivante) - Tarifs: ils sont basés sur des prix de revient qui ne sont eux, pas basés sur des prix de revient; la base est simple: tant que la sécu peut payer, les prix de tous les produits, actes ou autres séjours hospitaliers sont au maximum, du moment que le patient obtienne le remboursement sécu (+ mutuelle la cas échéant). Conclusion: La sécu serait un système privé, il est certain que des bénéfices s'en dégageraient rapidement, donc, le gouvernement doit gérer la sécu comme une assurance privée et doit garder le système en main pour éviter les abus qui entaîneraient des desordres dans l'autre sens (trop de bénéfices avec des remboursement trop difficiles à obtenir.) La solution serait de privatiser une partie de la sécu et en particulier un "service contrôle" rémunéré proportionnellement au résultat obtenu sur tous les dépassements abusifs de la société.
ce n'est pas le systeme de la gratuite qui est pervers ceux sont les gens qui le sont, pourquoi si quelque chose est gratuit le gaspiller, par contre responsabiliser les gens surconsommateurs en leur demandant de faire les avances et non pas d'attendre que pour 6,50 euros une prise de sang faite a domicile le praticien doive se faire rembourser parce que les gens ne veulent pas faire l'avance . Ilserait beaucoup plus judicieux que pour des soins lourds et tres onereux la dispense d'avance des soins soit accepter , mais pour les soins courants non, vous verrez que les gens qui devront attendre pour se faire rembourser y regarderont a 2 fois avant de multiolier les frais et les abus. a ce jour a l'ere de l'informatique et de la centralisation des données il est incomprehesible que des patients puissent multiplier les ordonnances, il faut aussi contrôler la bonne prise du traitement au lieu d'augmenter les dosages ou de changer de molecule. il faut que nous devenions des citoyens responsables ,nous avions un excellent système de soins aujourd'hui nous regressons et laiserons à nos petits enfants le cahos en matière de sante et seul les plus riches, les plus ""demerdards""pourront avoir droit au soins les autres retourneront vers les marabouts et autres guerisseurs et créveront dans des conditions atroces alors qu'ils seront ceux que l'on aura les plus préssés,taxés.
Ce que je constate c'est que quel que soit le gouvernement en place les solutions appliquées sont toujours les mêmes. Lorsque le trou de la sécu augmente sans hésiter le gouvernement augmente les cotisations Puis le trou continuant d'augmenté le gouvernement diminue le taux de remboursement et lorsque celà n'est pas suffisant le gouvernement crée des impôts nouveaux. Et puis on recommence le même manège, un cycle infernal. Ces solutions là sont à la portée du premier venu. Il n'est nul besoin de payer un ministère pour celà. Ce que l'on demande à un ministre c'est d'être ingénieux et de proposer des solutions inédites et lumineuses. En fait de faire travailler ses méninges pour justifier sa rémunération. Que faut il faire pour combler définitivement le trou de la sécu, nommer moi ministre et je vous donnerais mes solutions.
Ce système mixte est ingérable. Il faut mettre en concurrence la sécurité sociale avec des entreprises concurentes comme l'avait proposé GROUPAMA de gérer en lieu et place de la sécurité sociale; des dossiers choisis de manière aléatoire. Actuellement le système choisi avec les régimes CMU, AME, maladie de longue durée ne responsabilise personne. Le conventionnement des médecin donne des droits mais doit aussi imposer des devoirs: le système de conventionnement doit pouvoir s'assurer de la bonne répartition géographique des implantations, doit pouvoir controller les bonnes pratiques médicales des médecins conventionnés. Actuellement, l'assuré en bonne santé qui achète une complémentaire santé, finance l'impécuniosité d'un système qui donne une gratuité totale de soin à une population dont la dépense médicale n'est pas controlée. L'état ne devrait pas pouvoir voter un budget de la CNAV en déséquilibre et la variable d'ajustement ne doit être uniquement la médecine libérale et l'industrie pharmaceutique car dans ce cas, ces charges complémentaires reviennent soit sur les complémentaire santé soit sur les malades qui ne sont pas pris en charge par le système social. De toutes façon, le transfert de charge de la SS vers les complémentaires sera refacturé par une augmentation des cotisations Il devient urgent que l'état entreprenne le réforme du système hospitalier et sa carte de couverture géographique.
Ce système, vieux de 60 ans doit évoluer (avec notre société), les progrès médicaux et la pression sociale inéxorable des dépenses de santé; Le gros risque doit rester à la charge de la collectivité et de l'état et garantir pour tous un égal accès aux soins couteux ; le petit risque doit être pondéré en fonction de la nécessité médicale des actes et de leur coût ; enfin il conviendrait de faire de réels choix de société et de proposer aux parlementaires de définir ce que la société doit prendre en charge ou ne plus rembourser (nous sommes par exemple le seul état au monde à rembourser les transports sanitaires hors urgence; l'homéopathie coûte 1 milliard d'euros par an hors aucune étude médicale internationale sérieuse en double aveugle contre placébo n'a jamais fait la preuve de son utilité ni de son efficacité, etc...)
Certains assurés qui ont les moyens peuvent entrer dans ce système pervers qui conduit à une sur-consommation d'actes médicaux, mais certains médecins aussi profitent grandement de ce système pour multiplier les actes (soit nombreux actes à l'heure, soit nécessité de plusieurs consultations pour la même pathologie dans un temps réduit) et avoir ainsi un revenu davantage en rapport avec leur niveau d'études. Pour les patients qui ont des pathologies lourdes (ALD, ..), je trouve inacceptable le montant resté à charge sur chaque analyse ou boîte de médicament : tel ou tel n'a pas choisi d'être greffé du rein, et de devoir prendre des produits anti-rejets, d'être gêné dans son travail à cause de sa santé et en plus d'être pénalisé financièrement parce qu'il doit consommer des médicaments. Quant à ceux qui ont plusieurs enfants et des revenus plus que modestes (RMI), croyez-vous qu'ils ont les moyens d'accéder à une mutuelle donc aux soins. On se dirige vers une situation sanitaire catastrophique où les gens modestes n'auront plus les moyens d'aller chez le médecin et arriveront à l'hôpital lorsqu'il sera trop tard. Ils n'iront pas chez le dentiste ni l'ophtalmologiste car c'est trop cher. Pour les personnes âgées, "on" évite de donner des examens qui coûtent trop chers et qui ne sont pas "rentables" (pour qui ?), ou "on" leur donne un traitement inadapté qui les achève en 8 jours (j'ai 3 cas de pathologies iatrogènes ayant conduit au décès du patient âgé). Pourquoi refuse-t-on à un malade devenu hémiplégique suite à un probable AVC, un fauteuil roulant pour permettre à la famille de le transporter d'une pièce à l'autre, sur le balcon, ou éventuellement de le sortir pour faire des courses, voir du monde, etc ... alors qu'il ne lui reste que quelques mois à vivre. (A l'hospice, le personnel soignant ne porte pas dans ses bras les patients qui ne peuvent plus marcher et qui ne sont obligés de rester alités !) Que dire quand il faut attendre 4 ans pour avoir droit à une radio sur un genou endommagé et 8 ans pour espérer être dirigé par le médecin référent auprès d'un spécialiste ? Si on consulte le spécialiste sans en parler au généraliste, ce dernier se sent court-circuité, frustré, non reconnu.... Je suis très pessimiste, et je pense que, d'ici peu, nous serons obligé d'avoir recours à des assurances privées pour faire face à certaines dépenses de santé. Cela creusera encore un peu plus l'inégalité entre ceux qui pourront avoir accès aux soins et ceux qui ne le peuvent pas. Seuls survivront plus longtemps, ceux qui ont une bonne constitution, est-ce cela que la société veut ?
Certains médecins sont trop complaisants plutôt, dirons-nous. Avec l'informatique, la Sécurité Sociale est en mesure de savoir où sont les abus tant dans les consultations multiples, l'usage et le renouvellement abusif des médicaments (certains en ont des armoires pleines rien que pour le plaisir) comme pour la crise du sucre. Quand à moi je constate des grosses augmentations tant sur les prélèvements SS que sur ma mutuelle Je vais consulter quand l'urgence se présente et je vois des remboursements de plus en plus diminués. C'est à la SS de surveiller de plus près les fraudeurs et leurs médecins, c'est simple mais on y découvrirait tellement d'abus.D'ailleurs le seul directeur qui a osé dénoncé ces choses a dû démissionner. Qu'on arrête l'hypocrisie des caisses vides !!!!!!!!!! Chacun sait de quoi il retourne, merci.
Ces réformes ne servent en réalité qu'à permettre aux assureurs de faire de l'argent avec la santé des gens ce qui est un non-sens. La santé n'a pas de prix et si on laisse la sécu aux mains des assureurs (parmi les entreprises déjà les plus riches du monde) certains ne se soigneront pas. Dans un des pays les plus riches du monde ça paraît irresponsable. Que va-t-on faire des gens malades qui n'ont pas les moyens de se soigner. Les laisser crever chez eux? Laisser leurs dents pourrir sur pied? Laisser la gangrène faire son travail? Finalement, ça coûtera encore plus cher à la société puisqu'il faudra s'occuper de cas aggravés alors qu'aujourd'hui on peut encore faire du préventif et intervenir avant que la maladie n'ait fait trop de chemin. Le préventif coûte moins cher, mais les examens seront trop chers et les gens ne les feront pas. Ils attendront que la maladie soit là pour agir. Il y a déjà des gens qui n'achètent pas tous les médicaments dont ils ont besoin à cause de la franchise de 1 ou 2 euros!!!! Il y a déjà des gens qui laissent pourrir leurs dents puisque ces soins sont très mal remboursés. Pour renflouer la sécu il suffit de faire payer aux entreprises ce qu'elles doivent au lieu de les exonérer des charges (manque à gagner de 2,3 milliards d'euros) et d'augmenter les salaires qui, on le sait bien aujourd'hui, ne sont pas assez élevés pour pouvoir se loger décemment vu les tarifs pratiqués pour les loyers.
C'est depuis l'instauration de la CMU que le trou c'est creusé, à soigner gratuitement des gens qui ne cotisent pas on ne peut qu'être déficitaire, ou bien je n'y connais rien à l'économie.. Sachez toutefois que dans ma région : L'Alsace/Moselle, la sécurité sociale n'est pas en déficit. D'autre part, les transports en VSL et autres pris en charge par la sécu sont à mon avis une des causes majeures du déficit, mais on en parle jamais à croire que tous nos dirigeants sont actionnaires dans les sociétés d'ambulances, car même en allemagne qui a le même système de couverture sociale les transports sont à votre charge et on ne vous rembourse que sur la base du prix du tiquet de Bus. Les compagnies d'ambulances n'ont cèssé de prolifèrer et je peux vous dire qu'elles vivent bien. Allons aux vrais problèmes et traitons les une bonne fois!
Chacun devrait payer à la mesure de ses moyens. De nombreuses personnes n'ont justement pas les moyens de souscrire une assurance santé, une mutuelle Doivent-ils se laisser mourir ? L'exemple des Etats-Unis est pourtant parlant... D'autre part, en ce qui concerne les abus, viennent-ils réellement des assurés ou des labos, qui non seulement gagnent un maximum d'argent sur la santé des individus, mais en plus fabriquent des placebos sans efficacité vendus très chers ? Quelle personne prendrait des médicaments par plaisir ?!! Il existe des pathologies (anxiété, stress, dépression) auxquelles la prise de médication associée n'est pas quantifiable. Est-ce un abus pour autant ? Le mal et le mal-être sont-il négociables ? N'aurait-on droit qu'à une dose limite de spleen ? Ce n'est pas ce genre de décision qui arrangera cela en tous cas...
Comment expliquer qu'à l'heure où l'on nous parle d'économie et de réduction du nombre de fonctionnaire (je n'en fait pas partie) le nombre des pharmacies (qq part payées par l'état au travers de la sécu) ne soit pas libre permettant ainsi de faire jouer la concurence et que certains médicaments ne soient pas encore autorisés à la vente en grande surface. Comment expliquer qu'à l'heure où le pouvoir d'achat des gens d'en bas ne cesse de décroitre et où on nous dit de travailler plus pour gagner plus les médecins se sont vu accorder une augmentation de la consultation dès le changement de prèsident. Comment expliquer que certains médicaments juger innéficaces, et fort justement non remboursés, peuvent être encore prescrit, on est même en droit de se demander pourquoi et par qui leur mise sur le marché a été autorisée. Quant à la sur-consommation des actes médicaux et des médicaments n'oublions pas que les prescriptions sont faites par les médecins. Je ne parlerai pas non plus des arrêts de travail douteux délivrés par certains d'entre eux peu srupuleux et qui devaient être sanctionnés en cas d'abus (selon notre président)!!!!! Certains médecins avant d'assener le montant de leurs dépassements d'honoraires vous demandent comment votre mutuelle couvre ce cas de figure de manière à en profiter le plus possible sans vous "pénaliser" directement comme ils disent, il n'est donc pas surpprenant que mes cotisations de mutuelle aient augmenter une première fois de 15% puis une nouvelle fois de 10, la tendance n'est pas prête de s'inverser, et biensur pour un taux de remboursement identique dans le meilleur des cas. Il serait bon que tout le monde soit mis a contribution proportionnellement à ces revenus et que l'on cesse de faire porter le chapeau aux personnes pour la plupart honnètes.
D'abord, vous devriez savoir que la sécurité sociale ne concerne pas que la santé. Celle-ci fait partie des 4 branches de la sécurité sociale. Ensuite, la santé n'a pas à être l'objet d'enjeux financiers comme le souhaitent tous les assureurs en mal de plus de profits dans leur seul intérêt. Enfin, il n'y a pas besoin d'évoquer les déficits de l'assurance maladie puisque celui-ci est volontairement provoqué pour que justement on fasse croire qu'il n'y a pas d'autres solutions que d'opérer une privatisation rampante comme c'est déjà le cas. Il faudrait tout simplement arrêter de rémunérer fortement tous médecins véreux qui n'ont qu'une idée en tête, d'avoir plus de pognon que son confrère. Pendant qu'on limite les remboursements pour faire des soit disant économies, les gouvernements n'ont eu de cesse de redistribuer l'argent des travailleurs aux gens pétés de tunes. Alors, que l'Etat reverse ce qu'il doit à l'assurance maladie, que les entreprises paient leurs cotisations comme tous les autres citoyens et l'assurance maladie ainsi que la sécurité sociale seraient excédentaire. Ce qui permettrait de réduire les cotisations des honnêtes gens. Voilà, sur ce, salut
Dans beaucoup de domaines la sécurité sociale gaspille des budgets importants en imposant aux assurés de subir des actes médicaux sans qu'ils en aient nécessairement besoin et ce parfois non seulement en dépit du bon sens, mais souvent contre l'avis du médecin qui doit lui aussi subir le système, par exemple lors de grossesses (c'est le cas pour ma femme). Dans d'autres cas, c'est le système récemment mis en place de quotats sur les prescriptions imposées aux médecins qui peut être pervers : conçu pour limiter les dépenses en médicaments, certains maladies ne sont pas traitées correctement du premier coup, et on est obligé de consulter une seconde fois voire une troisième fois le médecin pour que la maladie soit correctement traitée. Résultat, au lieu de rembourser une consultation, la sécurité sociale doit rembourser 2 ou 3 consultations et autant de prescriptions, ç'est une multiplication par 2 ou 3 des dépenses pour une même maladie. Il y a de nombreux autres domaines où le système est complètement à côté de la plaque et où le gaspillage d'argent est plus que manifèste. En contre partie on constate une inégalité et une discrimination dans la pratique des soins, et il est absolument faut de prétendre que tout la population cotisant a accès aux mêmes soins aux mêmes tarifs. Par exemle dans ma région, il est absolument impossible d'obtenir une consultation chez un ophtalologistes, même à plus d'un an d'échéance, ceux-ci refusent tout simplement de prendre de nouveaux patients et demandent simplement d'aller voir dans une autre ville. Je dois faire 160km pour consulter et j'ai de la chance car je peux payer le déplacement ? Comment font ceux qui n'ont pas les moyens de faire payer un trajet de 80km aller et retour pour avoir accès à ces soins ? A ce sujet la sécurité sociale prétend ne rien pouvoir faire, pourtant c'est elle qui paye nos praticiens via les remboursements !
Dans les années des 30 glorieuses, les salaires étaient bas, les cotisations maladies aussi, mais la securité sociale était pas en déficit parce que le chômage était bas et que seul les salariés bénéficier de la couverture sociale. Maintenant le chômage est important, les employeurs ne payent pas tous les cotisations de leurs employés, de plus même ceux qui ne travaillent pas ont droits à la couverture sociale. Je pense qu'il faudrait revenir au dispositions des trentes glorieuses. Mais augmenter la durée des annuités pour palier au viellissement de la population, sauf pour les travaux pénible, ou reconvertir les vieux travailleur des travaux pénibles vers les bureaux. Une chose qui me chagrine: c'est le profit exorbitant que font les pharmacies sur le dos de l'assurance maladie. Il conviendrait de faire jouer la concurrence.
Dans les années qui ont suivi l'après guerre, la Sécurité Sociale ainsi que les Caisses de Retraite ont dégagé des excédents substantiels. Ceux-ci, au lieu d'être placés en vue d'un renversement de situation et pallier ces inconvénients, ont été utilisés à des fins peu avouables (scandale de la Vilette et bien d'autres que nous ignorons) et quel que soit le gouvernement (lorsqu'il s'agit de s'octroyer un morceau de gâteau, on ne cherche pas à en connaitre la couleur). Aujourd'hui non seulement cela ne rapporte plus mais, pis,cela coute. Alors, pour permettre aux finances publiques de s'alléger et, ainsi, pouvoir disposer de ressources disponibles au gré des gouvernants, il est question de reporter ce fardeau sur les assurés. Nul doute que ce report se traduira par une augmentation des cotisations des complémentaires de santé (pour ceux qui ont la possibilité financière d'y souscrire). D'autre part, puisqu'il est question de transférer les dépenses santés auprès d'organismes privés, qu'adviendra-t-il des cotisations ponctionnées sur les revenus, du maintien des dépenses engendrées par le fonctionnement de la Sécurité Sociale, des cotisations n'ont versé depuis plusieurs années par certaines entreprises qui n'hésitent pas à avoir recours au chantage pour ne pas s'acquitter de cette solidarité? En pleine crise économique mondiale, de telles mesures ne feront qu'aggraver la dérive négative du pouvoir d'achat. Quant aux plus démunis, ne pouvant accéder ni à une complémentaire, ni aux soins, verront leur état de santé se dégrader et, de ce fait, leur espérance de vie diminuer. Mais cette mortalité anticipée n'est pas là, aussi, un casuel à cette thérapeutique budgétaire?
De qui se moque t'on????? en tant qu'employé sécurité sociale, je vois tous les jours les abus.....des medecins!!!! et jamais rien aux informations et aux actualités! Il faut savoir que tout est mis en oeuvre pour casser la sécu, par exemple les différents medecins qui se facture 2, 3, 4 ou plus la meme consultation. On a la preuve mais on ne peut pas les prelever pour rendre les trop percus! Il faut leur demander gentillement et QUAND ils rendent cet argent c'est plusieurs années plus tard (= crédit gratuit pour les medecins). De meme, de plus en plus en on voit les déremboursements de médicaments (officiellement, ils ne sont pas efficaces) pour qu'on retrouve ces memes produits bientot en libre service dans les pharmacies!!! Pourquoi les retire t'on pas de la vente s'ils ne servent a rien??? Je pourrais vous en dire pendant des lignes et des lignes, mais comme tous mes collègues de travail je suis ECOEURE.... Pensez a prendre votre carte bleue quand vous sortez de chez vous, bientot nous serons comme aux USA, si on vous tire dessus, aux urgences on vous demandera votre carte......bleue (la verte sera elle aussi enterrée avec nous.........). Vive la France et cette pseudo politique!!!!!
des réformes simple pourraient abonder dans ce sens exemple: - économie souhaitable, chercher au niveau des transports des malades vers les centres hospitalier ( le fonctionnement actuel privilégie les aller retour par ambulance, dans les cas ou le malade peut et veut se rendre aux centre avec son véhicule aucune indemnisation est prévue reste pour ceux-là que l'ambulance ( exemple , traitement des dialyses, personnes en attente de greffes d'organes) etc... ? - les subventions pour l'agrandissement des structures médicamenteuses ou construction neuves sachant le bénéfice que dégage les différents groupes de fabrications sont elles nécessaire,?.... ou ne pourrait on pas mettre cet argent pour combler le déficit?.... -quand ont parle de gratuité des soins ils faut comprendre systématiquement le renfort des contrôles à tout niveaux et peut être créer des bonus ou des encouragements autres, afin de responsabilisé la société.à tout niveaux.
Diverses réflexionsplus ou moins en vrac. Propositions concrètes : étatisation du financement, salariat ou paiement des généralistes à la capitation pour une bonne part, incitation à la prévention et à la diminution de l'utilisation des médicaments, taxation des produits de luxe et de la consommation des produits diététiquement impropres, incitation à l'exercice physique ... Les systèmes de type ticket modérateur ou forfait non remboursable sont pénalisants pour les moins à l'aise économiquement, qui par ailleurs ont les moins bonnes qualités de vie, ils sont inefficaces et augmentent les inégalités de santé. Le recours aux technologies onéreuses et aux interventions "de confort" pourrait être limité aux situations où une évaluation sérieuse de la pertinence aurait été faite. La dentisterie devrait être mieux prise en charge, de manière à ce que les soins de base soient garantis. Idem pour les soins de santé mentale, avec l'objectif de réduire drastiquement les dépenses médicamenteuses (la France = championne du monde de la consommation de médicaments dans ce domaine, et également dans le peloton de tête de la fréquence des suicides). Les soins médicaux devraient plus se préoccuper de la prévention du handicap, dans une optique globale. Un grand chemin reste à faire pour que les mentalités passent de la recherche de plus de médecine à la recherche d'une meilleure santé globale de la population, ce qui devrait devenir un enjeu politique, en phase directe avec ceux qui relèvent du développement durable (ex. prévention de l'obésité).
d'un coté on nous infantilise en nous rabachant qu'il faut faire attention aux depenses de la secu,qu'il nous faut"consomer moins" et d'un autre , on augmente les medecins(sans les controler plus:les "visiteurs" placent toujours leurs medicaments les plus chers et pareil pour les pharmaciens.) on ne controle pasplus les hopitaux qui peuvent facturer "a la tete du client" d'ou certains derapages. il est vrai qu'aujourd'hui certaines pathologies reclament des soins de plus en plus elabores donc chers. neammoins dans ces cas la pourquoi "dereguler" les labo en leurs laissant tout libre choix sur leurs politique tarifaire et ne pas les obliger a des axes de recherche avec comme contre partie certains tarifs libre car aujourd'hui ils fixent eux meme tarifs et recherche. en conclusion donc il nous faut faire preuve de plus de rigeur et ce a tout les niveaux . a la population de se controler a ne pas faire d'exces de conssomation. aux labo de ne pas tier la poule aux oeufs d'or en faisant du chiffre a tout prix. aux medecins,chir,hopitaux d'en faire "la police" en denoncant les exces des uns et des autres (les leurs aussi) et enfin a l'etat d'assumer sa fonction en prenant les decisions qui s'imposent (mais pas uniquement les faciles) a TOUS. en n'oubliant pas d'abonder les caisses de la secu des taxes qui lui reviennent de droit(taxes sur l'alcool sur les cigarettes...) et quine sont pas systematiquement reversees.
D'une part la gratuité des soins est une bonne chose eu égard à l'égalité de tous. Et le système français ne devrait pas changer à ce niveau-là, mais il est vrai que des abus existent et c'est précisément là qu'il faut intervenir. Il n'est pas normal que nombre de patients réclament des médicaments à leur médecin et les menace encore de changer de médecin traitant s'il ne leur prescrit pas le ou les médicament(s) désiré(s). C'est aberrant ! D'autre part, je trouve également aberrant que les "revenus" des ministres augmentent, d'autant plus qu'ils ne sont pas imposables. Ce n'est pas seulement la sécurité sociale qui grève les budgets de l'Etat ! Bien sûr ils travaillent énormément, mais ils ne sont pas les seuls, combien d'artisans-commerçants ou de professions libérales travaillent plus de 35 heures. Et ils sont loin de gagner le salaire des ministres, alors qu'ils rendent également service à leurs concitoyens. Pourquoi les ministres ne proposent-ils pas de réduire leurs propres revenus pour alléger le budget des dépenses ?!? Nous sommes dans une république, le temps de la monarchie est révolue et pourtant l'on sent très bien au fond si l'on y réfléchit que le temps des vassals est encore omni-présent et nous payons toujours énormément de taxes soi-disant pour le bien de tous. Mais qu'advient-il de ces belles promesses avec de mauvais gestionnaires qui dilapident l'argent de l'Etat en "voyage et repas d'affaires" !
Education dès l'école, apprendre à faire réfléchir et à faire prendre conscience au génération futur par des réunions, débats d'idées, échanges de toutes sortes, etc... Changement des habitudes pour une responsabilisation croissante. Les plus pauvres sont souvent les plus fragiles, si la France n'est pas rassemblé et solidaire pour la santé de chacun d'entre nous, alors on exclut une partie de la population est s'est la faille du système qui ne fera que s'étendre. On est alors très loin du pacte républicain. La première préoccupation des français est leur santé et cela passe avant l'argent, le travail, etc.... sans la santé on ne peut plus vivre de façon indépendante, et c'est une grande partie de notre liberté qui s'envole. Les cotisations obligatoires ne cessent d'augmenter ainsi que les mutuelles mais les actes de remboursement ne sont pas en rapport avec ses augmentations, en plus une partie de la population est exclut des mutuelles ( personnes agées, handicap, etc.....) l'on ne peut parler de mutuelle dans ces cas là, c'est une manne financière versé par la peur des gens pour leur santé. La peur est encore exploité pour les profits de certain. Cela signe la fin de la solidarité en matière de santé, ou montre de profonde limite.
Effectivement nous payons toujours pour les mêmes personnes qui profitent du système. Mais pour ceux, qui comme moi, y allons que quand cela est nécessaire ou tout simplement pour un suivi régulier pour des problèmes de santé qui nécessitent de voir régulièrement médecin, spécialiste... Je trouve ça complétement absurde de payer pour les autres. Pourquoi ne pas créer un quota selon des critéres comme enfants, maladies (pb cardiaque, épilepsie, diabéte... enfin toutes les maladies qui font que nous devons voir nos médecins plus souvent qu'une autre personne), femmes enceintes...bref pour ces personnes les actes ne devraient pas être à leur charge. Un exemple, pour moi qui suis épileptique, je vois mon médecin pour renouvellement d'ordonnance et contrôle habituel pouls...(en 2 mois >> 10 ? laissé de ma poche) et je le vois également pour des choses plus graves car malheureusement les crises d'épilepsie chez moi sont assez violentes et je ne les sens pas venir, ce qui donne 2 épaules déboitées, un tendon sectionné, traumatisme cranien... et à chaque fois je laisse de l'argent de ma poche. Je n'ai pas demandé à être malade ni à être suivi aussi régulièrement mais c'est la vie et c'est en plus moi qui doit en assumer les conséquence...NON Je ne suis pas d'accord sur le principe, et je parle de moi car je connais bien sûr mon cas mais il y a des personnes avec des pbs plus graves que les miens alors imaginez... Ce sont toujours les mêmes personnes qui vont profiter du système comme je disais au début, et les personnes honnétes et droites en paye le prix. C'est écoeurant.
En désaccord avec les mesures de restrictions, toujours les mêmes qui payent pour les autres et qui ne bénéficient de rien. Si le but d'avoir une sécurité social et un régime de retraite à l'américaine, dans ce cas je veux que les cotisations sociales (plus de la moitié de la charge d'un salaire pour un employeur) soient reversées aux employés; pas de différences donc pour les pârtrons. Un pouvoir d'achat supérieur pour les travailleurs. Liberté, fraternité et quoi? égalité: imposition de 10% pour tous du SMIC aux grands salaires. La classe moyenne est la vache à lait de la France. Au SMIC et en dessous: tous avantages sans les inconvénients. Petits fonctionnaires, payent partout et n'a le droit à rien, avec des salaires de plus en pus rattraper par les smicards! Et au dessus, les gens ont suffisamment d'argent pour pouvoir défiscaliser. Au final, toujours les mêmes. Régime de santé à 3 vitesses; les "pauvres" ne payent rien et donc peuvent se permettre de surconsommer; les "riches" s'en moquent; les autres sont les grands perdants. Une réforme? oui! Mais quelque chose de juste, quand j'entends encore parler d'un prix de gaz en fonction des revenus!!! Scandalisé!!!Une population d'assistées, aujourd'hui, il vaut mieux rester à la maison et pleurer une aide financière qu'aller travailler, pourquoi se creuver? Mon avis, une fois de plus, la classe moyenne va trinquer et les autres vont rigoler, voilà mon avis sur les réformes de l'Assurance Maladie. Que l'on supprime l'AME, et comme pour le chaumâge, la CMU en fonction des cotisations La sécurité sociale en déficite? Vous avez déjà vu une assurance en faillite, non! Pourquoi? Les assurances indémnisent les assurés et non la planète entière. Réduire le trou de la sécu. Arrété de prendre en charge les malheurs du monde; dans les autres pays, comment ça se passe! .....Travailler plus pour gagner plus, l'assurance maladie aussi. AME, CMU n'ont pas d'obligations de prendre des médicaments génériques et la personne qui cotise elle doit prendre ce qu'on lui donne sinon c'est encore de sa poche; c'est quoi cette égalité?
Etant actuellement en accident de travail je trouve complètement anormal de me dire que je suis prise à 100 % mais en fait n'étant pas titulaire je ne suis qu'à 80 % de mon salaire. Ensuite à la pharmaice j'ai 0,50 ? sur chaque boite de médicament l'infrmière qui vient c'est encore 0,50 et le labo 1 ? et maintenant la kiné où je vias encore perdre quotidiennement 0,50 ?. J'ai été opérée à l'hôpital je ne sais pas si je vais recevoir une facture prochaienemnt mais dans l'histoire je suis vraiment loin des 100 % alors je toruve vraiment honteux de mal remboursé ceux qui bossent et de faire bénéficier de la cmu les assistés sociaux. Donc oui moins de gratuité mais pour TOUS et si on veut une bonne assurance on bosse et avec un peu de chance l'employeur proposera une mutuelle obligatoire. Je préfèrerai ne payer que ma mutuelle et me faire rembourser tous mes frais médicaux que de payer pour les trous de la sécu que nos parents ont causé alors que nous et nos enfants n'auront quasi pas de remboursement pour l'avenir. Une vraie honte ne plus rembourser le bronchokod pour els enfants qui est nettement plus efficace que el pneumorel idem avec le coquelucédal qui ne coutait que 1 ou 2 ?.
Etant maman d'une petite fille diabétique de type I, j'avoue frémir d'horreur lorsque j'entends qu'il serait possible de ne plus rembourser certains soins et/ou médicaments sur ce type de maladie : en effet, elle a une pompe à insuline et lorsque je vois revenir les feuilles de remboursement de la Sécu je me rends compte que cela est extrêmement coûteux. Notre famille a des revenus modestes et bien qu'ayant une complémentaire santé, je me rends compte également que cela engendrerai une hausse non négligeable des tarifs de ces complémentaires que nous ne pourrions supporter financièrement. La question se posant alors : devrions nous envisager de ne plus soigner notre fille pour le bien de la France ? Je suis consciente qu'il faut que nous fassions des efforts afin de moins consommer de médicaments, et c'est ce que nous faisons depuis quelques temps déjà, je trouve normal de payer plein pot mes séances d'acupuncture ou d'homéopathie, bien que ce soient elles qui me font ensuite aller moins souvent chez mon généraliste pour des petits problèmes de santé mais sur des pathologies lourdes, je dis non !!!! Après tout, qui accepterai de souffrir le martyre en ayant un cancer par exemple, sous prétexte que les antidouleurs seraient des "médicaments de confort" ?
Etant mignaineux lourd, et souffrants d'autres patologies connues, je trouve navrant de devoir passer systématiquement par un médecin pour obtenir des renouvellements de médicamentations, qui ne fait que de reconduire sa prescription le plus clair du temps, et d'être dans l'impossibilité (en cas d'oublis en déplacement) de se dépanner en pharmacie. Parallèlement à ça, les médecins, au moins dans les villes, se plaignent de surmenages. N'y a t-il rien qui cloche ? Pourquoi ne pas donner aux patients un livret répertoriants les médicamentations suivies par lui, faisant l'objet de traitement long, ou moyennement long, donnant droit de renouveller les médicamentations sans devoir, aussi systématiquement que maintenant, repasser devant le généraliste. Ce livret pourrait donner droit au patient "tête en l'air" de se procurer ses médicaments, même si dans ce cas, le remboursement ne serait pas pris en compte par la sécu (éviter les abus), et inscrit sur le carnet (ou sur la carte vitale). Je ne connais pas de migraineux qui, en crise, refuserai de payer de sa poche le médicament qui permettrai de vivre simplement normalement, du moment que la migraine cesse, ou s'estompe parce qu'il aurait oublié son médicament, ou que celui ci ne ferrait pas effet (les migraineux "croisent" souvent leurs médicaments), ou que la boite serait vide.
Etant paraplégique par une maladie génétique qui ai de plus dégénérente , je suis pour que la sécurité sociale reste pour tous les assurés le principal systéme de remboursements des soins de santé. Certains ne peuvent et ne pourrons pas prendre une mutuelle complémentaire faute de moyens. mais je pense également qu'il faut aider aussi la sécurité sociale et rendre plus responsable tous les protagonistent de soins . le gaspillage éxiste c'est certain mais pas plus qu'ailleurs, pourquoi devoir le fairent supporter à tout les assurés, même si une tva sociale pour aider la sécurité sociale telle que nous la connaissions car elle change et trés vite , souvent même trop vite . Des personnes qui sont suvis pour de longues maladies , les ald , les 100%, les transports sanitaires pour soins médicaux, deviennent de plus en plus coûteux , et les pensions d'invalidités, les personnes ayant les minimas sociaux autant au niveau pension d'invalidités avec moins de 300 euros par mois pour une personne , et moins de 700 euros pour l'AAH , comment pouvoir encore ce soignier avec en plus une mutuelle complémentaire à payer , il reste encore des frais médicaux qui reste à la charge des patients . Serais ce devenu un crime d'être différent , d'être malade d'une maladie longue et coûteuse, d'une personne accidenté et donc handicapé à vie . Je pense qu'il ai raisonnable que chacuns aide la sécurité sociale à pouvoir continuer à poursuive sa mission d'aide et d'accéssibiltés à chacuns aux soins et aux meilleurs , et que pour cela les assurés dévrons y participer financirement mais pour un temps la tva sociale est possible mais dans un comtexte actuel où les foyers on du mal à pouvoir régler toutes les dépences avec les augmentations de toutes choses et de toutes part , devoir encore supporter une tva sociale , une ultime "taxe" pour aider la sécurité sociale peux encore se faire , mais avec un temps , et un temps vraiment détérminer trés précisement et pourquoi pas l'équilibré par rapport aux salaires réels des foyers . si la tva sociale voit le jour il faut à mon avis qu'elle est un coup adapter à chaque assurés et un temps trés précis , un cdd au niveau de la tva sociale en faite , 2, 5 ans et à la fin un vrai progés , un vrai changement mais avec toujours la même qualités qui à toujours fait que nôtre sécurité sociale et un exemple pour beaucoup de pays par ses préstations .
grace a l informatique possibilité de faire des economie de personnel et surtout faire faire 35 heures effectives aux gens de la ss penaliser les doct qui accordent trop facilement des arrets maladie pour convenance de patients augmenter les jours de carences audela d un certain nombres d arrets et interdire aux administration ou societes prendre en charge ces jours mieux controler les arrets de travail et les mises en invalidite surveiller les surprescriptions de certains medecins et surtout les prescriptions ne coincernant pas le motif le la consultation pour regarnir l armoire a pharma du patient surveiller le tendance de certains chirurgiens a vouloir systematiquyement operer la secu est pour eux une pompe a fric arreter le cinema des generiques en imposant aux fabricants d origine de baiser leur prix de vente pou les alligner sur le prix des generiques trop de medecin n ont pas en tete le nom des generiques obliger les fabricants a reduire le luxe des emballages et aussi creer un systeme d emballage 28 ou 30 jours pour tous pas 28 chez un et 30 chez l autre et surtout reduire les quantites pour les traitements qui ne necessitent que quelque comprimés pourquoi etre obligé d'acheter une boite de 20 pour en prendre 10
Grâce à l'informatique il est très facile de cibler les patients aussi bien que les médecins qui abusent, pourquoi ne le fait-on pas ? Pourquoi les gens qui vivent du RMI et bénéficient de la CMU ne paient-ils pas la franchise comme tout le monde. Si l'on voulait bien se pencher la-dessus on verrait que beaucoup usent et abusent des consultations chez le médecin quand ce ne sont pas des visites à domicile car quand on n'a rien à payer on ne se gêne pas. Quand supprimera-t'on l'A.M.E. qui croît d'une façon exponentielle depuis sa création par Mme Aubry. Le budget consacré à soigner le monde entier pourrait être consacré à combler le trou de la Sécurité Sociale. Ce sont les Français qui paient des impôts et on ne leur a pas demandé leur avis à ce sujet. La charité a des limites! L'Etat ne reverse pas, semble-t'il les cotisations et taxes qu'il encaisse au nom de la santé. Est-ce normal ? La S.Sale est propriétaire d'immeubles à Paris; ces immeubles ont été achetés avec nos cotisations Pourquoi ne la force-t'on pas à les revendre pour payer ses dettes ? La S. Sale est gérée par les syndicats, or, ceux-ci ne représentent que 8 % de la population et moins de 4 % des travailleurs du privé. Il faut changer tout cela et cesser de payer ces gens à se goberger sur notre dos. Les gueuletons, les voitures de fonction, les voyages à l'étranger, combien cela coûte-t'il ? Dernière chose : en Allemagne, par exemple, les pharmacies délivrent les médicaments à la pièce alors que nous achetons des boites complètes dont n'avons le plus souvent besoin que d'une fraction. Pourquoi ne pas les imiter et faire des plaquettes plus petites que l'on pourrait détailler ? Notre système vieux de 50 ans n'est plus du tout adapté à notre époque. Il est urgent de le reprendre de A à Z. En tous cas les gens qui, comme moi, sont soucieux d'éviter consultations et frais inutiles en ont marre de payer des franchises en plus des cotisations et des complémentaires.
Hélas, les mutuelles doivent prendre en charge de plus en plus de médicaments, et de ce fait augmenter leurs tarifs, et sans elles beaucoup de personnes ayant cotisées à la sécurité sociale toute leur vie, ne pourraient plus se soigner...et malgré celà encore avoir une partie à leur charge, même les personnes à 100%, ce qui commence déjà à être le cas d'ailleurs car beaucoup de médicaments ne sont plus remboursés. Celà conduit les malades à négliger certains soins, ne pas prendre les médicaments non remboursés prescrits, ce qui aggrave les malaldies et ensuite coûtent chère à la S.S. des maladies qui soignées au début n'auraient que très peu coutés à la S.S. - Je ne suis donc pas d'accord avec cette stratégie massive de déremboursements. Je parle de certaines personnes agéees. massives qui au final finira pas des maladie graves et couteuses pour la S.S. mais certaines personnes qui n'ont pas droit à la CMU ni les moyens de se payer une mutuelle alors ceux là bien qu'ayant cotisés ne peuvent se permettent de se soigner, la part à leur charge étant trops lourde je parle pr les personnes agées ou au chomage, car pour avoir droit à la CMU on se base sur les salaires de l'année précédente, donc pendant + d'un an si pas de mutuelle pas de soins.
Il convient de redéfinir la condition pour être assuré social. Pourraient être couvert les personnes salariées ou travailleurs indépendants cotisants ou les personnes au chômage pouvant être pris en charge ipso facto pendant une période définie, par exemple une année. Au dela, sans cotiser vie une activité, la personne désirant s'assurer devra faire appel à une assurance personnelle totale. Sur ce même raisonnement, concernant les personnes assurées, celles-ci doivent, comme pour toute assurance supporter une franchise mais seulement après un certain nombre d'actes médicaux. Cela doit avoir pour but de mettre un frein à la surconsommation. Les personnes souffrant d'une Affection de Longue Durée ne doivent pas supporter de franchise suite à une maladie grave et avérée dont la surconsommation de soin est de ce fait écartée. Il en est pourant ainsi à ce jour. Aussi, les Mutuelles ou Assureurs se doivent, dans un but de solidarité, privilégier la garantie des personnes gravement malades souffrant d'une affection de longue durée. Les personnes ayant la qualité de Travailleur Handicapé, reconnu par la MDPH, de ce fait en ALD pourront être exonérés en totalité des franchises médicales quelque soit la prestation médicale apportée selon le taux d'incapacité. Une exonération totale pourrait être apportée aux personnes handicapées titulaire de la carte d'invalidité soit 80%. Ils doivent être pris en charge médicalement en totalité au titre de la Solidarité Nationale quelque soit la pathologie ayant conduit à l'invalidité, un état fragilisé ayant déjà été décelé. Il est également anormal qu'une personne cotise plus sous prétexte qu'elle gagne plus. Aussi, tout assuré social doit alors pouvoir choisir entre l'assurance générale par le biais des cotisations obligatoires ou être géré par une assurance ou mutuelle indépendante dont la cotisation sera fixée en fonction de l'age de l'assuré et non pas de ses revenus. Les personnes bénéficiant des minimas sociaux, qui bénéficient de la Couverture Médicale Universelle, devront bénéficier d'un véritable coaching afin de réinjecter des cotisations par le biais d'une activité professionnelle. Il convient également de contrôler plus sérieusement les médecins qui favorisent certaines prescriptions médicamenteuses ventées par le visiteur médical offrant des congrès dans notamment en Outre-Mer... Les médecins doivent également surveiller scrupuleusement le stock de médicaments de leur patient et ne pas délivrer automatiquement de nuoveaux médicaments. Trop peu d'assurés suivent leur consommation de médicaments et se retrouvent trop souvent avec des surcharges de médicaments prescrits. Sur ce point, la franchise sur les médicaments pour les patient ne se truovant pas en ALD devra être augmentés voire doublée pour passer à 1 euro par boîte de médicament afin de responsabiliser le patient. Cette franchise ne devra pas être pris en charge par les mutuelles au risque de ne pas corriger la dérive et de générer une augmentation des cotisations de Mutuelles ou des Assureur. Si tel est le cas, il faudra limiter strictement le remboursement des franchises à un montant annuel prédéfini afin de limiter strictement l'augmentation des cotisations des complémentaires. Enfin, tout assuré salarié ou travailleur indépendant doit avoir le droit de choisir entre l'assurance maladie publique ou une assurance privée et devra dès lors être exempté de cotisation maladie.
Il est déjà inadmissible de ne pas parler du seul régime de Sécurité Sociale qui est mutualiste et qui de plus est le seul en France à ne pas être déficitaire!!! Il y a peut être de bonnes recettes à apprendre.... D'autre part, je ne veux pas être l'avocat du diable, mais tout le système en croque, entre les médecins qui abusent du système, les trafics en tout genre d'assurés peu scrupuleux, nos caisses qu'elles soient sociales ou mutualistes qui globalement ne contrôle rien ou si peu, et que dire du lobbyisme intensif de l'industrie pharmaceutiques qui fait tout pour décrédibiliser les médecines douces et alternatives qui sont pourtant patentés pour un certain nombre de pathologie et qui coute bien moins cher. Que dire aussi de la vaccination abusive pour des pandémie que l'on sait soigner. A quand, une médecine digne d'Hypocrate?? Le pauvre, il doit se retourner dans sa tombe. C'est une honte pour toute l'humanité. L'industrie chimique et pharmaceutique a réussi la quadrature du cercle: on empoisonne les gens avec la mal bouffe et les pesticides, les engrais, les antibiotiques et on les soigne quelques années plus tard dans un système de santé complètement verrouillé et sans intégrité aucune. Business is business, n'est ce pas?? A méditer.....
il est déraisonnable de penser qu'il soit possible d'assurer pour tous une couverture GRATUITE des  soins sans la participation volontaire des malades au travers d'assurance, mutuelles ou autres.oui mais comment AIDER ceux qui ne peuvent pas participer à ces complémentarités ? pourtant le déficit actuel  est énorme et sera difficile à résorber. cependant  il ya certaines situations à améliorer,  un travail de contrôle à rendre éfficace par exemple ; nous connaissons tous un ou plusieurs tricheurs, dans toutes les "couches de la société", pauvres ou riches pour simplifier , corps médical ou para médical  (médecins, pharmaciens,infirmiers, kinés, ambulanciers,dentistes..) dont on est surpris qu'ils ne soient  jamais pris et sanctionnés ou très rarement et qui participent petitement ou de manière plus conséquente à ce déficit. les économies commencent à ce niveau mais cela serait  bien sûr insuffisant. je suis pessimiste pour le sort de mes petits enfants et j'ai quelque rancune envers ceux qui ont laissé croire qu'il était possible d'attendre de l'autre, au nom de la seule solidarité, qu'il fasse le ou les efforts qu'ils n'ont pas voulu ou su faire ou qu'ils ne veulent pas pas faire à certains moments de leur vie.
Il est facile de voir ceux qui abusent donc à eux de payer ! Pas d'encombrements des urgences pour des petits bobos, faire payer au prix fort ces cas. Demander une caution aux étrangers qui ont besoin de se faire soigner lors de leurs visites en France et ne pas les laisser partir sans payer, comme c'est le cas. Mieux gérer les dépenses des hôpitaux, souvent aberrantes. Ne pas refaire systématiquement les examens médicaux médecins traitants et spécialistes, spécialistes et hôpitaux. Vérifier que le malade en présence est bien celui inscrit sur la carte vitale, refuser tous les fraudeurs et surtout les étrangers profiteurs de notre système, alors qu'ils ne cotisent pas ! Créer des centres de soins multiples où tous les examens courants et nécessaires peuvent être faits au même endroit et en même temps. Laisser une permanence dans ces centres les week ends et éviter là aussi les encombrements des hôpitaux plus coûteux. Donner les doses de médicaments juste nécessaires, au besoin le nombre exact prévu au lieu de gaspiller une boîte dont la moitié finira aux déchets. Promouvoir la prévention, mieux accepter les médecines "parrallèles" homéopathie, acupuncture, chiropractie, etc qui peuvent parfois mieux soigner et moins chères au final. Il vaut peut être mieux rembourser une séance de manipulation pour un nerf coincé que prescrire des anti inflammatoires pour soulager qui peuvent induire des effets secondaires et sans enlever la douleur pour autant. Les médicaments sont trop chers, les stés pharmaceutiques doivent aussi faire des efforts et des économies sur leur publicité ou leurs "voyages" d'affaires pour leurs employés !!! Faire contribuer tout le monde, même ceux à 100% ou "les pauvres" en fonction de leurs possibilités mais quand même pour les responsabiliser aussi. Quand tout est grtuit on ne se rend compte de rien. Etc etc...
il est inadmissibele, en France, en 2008, de ne plus pouvoir se soigner correctements ! les génériques ne sont pas tous totalement efficaces, j'en ai fait l'expérience ! que la sécurité sociale contrôle plus sérieusement les personnes qui partent en cure, "pour le plaisir", et qu'elle contrôle aussi les personnes qui sont en maladie depuis un an ... et j'en connais ... et qui ne sont pas malades pour aller travailler au noir ( toute l'année ) pour faire des repas commes grillades, gigots à la broche, repas champêtres avec barbecue ... et j'en passe ! ceux-là ne paient presque pas d'impôts, sont grassement payés "au noir" pour tourner la broche ! nous allons et nous y sommes à une médecine pour les riches et ... rien pour les pauvres qui sont de plus en plus nombreux !!! Mais il y aurait tant de contrôles à faire contre le travail au noir ! certains "RMIstes", certains chômeurs qui sont employés au noir sur des chantiers par des "patrons" souvant "étrangers" qui habitennt en HLM mais qui roulent en 4x4 et ne veulent pas déclarer 50% de leurs employés ! et ... quand il y a un accident du travail, le jeune, car on fait ça surtout "aux jeunes", il faut qu'il se débrouille !!! quand tout ceci sera t-il contrôlé ? beaucoup de monde en a assez et on arrivera bientôt à la délation !
il est vrai que la gratuité des soins met en place un système pervers qui conduit à une sur-consommation d'actes médicaux et de médicaments. Cependant, je pense que la gratuité des soins est une des forces de notre pays; basée sur la solidarité, la sécurité sociale gratuite reste peut-être un des seuls symboles d'entraide dans ce pays qui se veut de plus en plus libéral et capitaliste. Ce système peut fonctionner et doit perdurer. Il faut pour cela une prise de conscience généralisée du patient, et surtout du patient "consommateur", et également des médecins. Il faut arrêter de considérer qu'un médecin qui ne prescrit aucun examen à la suite d'une consultation est un mauvais médecin. En temps que future médecin je peux vous dire que nous sommes formés à notre métier et qu'il faut apprendre à nous faire confiance.. Il faut aussi revenir à une analyse "clinique" du problème du patient et ne pas se lancer dans une batterie d'examens inutiles et qui coutent cher à notre société. Je pense qu'une génération de médecins impréssionnés par l'arrivée des scanners, IRM et autres merveilles de la technologie ont certainement trop usé de ces techniques, croyant à tort qu'elles allaient poser un diagnostic. Cela a couté cher à la Sécu; cependant, ces erreurs semblent avoir été analysées par nos professeurs de médecine et il ne se passe pas un cours de sémiologie sans qu'on nous dise que la clinique prime, et que tout examen doit faire partie d'une démarche diagnostique précise. En ce qui concerne les médicaments le problème est le même; nous sommes le pays d'Europe qui a le plus fort taux de consommation de médicaments! la prise de conscience doit venir des médecins et aussi et surtout des patients qui ne comprennent pas qu'on puisse aujourd'hui sortir d'une consultation sans avoir une ordonnance conséquente! Avec des comportements responsables de la part de tous, on peut arriver à garantir la gratuité des soins pour tout le monde.
il faudrait deja limité les dépenses quand aux nombre de consultations des medecins dans les hopitaucx ou en externes qui vous font revenir si le traitement n'est pas efficaces.lutter d'abord avec les médecins et contre les medecins. ensuite créer une carte vitales qui sera enfin avec empreinte digitale car au vu des milliards de deficits on aurait pu en rajouter quelques millions pour un carte vital sécurisé à 100% et éviter les fraudes. Enlever en grosses parties la cmu et les aides des etrangers et encores pires des sans papiers qui ne cotise rien, l'Angleterre la fait l'année dernière et vive la réactivité francaise. ce système n'est en rien controlé et d'accord pour payer plus mais avec plus de controles car les professionnel de la santé pensent d'abord au fric qui rentre avant de penser serment d'hypocrate...
Il faudrait mieux contrôler les arrêts de travail pour accident dans le secteur du bâtiment et des travaux publics car la plupart des salariés en arrêt (sans perte de salaire) travaillent au noir !!!! je trouve leur attitude tout à fait déplacée et en plus, ils ne s'en cache pas ...la sécurité sociale devrait proposer à toute personne une petite aide financière en cas de dénonciation d'un tel acte après vérification par un détective privé. Il faudrait que la sécurité sociale soit plus vigilante en ce qui concerne les personnes qui vont voir plusieurs médecins dans la même journée et vérifier que les prescriptions médicales soient bien prises par les personnes du troisième âge car là aussi il a abus considérable !!! les pharmaciens récupèrent des boites entières et non consommées lors du décès de ces personnes alors pourquoi prescrire des médicaments qu'elles ne prennent pas ??? il faudrait que toute la population soit responsable et qu'il n'y ait pas de différence entre ceux qui paye la participation forfaitaire etc de ceux qui ne la paye : les bénéficiaires de la cmu ont parfois de sacré comptes en banque ou sont propriétaires !!!! c'est toujours les gens les plus modestes qui payent et c'est pas normal !! il est grand temps que ça change pour la conservation de notre système de santé car bientôt seuls les riches pourront bien se soigner ! il faudrait que le gouvernement adopte une réduction d'impôts pour les assurés qui se payent la mutuelle complémentaire car cela commence à peser lourd sur le budget ! car là aussi ceux qui ont une mutuelle par le biais de l'entreprise sont hypers favorisés et la loi madelin permet aux travailleurs indépendant de bénéficier d'une déductibilité !! il faudrait que la population soit au même niveau !!! encore une injustice !
Il faudrait supprimer certains frais de transport gratuit pour les malades ayant un moyen de locomotion et ayant la possibilite de conduire pour des rendez vous chez des specialistes ou hopitaux pur des examens ou visites de controles cela econnomiserait beaucoup d'argent On nous dit que les hopitaux manque de personnel mais pas partout car je me suis appercu que dans certain hopitaux le personnel passe beaucoup de temps a papoter entre eux alors qu'il y a des malades s'ocuper ou a faire manger alors moins de discutions et un peu plus de travail surtout dans le public car ces nous qui les payons avec nos impots et nos cotisations Nous ne beneficions pas de remboursements de la securite sociale en rapport avec nos cotisations Il faudrait aussi supprimer l'assistance medical gratuite a tout les gens du voyage (bohemiens,tzigane,room,et les 3/4 des etranges) qui nous coute une fortune a nous cotisants et nous serions mieux rembourses Revoir aussi les annalyses radios qui sont effectues dans les hopitaux lors d'une prise en charge aux urgences et qui refaites quand ont nous places dans le service adapte a notre maladie Revoir aussi certains actes qui non pas lieu d'etre traites aux urgences et de les faire payes exp mon enfant a un peu de fievre il tousse cela surtout le weekend et que cela peut attendre le lundi pour voir un generaliste Et combien d'autres actes comme cela qui non pas lieu d'etres ammenes aux urgences
il faut absolument eduquer et responsabiliser les citoyens et ne pas consulter pour un oui ou pour un non, beaucoup de choses se soignent simplement; c'est en premier lieu par la responsablisation du medecin de dire non au patient si cela est necessaire et aux industries pharmaceutiques qui pratiquent bisness in bisness avec le système. une gestion plus stricte les arrêts de travail ; en dernier lieu que le pouvoir politique quel qui soit n'entretienne pas le système et se responsabilise c'est un des acteurs principal dans les augmentations.nous ne parlerons pas du remboursement des soins dentaires ou des verres correcteurs car mâcher les aliments correctement pour conserver une santé correcte n'est plus permis a tout le monde quand aux lunettes conduisez avec une bonne vue mais pas sur le dos de la secu! ......
Il faut arrêter que la SS soit la vache à lait de tout le monde et la réserve spéciale de l'Etat. Elle ne doit pas financer les investissements hospitaliers qui sont du ressort de ce dernier ainsi que les facultés de médecines qui dépendent de l'éducation nationale. Exercer un contrôle strict des patients avant de rembourser des frais : une carte vitale servant notamment à tous les membres d'une famille et même au personnes non résidentes en France. Supprimer la CMU qui est la porte ouverte à des dépenses non gérables. Arrêter la gestion paritaire qui a montré son incompétence et transférer les droits de chacun à des caisses privées. L'assurance restant obligatoire chacun pouvant choisir sa caisse en fonctions de critères comparables de gestion : cela entrainera obligatoirement une concurrence qui permettra d'émuler l'efficacité et la rentabilité. Arrêter le pompage national de la SS pour alimenter les caisses spéciales (fonctionnaires, SNCF...) Interdire l'accès de l'Etat au premier buidget français. Cela est trop tentant la preuve... Uniformiser les systèmes de retraite avec une indemnité égale pour tous en supprimant notamment la fracture entre privé et public (25 ans de référence pour les uns et 6 mois pour les autres entrainant les sursalaires pour les six derniers mois des fonctionnaires leur permettant ainsi de partir en retraite avec en réalité leur plein salaire.)...
Il faut augmenter la côtisation sur les alcools (qui est ensuite reversée à la sécurité sociale et seulement à la sécurité sociale et non à l'Etat!!!). Il faudrait augmenter la taxe sur les véhicules polluants (taxe qui serait aussi reversée à la sécu.). il faut sensibiliser encore plus les médecins par rapport aux prescriptions de médicaments. Interdire certaines personnes de consulter tous les spécialistes de la ville, faire 50000 examens qui nous coûtent très chers à tous et qui ne servent à rien pour ces personnes. (je pense en particulier à certaines personnes agées qui abusent de ce système). par contre, il serait peut être préférable que le médecin prescrive un examen chez un spécialiste avant d'attendre la dixième visite du patient et d'avoir tester 50 remèdes au préalable.... . Il faut moderniser les hopitaux, investir encore plus dans la recherche(Créer un Centre Européen de recherche Médicale) Par le progrès, nous réduirons les coûts, nous pourrons traiter des maladies plus rapidement. je suis déolé, mais la médecine d'aujourd'hui me fait plus penser à une boucherie!!!! Cela fait 40 ans par exemple qu'un chercheur français du C.N.R.S préconisait de faire des recherches du l'Arn pour soigner les cancers. Et c'est seulement aujourd'hui que nous voyons des chercheurs (japonais entre autre) fairent de grandes avancées dans ce domaine. Combien croyez-vous ce retard nous ait coûté???? Nous pouvons progresser, mais l'Etat doit tenir son rôle et Défendre la Sante De Ses Concitoyens et NON SES PROPRES INTERETS. Les "trous de la Sécu" : que l'Etat reverse dans les caisses de la Sécu. la partie qu'il lui a ponctionné pour l'Armée par exemple. (En créant une Armée Européenne, nous pourrions faire des économies dans ce domaine et réinvestir dans la Santé. C'est aussi une possibilité). L'Europe peut nous offrir de grandes opportunités (Recherche, Police, Armée, Ecologie,...). Et oui, je suis persuadé que réformer L'Assurance Maladie telle qu'on nous la présente actuellement, c'est la solution de simplicité, de désengagement continuel de l'Etat (voire même la Fuite). LA SANTE DES FRANCAIS EST UN DEVOIR DE L'ETAT, mais avant de taxer ces Français, il faudrait peut-être faire des efforts de son côté à tous les niveaux. (Comment peut-on consommer des vins à 20000 ? la bouteille et après demander aux Français de faire des efforts. Et cela n'est qu'un exemple si minime par rapport aux abus de Tous Les Gouvernements). Si il doit y avoir Réforme, c'est donc une Réforme complète de tout le Système qui nous Dirige!!!!! Mais ça, pour le faire, il faut oser !!! Et surtout le vouloir !!! Bien sincèrement
Il faut distinguer "différentes natures" de frais: - les frais de confort et de commodité peu remboursés, - les frais de "longue maladie", "convenablement remboursés" - les frais pour de graves interventions chirurgicales majeures plus rares mais très lourdes et qu'un particulier ne peut assumer, bien remboursées. Depuis qu'on travaille la question, on peut penser que les marges médicaments sont "transparentes". C'est de là qu'une recherche médicale trouve son financement ...et leur disparition (génériques) est la mort programmée de tout progrès. La fabrication en Chine de génériques (couts bas) ouvre la porte aux contrefaçons diverses, non sans danger! Le coût santé est devenu disproportionné pour être gratuit pour tous: il faut oser le dire et évoluer vers un système plus personnalisé avec un "fonds commun social" pour les grosses interventions.Et ce qui ne sera plus une charge pour les entreprises qui restituerpont leurs salaires à leurs employés permettra à cex derniers de cotiser à "complémentaires" appropriées selon leurs souhaits . C'est évidemment une révolution culturelle...mais pas possible de faire autrement ...sans tomber évidemment dans l'extrême inverse tel qu'aux USA autrement...Après tout les gens admettent pour leur voiture de payer personnellement une assurance ..
Il faut limiter le prix des actes qui ne sont pas vraiment médicaux ( lunettes ) ou qui sont clairement sur tarifés ( orthodontie, dentaire) . Transférer sur des assureurs complémentaires ne peut que couter plus cher. Faisons plutôt baisser le prix de la gestion de la Sécurité Sociale qui doit pouvoir travailler à 3 ou 4% au lieu de 5% ( arrêtons de parler en % et parlons en euros par personne) puisqu'elle n'a pas de démarchage commercial et évitons de multiplier ces produits complémentaires attrape couillons qui n'ont pour objectif que la marge des assureurs, bancassureurs , de leurs réseaux ou des courtiers...sans que cela n'améliore en rien la santé.. Gagner 1% de frais de gestion sur la sécu c'est 1,5 md d'Euros ce qui fait 7% du montant total des complémentaires qui prennent parfois 25 ou 30% ( sauf certaines mutuelles plus raisonnables) de frais de chargement du fait de publicité qui encombrent les boites à lettres, mails qui encombrent nos boites mails, et sites internet variés...et où il y a donc sans doute encore 1,5 Md à gagner ..et le déficit disparait presque... Pour la responsabilisation, il suffit de ne pas rembourser les dépassements trop importants et d'interdire leur remboursement ou mieux encore d'augmenter la fiscalité sur ces revenus, les praticiens qui abusent diminueront rapidement leurs tarifs
Il faut nationaliser la branche santé de la SS et la financer sur l'impot. L'accés aux soins de santé ne relève plus de l'assurance individuelle mais est maintenant devenu un droit pour chacun indépendant des ressources. Le financement par le budget de l'etat permet de taxer alors tous les revenus, pas seulement le travail, diminuant ainsi le cout de celui-ci. Le problème dans ce cas de figure est la difficulté de controller les couts. Outre un role de gestionnaire impitoyable des dépenses qui devrait etre assureu par cette SS-santé nationaliser, il faut sensibiliser les bénéficiaires aux couts réels de la médecine par une particpation aux dépenses, sans que cela devienne une charge insupportable pour les plus pauvres. le mécanisme resterait à trouver. A l'inverse, il faut privatiser les retraites. Les retraites doivent etre le résultat de la trajectoire de revenu individuel. Il n'a pas à être payé par les actifs comme c'est le cas aujourd'hui.
Il faut partir du principe , "non prescrit , non remboursé" de ce fait si l'on surveillait comme il se doit les prescripteurs la charge que doit supporter la S S serait moindre. Est-il normal que l'on prescrive une prise de sang à domicile alors que le malade dés le départ de l'infirmiére prenne vite son petit déjeuner puis sa voiture car il est attendu pour faire un tennis ? Souvent , à la fin d'une consultation la question traditionnelle : vous avez une Mutuelle? vous n'avez besoin de rien? et l'ordonnance s'allonge .Les prescritions abusives sont légion et il est préferable dans l'esprit et la pratique de beaucoup de médecins de pomper la S S plutot que de perdre le " client "Il y aurait de quoi faire un roman sur certaines pratiques douteuses que nul ne veut voir car la puissance du corps médical est énorme et personne n'aura le courage de s'y attaquer .L'argent de la S S c'est nos cotisations et s'il était bien employé le Trou ne serait pas ce qui'il est .Il serait souhaitable de faire participer les Assurés sociaux à ce travail d'assainissement plutot que de se fier aveuglément aux études des commitions ministerielles qui ne débouchent que sur des déficits toujours plus importants .
Il faut que la sécurité sociale ne pénalise pas les assurés nécessiteux ( les travailleurs qui cotisent à longueure d'années et qui se voient rejeté quand par hazard ils ont besoin d'un peu de repos. On les culpabilisent. La sécurité sociale ne fait absolument pas sont travail de contrôle et de sanction contre ceux qui profitent du système. J'en connais un bon nombre et en plus souvent ils méprisent ceux quii travaillent et ils vous affirment qu'ils n'est pas question qu'on les envoie au travail. A mon avis, un salarié travaille pour deux salariés (un au travail et un en maladie ou au dépend de la socièté) et pour la population inactive ( enfants et personnes agées). Je vois des personnes malades, fatiguées, en détresse qui travaillent car elles ont peur de perdre leur emploi et leur moral malgré leur handicape sérieux et aussi parce que leur médecin ne veut pas les arrêter. Et en contrepartie, je vois de nombreuses personnes qui depuis des années et pour certaines depuis toujours, voir des familles complètes qui vivent tranquillement et aisément sans travailler (arrêtées pour maladie ou invaliditée). Certains de ces gens là se promènent toute la journée en voiture et dans les magasins, profitent de leurs soirées bien reposés, ont certainement des activités source de revenus non déclarés. Dans cette catégorie, pour moi 70% pourraient avoir des ermplois voir à mi-temps, voir à plein-temps, voir après une réorientation. Nous avons tant besoin d'aide dans les municipalités, les écoles , dans les crèches, pour tenir des permanances dans les diverses agences ( PTT par exmples pour assurer un accueil aux guichets quand les salariés qui leur travail au lieu que ceux ci soient obligés de demander un moment à leur employeur), chez les personnes agées, et dans beucoup d'autres milieux, et ce qui leur serait versé en indémnité deviendrait un salaire même si ce salaire est à la charge de la socièté à qui ces actions apporteraient un plus voir une facilité. Je crois aussi que devant ces professionnels le personnel soignant s'inclinent, ce qui est au détriment des salariés qui se voint refusé un repos lorsqu'ils son fatigués (j'ai vécu la situation à cause de mon allure de travailleur coûte que coûte). Je suis certain que les médecin réservent les arrêts de travauil pour une certaine catégorie de salariés qui ont un pouvoir d'exigence sur eux. Voilà ou est le maillon faible: Médecins incompétents et sécurité sociale non motivée et par dessus tout un pouvoir politique à coté de la plque. Ce qui fera le bonheur des compagnies d'assurances privées qui s'arrachent le marché qui doit être juteux (voir la pub mise en jeu) Pour en finir, je suis convaincu qu'un système public de santé par répartition est toutafait viable voir même prometteur et pour un coût plus faible donc pour le bonheur des salariés et aussi par la même occasion des employeurs. Le nouveau système à multiplié le nombre de visites chez les professionnels de la santé (medecin traitant + souvent en complément visite chez un spécialiste , ils ne boudent pas leur plaisir, ils sont plus malin que la sécurité sociale et que les pouvoir publics) et les honoraires qui augmentent à chaque périodent d'élection. Je suis payé 19 ? de l'heure sur laquelle il faut enlever 25% de cotisations et le médecin généraliste 22 ? la visite multiplié par minimum 5 en une heure. Et les spécialistes n'en parlons pas. La pharmacie, c'est la cata. Et que font les pouvoirs publics avec leur machine à interdir et leurs ponctions à tout azimut qu'il faut des années pour commencer à en retirer un bénéfice. dans la plus part des cas, c'est une perte à vie.
Il faut tenir compte du fait qu'il y a des maladies longues et qui nécessitent des soins de tous les jours chers et indispensable (cancer, mucoviscidose, et toutes maladies génétiques graves) ceux là doivent etre rembourser à 100%. Il, y a ensuite les maladies du cours de vie autres (coeur, diabète, parkinson, azelmeir qui nécessitent des soins couteux qui eux doivent aussi etre pris en charge. Pour les maladies psychosomatiques le médecin doit éduquer ses patients afin de réduire la dépendance aux médicaments et adapter la posologie à l'age des patients (une personne agée, voir très agée a besoin de moins de médicament ou du moins - fort que les plus jeunes. Les cures à mettre sous surveillance à réserver aux plus atteint Les arrêts de travail moins délivré à l'appréciation du médecin et non à la demande des patients.
Il faut un équilibre entre les deux systèmes : le public doit couvrir les besoins de base sans que cela soit plus qu'un droit c'est-à-dire une excès de consommation ou une asistance perverse. L'idée est qu'il faut faire prendre conscience au malade que la maladie a un coût - dans un système public - pour la société et donc pour le budget de l'état. Sans participation propre, le malade ne se sent pas concerné, ni motivé , mieux ni responsabilisé. Car il s'agit de soins coûteux et mutualisés et non pas de pure con-sommation à l'infini et sans limites budgétaires. Le second volet privé permet librement à chacun de s' assurer , par delà les soins assurés et couverts par le système " public " de base , en fonction d'une part de ses besoins et des risques qu'il évalue et d'autre part de ses propres moyens financiers , de se procurer une couverture d'assurances adéquate. qui peut être prise en compte par un ou plusieurs étages d'une fusée de prise en charge sociale et médicale : mutuelle et assurance privée pour certains risques complémentaires mal remùboursés tels les dents ( ex : les implants ), les lunettes, les cures ther-males et la dépendance , de fin de vie ou non.
il ne faut pas considérer la situtation uniquement au niveau des assurés. Les hospitaux pratiquent des facturations de consultations abusément! Je me rappelle de mon mari qui avait été opéré pour une rupture du talon d'achille. On oblige le patient à être hospitalisé la veille pour des prétendus examens qui n'ont lieu que le lendemain; Résultat : Facturation d'une nuit d'hospitalisation pour rien! Une infection de la plaie a entraîné ensuite des consultations en urgence au cours desquelles une désinfection était facturée en hospitalation de jours, voire parfois au gré des humeurs 20?. Je ne parle pas non plus des feuilles de soins que l'on demande aux patients de signer sans que figure sur celle-ci la moindre indication de la qualité de l'acte facturé. Viennent ensuite les hyponchondriaques qui se rendent aux urgences au moindre bobo! Voire aussi les parents qui adulent leurs enfants et qui encombrent les hospitaux pour une égratignure aux genoux... (eh oui, j'en ai connu des comme çà). Reste, pour ne citer qu'eux, les autres hyponchondriaques qui consultent plusieurs MEMES spécialistes à la suite jusqu'à obtenir le verdict médical qui les conforte dans ce qu'ils ont découvert dans leurs ouvrages médicaux vendus à profusion. L'état a aussi contribuer au déficit en ce sens qu'il imposait une consultation médicale pour obtenir un médicament aussi efficace qu'un imodium. Il me semble que le niveau d'études d'un pharmacien est suffisant pour autoriser ou non la délivrance de médicaments selon les symptômes décrits et souvent récurrents. Par ailleurs, ses bases informatiques sont assez riches pour contrôler que ledit médicament avait déjà l'objet de prescriptions par le médecin traitant. Enfin, que l'on arrête certains médecins de pratiquer des consultations privées et publiques, comme si ces dernières garantissaient un moindre soin.
Il ne faut pas melanger tout les cas , je cottise depuis 20ans à la securité social et je vais environ voir 3 fois le medecin generaliste par an ,plus 1 ou 2 specialistes (dentiste et gyneco) et avec tout l'argent que je verse sur mes salaires , aujourd'hui je suis de moins en moins remboursée sans compter que les mutuelles sont cheres lorque l'on veux une couverture correcte ,je trouve ceci honteux payer pour les mauvais patients.Les personnes malades ont le droit de bénéficier de leurs droits aussi ,leurs supprimer les medicaments dit "de confort" alors que c'est pour les soulager dans leur douleurs est inadmissible.Il faut mettre plus de moyens pour detecter les réels fraudeurs que ce soit qhez les patients comme chez les medecins car là on ne parle plus de quelques euros mais plutot de millions et c'est là qu'il faut chercher ,pourquoi ce serait à nous de payer les erreurs des autres avec tout l'argent que l'on a cottiser pour s'assurer???Il faudrais que les politiques qui veulent passer ces lois soit malade pour se rendre compte de la réalité!mais non meme pas car eux ont les moyens de se payer les meilleurs soins bien sure,c'est toujours pareil ont fait payer les petits ,ceux qui ont tout juste de quoi vivre avec une inflation qui n'arrete plus de s'elever et toutes les nouvelles reformes qui vont les assassiner un peu plus.Au lieu de rembourser les impots sur la fortune aux riches ils auraient dû s'en servir pour le trou de la sécu , et tout l'argent que l'on nous prend en tva sur les cigarettes par exemple et sur le carburant pourquoi il ne sert pas a couvrir le trou plutot que d'engraisser tout les deputés avec des salaires et des avantages en natures à donner envie de vaumir tout ça pour poser son cul sur un fauteuil et sortir des lois pour enfoncer les plus petits.Voilà là ou il faut commencer à recuperer des fonds car l'ABUS est ici pas chez les vrais malades qui bénéficie des soins" gratuitement" si ont peux dire puisqu'il ont suffisement payer!Voilà mon avis c'est inadmissible!
Il suffirait peut-être de rembourser les soins medicaux utiles et pas les "futiles": par exemple, allez vous faire bruler un tatouage, vous ètes quasiment totalement remboursés. Mais si vous allez vous faire détartrer les dents chez un parodontiste qui est un spécialiste hors de prix, vous avez une prise en charge de environ 60 euros de la sécurité sociale pour une facture globale de environ 750 euros. Alors que faire, on peut laisser les dents se déchausser chez une personne qui a du tartre et qui n'y peux rien mais une autre personne qui se fait tatouer de son plein gré, il faut l'aider à se débarrasser de ce dessin disgracieux qu'elle a le plus souvent choisi en toutes connaissances de cause. Arrétons de vouloir dérembourser des soins et des médicaments qui sont utiles à presque tous et surtout il faut arréter de fabriquer et de commercialiser des médicaments dont l'inéfficacité est prouvée depuis trés longtemps et qui sont pour la plupart aussi utiles qu'un pansement sur une jambe de bois. Il faut que nous changions notre comportement vis a vis des traitements, mais il faut aussi que le gouvernement cesse de nous prendre pour des vaches à lait. Il faut savoir que les cigarettes ont augmentées pour recueillir des taxes qui sont censées recouvrir la dette de la sécu. moi je suis fumeur, mais malgré tout choqué que un produit comme le tabac dont on nous répète sans arrêts qu'il est nocif, (voir les mentions sanitaires sur les paquets de cigarettes), puisse servir à rembourser la dette de la sécu qui, quand on écoute un peu les pouvoirs publics, est en déficit à cause dudit tabac. J'appelle ça une aberration pour ma part. Ce n'est malheureusement pas la seule ni la dernière.
il y a beaucoup d' économies possibles à réaliser, parfois les solutions sont enfantines. Par exemple :s'assurer que les soins et surtout les produits prescrits ne sont pas gaspillés: expl: je connais un adulte handicapé qui ne sait pas quoi faire de toute ses bandes et pommades qui lui sont confiées via une ordonnance sur-estimante et jamais renégociée. L'adulte handicapé ne dénonce pas le gaspillage car celui-ci lui assure son taux d'handicap d'une part, -( un intérêt substantiel direct)- Donc s'il dénonçait le problème, il pourrait percevoir une indemnisation moindre-. D'autre part, le patient y trouve un intérêt car il représente un bon budget auprés de son pharmacien lequel est (j'ai été témoin) disposé à prendre un arrangement: livrer des produits en remplacement... -( un intérêt commercial indirect)-.
Il y à des réformes qui sont injuste, il existe des maladies d'origine génétique ou inconnu qui nécéssite une attention particulière : diabete jeune, cancer, ashme, mucovicidos, maladie cardiaque, hyper tyroidie, hisymer, hungtincton et toutes ces maladies orphelines ou d'origine pshichique ( sckyzophrénie) Pour le sida ou hépatite dont les personnes ont étées infectées à leur insu : trafic du sang contaminé, et les traumatisés de la vie, paralysés, hémi plégique et sans oublié les démunie ( sans abries ) car beaucoup d'entre eux ont un travail maintenant : pour tout ces gens citées ci dessus ont doit les aider et la sécu est faite pour ça. On ne choisit pas d'être malade, mais il y a d'autre maladie dont on peut se protéger, MST, maladie bactérienne ou virale, maldie lié à des position de travail, pour ce type de maladie on peut en générale se protéger et il existe les mutuelles Chacun doit cotiser tant qu'il il le peut ( du momment qu'il à un revenu), mais il faudrait plus sécuriser le systême de facturation des dépenses et achats pour qu'il y ait moins d'abus, cependant il faut garder ce système qu'il est bien pratique et on a de la chance de l'avoir et on a tous besoin un jour.
il y a plusieurs voies: ( je précise que je suis IDE libérale) - augmenter les cotisations sécu pour responsabiliser les gens, mais en contrepartie l'état s"engage à un niveau de remboursement; - sauvegarder notre sécu à tout pris, l'accés à la santé est fondamental, avec les assurances privées les gens se soigneront mal et les conséquences sur la croissance seront explosives, car qui travaillera qaund les forces vives du pays seront en arrêt maladie sur du long terme faute de ne pouvoir se soigner ?; - les hôpitaux doivent être gérer comme des entreprises privées, avec un plafond de ressources publiques, sinon sanctions. - les médecins de ville doivent être soumis à des quotas d'actes . Il faut différencier la tarification entre premiére consultation et suivi au long terme. - ouvrir les compétences des infirmiéres libérales; leur permettre de prescrire des médicaments pour la bobologie et les affections courantes (rhume, gastro...), parcequ'il n'est pas rare de voir certaines personnes faire venir plusieurs fois le médecin à domicile pour des raisons non fondées et cela coûte trés cher; c'est vrai pour les personnes âgées qui se reposent sur leur médecin pour tout et rien; - plus de CMU, ou AMG, tout le monde doit participer, il y a trop d'abus, on n'est même pas capable de soigner nos concitoyens qui ont peu de ressources, alors que certains vivent uniquement dans l'assistanat et ont tout gratuit, c'est trés dur de voir ces inégalités, et des exemples, je peux vous en raconter .... - est-il normal de voir des gens bénéficier de l'APA alors que leur patrimoine foncier et mobilier sont énormes? c'est une grande injustice. des exemples , j'en ai aussi.... - perso, je tiens beaucoup à notre sécu, mais sur le terrain, il y a des incohérences de gestion et d'objectivité, qui nous méneront droit dans le mur; dommage....
il y a quelque temps les politiques nous ont bassinés avec un cheval de bataille disant que nous avions le meilleurs système maladie d'europe ou du monde. Les cotisations prélevées servent soit disant à payer les frais médicaux engagés. Ils sont sensés servir aussi au financement des caisses de retraite. Les politiques semblent puiser à volonté dans ces caisses pour financer certaines opérations politiques ou autre.. faits relevés lors d'interwiew à la télé.. les soins prodigués aux ressortisants politiques étrangers ont aussi, peut être servir à destabiliser le système... sans compter les surfacturations de certains "patrons médicaux". Les cures de certains directeurs de centre de sécu etc... Du travail en perspective pour la cour des comptes, ou les services fiscaux.Eviter les dépenses inutiles devrait être une priorité ( exemple: remplacement de véhicules de service d'un directeur de centre informatique, rattaché à la sécu, lesquels ont été détruits par le fils apprenant à conduire...)info entendue et non vérifiée, mais il n'y a pas de fumée sans feu... Par contre supprimer les soins de salariés au smic semble etre plus facile. Faire la chasse au gaspi,c'est super bien, mais à tous les niveaux serait bien mieux... Et il faut toujours payer, mais le service en retour devient...fantomatique.
IL Y A SUR-CONSOMMATION, C'EST CERTAIN (ex. récent d'une vieille dame qui avait un plein placard de médicaments, sans les consommer : 10 boites d'EFFERALGAN, 13 boîtes d'aspegic.... Elle les reprenait alors qu'elle en avait... parce que c'était gratuit). En ce qui me concerne, quand j'ai besoin d'aspirine, je ne vais pas chez le médecin (23 Euros) et mon aspegic, je l'achète et je le paye. Ou bien le médecin exige de voir les 2 dernières ordonnances et juge s'il doit en prescrire ou pas, ou bien ce type de médicaments, prescrit trop facilement, doit être à la charge complète de l'assuré. Les médecins doivent aussi être sensibilisés, ainsi que les pharmaciens qui ont l'historique des médicaments commandés : le but c'est d'arrêter les abus qui doivent représenter un sacré chiffre. Une aberration : quand j'ai besoin de voir un spécialiste (1 visite), je dois passer par mon généraliste (!) : une visite supplémentaire à rembourser par la S.S. qui n'avait pas lieu d'être. Autres abus : - l'orthodontie. Un prix scandaleux pour le travail que cela représente : les radios et les empreintes OK, mais le traitement en lui même : autour de 4 500 euros pour la pose de bagues, 10 mn de visite de contrôle tous les 6 mois. - les appareils auditifs (ou les lunettes) : voilà un réel besoin. Un appareil dans chaque oreille : 3 900 EUROS (ce serait intéressant de savoir quelle est la part d'un tel matériel sur le prix demandé. Est-il plus complexe qu'un portable, ou qu'une radio ?). On ne vend pas un appareil, mais le luxe d'entendre. Quand le besoin est vital pour travailler et que vous n'avez pas les moyens pour les acheter, que fait-on ? Cela est révoltant ! Donc action du gouvernement sur la démesure des prix. Et certainement beaucoup d'autres actions qui ne "se verraient" presque pas et dont l'économie serait certainement énorme. Ceci afin de préserver la gratuité des soins pour les "vrais" malades pour qui les médicaments sont indispensables pour vivre et pour les gens qui n'ont pas les moyens de payer l'antibiotique qui va les soigner. Autre exemple d'économie (qui ne concerne pas la S.S.) : les allocations familiales payées à des directeurs, ingénieurs : c'est une toute petite goutte d'eau pour eux, mais pour l'état, multipliée par X, c'est énorme : déterminer un seuil au-delà duquel, le versement ne se fera pas. C'est injuste ? Peut-être dans la forme, mais certainement pas dans le fond.
Ily a trop de médecine de complaisance d'une part , et d'autre part, une désorganisation des services hôspitalier. En effet pour une intervention, il faut se rendre à une première consultation, qui est généralement suivie d'un acte médical ( biopsie ou analyse), quelquefois un acte radiologique intermédiaire. Re-consultation pour les résultats et fixer une date d'intervention avec le chirurgien ou le spécialiste. Analyse de sang pré-opératoire et ensuite consultation avec le médecin anésthésique. En résumé il faut se rendre un minimum de 6 fois dans les centres hospitaliers avant toute intervention chirurgicale, alors qu'un bonne coordintion des services pourrait eviter au minimum 3 déplacements aux malades. Surtout lorsqu'il y a de grandes distances. Je viens de subir cela et je puis vous assurer que quand il s'agit de maladie grave le moral du patient est atteint et ne favorise pas la guérison, ajoutant ainsi un coût supplémentaire aux frais de transports et au temps perdu mais payé par la SS en indemnité journalière pour les gens qui sont en activité. En conclusion il est nécessaire que toutes les parties concernées prennent conscience de l'effort qui incombe à chacun.
J'ai 62 ans, suis encore en activité et je n'ai jamais eu un arrêt maladie. Je travaille dans une université et je vois arriver des certificats médicaux en nombre important au moment des examens ou des contrôles continus... pour des étudiants qui n'assistent jamais aux cours, qui ne se présentent pas aux examens. Les médecins délivrent des certificats médicaux pour RIEN ; c'est la Sécurité Sociale qui paye les visites pour la délivrance de ces certificats médicaux ridicules et le mot n'est pas trop fort ! le étudiants connaissent les médecins qui délivrent sans approfondir les examens médicaux ; ils les citent sans problème. L'université est également fautive car il ne devrait pas y avoir de dérogations (sauf pour les cas extrêmes d'hospitalisation ou de maladie grave) ; le système en général est nul et nous payons les cotisations .. Il n'y a pas de rigueur dans le système, les personnes vont et viennent chez le médecin sans motif valable ; les médecins profitent de la situation et remplissent leur tiroir caisse. J'ai travaillé quelques mois au contrôle médical de la sécurité sociale et j'ai vu des gens très malhonnêtes ... des cures données aux employés ... pour "passer des vacances" ...
J'ai lu que la Sécurité sociale voulait faire passer les frais d'optique aux mutuelles Il ne s'agit pas d'esthétique ou de confort mais d'un sens essentiel. L'handicap de la vue est majeur. IL n'est léger que pour ceux qui voient bien et ont beaucoup d'argent pour se payer les piqûres si chères contre la DMLA au moment où elle est diagnostiquée. La sécurité les rembourse quand elle est déjà très avancée et irréversible. De même pour les vitamines ad hoc, prescrites seulement pour les pathologies optiques, qui coûtent au minimum 25 euros et ne sont pas du tout prises en charge. Je ne le sais que depuis qu'on vient de la diagnostiquer et que la perspective réjouissante de n'avoir plus qu'une vision périphérique à terme, c'est à dire ne plus voir de visages, ni lire, ni conduire, ni voir la TV, ni... m'a été assurée par l'ophtalmo comme meilleure perspective que d'être aveugle ! Préfère-t-on, dans notre pays, avoir des handicapés ??? IL est vrai que l'on fait si peu pour eux en France. Alors qu'on rembourse tout pour des enfants qu'on conduit au médecin quand ils éternuent deux fois, ou pour les membres d'une même famille qui consultent pour chacun en cas de gastro alors que les traitements et les précautions sont les mêmes ? OU de médecins qui donnent encore beaucoup de médicaments que les personnes prennent une ou deux fois et laissent de côté ? Les vraies réformes de santé ne sont pas entreprises d'une part parce que les assurés hurlent dès que l'on touche leurs droits acquis, d'autre part les commissions de travail sur ce sujet traitent cela de loin, sans prendre en considération toutes les données des assurés.
j'aimerais que soit mis en place un systeme de contrôle plus efficace des fraudeurs et que les fraudeurs démasqués soient pénalisés par de fortes amendes reversées à la sécurité sociale. La gratuité a entraîné une sur- consommation et un gaspillage énorme : combien de français ont chez eux une armoire à pharmacie pleine de médicaments inutilisés et qui deviendront inutilisables !! j'aimerais des spots publicitaires, (un peu comme ceux pour limiter les comportements dangereux sur la route), expliquant aux français que "gratuit" ne veux pas dire 1/que personne ne paye pour cela 2/ que les médicaments ne "tombent pas du ciel", pour toujours,et à profusion - (c'est ce que je nomme le syndrome de la "corne d'abondance", c'est à dire, la pensée que "le tout gratuit" existe, ici, pour l'éternité, à profusion et sans contrôle)
Je crois que la seule personne que peuvent juger les soins, études, hôpital, et médicaments ces sont les docteurs. Ce n?est pas le patient qui décide. Le patient visite un docteur quand il est malade, il ne demande ni exige ni choisis les procédures pour sa maladie. Le Gouvernement peut utiliser les gains de lotos pour financier la sécurité sociale. Les compagnies d?assurances sont très chères pour une grande partie de la population. Faire payer aux malades une quotte a chaque visite médicale de deux euros pour éviter les excès Faire réviser les prix des actes médicaux pour éviter des prix exagères mais qui sois justes pour les docteurs et les frais correspondent La santé des citoyens et très importante et avoir de docteurs compétents et bien payes et toute le relative à la santé de qualité aussi. Permettre la vente de médicaments sans prescription pour les choses simples. Les pharmacies peuvent avoir un docteur pour aider à la population dans des cas simples a des prix bas comme une partie de ses services Les docteurs de l?arme peuvent aussi avoir de petits centres pour donner aux plus pauvres de soins de dentistes, pédiatres et urgences dans les villages ou quartiers pauvres avec des prix très bas Demander aux grands laboratories de baisser les prix des produits pour le cancer et pour le sida Elles sont des maladies incurables en général et coûtent cher Faire plus de recherche pour les maladies les plus fréquentes pour trouver des produits efficaces Exiger plus d?hygiène a tous les milieux de soins, docteurs, hôpitaux, laboratoires etc. Faire baisser les prix de pièces de substitution dentaires.
Je n'arrive pas,pour ma part,à penser que les gens prennent davantage de traitements sous prétexte que c'est remboursé par la sécurité sociale,et si ces gens existent,ils sont très minoritaires.Par contre,si les médicaments sont "déremboursés",et vu la conjoncture économique actuelle dans laquelle il faut se serrer la ceinture pour les choses les plus élémentaires(manger,se chauffer,mettre du carburant pour aller travailler),les gens laisseront leur santé au second plan,iront moins chez le médecin,seront moins suivis,et les maladies malignes connaitront une dangereuse recrudescence. Récemment,le gouvernement a proposé de"dérembourser"certains traitements liés aux longues maladies...une idée scandaleuse qui,fort heureusement,n' a pas vu le jour...surement après la prise de conscience par le gouvernement qu'une telle décision créerait une indignation générale.Et je pense qu'à l'avenir,si les gens n'ont pas les moyens de se soigner(puisque le tarif des mutuelles augmentera fatalement et tout le monde n'aura pas les moyens d'en avoir une),il y aura davantage de maladie graves comme le cancer...et les traitements reviendront très cher à la sécurité sociale,si c'est toujours elle qui paie. Cela dit,trouver un moyen de combler le trou de la sécurité sociale en contentant tout le monde n'est pas une mince affaire.Punir tout le monde à cause d'une minorité de gens qui abusent n'est pas une solution.Pouvoir se soigner parce qu'on a de l'argent et mourrir rongé par la maladie parce qu'on n' en a pas est contraire à la dignité humaine.
Je ne comprends pas que certains médecins donnent des arrêts de travail pour un oui ou pour un non. En effet, pourquoi pour une même pathologie (angine par ex), certains malades sont arrêtés et d'autres non. On a un peu le sentiment que c'est au petit bonheur la chance. Certains ont le droit de pouvoir se soigner chez eux et d'autres le droit de pouvoir continuer à travailler. Il devrait y avoir un peu plus de contrôle de la part de la sécurité sociale surtout pour les habitués de l'arrêt de travail (car il y en a quand même quelques uns). D'autre part, je ne comprends pas pourquoi certains malades qui viennent de l'étranger (et qui n'ont donc jamais cotisé en France) bénéficient des soins de la médecine ou de la chirurgie française. Ok pour une solidarité, mais il faudrait peut-être regarder ce qui se passe pour les malades qui cotisent en France et qui n'ont pas une couverture sociale à 100 % et qui se passent donc de certains traitements par manque d'argent. Je suis également d'accord pour que les mutuelles prennent en charge le coût de certains soins, mais cela va impliquer une augmentation du prix des mutuelles et là encore, certains ne pourront plus les payer. On ne parle pas bcp des bénéfices des laboratoires, il y a peut-être une carte à jouer dans ce domaine. Une chose est sûre : ce n'est pas simple du tout et il n'y a peut-être pas de solution idéale pour tous, mais nous avons, je pense, une sacrée chance en France d'avoir notre Sécurité Sociale. Pourvu que cela dure...
Je ne pense pas que la solution passe par la TVA sociale et encore moins par la participation de l'état....Sous couvert du secret médical, la sécu était jusqu'à ce jour incapable de connaitre l'intitulé exact du soin qu'elle remboursait puisque le principe de la cotation NGAP donnait à chaque acte médical, radiologique ou chirugicale une valeur exprimée en "K" ou en "KC" pour les actes chirurgicaux (le fameux K opératoire). Une cholecystectomie pouvait être coté KC 120 ou KC 150 en fonction des gestes compléméntaires éffectués mais la sécu ne reçoit, pour la gestion des remboursements juste "kc 120" ou "Kc 150". Mais de multiples interventions sont cotées ainsi et il me semble alors difficile dans ces conditions de traquer les fraudeurs et les abus : la transparence s'impose!! Je trouve anormal que les mutuelles soient dans l'obligation de se substituer à la Sécu étant donner qu'elle participe au remboursemen des soins en complétant le rembousement sécu qui rétrécie comme une peau de chagrin. Les soins ne sont pas "gratuits" (si vous êtes salariés) puisque chaque mois, un pourcentage de nos salaires alimente les caisses de la sécu. Si l'on doit cotiser volontairement pour couvrir nos frais de santé, il faut en contrepartie supprimer les prélèvements sécu de nos salaires, qui curieusement continuent d'augmenter...... Je ne pense pas que se soit la "gratuité" qui entraine gaspillage et sur consommation des soins médicaux mais je reste persuadée que pour toute une partie de la population, l'augmentation du coût des prestations de santé les incitera à ne plus se faire suivre et à refuser les examens couteux. Pour exemple, ma fille qui vienne d'accoucher et qui ne voulait pas de péridurale car elle n'a pas les moyens de la payer ! Avant de racketter les assurés, toujours le même d'ailleurs, il aurait peut être été judicieux de cibler les actes couteux ainsi que les pathologies auxquelles elles sont destinées. Je suis infirmière et je suis toujours choquée lorsque je vois un patient arriver avec un "scanner" ou une "IRM" pour..une extraction de 4 dents de sagesse incluses !!! Les cures de chimiothéraphie sont extrêmement honéreuses, peut être pourrait on mieux cibler les patients auxquels on les administre ! La resection d'un polype intestinal qui pourrait dégénérer chez un patient de 88 ans était indispensable ? Et je ne parle pas de tous ces patients que l'on prolonge coûte que coûte parce que notre société est incapable d'affronter la mort et ceux qui la demande et à qui la refuse pour les mêmes raisons. Si la sécu n'est plus capable d'assumer ce fardeau, qu'elle passe complétement le relai à un organisme privé !!
Je ne puis donner un avis, ne connaissant pas les réformes à venir. En revanche, je suis convaincu qu'à partir des même diagnostics (erronés), du même système de prises de décisions contre productives, le système va continuer à se dégrader; c à d que chaque réforme pénalisant les malades et conduisant à des restrictions de soins coûte en réalité plus cher à la collectivité. D'où creusement du déficit, nouvelles restrictions et nouveau déficit. Tant que chaque ministre, chaque haut fonctionnaire, ne cherchera en fait qu'à laisser son nom ou sa marque à une réforme, celà continuera... Et je n'aborde pas le domaine du financement où les aberrations sont encore plus grandes mais moins visibles car mieux "cachées". En tout cas, je ne crois pas du tout aux solutions visant à transférer le système (tout ou partie) vers les assurances facultatives car elles exclueraient mécaniquement de plus en plus de français et surtout les plus faibles....
Je ne sais pas comment sont traitées les réponses. Historiquement, les vagues de nationalisations qui ont eu lieu entre 1946 et 1948 ont conduit à la création de la Sécurité Sociale en même temps que la Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse. Des mutuelles privées ont été intégrées au Régime Général. Il était prévu que l'Etat rembourse à la Sécurité Sociale, un examen du cerveau très couteux ; l'Etat n'a jamais remboursé. Il faut également se rappeler que des événements politiques ont par la suite ramené en France des populations qui vivaient dans des colonies françaises et qu'il a fallu prendre en charge. Notre système était basé sur le principe de la SOLIDARITE. Il faut également considérer les limites de l'orientation médicale de ce pays, dont les performances consistent, à charcuter les patients, dans tous les sens du terme, à promouvoir les innovations des grands laboratoires sans grand succès thérapeutique, et des effets secondaires qui font consommer d'autres substances pour inhiber celles-ci... J'ai une mutuelle je ne vois pas souvent de médecin, et je me suis depuis longtemps tournée vers d'autres alternatives non officielles, non remboursées, naturelles, et autrement plus efficaces que toutes les molécules chimico-synthétiques qui abondent dans les supermarchés pharmaceutiques. Des méthodes simples et naturelles existent, et reviendraient moins chères à la collectivité, si la politique en matière de prévention et de santé acceptait de remettre en question sa course insensée vers l'absurde.
Je pense en effet qu'il y a et eu trop d'abus par une certaine categorie de personne , mais de la a tout faire payer, nous ne sommes pas aux usa , la santé pour les riches le droit de mourrir pour les pauvres c'est navrant et décevant dans unb pays soit disant démocratique . Moi je suis aide soignante à l'hopital publique et croyez moi j'en vois des abus .... ,mais lorsqu'un patient a cotiser toute sa vie a toujours est atteint maintenant d'un cancer alors qu' il pourrait profiter de sa retraite son traitement pour son cancer n'est pas rembourser.... et le comble de tout ca c'est que le prix du médicament est différent d 'une pharmacie à l'autre , c' est honteux.... Nous allons venir à une médecine a 2 vitesses ( 1 pour riches 1 pour pauvre ) c'est lamentable.... Il faudrait faire payer les abus aux gens qui profitent du système....
Je pense évidement que le déficit de la SS vient en partie des abus des personnes consomment des médicaments pour pas grand chose, mais aussi aux abus d'arrêts maladie et arrêts de complaisance délivrée un peu trop facilement par certain médecin. Ces arrêts abusifs plombe le budget de la SS et plombe également la compétitivité de la France liée au travaille de chaque uns (augmentation des coûts de productions coûts des services etc.... L'absentéisme lié à des arrêts abusif et de complaisance est à mon avis la cause à laquelle il faudrait faire des actions de responsabilisation et de sensibilisation, surtout envers certain médecin qui par soucis de fidélité de leur patient pratique régulièrement cette complaisance. Bien sur il ne faut pas tomber dans le piège du tout ou rien il est évident que bien souvent un arrêt de travail peu être bénéfique cela devient de la prévention. C'est le fait d'abuser qui devient dangereux et pour la collectivité et pour la personne. Plus les arrêts sont nombreux et long et plus la personne est déconnectée de sont travail et de ces collègues ce qui peux crée un phénomène de rejet et de culpabilité qui lui peux entraîner un mal être pour la personne et provoquer d'autres arrêt , cela ne seront plus de complaisance. Nous devons absolument prendre ce risque en compte qui encore une fois à mon avis provoque un mal être et un surcoût à la sécu. J'espère apporter quelque chose à votre enquête Cordialement.
je pense qu il y a certainement d autres façons de combler le déficit de la sécurité sociale:certains employés sont réellement payes a ne rien faire :la s.s de bastia possède un pré-guichet avec 2 personnes je n en vois pas l utilité une personne pour récupérer juste les papiers (feuille de soins etc)suffirait et ça éviterait en plus une file d attente sans fin juste pour récupérer le numéro de passage il est certains qu il faut responsabiliser les gens mais nous payons déjà une mutuelle la csg et la rds je pense que ça suffit nous sommes toujours ponctionnes de toute part j ai 3 enfants avec des problèmes de santé et heureusement que j ai une mutuelle mais malgré cela je me trouve aujourd'hui en situation de sur endettement car j ai fait passer la santé de mes enfants avant mes finances un exemple :ma fille de 18 mois doit se faire opérer au mois de février a l hôpital de nice et afin d éviter de partir juste pour une consultation avec un anesthésiste le chirurgien me fait un courrier et me demande de faire la visite en corse celle ci a été prise en charge a 65 % par la s.s alors que si j étais partie on m aurait rembourse le voyage le taxi et la visite car ma fille est a 100% ;n est ce pas aberrant? mais il me parait inacceptable que des personnes ne puissent pas se soigner faute de moyens :la santé pour tous et pour éviter le gaspillage il faut sensibiliser les particuliers mais aussi les professionnels de santé car parfois ils factures 2 visites pour la même personne le même jour et pour le même problème
Je pense qu'avant de s'attaquer aux usagers à travers le déremboursement de soins ou de certains médicaments, il serait normal de contrôler plus systématiquement les "utilisateurs" réguliers de conges maladies, les actes surfacturés par certains professionnels de la santé. Il est anormal de ne pas rembourser 1 euros par consultation à des gens en longue maladie, à des enfants, femmes enceintes ou personnes agées ou les usagers qui ne vont chez le medecin qu'une fois par an pour un mauvais rhum. Je pense malheureusement que ceux qui profitent du système vont obliger tous les autres à payer pour eux et c'est ce sentiment d'injustice qui domine ma réflexion. Je pense que toutes ces réformes sont destinées à cacher la vraie motivation des dirigeants de la sécurité sociale : ne pas donner de coups de pieds dans la fourmilière, ne pas faire bouger trop les choses, récupérer encore sur le dos des usagers de l'argent afin chercher à combler un puit qui restera sans fond tant que les piques assiettes du système ne seront pas stopper. Je ne suis pas anarchiste ni révolutionnaire, je suis salariée, seule avec deux enfants scolarisés et je paie une mutuelle mais le gaspillage, la fourberie et l'hypocrisie sont des choses qui me mettent en colère. Bien à vous
je pense que la majeure partie des malades est une population de personnes responsables, adultes, et qui n'a pas envie de voir un système de soins, qui jusque là lui a plutôt été favorable, disparaître !!!!!!! Bien sûr, au cours des dernières décennies il y a eu des abus, mais je pense que cela reste une minorité. Par contre, les fraudes...... Il y a celles que l'on découvre et qui je pense ne sont que le haut de l'iceberg !........ Et ce sont quand même bien les médecins qui font les prescriptions. C'est sans doute à la base qu'il serait nécessaire de faire des réformes : ex : la quantité de médicaments dans les boîtes par rapport aux prescriptions; qui n'a pas dans sa pharmacie un stock de médicaments non utilisés une fois le traitement terminé et dont on ne sait quoi faire ? Ne serait-ce que pour les antibiotiques que l'on ne peut consommer sans avis médical. Bien sûr, quand cela est nécessaire, j'en ramène à mon pharmacien et je ne suis pas le seul.... Pour ne pas polluer et pour les oeuvres caritatives ....Et j'en passe.......Pourquoi n'a-t-on pas prescrit les génériques plutôt ? Bien sûr, nous connaissons la réponse ............D'autre part, on ajoute des règles qui alourdissent le système : le médecin référent....depuis toujours, les gens aiment établir un bon contact avec un médecin auprès duquel ils seront fidèles, en règle générale, pendant de nombreuses années, sauf déménagement, bien sûr de plus en plus fréquents à notre époque à cause de la mobilité pour le travail, ou rares mécontentements. Et cette obligation de passer par le médecin traitant pour tout spécialiste ! : résultats : perte de temps pour le malade et frais de consultations supplémentaires. Bien sûr, il y a des fois où cela est nécessaire j'en conviens mais il me semble que cette disposition est exagérée. Et ce n'est pas en chapeautant tout que l'on responsabilise.... Et le système de remboursement pourrait lui aussi être amélioré...... Et il y a de plus en plus de justificatifs papier à fournir, car la Sécurité Sociale implique plus que le remboursement des médicaments; que de temps d'attente dans les caisses départementales .........et de perte de temps pour le Personnel ..... ET...... Il y a tant à dire. Mais "pauvres de nous" ! Les sondages, enquêtes etc.. auront-ils véritablement un impact ....nous constatons que de toutes façons les responsables budgétaires décident ................
Je pense que le budget consacré à la santé est beaucoup trop important. Il faut à mon avis réduire les dépenses de fonctionnement de notre système en s' inspirant par exemple de celui des britaniques .C'est à dire une médecine publique entièrement gratuite y compris les hospitalisations ( sauf pour les gens qui ont mis en danger eux même leur propre santé: alcoliques, fumeurs etc.) mais la médecine privée entièrement prise en charge par les patients.Pour ce qui concerne les médicaments, je suis pour le non remboursement à 100% sauf pour les grands malades. On pourait prévoir dans chaque ville une pharmacie mutualiste pour les plus pauvres. Le but est de réduire considérablement les frais de gestion de la santé (sécurité sociale) qui sauf erreur avoisinent les 10 %. Dans ce système il n'y a plus besoin de mutuelle
Je pense que le système français est incohérent dans certains aspects. Avec la mise en place du médecin traitant qui doit entrainer des économies , d'autres dérives existent. Pour aller voir un spécialiste , il faut revenir chez le médecin traitant déjà surbooké, repayer une consultation. renouveller l'opération si le premier examen complémentaire nest pas satisfaisant. Il serait plus judicieux de plafonner le nombre de consultations hors médecin traitant . Certaines prises en charges sont démesurées . Ex prise en charge de cures pour le diabète à l'étranger , la cure est necessaire d'accord mais peut être réalisée près du domicile de l'assuré. Au contraire certaines pathologie qui demande un éloignement du domicile indispensable ne sont pas prises en charge. autres de trasnport dépenses de VSL pour des personnes qui conduisent en dehors de déplacements néanmoins necessaires à l'hopital. Je conçois que les prélèvements forfaitaires soit réalisés mais je pense qu'ils devraient aussi s'appliquer aux personnes bénéficiant de la cmu. En effet les personnes au dessus du seuil pour quelques euros aujourd'hui les travailleurs pauvres en retraite , sont prélévées alors que leurs revenus ne permettent pas de cotisations à mutuelle privée. Je pense par ailleurs que la base de remboursement des mutuelles ne devrait pas être la base sécurité sociale . Ex pour des soins en dépassement , la part prise en charge par la ss est très faible . La mutuelle remboursant en fonction du premier montant l'assuré est toujours de sa poche. Quitte à cotiser pour une mutuelle privée , je souhaite être prise en charge sur la totalité. Il serait intérressant d'abolir les mutuelles obligatoires employeurs . Ex c'est l'employeur qui négocie . Le salarié en est donc tributaire et souvent perdant.Sachant qu'a la retraite cela devient compliqué. J'aimerai pouvoir cotiser de façon indépendant , même en cumulant les mutuelles si je suis couverte à 100% au final.
Je pense que les malades longue durée sont tout particulièrement les cibles faciles de ces réformes et je pense que le gouvernement souhaite surtout faire passer des petites réformes de régressions sociales en jouant la carte de la polémique. Tout comme le chômage : je ne pense pas que la majorité de chômeur ambitionne de rester chômeur à vie ! Ce qui fait la force et le renommée de la France, c'est son système sociale ! Depuis quelques années, et pas seulement depuis M. Sarkozy, c'est ce même système qui est en train d'être revue et corrigé mais toujours par des nivellements par le bas ! On perd nos acquis et personne n'ose se lever pour exprimer son mécontentement. Je suis pour que chacun côtise à hauteur de ses moyens pour éviter que ce qui sont en difficulté ou ceux qui le deviennent puisse bénéficier de l'effort de chacun. Aujourd'hui, je suis en bonne santé, etc... Qui sait ce que me réserve l'avenir !? Demain, j'aurai peut-être bien besoin de vos côtisations. C'est la raison pour laquelle je ne crache pas sur ceux qui ont besoin de mes impôts, etc... C'est ça le vrai principe d'un système social partagé ! Mais certains préfèrent renforcer le budget de la comunication de l'Elysée pour dire que le pouvoir d'achat augmente... et j'en passe !!
Je pense que si nous voulons conserver une sécurité sociale qui nous permet de bénéficier de soins, d'hospitalisation et de beaucoup d'autres choses gratuitement, des réformes sont obligatoires. En effet, la dette est si importante que si le gouvernement ne fait rien, nous n'aurons bientôt plus droit à la SS et nous nous retrouverons avec un système américain où seuls les riches ont le droit d'avoir des problèmes de santé. Il est toutefois dommage qu'une grande majorité de français n'a pas compris qu'en abusant du système (consulter de manière abusive au moindre nez qui coule ou demander l'avis de plusieurs médecin dans le cas d'une maladie bénigne, par exemple), nous allions perdre un de nos plus grands avantages sociaux. Il est également dommage qu'à cause de ces personnes qui ont abusé, tout le monde doit "payer" alors que certains français dont je fais partie sont plus que raisonnables. je précise que j'ai une fille d'à peine 6 ans et je ne l'emmène chez le médecin que si je n'arrive pas à enrayer moi-même ses petites maladies. De plus, je ne consulte pour moi-même qu'en cas d'extrême nécessité. ce sont de petits efforts mais si tout le monde faisait pareil, nous n'en serions pas là. En tout cas, en ce qui concerne les réformes, je suis prête à payer un peu plus afin de pouvoir conserver cet acquis.
Je pense qu'il faut conserver la prise en charge à 100 % sans restriction pour les maladies graves ou rares ou de longue durée (nécessitant d'ailleurs des traitements très onéreux) avec un contrôle accru pour éviter les excès notamment pour les maladies liées à la dépression (terme fourre-tout qui à mon avis ne concerne réellement que peu de personnes au final). Pour toutes les autres maladies courantes et "bénignes", je pense qu'une participation de chacun dans le paiement des médicaments est normale, elle pourrait varier en fonction des revenus des personnes bien sûr. Il faudrait également que les personnes les plus aisées financièrement puissent prendre une mutuelle qui prendrait vraiment en charge le complément de la sécu notamment dans tout ce qui concerne le dentaire ou l'ophtalmologie car actuellement, on paye des mutuelles pour rien ou presque !! Enfin, je pense qu'on devrait regarder d'un peu plus près tous les arrêts maladies notamment chez les fonctionnaires qui de leurs propres aveux estiment d'emblée qu'ils ont le "droit" de prendre ces arrêts qu'ils assimilent plus à des congés qu'à un besoin réel. Or, ne devraient s'arrêter que ceux qui en ont vraiment la nécessité, les médecins doivent être moins complaisants...
Je pense qu'il faut responsabiliser le corps médical autant que les assurés. Trouvez-vous normal qu'il faille attendre les visites à 2 généralistes + 1 gynéco + 1 dermato pour trouver de quoi on souffre après un an , sachant que c'est à l'initiative de la seule patiente que le spécialiste a été consulté. Pourquoi certaines personnes ont droit à des visites gratuites de certains docteurs alors qu'elles consultent un nombre impressionnant de docteurs, specialistes et ont des examens fréquents : qui paye en fin de compte pour des maladies imaginaires ???? Il y en a marre que ce soit à celui qui travaille , gagne peu , à payer l'insouciance des uns et des autres !!Il faut responsabiliser et non pas assister.....donc surveiller les agissements de ceux qui dépensent beauoup sans maladie graveet encourager ceux qui font de la prévention.
je pense qu'il faut responsabiliser le patient client malade en l'obligeant à payer une partie de ses visites et ou examens et en se faisant rembourser ultérieurement, une partie par la secu et l'autre par les organismes privés. je travaille en pharmacie et suis amenée à voir le stock de médicaments chez certains patients (souvent les plus âgés), et je trouve que la franchise sur les médicaments est une bonne chose. je suis également à proximité de Monaco, et le système de sécurité monégasque oblige l'assuré social à faire l'avance des frais et à se faire rembourser après, et, à ma connaissance, tous les assurés monégasques ne se plaignent pas du tout de ce mode de remboursement, les remboursements sont très rapides, parfois plus rapides que l'encaissement pour le pharmacien du chèque des dits médicaments prescrits. seulement, étant donné la lenteur administrative de la sécurité sociale actuelle, je doute que ce système ne soit applicable en France, pour exemple, je suis depuis un mois en arrêt maladie et n'ai pas encore touché mes indemnités journalières. sinon, je pense que la sécurité sociale doit faire plus de contrôles concernant les arrêt maladie longue durée (pas toujours justifiés) et l'attribution de la CMU, surtout lorsque l'on sait que les détenteurs dela Cmu sont exonérés des franchises sur les médicaments (la Cmu est attribuée en fonction des ressources) alors que les personnes en ALD (donc maladie longue durée non désirée par la personne et subie) doivent payer les franchises sur les médicaments et autres actes de biologie et kiné alors que ces maladies sont par définition plus gourmandes de ce côté là. cela ne signifie pas que les personnes qui ont la cmu ne sont pas malades, mais je voit trop souvent à travers mon métier des abus sur les quantités des spécialités remboursées sous prétexte qu'ils ne paient rien, alors que des personnes en ald qui n'ont pas forcément beaucoup de ressources non plus, mais qui dépassent de quelques euros le seuil de la cmu paient les franchises de 2x50 euros, entre les frais de transport à l'hôpital et les franchises sur les médicaments. tout çà pour dire qu'il faudrait un peu plus d'égalité entre les plus pauvres et les un tout petit peu moins pauvres qui n'ont pas la cmu, et que les détenteurs de la cmu devraient payer les franchises ou alors, mais çà ne va pas en termes d'économies pour la sécu, que les personnes en ALD bénéficient de l'exonération des franchises
je pense qu'il serait plus judicieux de faire la chasse aux gaspi! 1 surveillance accrue des arrêts maladies : combien se mettent en congés maladie pour des travaux saisonniers ou pour eviter de faire son préavis (je l'ai vu faire dans mon entreprise mais il n'y a aucune possibilté de faire contrôler par la sécu) en plus il pourrait y avoir création d'emplois de contrôleurs ce qui ne serait pas un luxe!! 2 ne plus rembourser les ivg non médicaux; les cures à l'étranger (3 semaines en Irelande chaque année pour des cadres soit disant malades) etc 3 faire payer tous les étrangers qui viennent en france pour se faire soigner 4 remboursement des actes de naturopathie homeopathie ostheo ethio et toutes ces anciennes façons de se soigner, revenir aux bons produits naturels qui soignaient vraiment avant les antibio : tm de calendula schoum arnica charbon cataplasme argile; 5 ne plus imposer les vaccins et par là même le remboursement : hépatite ou gardesal dont on ne connait même pas les conséquences à long terme.... qui va payer pour toutes ces sclérose en plaques et autres maladies dues à ce vaccin? 6 faire cotiser TOUS les assurés, rmistes compris pour ne pas en faire des assistés perpétuels 7 de même pour les forfaits de 1 euros par acte ou 0.50 par boites il faut les appliquer pour tous. car en ce moment les retraités se voient amputer d'une bonne partie de leur pouvoir d'achat à cause de ceci chaque prise de sang par exemple 1 euro l'acte + 1 euro pour chacune des analyses si plusieurs analyses sont demandés ou supprimer ces forfaits qui sont trop lourds!!! 8 Ce ne sont pas les malades qui réclament les antibio mais bien les médecins qui les proposent sans parfois savoir s'ils ont bien ciblé le bon virus tous les assurés n'auront pas les moyens de se payer une complémentaire santé il faut trouver l'argent ailleurs et mieux le gérer au sein de la Sécu elle même : 23% d'absentéisme parmi les salariés de la Sécu : il faut contrôler plus finis les frais de déplacement de ces messieurs finis les logements de fonctions fini tout ce gaspi et ce luxe stop aux prélévements supplémentaires sur les ouvriers ou les patrons l'argent est dans les caisses il faut le gérer en bon père de famille et tout ira mieux!!!!!
Je pense qu'il y a de l'abus notamment avec la CMU qui ne fait que renforcer le déficit de la sécurité sociale. Par contre je suis révoltée par les franchises appliquées sur les boîtes de médicaments (surtout pour les maladies longues durées comme moi) je suis atteinte de la maladie de crohn, si je ne prends pas mes médicaments je me vide toute la journée, je n'ai donc pas le choix de payer cette franchise et cela chiffre à la fin du mois. C'est un scandale de faire payer les personnes à 100% ils n'ont pas choisit d'être malade et je doute que ces personnes là abusent de la sécurité sociale. Comme d'habitude ils ne tapent pas où il faut, au vu de ce qui se passe, je commence à être pour une assurance privée comme aux états unis, au moins chacun cotisera pour lui et pas pour les profiteurs. Salutations Dominique
Je penses q'effectivement nous allons vers une médecine à deux vitesses. Les plus pauvres ne pourront plus se soigner! Un exemple rescent .Mon épouse passait un examen non assuré par l'hopital public(partage des activités entre secteur public et privé dans les départements)dans un établissement privé. Un homme âgé s'est présenté pour un examen en présentant sa carte vital la secrétaire lui répond qu'il ne prenait pas la carte VITAL, lui demande son ordonnance et lui dit qu'il faut payer avant l'examen 90?. L' homme âgé répond qu'il ne peut pas payer.La réponse de la secrétaire est édifiante, Monsieur il faut aller ailleurs pour votre examen! Si les plus pauvres ne peuvent plus se soigner. Va t'on laisser agraver leurs pathologies pour aboutir à des soins beaucoup plus couteux ou les laisser mourir.Qui va payer alors? Les ouvriers avec leur petite médecine, les rebouteux panseurs et autres charlatants pendant que d'autres, avec leur assurance qu'il auront pu financer, iront vers des Etablissements privés.....(non nous sommes au 21ème siècle) Non la Sécurité Sociale pour tous avec des cotisations bassées sur les revenus, tous les revenus, c'est bien le gage de l'égalité de tous à l'accès aux soins. La prévention couteuse elle aussi, permettrait de grosses économies. Mais on ne demande rien aux Français, la machine avance, nous en sommes au 3eme niveau d'assurance, la complémentaire de la complémentaire alors que beaucoup n'ont même pas de complémentaire. Usine à gaz tout ceci!.C'est explosif! Mon salaire de cadre me permet de faire face, je cotoie cependant des veuves qui tentent de vivre avec leur 800? de revenus après avoir payé leur 400? de loyer et oui c'est ceci le quotidien de la majorité des Français. Vont-ils être obligé de manger les autre c'est à dire nous? C'est ça à mon avis la vrai question!
Je remarque que ce sont- en général - les personnes qui ont les "meilleures mutuelles" qui consomment le plus et n'ont pas l'esprit citoyen ! on n'hésite pas à faire faire de nombreux actes- souvent chers - pas toujours justifiés - quand on a une très bonne couverture sociale - on voit aussi plusieurs spécialistes - même si les consultations sont moins bien remboursées ... en revanche quand on n'a pas de mutuelle et qu'on est pauvre on fait très attention aux coûts des soins et médicaments... on renonce hélas souvent à certains soins dentaires et prothèses faute de moyens... ma belle fille sans mutuelle ne voit pas de gynécologue par exemple ..." elle dit s'en passer" elle change peu ses lunettes et achète en promo ou premier prix ! mais stop n'allons pas trop loin ! il me semble humain que le soins couteux et indispensables de maladies graves continuent a etre pris en charge par la collectivité - au nom de l'égalité du citoyen- un cancéreux par ex ! doit pouvoir se soigner normalement et être soulagé ..... il y a une inégalité injuste entre le CMU à la charge de la collectivité et le smicard qui travaille et doit payer ticket modérateur et franchise !! ce peut etre lourd s"il est très malade pour lui et sa famille ! la tva sociale oui mais ne va-t-elle pas pénaliser le retraité , quelle compensation pour lui ? il fo maintennir une égalité des soins face à la souffrance dans un pays moderne - chacun doit payer selon ses moyens ! pourquoi la sécurité sociale ne récupère t elle pas les taxes telle sur l'alcool ? lisez son rapport
je suis à peu près d'accord s/la franchise médicale de 0,50 par Bte de médicament mais pas pour les maladies de logue durée pris en charge par l'ALD de même s) les actes paramédicaux "infirmiers et laboratoire" ex : mon époux qui a été transfusé suite à une très grande anémie doit chaque semaine avoir un contrôle sanguins de 5 - 6 examens de sang, et en plus des médicamenx à prendre à vie du fait de son ALD tension diabète etc.... il a 83 ans et est suivi pou ces maladies depuis 1971 ( en ALD depuis 1981 seulement je ne l'avais pas demandé avant). Il est vrai que je surveille toujours ses ordonnances et et ne prends jamais + que ce qu'il a besoin . Je m'arrange seulement à avoir une boîte de chaque d'avance de façon à ne pas être à court ; en cas de nouvelles prescription je ne prends qu'une seule boîte au cas ou le médicament ne lui conviendrait pas, et c'est là je pense ou le bas blesse car j'ai eu le cas pour ma mère qui pour la parkingson avait eu un médicament assez onéreux qui dès le premier jour lui a été néfaste (hospitalisation en urgence) et les boîtes bien entendu n'ont pas été reprises par le pharmacien donc qui a payé : LA SECU ..... ce sont les pharmaciens QUI DEVRAIENT¨POSER DES QUESTION ET NE DELIVRER QU'UNE SEULE BOITE AU DEPART. ET LA IL Y AURAIT UNE GRANDE ECONOMIE A FAIRE .
Je suis absolument contre et très inquiète. Nous allons tout droit vers une médecine qui ne sera plus destinée qu'aux personnes ayant les moyens de se faire soigner et de payer des mutuelles qui devront forcément augmenter leurs tarifs pour compenser les coûts. Je pense qu'il est inadmissible que l'on ponctionne des personnes qui n'ont pas "la chance" de jouir d'une bonne santé, comme si cela était un choix !!! Il n'est pas normal que l'on prélève 2 ? à chaque déplacement chez le kiné pour des personnes ne pouvant pas se déplacer ou handicapés, ou chaque fois qu'un personnel soignant se rend chez une personne afin de lui prodiguer des soins. Je suis d'autant plus inquiète car, si les informations qui sont données ayant pour origine le rapport des comptes de la Sécurité Sociale sont exactes, le déficit ne devrait pas exister. L'Etat devrait commencer par ne pas détourner la partie des taxes sur l'alcool, le tabac, l'automobile, les industries polluantes qui avaient été instaurées pour alimenter les caisses de la Sécu. Il devrait s'acquitter des retards de paiement sur les contrats aidés et sur la part de la T.V.A. qui devait être reversée. De même, il n'est pas normal que l'on tolère de la part des entreprises, des retards aussi conséquents dans le versement des cotisations Si tout cela était reversée, le déficit de la Sécurité Sociale serait sûrement moins élevé, voire inexistant. Il faudrait aussi se questionner sur ce qui induit le nombre grandissant de gens malades, se demander si le mode de vie, les conditions de travail, l'alimentation et d'autres facteurs, n'ont pas des conséquences sur la santé publique et essayer d'y remédier si cela n'est pas trop tard.
Je suis contre le principe de la gratuité des soins pour des raisons de responsabilisation, quand le passage chez un médecin avec une ordonnance peut être évité. C'est le cas des petites affections du quotidien. Pour le s soins plus lourds, les remboursements devraient être proportionnels aux revenus (entre 70 et 100%), afin que le "reste à vivre" soit suffisant, notamment pour les plus défavorisés. Je suis pour les "génériques", et surtout l'affichage des prix des médiaments non remboursés (obligatoire mais peu respectée), surtout depuis qu'ils ne cessent d'augmenter. Un contrôle bien plus poussé, en amont, de l'efficacité reelle des futurs nouveaux médicaments devrait exister, car ce n'est pas le cas, et qu'il s'agit souvent de produits marketing sans innovation thérapeutique. On peut aussi s'interroger sur la sur-médication qui amène régulièrement ces publics à l'hopital pour des contre-indications, interractions... Je m'oppose cependant à la privatisation telle qu'elle se dessine, et prône pour une augmentation sensible du budget "prévention-santé" de l'Etat, par l'éducation à une saine hygiène de vie dès l'enfance (l'alimentation, le sport...), et sur les dangers de nombreux produits chimiques dans le droit fil de la directive européenne REACH. Par ailleurs, une meilleure prévention contre les accidents domestiques éviterai de nombreux accidents, parfois très graves et faciles à éviter.
Je suis d'avis qu'il y a des solutions qui ne mettent en cause l'assuré social et notamment sa responsabilité. J'ai entendu parlé à une certaine époque d'introduire une publicité dans les feuilles de remboursement de la sécurité sociale. Pourquoi n'utilise-t-on pas ce procédé ? Tout le monde y gagnerait. Il faut croire que les solutions les plus simplistes sont les plus redoutées. Pourquoi ne surveille-t-on pas la sur-consommation des médicaments ? La franchise qui est à l'heure actuelle imposée doit-elle être poursuivie ? Je ne vois pas l'intérêt. C'est au niveau des médecins prescripteurs qu'il faut assurer les contrôles. Un suivi médical doit être entrepris par le médecin traitant et lui seul. Quant aux assurances complémentaires santé, la projection des charges sur ces dernières doit s'arrêter un jour.
je suis en affection de longue durée, je cotisse a la securité sociale depuis mon premier emploi soit en 1983, je fais partit d ela tranche qui paye des impots, j'essaye d'épargner et donce je cotise encore cSG, RDS. Bref je cotise partout . en Plus aujourd'hui entre les frais non remboursés, les dépassement d'honoraires du corps médicale j'en suit a 400? de frais à ma charge. je penses que je suis très sensibilisé sur le fait que si je ne paye pas il ne me reste qu'a mourrir de mon cancer. en plus des douleurs physiques, morales, des pertes de salaires, il faut payer sans retenu pour nos politique puissent avoir tout leur frais médicaux pris en charge par nos soins. De plus les transports sanitaire en avion leurs sont gratuit et l'accés aux soins ne se fait pas après avoir présenté 15 fois la carte vitale(qui ne sert à rien) ainsi que la carte de mutuelle Mon avis est très simple les assurances privées ont de beau jour devant elles. Pour encaisser plus et rembourser moins que la sécu aujourd'hui. La difficulté pour se payer une couverture médicale sera telle que les gens ne se feront plus soigner et que l'on reverra apparaitre des maladies contagieuses et mortelles. La gestion des fonds de la securité sociale serait mieux faite, les fonds seraient réellement destinés aux remboursements des maladies et non au paiement de mesures pour lutter contre les fraudes qui concerne une population qui profite du système et qui ne cotise pas au système. La carte vitale devait supprimer les fraudes, aujourd'hui on demande des photos pour les refaire parcequ'elles sont falcifiée ou trop facilement utilisées à tord.
Je suis infirmière ds un service de consultation d'un CHU, je peux vous dire qu'il y a des abus notamment pour la demande de transport par ambulance ou par VSL? En effet sous pretexte que certains ont droit à une prise en charge à 100/100 ils utilisent ce moyen de transport qui coutent tres chère alors qu'ils sont tout à fait en etat de prendre leur véhicule personnel. Il en est de même pour certains en accident de travail qui abusent de la situation pour les transports ou même pour s'accorder de belles vacances à l'etranger pendant leur arret de travail... Je pense qu'il faudrait etre + vigilant et revoir la prise en charge et faire + de controle. Je peux vous dire que ces situations sont trés frequentes et que les medecins cautionnent ce système par peur des réactions violentes des patients devant un refus de prolongation d'AT. Il y a certes des economies à faire mais elles ne sont pas necessairement là où on les fait actuellement. Je voudrais signaler aussi le prix abusif des medicaments hors ordonnance: je prends des medics de confort pour la ménaupose et pour une myopie d'generative ainsi que de l'insomnie, cela me coute 100 euros/mois, c'est cher .On va vers des soins à 2 vitesses: les riches qui pourront se soigner et les autres qui ne le pourront pas
je suis pour un systeme de bonus malus les soins totalement gratuit mais avec un systeme de point bonus et malus !je m'explique deja je ne vois pas pourquoi ce serai ce systeme qui prends en charge les personnes qui degradent volontairement leur santé en fumant, buvant ou se droguant: j'estime qu'ils sont concients des effets de ces pratiques; aussi ils assurent les conséquence de leurs actes .A partir d'un certain coefficient malus correspondant à un plafonnement de soins ;du à leur conduite ils paient leur soins .de meme que ceux qui profitent du systeme pour des petits bobos je puis dire ! Par contre les gens qui consultent peu et maintiennent une hygiène de vie correcte ont un bonus par point qui leur permet de cummuler de l'argent placee en rentabilite et qui se transforme en prime qu'il dispose pour améliore leur soins soit dentaire soit lunettes soit en deduction de leur frais mutuelle De plus je trouve scandaleux le prix des médicaments ! Deja je limiterai les marges des laboratoires et celles des pharmaciens qui se gavent!! De plus pour les hopitaux et cliniques je controlerai plus les comptes et instituerai un systeme de controle permanent et draconien sur les gaspillages ! Bien sur .ce ne sont que des petites propositions de citoyen!mais je pense que si l'on veut garder la gratuité de nos soins ;il faut responsabiliser chaque citoyens ! car la sante on commence par se la faire soi meme !et arrêter de compter sur la solidarité car la solidariter commence par notre porte monaie;donc du travail en plus !donc plus de stress et plus de fatigue plus de maladie!!!!c'est tout un processus! signe un citoyen!!!!
Je suis pour une tva sociale, mais avant tout il faut modérer la C.M.U. - et contrôler effecacement toutes les tricheries, les abus, les escroqueries, telles que : les fausses déclarations d"employeurs, les faux bulletins de salaires, si facile à contrefaire, regrouper les fichiers - URSSAF - CPAM - CAF. sur un plan national (fichier individuel - niveau de vie, réel, et allocations de toute nature, on sera édifié. Il n'est pas normal de rouler en voiture à 25/30000 euros et bénéficier d'aide, il n'est pas normal aussi des frais abusifs, (I.R.M. - Scanner, en double ou triple, ou la prise des ambulances, alors que sa propre voiture suffirait, de milliers d'exemples. que les étrangers viennent se faire soigner en France sur notre compte. Responsabiliser les médecins, ils n'est pas normal que les médecins français prescrivent 2 fois de médicaments que les allemands, hollandais, suisses. J'ai posé la question à mon cardiologue il ne m'a jamais répondu. Le corps médical est complice de cette situation, il voudrait détruire la S.S. qu'ils ne s'y prendrait pas différement. Pour les assurances elles n'ont jamais couvert correctement les assurés, ce n'est pas demain qu'elles changeront.
Je suis tout à fait d'accord pour que l'on est une prise en charge totale de nos frais de santé que celà est justifié (par exemple moi qui suis en ALD, je trouve déplorable que l'on me retienne 1 euro par ci 1 euro par là alors que je n'ai pas le choix). Par contre je travaille dans un laboratoire d'analyses médicales et je trouve honteux que des gens viennent nous voir en nous réclamant un "bilan complet" en nous disant : j'ai la CMU. Ils pensent que parcequ'ils ont la CMU ils ont droit à tout sans justificatif. De plus ces gens vont voir leur médecin et celui ci leur délivre une ordonnance alors que c'est juste du "ZEL" parceque autrement le patient ne sera pas content. D'accord certaines personnes ont besoin de çà pour se soigner mais comme toujours il y a trop d'abus et ce sont toujours les mêmes qui trinquent
Je trouve que ces réformes pénalisent toujours les mêmes, ceux qui travaillent et qui cotisent à la sécurité sociale et qui ont une mutuelle .. Il faudrait peut-être voir ce qui ce passe dans les hopitaux, l'hospitalisation pour certaines personnes alors que des soins à domicile seraient tout autant appropriés, mais forcément en beaucoup moins chers pour la collectivité? Certains actes chirurgicaux nommés différemment pour que certaines catégories de patients se fassent rembourser des opérations qui normalement ne le sont pas... Des arrêts de travail abusif. Et surtout que tout le monde participe pour ses soins, le principe de la CMU semblait très bien sur le départ, mais alors vu comme c'est utilisé c'est dommage que toutes les idées qui semblent bien pour les uns deviennent abusives parce qu'elles sont détournées par d'autres...
Je trouve que le système de santé Français, en termes opérationnels, est tout de même un modèle du genre à l'échelle mondiale. Toutefois, le problème ne se trouve pas pour moi dans la "privatisation", mais plutôt dans une plus grande quête de l'efficacité. Qu'un courrier recommandé reçu par une caisse ne soit saisi informatiquement que 15 jours après réception me semble aberrant... De même, les délais de carence, les attentes interminables et le sentiment de dénigrement des patients dans certaines structures de santé relèvent de la compétence du personnel bien plus que de savoir qui doit gérer ce personnel... Arrêtons de nous voiler la face: les gens sont devenus consommateurs certes, mais parce qu'on les y a incités. Il est trop facile de crier au loup une fois qu'il a dévoré tout le poulailler... Plutôt que de faire appel à des organismes privés, rendons les acteurs plus responsables, avec des blâmes en cas d'incompétence... Et des suspensions ou retenues sur salaires pour les fainéants... Que l'état assume ses responsabilités, renforce la discipline dans ces organismes, supprime les pauses-cafés d'une heure, et fasse bosser ses salariés... Pour exemple: avez-vous déjà essayé de joindre une caisse un vendredi après-midi après 15h par téléphone? Ou un lundi matin dès 9h? Mais à quoi sont payés ces gens? Des primes à l'efficacité, des sanctions à l'oisiveté, voilà ce qu'il faut à la fonction publique... Pas des appels à contributions que personne ne pourra s'offrir... Essayez de vivre avec un salaire moyen... Cela tient souvent de la survie dans certaines régions... Payer plus pour gagner moins, bravo le gouvernement... Belle idée!
je veux bien que les assureurs prives prennent en charge certaines depenses de santé mais ce surcout ne doit pas etre seulement a la charge du particulier. Si la securite sociale rembourse moins on devrait moins cotiser surtout pour les independants qui participent enormement a ce systeme sans aucune contrepartie. par contre je pense que tout ceux qui beneficie de l'assurance maladie devraient systematiquement cotiser. On parle de gaspillage, mais les personnes qui ne payent jamais rien , n'ont aucune idee des couts et se permettent des exigences aupres des professionnels de sante. D'autres parts la cmu est responsable de beaucoup de depassements d'honoraires aupres des professionnels qui ne peuvent assumer des soins avec une cotation de base de remboursement bien en dessous de la realite des couts. Je pense aussi que la multiplicite des caisses de remboursement de securite social genere automatiquement des cout de fonctionnement enorme. A une époque ou les restrictions de budget sont la il serait souhaitable de faire un peu de menage et qu'un seul système existe. pourquoi une caisse pour les salaries, une pour les independants, une pour les fonctionnaires, une pour les agriculteurs........ ou sont les avantages et les economies a faire deja en rendant plus clair le systeme et quelle complication lorsque l'on change de caisse !
j'en pense beaucoup de mal de cette sécu. Il est invraisemblable que les syndicats et l?état continuent de taxer le travail à fabrication dans les usines qui restent encore en France. Rendant toute la production française hors de prix. Les taxes de toutes sortes sont appliquées à la caisse des magasins de distribution. Point n?est besoin de faire remonter les taxes sur le prix de revient des usines. Cela ne changerait rien aux montant des recettes du fisc et des caisses sociales. C?est facile a comprendre cela. Les produits manufacturés en France seront moins chers à l?exportation et la distribution payerait directement les prélèvements. Le fisc et les organismes sociaux seraient payé beaucoup plus rapidement. Sinon, c?est vrai, la médecine française est la meilleure du monde.... Pour faire fermer les usines. Elle est là la crise.
J'estime que nos cotisations sont élevées pour les frais que nous devons débourser sans remboursement même avec une mutuelle complémentaire. Les dents, les yeux, l'audition quand cela fais défaut et bien soit on s'en passes si on a pas assez d'argent et si on en a par contre on doit débourser une somme faramineuse même avec une mutuelle qui est à nos frais alors que faire? Soit cela est considérée comme du confort alors toutes les maladies sont aussi du confort et alors on mets de côté les vieilles rancunes et on remets tout à plat. Les tarifs entre l'hôpital où vous obtenez qu'un rendez-vous au bout de 3 à 4 mois voir 6 mois car les tarifs sont compétitifs ou on applique les mêmes tarifs pour les cliniques où là vous obtenez un rendez-vous dans le mois. Il existe une médécine à 2 vitesses et le fossé s'agrandit tous les jours un peu plus. On élit un président qui emploie des ministres que l'on payes fort cher à réfléchir à se sujet depuis fort longtemps et le problème est récurrent sur le long terme. Que ceux qui nous gouvernent se mettes dans la position du peuple et penses moins à s'en foutre pleins les fouilles et le problème serai régler plus rapidement avec une solution qui plairai à tout le monde. Moi dans mon travail je fournis ce que l'on me demandes en respectant les règles de l'entreprise (rapidité,efficacité) si je ne pourvois pas on me vire. Que le gouvernement fasses de même et je peux vous dire que les idées serait à foisons et applicables sans discrimination pour qui que se soit. Je vous en remercie de donner la parole au peuple et qu'on écoute si peu malheureusement. Cordialité à toute l'équipe. Merci.
l' assurance maladie est une expression de la solidarité nationale qui rejoint la devise républicaine: liberté, égalité, fraternité. Elle doit donc demeurer accessible à tous avec "des garde-fous" pour éviter les abus et surconsommation. Le problème principale est l'assiette des cotisations actuellement basé sur une taxation du travail. Ce mode de couverture est obsolète du fait du rapport actifs / inactifs d'une part , et des couts des médicaments d'autre part. si l'on ajoute à cela qu' en 1945 90ù des produits consommés en France était le fruit du travail/entreprises française alors qu'aujourd'hui les importations dominent( voir balances extérieures) on comprend vite qu'il faut trouver une autre assiette et de nouvelle recettes. je propose : 1) de supprimer les taxes sociales patronales et salariales et d'assurer la couverture sociale par des taxes sur la consommation avec un taux réduits sur les produits vitaux.( tous les produits y compris financiers,,services, etc ... qu'ils soient intérieurs ou importés étant taxés. Nos exportations se faisant hors taxes) 2) nationaliser la production (et non la distribution) des médicaments puisque 80% de leur consommation est payée par l'état via la sécurité sociale, on économiserait ainsi les marges bénéficiaires des entreprises privées. 3) que l'on mettent en place des contrôles renforcés, l' informatique en offrant les moyens, pour repérer et éviter les abus de tous ordres. 4) que l'on oblige chaque assurés à ce soumettre à des visites et bilan de santé préventifs car prévenir coute moins que guérir. ( Il me parait inconcevable d'exiger un contrôle technique pour les voitures et de ne pas en exiger pour les humains) voila résumée en bref une réflexion que j'ai effectuée sur le sujet que je serais à même de compléter par de beaucoup plus amples détails en d'autres circonstances que ce sondage necésserement court. salutations; Gérard
La "SECU" est à bout de souffle et la santé coute chère. L'unique voie serait de contracter une et unique assurance santé (publique ou privée), obligatoire, avec une participation de l'employeur ou de l'état pour les professions indépendantes, mettant le point sur la transparence des prestations et la couverture optimale du soin prodigué. En termes clairs, chaque citoyen choisi son assureur (concurrence oblige) puis se voit proposer un contrat de couverture auprès d'un groupe de praticiens et établissements de soins. libre au citoyen de contracter la "formule" adaptée à sa situation: étudiant, jeune famille, quadras, sénior, optique, dentaire, etc. La sécu deviendrait de fait un organisme de réelle solidarité nationale n'assurant la prise en charge que des affections longue durée, maladies orphelines, accidents graves, transplantations, et enfin la prise en charge sanitaire totale des plus démunis au sein des établissements publiques. Aussi, les dépenses de santé seraient maitrisées par de vrais professionnels (Assureurs et soignants), le patient serait responsabilisé et aurait "son mot à dire" puisqu'il est CLIENT. Alors que l'état, par l'intermédiaire de nos Impôts assurerait une solidarité nationale JUSTE. Enfin, la santé ne serait plus un outil de propagande politique! A méditer ...
La caisse d'assurance maladie se porterai bien mieux si l'on accordait pas des aides à des personnes qui ne le méritent pas aux détriments de ceux qui ont cotisés depuis plusieurs années et ont travaillés avec leurs parents depuis des générations. Je suis totalement en désaccord avec ce qui se passe actuellement, on laisse les français mourir de faim, on les empêche de se soigner, de soigner leur dentition de soigner leurs yeux, de faire les examens nécéssaires à leur santé (pour ceux qui ont des besoins) alors que d'autres personnes n'ayant jamais ou très peu cotisés en France sont assurés d'avoir à leur disposition tous les soins nécéssaires aux détriments de nos deniers. En fait aujourd'hui en France il vaut mieux arriver dans l'illégalité et prendre le RMI- LA CMU- LES AIDES AL- LES AIDES MENAGERES, avoir une carte de séjour on est mieux traité que si l'on a une carte d'identité française. C'est une honte, nous avons nos personnes âgées qui ont fait pour ce que nous sommes aujourd'hui qui meurent de faim alors que des personnes jeunes sont au RMI, travaillent sans être déclaré sans payer de cotisations et en plus ont les aides des municipalité, c'est une honte et je m'arrête là car je pourrai vous en écrire 10 pages. Je travalle depuis 40 ans élevé 5 enfants, mon époux est décédé et on ne me verse pas la pension de réversion alors qu'il est décédé en invalidité dûe à son travail, je n'ai ni les moyens d'aller chez l'ophtalmo, ni chez l'opticien ni chez le dentiste ni dde prendre une mutuelle est-ce normal? alors que des personnes de 3 ans n'ayant jamais travaillé sont au RMI et ont tous les soins à leur portée, franchement, la sécurité sociale devrait au leu de nous contôler car on vient de subir une grosse intervention c hirurgicale, contôler les fraudeurs car si nous simples citoyens sommes au courant de toutes ces combines employée par les personnes de mauvaise foi, il ne faut pas me dire que l'assurance maladie n'est pas au courant qui cela arrange t-il?
la CMU et l'aide a la mutualisation nous coute tres cher...il faudrait que tout le monde cotise (comme la tva) et soit soumis aux memes regles car ces dispositions partent d'un bon sentiment mais il y a trop d'abus et notamment cela est du a la gratuité de tous les soins, la non application des franchises des 1? etc .. Il faudrait etre plus logique..si quelqu'un a des soucis dentaire et qu'il ne fait pas de prévention il serait moins bien remboursé. Si quelqu'un a un probleme de santé et qu'il ne fait pas de prévention il sera moins remboursé ou pas du tout ... Il faudrait qu'une entree a l'hopital soit justifiée afin de reduire les couts de ces centres et si l'entree n'est pas justifiée donner un malusse au patient qui abuserait. L'hopital est un service public qu'il faut préserver..Il faut veiller au bons soins des personnes agées (qui ne sont plus en etat de travailler car ils ont deja fait leur boulot dans la societé) et par contre pour tous ceux qui devraient etre en activité et qui coutent tres cher a la societé, je propose un controle plus sévere (ou une enquete familiale) avant la mise en place de ce systeme CMU car je crois que de grosses économies pourraient etre faites
La gratuité des soins est bien sûr un privilège qui doit être préservé afin d'en assurer la pérennité. Les abus commis ne le sont pas forcément toujours par les assurés mais également par les médecins, les hôpitaux et les ressortissants étrangers qui viennent en France profiter de son système de soins. Prescrire des scanners pour une migraine isolée ou des examens couteux à des habitués des services d'urgence encourage la dilapidation du patrimoine de santé français. La CMU est également très mal contrôlée lorsqu'elle permet des opérations de chirurgie esthétique de confort (exemple augmentation mammaire) gratuitement, ça c'est un abus scandaleux. Il est normal de demander aux français de se responsabiliser d'avantage, mais pas normal de le demander toujours aux mêmes. Ce ne sont souvent pas ceux qui cotisent le plus qui abusent le plus, mais malheureusement plutôt l'inverse. Faire participer tout le monde sans exception selon les possibilités de chacun me semble beaucoup plus responsabilisant et juste. Exonérer totalement une personne c'est finalement la marginaliser et lui faire perdre le sens des réalités. Comment comprendrait elle après que faire venir une ambulance pour la gastro du petit dernier n'est pas normal? il ne faut plus faire les lois en fonction des minorités mais de la majorité, et ensuite adapter ces lois aux possibilités des minorités. Parce que de toute façon, toutes les dernières réformes ont toujours conduit au même résultat: ce sont toujours les mêmes qui payent, qui se responsabilisent et qui en ont ras le bol! Par contre je suis plutôt d'accord d'obliger les gens à prendre une mutuelle mais si ça devient obligatoire, il faudra demander aux mutuelles aussi de faire des efforts, principalement pour les populations à risque (personnes agées...) et faire en sorte qu'elles ne puissent plus jeter un client sous prétexte que sa maladie leur coûte trop cher. Si la mutuelle devient obligatoire il faudra que les mutuelles aient en contre partie l'obligation de nous assurer, quelque soit la maladie ou le profil du client. A voir bien sur le cas des personnes qui ne paieront plus leur cotisation ou qui abuseront du système, il ne faut pas non plus que les mutuelles deviennent la nouvelle SECU de demain avec le même déficit!!! bref ça n'est sûrement pas simple.
la gratuité des soins oui mais sans gaspillages un système qui permetterai de responsabiliser les acteurs assurés sans prises en charges des dépenses de santé je m'explique un système qui ne permet de remboursé que si l'assuré a été voir son médecin de réfèrence déclaré au préalable à son assureur et respecte le préscription médicale si il doit passer par une désyntoxication au tabac ou alcool ou autre doit le faire sous peine de ne pas être remboursé un contrôle renforçé sur l'identité de l'assuré ( le digital par exemple ) un suivi médical renforcé dans les entreprises et établissements scolaires et organisme de chomage , une prévention renforcé contre le tabac et alcool ou autre par une loi l'obligation de faire un examen médical complet tout les ans sous peine de n'être plus assurés un control poussé sur les différent praticients de la santé ( un code d'honneur avec une obligation d'appliquer les tarifs issus de ce code )
La gratuité des soins pour tous devrait pouvoir être rendue possible pour tout ce qui concerne une hospitalisation d'urgence en cas d'accident grave ou autre de genre (par ex. frais de réanimation remboursés), ceci pour les cas aigus, et aussi chroniques inévitables qui supportent des frais couteux à long terme (suivi cancer, maladies chroniques durables impliquant des examens lourd réguliers, etc etc...). Par contre, la franchise médicale, au lieu d'être supportée par les seuls utilisateurs de soins, serait plus un support financier si tout le monde payait ces quelques euros de plus, ce qui correspond à une augmentation de cotisation Taxer les stock options ne serait-ce que de 10 ou 5 %, et les bénéfices d'entreprises à très forte capitalisation (de 0,5%, par ex), pourrait sûrement nous sortir de l'ornière. Par contre, l'usage des génériques est un échec patent qui engendrera plus de coùuts qu'il n'en retire : j'ai des patients qui font des intolérances à certains, car ils ont des excipients différents que les versions classiques. Ils doivent donc jeter ceux qu'ils ont reçus pour reprendre leurs anciens produits. LEs génériques ont une qualité moindre, qui engendre donc plus de problèmes. Est-ce une économie?? Ensuite, payer un peu plus sur les traitements de confort, me semble normal. La santé a un coùt, et on ne conteste pas le fait de payer son garagiste, alors pourquoi pas aider son système de soin?? Mais aux médecins d'éduquer les patients, et de ne pas faire le jeux des lobbys pharmaceutiques. toute un éducation à refaire en France, où beaucoup devraient voir dans d'autres pays d'Europe pour relativiser leurs revendications.
La gratuité des soins, ça n'existe pas ! Il y a toujours quelqu'un qui paye, que ce soit les cotisants à une assurance ou bien les malades directement. Pour la sécu, il n'est pas normal de cotiser toujours plus pour être de moins en moins remboursé. Il n'est pas normal que ce soit les assureurs privés qui remboursent à la place de la sécu, mais plutot en plus de la sécu. Sinon, que fait la sécu dans l'affaire ? Elle ne fait que percevoir les cotisations et payer grassement son personnel administratif, sans rien donner en échange ! Trop facile. Les citoyens doivent avoir le droit de s'assurer auprès de l'assurance santé de leur choix, selon qu'ils estiment que cela correspond à leurs besoins, comme cela est le cas pour l'assurance habitation ou l'assurance automobile. Il faut donc mettre fin le plus rapidement possible au monopole de la sinistre SS, et la mettre en concurrence avec des assurances de santé. (Il existe des assurances privées à l'étranger pour l'instant, bien moins chères que la sécu, et évidemment beaucoup plus performantes en terme de remboursements maladie et de gestion financière, vous me direz : ce n'est pas un exploit !). Il n'y a que cela qui forcera la SS à se réformer, comme cela a été le cas pour France Telecom. La sinistre (et sinistrée) SS sera ainsi obligée de s'adapter aux besoins de la population, et non plus l'inverse. Elle sera ainsi RESPONSABILISEE, mot qu'elle ne connait pas encore. Il va de soi qu'elle devra faire des efforts de gestion administrative. "Le monopole de la sécu, c'est l'assurance maladie. La libre concurrence, c'est l'assurance santé !"
La gratuité pour tous doit etre maintenu a tout prix, et cela sans le faire payer aux plus défavorisés ! Le trou de la sécurité sociale est un mal nécessaire pour le pays, chacun doit juste être responsabilisé afin de ne pas gaspiller et ainsi mettre en situation difficile ceux qui en ont vraiment besoin. Une réforme de la mentalité des médecins est également indispensables. Ceux-ci doivent s'attacher à diagnostiquer précisément le mal et ses origines pour ne prescrire que le strict nécessaire. J'ai l'impression que beaucoup d'entre eux prescrivent systématiquement une large palette de médicaments pour se couvrir d'un diagnostic erroné. D'autant que tous ces médicaments ont tendance finalement à fragiliser les patients à long terme et à les rendre plus vulnérables à d'autres maladies (notamment à cause des antibiotiques).
la gratuité totale des soins est une très belle idée, mais l'être humain est fait de telle sorte que pour un certain nombre, ce qui est gratuit ne mérite pas qu'on y fasse attention et on dépense à tout va puisque c'est la collectivitée qui paye!!!! il ne sagit pas simplement de responsabiliser les assurés mais surtout les médecins car se sont eux qui prescrivent et donc eux qui ont les clés des dépenses de santé en France. Il faudrait peut-être leur apprendre à dire NON a leurs PATIENTS quitte à perdre un CLIENT. Les médecins devraient se rendre compte que malgré leurs appelation "profession libérale" ils sont contractuels de l'assurance maladie!!!et que le jour ou cette organisation tombera il ne leur restera comme clients que les personnes qui pourrons payer autrement dit ils perdrons une grande partie de leur clientèle.
la gratuité totale des soins et des médicaments est indispensable car comment les plus démunis d'entre nous auront les moyens de se soigner alors que pres de 6 millions de personnes en france vivent avec des revenus inferieurs au smic? tout le monde n'a pas les moyens de se soigner la tva sociale est un systeme abjecte car une fois de plus ce sont les plus pauvres qui paieront alors que pour les plus aisés ce ne sera qu'une broutille arriver a faire payer les pauvres est une honte le systeme americain démontre au quotidien la monstruosité du systeme qui consiste a donner une valeur a la vie humaine et j'espere qu'en france on aura assez de cran pour refuser un pareil systeme ou seuls les riches auront les moyens de se soigner les assurances ne doivent pas se substituer aux engagement de l'etat il est inscrit aux frontons de nos mairies liberté égalité fraternité ce qui veut bien dire que dans notre pays on a tous les memes droits or avec un systeme tel que le preconnise le gouvernement il n'en ressortira qu'une seule et unique chose : si tu as du fric tu pourras te soigner tout ceci est abjecte si il y a des gens qui doivent payer ce sont les riches ceux qui exploitent la misere humaine au quotidien et non pas les indigents
la majorité des recetttes de SS proviennent des cotisations prelevées sur les revenus du travail tout irait bien si tout le monde pouvait travailler, ou avait un travail à partir du moment où une grande partie de ceux qui ne travaillent pas bénéficient des remboursements des soin au même titre que ceux qui travaillent et donc cotisent il parait equitable de trouver d'autres sources de recettes la tva sociale n'est certainement pas la plus mauvaise idée, elle pourrait etre instaurée sur les produits autre que de premiere necessité mais aussi il serait peut etre judicieux d'augmenter certaines allocations et de faire payer des cotisations sociales et des impots sur celles-ci ; dans l'espoir d'une certaine prise de conscience des couts de la protection sociale mais les pb sont nombreux : on laisse les jeunes sortir de l'école sans connaissances pour ensuite dépenser des fortunes en formation pour jeunes adultes .... quoique si tous les jeunes sortaient à niveau que ferait-on de tous ces formateurs ... n'empeche qu'ils ne sont pas productifs donc sans ressources et bénéficient de la couverture sociale sans en payer les cotisations .... si tous les emplois étaient pourvus on ne pourrait rien trouver à redire mais ce n'est pas le cas puisqu'il faut faire venir de la main d'oeuvre de l'étranger : le social a ses limites
La maladie on ne la choisit pas!!!! j'ai cotisé 35 ans pour presque aucune dépense, maintenant je suis ateint d'une grave maladie cardio vasculaire et pris en charge "théoriquement" à 100%. Malheureusement toute ma médication n'est plus prise à 100%, éviter le gaspillage des médicaments en revoyant les conditionnements et une distribution mieux adaptée aux besoins. Heureusement j'ai une bonne mutuelle complémentaire surtout pour de nombreux mois d'hospitalisations en chambre indivisuelle + 3 mois de réadaptation. Ma réflexion porte surtout sur des dépenses de fonctionnement hospitalier notamment sur les déplacements en ambulance ou VSL qui sont parfois trop utilisés par le système médical aux détriments d'une utilisation de véhicule personnel mal remboursée. je m'explique : très souvent il y a 4 déplacements par les professionels de santé alors que 2 suffisent par son véhicule personnel. En province un système de covoiturage pourait être mis en place. Revoir les modes de gestion des hôpitaux, etc.... Ne plus faire de l'assistanat médical à toute la planète..... Ne prendre en charge uniquement que les personnes qui cotisent et leurs proches à charge résidant habituellement sur notre territoire...... Faire encore plus de prévention sanitaire (Drogues, alcool, tabac, pollution et hygiène de vie "alimentation", etc....) Revoir également les conditions de travail actuel qui engendrent le stress. Donner plus de pouvoir et de confiance aux médecins fonctionnaires. J'arrête ici, car ce que je vous dis est bien connu de TOUS mais jamais mis en application. J'ai fait mon Devoir de bon citoyen, merci de m'avoir lu.
La responsabilisation des assurés doit passer par une formation et une information du public, la formation des médecins ne devrait plus ètre essentiellement faite par les laboratoires pharmaceutiques. Le controle car controle il doit y avoir devrait relever des médecins-conseils plus nombreux et mieux formés, y compris donc des spécialistes. La privatisation de la médecine sur financement public fait la part belle aux cliniques qui n'assument pas les missions de service public de l'hopital public, s'il y a gabegie, il faut également faire le ménage par exemple sur les prescriptions de cures thermales mais vous vous heurtez aux maires de ces villes de cure et à la questions de l'affluence touristique vitale pour l'économie locale. La privatisation de la protection sociale va paupériser encore plus les plus pauvres.
La Santé est un secteur économique comme un autre et donc doit être soumis à la concurrence. Je prône une mise en concurrence totale de la sécurité sociale avec des organismes privés. Cette liberté de choix devrait être rendue aux français. Ceux qui pensent que le système privé ne convient pas à leur idéologie resteront à la SS avec, comme on le voit depuis toujours, plus de cotisations et moins de remboursements. Ceux qui veulent quitter la une Sécurité Sociale publique le feront, avec comme avantages : - de choisir de ne pas s'assurer à un organisme ; ils pourront ouvrir auprès de leur banque ou leur courtier un " compte santé" où ils verseront des sommes rémunérées. En cas de besoin, ils puiseront dessus pour régler leurs dépenses. - de choisir leurs prestations a partir d'une réflexion sur leur propre santé et celle de leur famille. Ex : tous le monde porte des lunettes dans la famille, alors je m'assure mieux de ce côté. - de choisir après étude de marché, comme dans n'importe secteur, la compagnie qui a le meilleur rapport qualité/prix. - de ne plus consommer des soins n'importe comment. Les compagnies privées étrangères récompensent par un bonus ( réduction des cotisations) - a noter qu'il n'y a pas de malus- les "bons" consommateurs, c'est à dire ceux qui consomment peu et qui ne vont pas voir le médecin pour un oui ou un non.
la securité sociale doit pallier au cout des maladies graves. Les assurés doivent comprendre que le SS n'est pas là pour rembourser uniquement leurs aspirines mais surtout pour payer les frais des maladies très graves qui heureusement ne touchent pas une majorité de la population et donc invisible du grand public. Les cotisations à l'assurance de base et au assurance complémentaire devraient être obligatoires et mutualisées entre toutes les professions car les cotisations obligatoires coutent en moyenne moins cher car même les assurés sans risque cotisent (contrairement ou assurance facultatives où les assurés s'auto-sélectionnent). Dans d'autre pays (le US, la GB et même l'Allemagne) les cotisations obligatoires sont moins fortes et l'on a l'impression que les salaires nets sont meilleurs mais les prestations sociales sont extrêmement inférieures, en cas de soucis (même hors maladie très graves et très longues) c'est la misère si l'on n'a pas souscrit d'assurance privée extrêmement onéreuse et non évidente à souscrire puisque non obligatoire. Donc quand tout va bien on a un peu plus dans le porte monnaie mais au moindre pépin on descend sous le seuil de pauvreté. Oui il faut cotiser et conserver notre niveau de prestation.
La sécurité sociale est une institution française réservé à ceux qui ont cotisés pendant des années et qui sont en accord avec les lois de la République et qui respectent celle-ci. Pour ceux qui seraient en dehors de ce critère il faut envisager un système qui assurerait des soins remboursés ensuite par des travaux d'intéret national (travaux divers dans les hospices maisons de santé etc) afin de rembourser en partie les dépenses occasionnées lors du traitement.D'autre part il faudrait trouver un système de controle plus sevère vis à vis de ceux qui abusent des arrets de maladie, de la surconsommation de visite médicale, de médicaments et surtout de cures occasion de ralonger les vacances. Maintenant pourquoi ne pas faire une sécurité sociale européenne identique à tous les membres système de cotisation de remboursement et de réglement commun vis à vis des sans papiers.Il faut sauver notre sécurité sociale c'est primordiale . En résumé une petite cotisation de chacun afin de sensibiliser l'assuré, une participation de l'employeur à une mutuelle et pour compléter une participation à un assureur privé de la part de l'assuré libre de verser ou non qui influencerait ses remboursements
La Sécurité Sociale n'est ni plus,ni moins qu'une Assurance Maladie qui prenait en charge les dépenses liées aux maladies graves des cotisants, à l'origine. Alors supprimons le monopole qu'elle détient du fait du "Prince", et mettons la en concurence avec les Assurances Privées et les Mutuelles avec le même cahier des charges sans exclusion. Il est anormal que les mutuelles aient réalisé 27% de bénéfices cette année sur le dos des patients contraints, en remboursant pourtant la chambre seule et la TV au dépens des compléments d'honoraires des médecins aux honoraires bloqués depuis plus de 15 ans! Redonnons à l'Etat sa mission régalienne d'aide aux démunis financée par l'Impôt. Arrêtons de penser que les "soins sont gratuits"; c'est faux puisque même en augmentant les cotisations tout en réduisant les remboursements, et en contraignant les honoraires des médecins au même niveau depuis plus de 15 ans, le déficit de la CQ s'aggrave.......et même paupérise la population médicale et empêche maintenant les citoyens qui travaillent au SMIC de se soigner; ne parlons même pas de la lunetterie, ni des céramiques! Analysons les chiffres réels: ratio de personnel soignant par rapport au personnel administratif et d'encadrement; ratio des salaires de ces 2 catégories. Enfin et surtout, Arrêtons de prendre les personnels soignants comme variable d'ajustement (10% seulement des dépenses sont liées aux honoraires des médecins), et cessons d'adapter les coûts des actes en fonction des moyens de remboursement des Caisses sauf à vouloir diminuer la qualité des soins; la médecine à un coût en deçà duquel elle ne peut plus soigner selon la connaissance acquise. Et surtout n'oublions jamais que la médecine a 2000ans, et la CQ seulement 65 ! Et pourtant les patients, même pauvres étaient soignés avant, le médecin prenant plus aux riches pour soigner gratuitement les plus pauvres; en fait, c'est le médecin qui jouait le rôle de la CQ, mais sans les intermédiaires actuels qui ,en "s'engraissant" sur le dos des cotisations et des impôts déguisés(CSG+RDS+mutuelles) obligatoires des patients, empêchent maintenant les médecins de soigner et les patients de se faire soigner correctement. En conclusion, c'est la fin d'un système pervers qui ne cherche qu'à survivre pour lui-même et ne remplit plus la mission qui lui était dévolue en terme de service rendu........ceci rappelle curieusement l'effondrement du système collectiviste soviétique.....et celui du "Mur de Berlin".....tout ce qui est mauvais à une fin.
La sécurité sociale telle qu'elle fonctionne actuellement est, devenu très injuste. En effet, d'un côté il y les cotisants qui voyent leurs prestations se réduire de plus en plus même les plus petits salaires. Alors que soit disant les gens qui perçoivent le RMI et CMU dépensent sans compter. Il suffit de faire le tour des médecins de son quartier, si on habite une cité pour sans rendre compte. Il serait très urgent de mettre en place un système un peu plus regardant dans ce dommaine et ne pas délivrer 50 bts de Subutex en moins pour enrigir le marché paralèle. De limiter les consultations pour un oui et un non pour le motif que s'est gratuit alors que les cotisants les plus faibles remettent sans cesse les soins par manque d'argent. Il y a moyen de gérer différemment mais il faut des moyens et surveiller en même temps les prescripteurs et les assurés qui abusent. Les prescripteus qui abusent en considérant nos ainés comme un de fonds de tiroire. Vivant à la frontière allemande et pas très loin de la Suisse, je relève que nos ainés sont beaucoup plus médicalisés que dans d'autre pays. Beancoup de médecin on pris l'habitude de passer chez ces patients une fois par mois qu'il y ait nécessité ou non. Dans certain traitement on peut très bien délivrer des ordannances à renouveler et voir son patient que tous les trois ou quatre mois. de même pour les assurés qui passent de médecin en médecin pour obtenir ce qu'il désirent et non ce dont ils ont besoin. Quant aux remboursements ALD, ils ne doivent pas être supprimer mais mieux adapter. Il n'est pas normal que bénéficiaire a qui on a mis en place un protocole soit obligé de prendre tous les mois tous les médicaments qui lui sont prescrits sous peine de voire la suppression des produits non pris. Il est totalement anormale de constater que lors d'un décès on retrouve des placards entiers de médicements prescrits non utilisés et bien souvent périmés. Quant à la prise en charge de certains soins par les caisses privées pourquoi pas puisque la mutuelle devient de plus en plus obligatoire par suite de la mise en place de CCN. Partant de ce principe toutes les compagnie d'assurance, mutuelles et autres institutions sont bien obligés de se démarquer. Les soins pris en charge par ces organismes, sont très ciblés et souvent liés au confort ou aux médecines non reconnues par la CPAM. Il est bien claire que nous système actuel génére beaucoup d'incompréhansion surtout pour les gens à petits et moyens revenus. D'un côté ceux qui gagnent un tout petit peu plus et ne peuvent bénéficier d'aucunes aides et de l'autre les gens aisés qui eux peuvent se permettre d'assumer leures dépenses. ( Il faut savoir que les gens aisés sont souvent ceux qui vous demande le plus de gestes commerciaux lors de leurs remboursements complémentaires.
La TVA excessive sur le carburant, l'augmentation du prix de la consommation courante, le dérembousement de beaucoup de médicaments, l'augmentation des prix des assurances complémentaires, les prix en hausses des medecins non conventionnés, les dépassement d'honaires a tout va etc... les gens s'essoufflent, la crise est belle et bien là, ou allons nous , ou va la France, cette douce France que les populations vont quitternotre pays pour allez voir ailleurs, ou bien vont beaucoup moins consommer (moins de vacances, moins de tout) voir la France des poubelles !!!!pour combler les trous que le gouvernement s'est se donne un malin plaisir a creuser. Et si nous pensions aussi a diminuer les frais de l'etat, a dimuner ce luxe peut etre que cette contribution participerai aussi a combles les dettes!!! une citoyenne tres en colère
L'A.M. était au départ un système solidaire pour prendre en charge les dépenses maladies, maternité et vieillesse en se basant sur un régime par répartition et de solidarité entre travailleurs certains ont dérogé à ce principe en adhérent à des caisses spéciales ou en se faisant rémunérer par la S.S pour un service non rendu etC. Dès 83 le régime paritaire a été étatisé sans que personne ne dise mot. Il est temps qu'il n'y ait plus qu'"un seul régime et maladie et retraite ou qu'il explose. Il est criminel de faire payer ou d'avoir payé pour une assurance egt qu'ensuite, sans diminution des cotisations vous soyez obligé d'adhérer à une complémentaire privée de service public mais à but non lucratif (sic) D'autre part, pour la maladie, l'hôpital publique consomme 45 % du budget alors que pour les mêmes services l'hôpital privé n'en consomme que 15 (plus de chirurgie, idem en maternité mais pas d'urgence au coût exorbitant malgré une main d'oeuvre .. Il est temps que sécu (une seule avec l'informatique actuel) et l'hôpital publique, soient gérés par des gestionnaires et non des technocrates asservis à l'inspection des finances au lieu de respecter l'assuré et le malade (le dernier crime, le cinquième risque, encore un machin qui va détourner pour lui le budget des ayants droits)
L'accès aux soins de premières nécessités doivent rester gratuit pour tous. Je suis contre la gratuité des frais complémentaires pour tous, sans participation de tout en chacun. La sur-consommation est surenchérie par des partenaires sociaux et des actionnaires de systèmes qui favorise deux catégories de personnages; les sans rien (tout leur est offert au nom de la solidarité) et la cour de ces rois qui nous gouverne ou voudrait nous gouverner. Pour ma part j'ai deux mutuelles et je n'ai pas plus de remboursement (voir moins) que la première catégorie. Je suis pour une égalité des soins et de leurs remboursements. Notamment la gratuité pour toutes personnes : étudiantes si elles étudient, chômeurs, rechercheurs d'emploi si elles cherchent un emploi, les veuves ou veufs (retraités (es) ayant eus des droits de nos jours bafoués. Je regrettes d'être obligé de vous informer, que le système que vous (les assurances) essayez d'instaurer, ne me plait pass. Je sais (par expérience) que vous ferez de super bénéfices, dans les années à venir, grace à la complaisance de personnages inaptes ou peureuses, dans tous les postes des administrations concernées. Mais, je sais aussi, que certaines victoires sont effemaires, surtout quand elles sont voulues par des jeunots avides de pouvoir, et ....!!!
L'accès aux soins de premières nécessités doivent rester gratuit pour tous. Je suis contre la gratuité des frais complémentaires pour tous, sans participation de tout en chacun. La sur-consommation est surenchérie par des partenaires sociaux et des actionnaires de systèmes qui favorise deux catégories de personnages; les sans rien (tout leur est offert au nom de la solidarité) et la cour de ces rois qui nous gouverne ou voudrait nous gouverner. Pour ma part j'ai deux mutuelles et je n'ai pas plus de remboursement (voir moins) que la première catégorie. Je suis pour une égalité des soins et de leurs remboursements. Notamment la gratuité pour toutes personnes : tudiantes si elles étudient, chômeurs, chercheurs d'emploi si elles cherchent un emploi, les veuves ou veufs (retraités (es) ayant eus des droits de nos jours bafoués. Je regrettes d'être obligé de vous informer, que le système que vous (les assurances) essayez d'instaurer, ne me plait pass. Je sais (par expérience) que vous ferez de super bénéfices, dans les années à venir, grace à la complaisance de personnages inaptes ou peureuses, dans tous les postes des administrations concernées. Mais, je sais aussi, que certaines victoires sont effemaires, surtout quand elles sont voulues par des jeunots avides de pouvoir, et ....!!!
L'assurance maladie a 63 ans. Tout a quasiment changé depuis. Donc il est indispensable de réformer. Au niveau des réformes, c'est la gestion hospitalière qui doit également être strictement contrôlée. Il y a des économies à faire. Par ex. des hôpitaux locaux ou des moyens séjours maintenus pour une question de démagogie électorale, alors qu'ils génèrent des déficits pour faible taux d'occupation. Les patients vont en pratique plutôt vers les Centres Universitaires, ce qui se comprend en raison de leurs plateaux techniques. Des soins (en kinésithérapie par ex.) peuvent se faire en ambulatoire en ville, alors qu'on dirige les pateints vers des Centres de réadaptation pour maintenir ou améliorer leur taux d'occupation (comparer prix de journée de ces structures et les coût des séances de ville.) Mais personne n'ose y toucher pour les raisons d'emplois. L'assurance maladie doit t'elle supporter tout celà ? L'exonération du ticket modérateur pour les maladies de longue durée doit être totalement revue. Il y a 60 ans il y avait 4 maladie de longue durée, aujourd'hui il y en a 32 !!! Mais là c'est l'Assurance Maladie elle même qui est responsable. Et les transports en VSL. Quelle publicité faite par les taxis ou les ambulanciers. Est ce normal ? Quel médecin ne connaît pas d'excès en la matière ? Il y aurait tellement à citer. Réformons totalement la gestion de l'assurance maladie avec une vraie gestion des risques et une valorisation des dépenses objective et non en fonction des pressions des professionnels de santé. L'assuré social n'est pas le seul vrai responsable de l'augmentation des dépenses, qui chaque année dépassent les prévisions parlementaires, sans qu'il y ait de rectificatif et de recherche objective des motifs.
L'assurance Maladie, en France a été mal conçue, dès l'origine. C'est un système non rentable, un gouffre à Euros. A titre d'exemple, j'ai soumis 3 formulaires, en main propre, 4 fois durant l'année passée, à 3 mois d'intervalle, chaque fois, à ma caisse d'assurance maladie. Ils n'ont toujours pas été pris en compte, quoique correctement remplis, et en règles. Avant de se venger sur le dos des assurés, quoique parfois excessifs, certes, dans leurs prescriptions, il faudrait penser à rentabiliser l'assurance maladie. Une entreprise d'Etat, tombe, en permanence, dans la facilité de la non rentabilité. On y voit, bien souvent, un personnel non motivé, qui ne songe qu'à ses vacances ou à SES poses café... C'est bien dommage pour eux... Par ailleurs, si les taxes sur le tabac et l'alcool, étaient bel et bien reversées, à l'assurance maladie, comme c'était le cas, à l'origine, nous ne serions pas dans cette situation désastreuse, bien loin de là...
le déficit de la sécu, c'est d'abord un gachis monumental dans la gestion et les moyens utilisés (rappelez-vous les millions de carnets de santé distribués qui n'ont jamais servis ! les congrès à l'étranger, les abus de toutes parts, même des employés sécu eux-mêmes !, les cartes vitales mal gérées, etc..), quant aux abus des assurés eux-mêmes, il devrait être facile avec la carte vitale de faire assumer les frais à ceux qui en abusent (quand un assuré va voir plusieurs médecins pour la même pathologie et obtient plusieurs prescriptions, il ne devrait avoir qu'un seul remboursement et assumer seul les autres prescriptions, ce serait un début, idem pour les arrêts maladie de "confort" (ex pour finir des travaux personnels ! etc... ), ce n'est pas le système qui est pervers, car tout le monde devrait bénéficier de la gratuité au regard des prélèvements qui nous sont faits, mais ce sont les individus pris individuellement qui sont pervers ; à eux d'assumer seuls le prix de leur perversité et pas à la société tout entière où ils se sentent totalement déresponsabilisés. il faut aussi arrêter les "cadeaux sécu" quand on n'a pas les moyens d'en faire. En sécu, on en est arrivé à un point où, pour citer un exemple, le responsable d'un excès de vitesse ferait payer à tout le monde son amende, ce qui lui donne les moyens de continuer ses excès sans se sentir responsabilisé. pour ma part, je n'ai pas les moyens de m'offrir une mutuelle et paie donc la participation non remboursée par la sécu en plus des csg et autres crds.
Le déremboursement des médicaments entraine souvent un surcoùt de ce m^me médicament; La preuve en est avec le climaxol pour les problèmes de circulation qui est passé de 1,61 euro à 10,80 euros lors de son déremboursement. Comment voulez-vous faire face à celà. Pourquoi les laboratoires vendent les médicaments moins chers lorsque la sécurité sociale les prend en charge et les augment plus que du surcoùt de la TVA par la suite? Je trouve anormal le projet de loi pour supprimer le remboursement de certains médicaments pris à 100%. Certaines personnes à revenus très modestes ne peuvent pas se soigner correctement car les mutuelles santé sont trop élevées pour certaines personnes. On nous dit sans cesse qu'il ne faut pas se soigner seul mais tous ce qui concerne les rhumes, bronchites etc..ne vont plus être pris en charges. Comment faire alors. Le plus grave aussi c'est le frein que l'on impose aux médeci,s en matière de déplacements à domicile. Mon médecin s'est fait rappeler à l'ordre car il dépassait 13% de ses visites à domicile. Que faire si la clientèle est représentée par plus de personnes âgées. Il va falloir se déplacer même avec 40° de fièvre. Où va-t-on? Les gens bénéficiant de la CMU sont moins bien soignés que les personnes cotisantes, j'en ai eu la preuve dernièrement et celà est inadmissible car beaucoup de ces personnes voudraient travailller et cotiser car je comprends que certains en aient marre de payer pour les autres. Il faudrait revoir le système au niveau des personnes bénéficiaires qui arrivent chez nous....Celà coute très chère à la communauté et il n'y a pas assez de contrôles au niveau de ces personnes. Vivement la carte vitale avec photo. Pour que les gens participent finacièrement à la charge de leurs dépenses de santé sans que celà leur pèse trop il faudrait instituer un système comme celui des Suisses avec un pourcentage relatifs aux dépenses de santé déductible des impôts, mais le problème resterait à étudier pour ceux qui ne sont pas redevables de l'impôt sur le revenu.
Le fait de ne pas devoir débourser d'argent donne une fausse idéee de "gratuité" (vous utilisez vous même le terme "gratuité des soins") alors que, si l'individu ne paie pas, c'est bien la collectivité qui le fait. Cependant, le tiers payant devrait être plus généralisé, je pense particulièrement aux consultations médicales (particulièrement les spécialistes prescrits par généralistes), et auxiliaires médicaux, qui peuvent être très onéreux ne serait-ce que par le nombre de prescriptions, ce qui peut engendrer un surcout médical par non recours à temps par le patient devant le montant de l'avance à effectuer. Je connais des "abuseurs", et il était temps de faire quelque chose, car tout le monde paie pour eux, y compris par la régression de la sécu, c'est, à mon sens, préserver la majorité de la population de la fin de la sécu.
Le français en général n'a pas une bonne connaissance des sommes collectées par les urssaf au travers des cotisations sur salaires, de la c.s.g., de la r.d.s., des sommes que l'état doit et on entend souvent dire non payées. C'est la " bouteille à l'encre " !!! . Est-ce que la Cour des Comptes a un bon regard sur tout celà, j'en doute. Pourquoi par ailleurs exonérer les " stocs-options " octroyées aux dirigents de grosses entreprises ? CG et RDS devaient être limitées dans le temps et aujourd'hui le déficit se creuse, donc aucune suppression possible, mais certainement une augmentation prochaine. J'ai l'impression d'une gestion " à la petite semaine " d'un risque majeur pour tous. Il faut impérativement trouver des solutions " durables dans le temps " le plus rapidement possible. Ce cafouillage ne peut plus durer.
Le gouvernement actuel veut nous pousser à une prise en charge des soins par les compagnies d'assurances privées. On sait qu'aux US, cette stratégie a conduit à laisser 20% de la population sans couverture santé, sans réelles économies sur les dépenses de santé (responsabilisation ? mon oeil) puisque les dépenses de santé y représentent 13% du PIB contre 9% en France. Le trou de la Sécu est également largement dû à l'incurie du gouvernement : - 7,8 milliards non reversés à la Sécu sur les taxes sur le tabac - 3,5 milliards non reversés à la Sécu sur les taxes de l?alcool - 1,6 milliard non reversés à la Sécu des assurances auto pour les accidentés de la route - 1,2 milliard non reversé à la Sécu de la taxe sur les industries polluantes - 2 milliards de TVA non reversés à la Sécu - 2,1 milliards de retard de paiement à la Sécu pour les contrats aidés - 1,9 milliard de retard de paiement par les entreprises. C?est-à-dire : 20,1 milliards d?euros (contre un "trou" estimé à une grosse douzaine de milliards). (Chiffres du rapport des comptes de la Sécu pour 2003). Bref : le trou de la Sécu est une excuse bidon. Le gouvernement, en dénonçant une inefficacité imaginaire du système public, veut en fait offrir sur un plateau le très juteux marché de la santé aux assureurs privés.
le mythe du trou de la sécu est soigneusement entretenu pour faire croire au français d'abord que c'est leur faute et ensuite qu'il n'y a pas d'autre solution que dérembourser et à terme de refiler le bébé au privé qui se fera une joie de nous faire payer un peu plus pour moins de remboursement: Or, ou en est l'Etat sur ses reversements à la Sécu ? - Une partie des taxes sur le tabac non reversée : 7,8 milliards - Une partie des taxes sur les alcools non reversée : 3,5 milliards - Une partie des primes d'assurance automobiles, destinée à la Sécu, non reversée : 1,6 milliards - La taxe sur industries polluantes non reversée : 1,2 milliards - La part de TVA, destinée à la Sécu, non reversée : 2 milliards - Le retard de paiement pour contrats aidées : 2,1 Qu'en est-il des entreprises pour ses paiements à la Sécu : - Retard de reversement de cotisations : 1,9 milliards Allez, on sort la calculette : 20,1 milliards d'euros manquent dans les caisses de la Sécu et ce n'est pas de notre fait. On continue avec la calculette : le soi-disant et fameux déficit de la Sécu actuel de 11 milliards d'euros devrait, en réalité, être un excédent de 9 milliards d'euros, si les responsables de la Sécu avaient fait leur boulot en recouvrant les créances et si l'Etat et les entreprises versaient leur dû. Ces chiffres sont issus du rapport des comptes de la Sécurité Sociale.
Le problème de la réforme de la Sécurité Sociale est très pervers et est lié aux lobbyes des gros laboratoires pharmaceutiques. Les réformes successives ne cernent pas du tout le problème des la Sécurité Sociale. Il faut réformer complètement le système, que nous ayons des thérapeutes compétents, ce qui est de moins en moins le cas à ce jour. Pour avoir une paire de lunettes prenant en compte la correction à apporter, j'ai dû consulter 3 ophtalmos! Mon mari s'est retrouvé avec une paire de lunettes, chez un opticien, alors qu'il n'en avait pas commandé. Nous avions demandé un devis, l'opticien a directement fabriqué les lunettes sans notre accord et s'est fait remboursé par les mutuelles alors que nous n'avons pas eu les lunettes, car nous n'avons pas voulu payer la part restant à notre charge, comme nous n'avions pas commandé les lunettes. Des campagnes massives de vaccinations ont eu lieu en France contre l'hépatithe B. Notre fille a développé des placards inflammatoires articulaires handicapants, comme d'autres personnes. Cela a coûté plus cher à la sécurité sociale et aux autres organismes, que les quelques hépatites qu'il aurait fallu soigner. Et les campagnes contre la grippe... Et les profits des médecins d'hôpitaux et les cures.... Il vaudrait mieux faire du préventif intelligent, prendre conscience des frontières de notre médecine allopathique actuelle et développer des médecines parallèles qui permettent de prévenir et même de soigner. C'est une réforme de bien plus grande envergure, qu'il faut envisager. Elle ne mettrait pas en déficit le système de soins que nous connaissons, mais il faut réformer les mentalités et surtout se heurter aux gros trusts... Aucun dirigeant de quelque bord que ce soit n'aura la volonté de le faire C'est dommage pour nous tous et pour les générations à venir, car un système de soins à deux vitesses est en train d'émerger depuis quelques années et certaines personnes ne pourront plus avoir accès aux soins Où est le combat de nos parents!
Le problème majeur (et qui contribue à produire la surconsommation) est l'incohérence du système. Chez nos voisins britanniques par exemple, la distribution des médicaments est totalement rationnalisée et maîtrisée : pour un traitement d'une semaine à raison d'1 prise par jour, le pharmacien vous délivre 7 comprimés dans un emballage vierge avec une étiquette de chez lui. Pourquoi ce système n'est-il pas possible en France ? Autre bêtise du système actuel : par exemple, si je découvre que je suis allergique à quelque chose, je dois payer et me faire rembourser par la sécurité sociale une première consultation chez mon généraliste pour qu'il m'envoie de toutes façons chez l'allergologue ! Résultat on fait peser sur la Sécu 2 remboursements au lieu d'1. Et enfin, pourquoi rembourse-t-on des avortements même à répétition, alors même que les moyens de prévention préservatifs ou pillule contraceptive par exemple, ne le sont pas ? Ou encore, quel intérêt de ralentir la fréquence de certains examens préventifs simples tels que le frottis par exemple, alors même qu'il s'agit du meilleur moyen de dépister le cancer de l'utérus ? Vaut-il vraiment mieux rembourser des conséquences parfois lourdes plutôt que de soutenir la prévention ?
Le soucis majeur ne se situe pas au niveau des reformes qui maleureusement deviennent indispensables. Le vrai probleme vient des gens qui usent et abuse des failles du systeme, et ce, dans tous les domaines. Je pense que responsabiliser les gens est une bonne chose; cela étant dit, quand, comme moi, on se trouve pris au piege par une maladie qui necessites des soins honnereux et dans la durée le systeme laisse a désirer et nous fait nous retrouver dans une situation financiere desastreuse! il serait peut etre judicieux d'instaurer l'euro symbolique obligatoire sur les CMU, moins rembourser les medicaments liés au rume et autre virus sans danger absolu afin de pouvoir venir en aide aux personnes dont la pathologie est handicapante et empeche la vie professionnelle. Evidement, afin de protéger les enfants, l'idée de l'euro CMU ne serait pas appliqué afin que les personnes dans le besoin ne réfléchissent pas sur la necessité de soigner leurs enfants. Je suis actuellement en affection longue durée prise en charge 100%, et de 100% il n'y a que le nom! Si je n'avais pas de famille, je pense que je serais actuellement a la rue! Pour moi la reduction des remboursements va conduire la france a avoir des citoyens qui ne se soigneront plus!
Le système actuel à été créer au début du siécle et était tout à fait adapté encore après la gèrre. Si les gouvernements succéssifs antérieurs, depuis 25 ans, n'avaient pas fait du social pour se donner bonne concience à vouloir acceuillir toute la misère du monde. Je n'ai absolument rien contre les étrangés ni contre qui que se soit mais dans la définition du système actuel, on vit largement au dessus de nos moyens et les gens qui mettent en place toutes ces taxes ou autres déscisions sociales s'en moquent puisque ils ne sont pas concernés. Je souhaiterais vraiment que l'on m'explique ou vont toutes nos cotisations alors que on est remboursé de rien. Aujourd'hui, nimporte quel travailleur, de n'inporte quel milieu devrait toucher son salaire intégrale avec ses charges socilales et se débrouiller à s'assumer de la même manière que chacun d'entre nous qui fait ses courses compare les rapports qualités/prix. La responsabilisation du citoyen, une formation et prise de concience sur son avenir, à lui, pas d'assistanat perpétuel comme quoi c'est la société qui vas s'occuper de lui quand il sera vieux. Les gens qui travaillent doivent se prendre en charge eux même, depuis le début de leur carrière professionnelle pour la retraite quand ils auront envie de la prendre. Parallellement à cela, les entreprises ne devraient plus être taxées comme elles le sont sur le travail (charges salariale et cotisations en tous genre). Le seul et unique impot qui devrait rester, c'est l'impot sur le revenu. Par ces faits, les travailleurs retrouvent du pouvoir d'achat avec des assurances qu'ils peuvent mettre en concurence et le patronat moins délocaliser dans la mesure ou il serait moins taxé et plus compétitif sur les marchés internationaux. l'état s'y retrouverait forcément car sur la base actuelle d'imposition, qui que se soit qui déclare devrait déclarer plus, en travaillant, comme il veut....
le systême consistant à faire payer le déficit de la secu uniquement aux malades est profondément injuste et discriminatoire ! où est la solidarité ? Bien des dépenses pourrait être évitées, non pas à cause des malades, dont je veux bien qu'ils ne "gaspillent pas", mais à cause de certains systêmes de facturation : exemple une "intervention" (ex : coloscopie) d'une heure ou deux est facturée "journee entière" par le médecin ou la clinique, soit environ 10à 12 journées dans un seul jour....Pourquoi ? pour le seul bénéfice de la clinique..donc le déficit de la sécu ! Pour le déficit de la sécu , il y a d'autres causes : Une partie des taxes sur le tabac destiné à la sécu n'est pas reversé..7.8 milliards d'? idem pour les taxes sur l'alcool : 3.5 milliards d'? idem pour les primes d'assurances: 1.6 milliards d'? taxe des industries polluantes destinées à la sécu : 1.2 milliards d'? part de TVA : 2 milliards retard de paiement pour contrats aidés :2.1 milliards retard de paiement par entreprises: 1.9 milliards Ces chiffres sont issus d'un rapport sur les comptes de la sécu... Alors ! que les pouvoirs publics fassent leur travail, en récupérant tout ce qui n'est pas versé, et en l"affectant à la sécu comme il se doit et arrétons de faire payer les malades !!!!!!
le système de santé français à toujours été reconnu comme étant un des meilleurs et cela permet aussi de minimiser les épidémies et de favoriser la prévention: un abcés soigné à temps et correctement peut éviter une septicémie donc une pathologie plus couteuse, à un taux de mortalité élevée, et des douleurs importantes. A l'heure où l'on préconise une prise en charge adaptée de la douleur, moins de risques lors des accouchements mieux préparés grâce à un bon suivi des grossesses, des dépistages précoces de cancer pour de meilleur chances de survies, des traitements préventifs de problèmes cardiaques qui sont souvent à l'origine d'accidents de la voie publique ( là encore surccroit des couts), de la prise en charge précoce des problèmes psyvhiatriques grâce à la pédopsychiatrie et certains traitements, mieux manger ok mais pour cela il faut pouvoir continuer de favoriser la bonne mastiquation des aliments en continuant de favoriser l'accer aux soins dentaires, de meilleurs résultats scolaires oui mais si les troubles de la vue ne sont pas corrigés?? si les problèmes de dyslexie non plus et les dépressions de l'enfant et de l'adolescent voir des enseignants ne sont plus traités alors?? Et la vaccination?? A l'heure ou le litre de lait coute plus d'1e30 1er prix, pensez vous que le suppositoire de paracétamol sera prioriser dans les achats. Car faut pas rever le francais n'a plus un rond alors si en plus on ne le soigne plus il va ou déprimer ou se suicider ou se rebiffer. Diminuons quelques salaires honteux de nos dirigeants mettons les de côtés quelque temps et redistribuons les à la sécu peut être n'aurons nous même pas besoin de subir de surtaxe qui serait un moyens détourné d'encore nous entuber. Mais tout comme de bons moutons continuons à polémiquer des heures au lieu de crier notre déchéance au monde entier car même si cela semble alarmiste ce n'est pas irréel si vous ne vous en êtes pas rendu compte c'est que vous êtes bien au dessus de tous ça et à coup sur du salaire "moyen" sinon pour vous aussi le calcul serait vite fait. les soins de proximités restent indispensables. bonsoir
le système de sécurité social montre depuis 20 ans au moins ses faiblesses il serait fiable si déjà il n'y avait qu'une seule caisse pour toute la population s'il y avait beaucoup plus de contrôles aussi bien du coté des particuliers que du coté des professionnels de plus il est inadmissible que chaque citoyen ne puisse choisir son assureur maladie. là nous avons une seule entreprise publique ou assimilée qui gère ces différentes caisses nous aurions une multitudes d'entreprises privées. comment voulez vous améliorer la gestion et le rendement s'il n'y a pas de concurrence ? de plus une gestion privée et une obligation de rendement au sein d'une entreprise privée obligerait celle-ci à contrôler au plus près ses remboursements ainsi que ses cotisations fini les cotisations non payées de certaines entreprises privées et ou publiques fini des remboursements irréfléchi sans vérifier si l' assuré à bien cotisé dans ce pays. fini les consultations à répétition d'un médecin vers un autre tel que l'autorise la CMU il faut le même système privé qui existe au USA à une nuance près, il faut impérativement obliger l'entreprise à faire cotiser chacun de ses employés en lui présentant différents organismes d'assurance, sinon certaines personnes pas très avertie resterait sans cotisation maladie. on pourrait ainsi baisser considérablement les cotisations sociales en FRANCE. l' économie faite sur chacun doit profiter à tout le monde aussi bien au patronna qu'au salarié. car la concurrence ferait baisser les prix des cotisations ainsi que le contrôle renforcé que ferait peser sur chaque citoyen et professionnel toutes ces mutuelles ( sachant qu'il serait impossible à un établissement médical de soudoyer toutes les mutuelles française ou non). ce système fonctionnerait certainement pour tous les autres services sociaux tel que la retraite, le chômage etc... par la même occasion on augmenterait le pouvoir d'achat de tout le monde -diminution des cotisations salariales entrainant une augmentation des salaires et une diminution du coût horaire travaillé les entreprises françaises redeviendraient compétitives sur le marché mondial et national entrainant une augmentation du travail , donc embauche , etc etc... ceci est peut-être un peu utopique mais une chose est certaine, si l'on pouvait redonner l' envie de travailler au français et non d'être un assisté comme cela se voit tous les jours, peut être qu'un jour proche, je l'espère, le travail redeviendra un but et un devoir et la sécurité sociale une simple assurance et non plus un du pour certain et une "vache à lait" pour d'autre.
Le systeme de sécurité sociale est un remarquable compromis entre les intérêts de toutes les parties en présence. Il permet d'apporter les soins nécessaires à celui qui justement les réclame, tout en permettant une certaine rémunération à ceux qui les offrent, ou encore en dynamisant la recherche médicale et pharmaceutique. Dans ce contexte, peut-on parler d'économie de santé ?! Répondre par l'affirmative, reviendrait à poser la question de la survie des acteurs de santé qui ne jouent pas un rôle substantiel et primordial dans le processus. Vouloir réduire les dépenses de santé sans passer par là, induirait tout simplement le report d'une partie de la charge des dépenses vers l'assuré. Oser réduire les dépenses de santé, dans le plein sens du terme passerait par la réduction de l?offre de soins. C?est en effet possible. Ne serait ce qu?en éliminant la partie superflue de cette offre ! Il appartient prioritairement aux acteurs de la santé de se responsabiliser. Il est absolument anormal que des examens identiques soient prescrit en double ou en triple dès qu'un patient change de lieu d'hospitalisation voire de service. A quand la télé-transmission des résultats d'analyses en tous genres, de radios; etc...? L'abus (pire encore que le superflu) est aussi rendu possible dès le moment ou certains médecins font preuve de laxisme dans leurs prescriptions voire poussent à la sur-consommation au profit des intérêts de laboratoires qui n'hésitent pas à offrir cadeaux et voyages à cette partie de la clientèle médicale. A quand l'interdiction de cette forme de rémunération que d'autres qualifieraient de "pots de vin" ?! La création d'un corps d'inspecteurs et de contrôleurs médicalement qualifiés, avec de réels pouvoirs d'investigation et de dissuasion, et en nombre suffisant... pourrait induire une économie à la hauteur des déficits de la sécurité sociale. Il y aurait beaucoup de choses à dire sur tout cela. Mais je me contenterais de ces quelques remarques. Au final, est-ce qu'il y a une réelle volonté de réduire les dépenses de santé ?! A ce jour, je répondrais par la négative. Il n'est absolument pas question de réduire les dépenses de santé, mais bien plutôt d'opérer un transfert d'une partie des dépenses de santé supportée par les organismes de sécurité sociale vers les (non) assurés. Le risque encouru serait finalement d'en arriver à "tuer la poules aux oeufs d'or" !
Le système de sécurité sociale français est l'un des meilleurs du monde, toutefois il montre des faiblesses depuis plusieurs années. Il est vrai que les abus de la part des usagers et parfois même de la part de médecins complaisants nuisent à la sécurité sociale et donc à la santé de tous. Avant d'augmenter les cotisations sociales ou la part remboursée part les mutuelles ils seraient utiles de lutter contre la fraude fiscale et le travail dissimulé (non déclaré) qui représente un manque à gagner pour l'état correspondant au déficit de la sécurité sociale... Les employeurs et les employés qui acceptent ou organisent le travail dissimulé devraient être condamnés à des peines de prisons (pour les récidivistes) et à de très fortes amendes. Le travail dissimulé favorise aussi l'immigration illégale et malheureusement l'exploitation d'une main d'oeuvre ayant peu de recours pour se défendre et qui accepte des conditions de travail que les salariés declarés n'auraient légalement pas de raisons d'accepter... L'éducation civique et le respect des institutions, ainsi que l'explication du rôle de l'état (éducation, santé, défense...) devraient être enseignés dès le CM1 CM2...
le système français,fondé sur une logique de solidarité, est exemplaire et doit être sauvegardé ce qui n'exclut pas les réformes mais les gouvernements successifs n'ont fait et pris que des "mesurettes" inutiles car mal ciblées. Ce n'est pas l'assuré qui doit être pris pour cible mais la structure de notre système de santé : Pourquoi continuer de conventionner des praticiens en secteur II ? Instaurer des quotas dans les filières médicales "surpeuplées" et réglementer l'implantation géographique de l'offre médicale. Réformer l'hopital en modifiant son financement -la dérive des dépenses hospitalières SPH s'est accrue depuis les années 80 avec la mise en place du "budget global"- pour éviter la "désertification hospitalière" qui guette certains départements et assurer une couverture sanitaire équilibrée du territoire
Le trou de la sécu, ha la la. Si des mesures radicales étaient prises, du style surveillance des personnes "suspects" au niveau des arrets de travail au moment des champignons, de Roland Garros et de la période ou l'on bèche les jardins, je pense qu'il y aurait des fortunes d'économisées. Aussi, les organisme de curres remplis de fonctionnaires "surmenés"!!!!!! La sécu a refuser une curre à un forgeron de mon village qui n'a jamais eu d'arrêt de travail depuis 35 ans et qui fait des semaines de 50 heures, elle lui a expliquer qu'il fallait faire un effort dans la vie!!!!!!!!!!!! De la part des gens de la sécu à un forgeron!!!! trop c'est trop. En france, il y a les gens qui remplissent les caisses et les gens qui les vides. Comme certain sont incapable des les remplirs ou de se raisonner, il deviens urgent de prendre des mesures mais en priorité envers ceux qui abusent, ils sont connus, il faut juste le courage de prendre ces mesures.
Les abus étant très répandus, il est normal que les gens prennet conscience des dépenses qu'ils entraînent et par conséquent, la meilleure façon de leur faire comprendre est de les obliger à côtiser. Le fait d'obliger tout le monde à côtiser permettrait peut être de limiter la tendance grandissante de la médecine à deux vitesses en apportant des fonds permettant de soigner ceux qui en ont besoin et non pas ceux qui en ont les moyens. Comme pour toute assurance côtiser n'est jamais nécessaire sauf le jour ou un incident arrive. Des gens côtisent toute leur vie sans jamais avoir de retour, certains ne donnent rien et profitent de tout. Si les gens côtisaient tous et abusaient moins du système, les frais des soins pourraient peut être être mieux pris en charge et par conséquent, les soins pourraient peut être être mieux prodigués.
les contres réformes de l'assurance maladie , car c'est bien de cela qu'il s'agit, ne font qu'entrainer la société vers un plus grand individualisme. C'est bien les principes fondateurs de la république, qui sont mis en cause par ces contre réformes. L'égalité de traitement dans la prises en charges des soins est vouée à disparaitre. Devant l'augmentation de l'appauvrissement des populations rare seront celle qui pourront se permettre une contribution plus importante de leur budget au financement d'une complémentaire santé. Les gaspillages et abus ne sont le fruit que d'une minorité, qui serait facilement repérable si on s'en donnait les moyens. Sans cesse mis en avant pour justifier et argumenter des décisions évidemment peu populaire, on légitimise celles ci en enrobant le discour d'une volonté de rétablir la justice. Il s'agit en fait d'un choix de société, celle ci ne serait plus basé sur la solidarité et le partage mais sur l'individualisme. Considérant que les plus démunis n'ont que ce qu'ils méritent et gagnent par leur travail , ils auraient également une santé et une capacité à l' entretenir et la préserver en rapport. Je suis en total oppositions avec cette vision de la société ,en total opposition avec l'abondon du système de solidarité tant en terme de sécurité sociale, de retraites, de caisse d' allocation familiale et je suis également en totale contradiction avec la remise en cause du droit pour chacun d' accéder au service publiques d'éducation nationales, de santé, de justice etc... Dans ce domaines les contres réformes sont empreinte du même choix de société.
Les francais sont malheureusement de trés gros consommateurs de tous, y compris de soins et de médicaments. La gratuité des soins et des médicaments est une trés bonne chose, le probléme est la surconsommation. Les personnes qui vont chez le médecin pour n'importe quelles raisons alors que si ils avaient laisser "la nature" faire les choses leurs corps se seraient soigné tous seul. Eux devraient etre pénalisés!!! (Attention, je ne parle pas des personnes qui ont une maladie dégénératrice ou de long durée: pour eux c'est normal.) Je veux simplement rappeller que le corps humain est bien fais. Il sait ce défendre même si pour cela on doit etre "patraque" quelques jours mais lors des prochaines expositions à la maladie le corps ayant déja appris à se défendre:la réation est quasiment immédiate. Le fais de réduire la surconsommation, ferais diminuer le coût des remboursements pour la sécurité sociale. Mais la surconsommation augmente le pouvoir de résistance de certainses bactéries et il devient de plus en plus difficile de les éliminer. Le nombre d'infection nosocomiale et la difficulté grandissante qu'on les personnes travaillants en millieuux à risque (hôpitaux, maisons de retraite, créche, ...) montre bien que cela ne peut plus duré. Tous cela à un coût pour la sécurité sociale, pour les hopitaux donc pour l'état et donc pour les poches des particuliers. Des moyens "naturels" existent pour beaucoup de petits "bobos" mais beaucoup trop de gens préfére aller au medecin et prendre des médicaments. Je ne suis pas une hippie qui crois en "la magie des plantes" mais simplement formatrice en hygiène et microbiologie.
Les problèmes de l'assurance maladie résultent moins de l'excès de dépenses que de l'insuffisance de recettes. Faire le ménage dans les multiples exonérations de charges sociales pas toutes utiles qui constituent un important manque à gagner pour la sécurité sociale, élargir les cotisations aux revenus du capital, constitueraient autant de moyens de rééquilibrer les comptes de l'assurance maladie. Le recours aux assureurs privés n'est pas une solution : 1) assimiler "structure privée" et "efficacité" est de l'ordre de l'amalgame, donc de l'idéologie (travestissement de la réalité), le privé n'est pas forcément plus efficace que le public, 2) les assureurs privés seront confrontés aux mêmes problèmes que l'assurance maladie : ils devront eux-mêmes relever le montant des cotisations pour équilibrer leurs comptes et verser des prestations, à moins qu'ils ne diminuent leurs dépenses : moindre couverture voire rejet des assurés à risque (vers qui ?) 3) une entreprise privée risque d'être moins efficace qu'une assurance maladie publique : sa productivité administrative sera certes peut être un peu plus élevée, mais elle devra supporter des coûts de structure importants en matière de marketing, de publicité pour conquérir de nouveaux clients. Elle devra en coutre dégager un bénéfice, veiller à la bonne tenue du cours de son action (donc donner les signaux opportuns aux marchés financiers) et verser des dividendes aux actionnaires. Ces charges seront répercutées sur les primes et/ou sur la qualité et l'étendue de la couverture.
Les reforme sont pas des reforme pour moi car une personne cotisant toute sa vie normalement nabusant pas des caisse va etre penaliser par le comportement d'autre personne pourquoi ne traite on pas au cas par cas car ex une personne partant en vaccance en tunisie passant dabord chez son medecin de famille se faisan prescrire des medicament en n'ayan rien du tout arrive avec une ordonnance a ralonge et on ne se pose pas de question!!! ceci et un fait réel pas une invention de plus les medecin ne sont pa asser controler c'estbien beau d'augmenter sans arret la consultation mais il faudrait a la base que les medecin resteigne leur medication pourquoi prescrire un medicament si le patien en a deja a la maison dans ca boite a pharmacie? pour regler tous cela faison comme au USA caisse privé et rien d'autre a ce moment la beaucoup de personne verons leur act qui sont d'aprés moi plus que débile. La CMU c'est bien beau pour les personne en besoin qui sont vraiment dans le cas de la misere mais donner la CMU a des personne deja ne voulan pas travailler ne cherchan pas de travail et de plus touche des aide a gogo ...il y a comme un probleme. Une personne au chomage vie mieu qu'une personne qui se leve chaque matin pour aller travailler alors pourquoi travailler.
Les réformes successives à grand coup et grand coût médiatique ne font qu'accroître le "trou" de la sécu. Les carnets de santé successifs, les cartes vitales à puces, bientôt les cartes avec photos tout cela est ridicule et inutile. Une puce intra-dermique contenant les informations médicales de chaque patient, ses allergies, son groupe sanguin, son identité et son adresse seraient les bien venus en cas de malaise sur la voie publique ou en cas d'accident et en cas d'inconscience du patient. Cela permettrait de sauver de vies supplémentaires chaque année. Enfin les documents papiers devraient eux aussi disparaître de façon définitive, c'est bon pour la planète...et puis l'informatique est abordable par tous aujourd'hui les aînés sont même accros de cette technologie moderne. Privatiser les cotisation auprès des assureurs conduit inevitablement à une politique de santé sélective réservée à ceux qui pourront cotiser personnellement et financièrement; ce qui est utopique dans la vie d'aujourd'hui ou le pouvoir d'achat est en chute libre. C'est aussi ouvrir un marché supllémentaire qui doit certainement être juteux pour les compagnies qui sont avides de cotisations et bien pingres lors des réglements des sinistres. La surconsommation n'est pas le fait exclusif des patients, les médecins sont aussi des dealers en puissance, le lobbi pharmaceutique les poussant à "placer du médoc" au cours de "sessions récréatives et gastronomiques" au motifs professionnels ( mon oeil)....
l'état veut recuperer le budger de la sécurité sociale et nous donner des miettes ensuite. Si on copie sur le système américain , ce sera une catastrophe, nos pères se sont battus pour avoir une secu et pouvoir se soigner; aujourd'hui seul les riches et les plus pauvres peuvent se soigner, les petits salaires n'ont pas les moyens et ce n'est pas en déremboursant ou en nous faisant payer des taxes qui vont dans les caisses de l'état que le deficit va aller mieux. Il serait peut-être interressant que l'état paye ses dettes à la sécu, le trou serait moins important. Bien sur il faut responsabiliser les assurés mais trop de gens avec des petits salaires ne peuvent pas se payer une mutuelle et c'est scandaleux au 21ème siècle. Il faut surtout que les assurés défendent la sécu et ne croient pas qu'elle appartienne à l'état....
Liberté de choix des assurances (comme assurance voiture) avec mise en concurrence de la sécu avec toute l'offre européenne conformément à la signature de l'acte unique européen en 1993. Cotistions non plus basées sur les revenus mais sur les risques; si je souhaite m'assurer pour les risques graves et pas pour la diarrhée du lundi matin ,je ne dois pas payer le meme prix; je ne suis plus d'accord que 45 à 50% de mes revenus soient spoliés sans contrepartie réelle; alors qu'avec 25 % je pourrais faire. La différence , en fait , me permettrait d 'investir dans des nouveaux outils, , lesquels me procureraient des revenus addditionnels, d'embaucher davantage, de conforter mes fonds propres pour les périodes de vaches maigres, de ne plus gaspiller. Pour le salarié perception du salaire complet ,avce liberté d'assurance; ce qui immédiatement lui redonnerait des marges de manoeuvres en matière de pouvoir d'achat de l'ordre de 10 à 20%. Le capital est quelque chose de précieux; il ne doit JAMAIS être gaspillé car c'est quelque chose de rare. En toutes chose on doit veiller à ce que l'allocation des ressources soit judicieusement employé.En particulier le rendement marginal de l'allocation des ressources. C'est à l'assuré de définir le niveau de garantie qu'il souhaite contractuellement. Supériorité du contrat sur la loi. Elagage de toutes les sangsues syndicales qui squattent la sécu et qui font mourir mon entreprise et mon pays. Fin du système soviètoïde de SS, qui est responsable de la paupérisation de mon pays. J'ai 55 ans, et je n'xclue pas à mon age d'aller m'établir sous d'autres cieux, car après m'avoir détruit (mon entreprise) la SS va faire faillite et ne sera mème pas capable d'assurer mes vieux jours. Qu'on me rende ma liberté ou je vais aussi partir; en 5 ans je rebatis ailleurs, ce qu'il m'a fallu 30 ici.
lorsqu 'il ya une catastrophe naturelle dans un pays etranger la france prend l'une des premiere place dans l'intervention internationnale financierement et militairement en engageant enormement des finances publics. cependant, concernant la securite sociale, c'est ce meme contribuable qui est genereux lors des catastrophes et qui cede sa contribution public au reste du monde qui devient la cause du trou de la secu alors que quelque part l'argent public a ete utilisé pour d'autre "priorité" . La faute appartient a nos politiques qui ne prenent pas leurs courage de supprimer la CMU et l'aide medicale d'Etat ou a les reservées qu'aux personnes qui ont zero revenu, ou faire une contribution speciale pour la CMU et l'aide medicale d'etat. Dans tous les cas il existe des solutions a se probleme de la securite solciale, mais qu'on arrete de nous faire croire que nous beneficiant a 100% de la securite sociale c'est totalement faux, un assuré soliale cotise egalement pour la CMU et pour l'aide medicale d'Etat mais ce sont les Gouvernements qui ne font pas leurs traivail , pas assez de controle au niveau de la facturation des medecins, des cliniques et des hopitaux. En resumé la securité sociale en france necessite une tres grande reforme, populaire ou pas car la survie du systeme en depend, par exemple pourquoi pas faire cotiser un peu plus ou en dirigeant vers le assurances privées ceux qui ont un revenu a partir de 7000 Euros par mois.
Notre système était un des meilleurs au monde, il suffisait de limiter certains abus, d'effectuer des contrôles plus stricts : - boites médicaments plus petites - transports en VSL non automatique (avez vous vu des "malade" ? aller chez le Kiné en VSL, rentrer chez eux en VSL aux frais de la sécu - puis prendre leur voiture et aller faire les courses avec Madame ou Monsieur au supermarché, en ville .... et j'en passe !!!! je l'ai vu et c'est très fréquent - vérifier les noms des hospitalisés qui ne sont pas forcément ceux portés sur la carte vitale (à quand la photo et l'empreinte ... ou toute autre moyen de vérification fiable) - les arrêts maladie excessifs aux frais de la sécu : où sont les contrôles ?? - le RMI n'est pas une raison d'avoir tout gratuit surtout quand pour la majorité on travaille au black !!! la liste est longue, il y en a assez de payer quand on voit tous les abus, mais il semblerait que nos hommes politiques, derrière leurs bureaux, habitant les beaux quartiers, ne se rendent pas compte de tout le système pervers qui s'est instaurer derrière leurs règlementations faites soit disant pour diminuer le "trou sécu" - qui n'est peut être en fait pas seulement un trou .... il faudrait creuser un peu plus et on se rendrait compte que toutes les cotisations ou autres ne servent pas à la santé !!
Nous allons tout droit vers un système de soin à l'américaine : celui qui peut payer se soignera et celui qui ne peut pas, laissera sa santé se dégrader. Il me semble même retourner au "moyen âge" avec les pauvres d'un côté (qui mourraient jeunes faute de soins) et les riches de l'autre. Nous le voyons déjà avec des enfants en bas âges (et donc souvent malades à cause de la collectivité) : il est loin le temps où nous nous nourrissions équilibré car en priorité passe la santé de nos enfants; ce qui sous-entend non seulement les visites médicales mais aussi les médicaments qui sont le plus souvent à payer ! Et nous ne sommes pas dupes : les médicaments déremboursés sont ceux le plus couremment utilisés car les plus efficaces contrairement à ce que l'on nous "claironne". Il vaut mieux dire que ces médicaments n'ont pas fait leur preuve que d'avouer que l'état veut s'économiser de l'argent. Le pire c'est que la plupart de ces médicaments sont souvent les seuls prescrits aux femmes enceintes et aux enfants. Donc ils ont bien fait leur preuve mais il est plus facile d'essayer de nous berner. Enfin, nous craignons de plus en plus l'avenir car le jour où malgré toutes nos restrictions personnelles, nous ne pourrons plus soigner nos enfants, que deviendront-ils ? Je ne les ai pas voulus et mis au monde pour qu'ils meurent faute de soins. Tout ce pour quoi ce sont battus nos grand-parents, nos arrière grand-parents est en voie de disparition et apparemment cela ne gêne personne... La situation est grave surtout quand on sait que nous, petits, nous payons alors que l'Etat ne paye pas sa dette à la Sécurité Sociale ainsi que certains professionnels de santé qui ont des dettes énormes. Le trou de la Sécurité Sociale n'existerait pas si tous les mauvais payeurs régulariser leur dette. A quand une mobilisation générale pour sauver la Sécurité Sociale car c'est aussi sauver notre santé !
Nous ne pouvons plus obtenir les médicaments que l'on a besoin, soit c'est un générique que l'on nous propose de FORCE, soit ce n'est pas remboursé ou plus remboursé. Le systéme de santé coûte de plus en plus cher, et pour de moins en moins de service, regardez le manque de médecins et de spécialistes, et dans les hopitaux. Il y a urgence de réformer le systéme de santé et les barémes de remboursements, derniérement, j'ai vu une personne se faire rembourser les soins médicaux d'intervention complets sur ses seins pour un probléme purement esthétique, cela est irrationnel. J'ai vu aussi des personnes prendre le taxi alors qu'ils savaient marcher jusqu'au bus tout proche, alors que d'autres personnes rééllement dans le besoin car ne pouvant pas se déplacer, font plutôt appel à des amis. J'ai vu mon pére courir en pleine nuit chez le voisin atteint gravement d'azheimer pour le relever, il y avait la friteuse encore en route et brulante qui commençait à prendre feu, le systéme veut que les médecins et les services d'urgences ne se déplacent plus mais on fait intervenir les voisins ou celui qui veut bien y aller suivant un ordre établi de personnes à l'avance sur une liste, les autres services passant aprés tout cela même s'il est trop tard. Maintenant c'est mon pére qui est gravement malade, et il est livré a lui même. COrdialement.
On avance à grand pas vers un système à l'américaine. Si l'on continue ainsi, seul une certaine catégorie de la population pourra se procurer des soins adéquats. Je pense à ma petite belle-soeur qui a du diabète depuis l'âge de 11 ans, son pancréas s'est arrêté de fonctionner du jour au lendemain, sans raison apparente car elle a toujours eu une alimentation saine et n'a jamais souffert de sur-poid. Elle doit désormais suivre un traitement à vie... avec le système dans lequel on avance, certes, elle trouvera un organisme qui lui remboursera ses soins, mais à quel prix????!!!! Et surtout, pourra-t-elle payer ce prix pour pouvoir se soigner???!!! Bref les plus touchés seront ceux qui ont des traitements à vie, il devront payer le prix fort, et s'il ne peuvent payer, et bien, tant pis pour eux, il pourront souffrir à petit feu!!
on n' est pas malade par plaisir ; on ne choisit pas d'être malade ;éviter le gaspillage ah oui parlons en ! ma fille 17 ans en ALD suite à une ostéochondrite de la hanche depuis 2001 à vu sa prise en charge à 100 %supprimée en juin 2007 lors de la demande de renouvellement parce qules soins et dépenses engagés dans sa maladie n'étaient pas suffisament importants et onéreux et pouvaient donc étre pris en charge par nous et notre mutuelle ; effectivement les seuls soins qu'elle avaient étaient 2 seances de kiné etune séance de kiné en piscine une semaine sur 2 ; comme médicament du di antalvic à raison de 6 à 8 par jour ;il n'empêche que pour ses séances de kiné et de piscine elle était obligé d'utiliser unVSL que nous avons du payer puisque la prise en charge à 100% était supprimée de plus lors de la demande de renouvellement de sa prise en charge son médecin traitant avait bien indiqué que le traitement actuel se limitait à ces séances de kiné pour un entretien de mobilité de la hanche en vue d'une prothése totale de hanche en août 2008 (effectivement elle sera opérée le 7 août ) et au DI Antalvic pour réduire (même pas soulager ) les douleurs . Idem avant sa prochaine opération elle a evidemment eu pas mal d'examens à faire (dentiste cardiologue prelevement sanguin consultation anésthésiste 3 injections d'EPO (360? la dose) déplacements en VSL à chaque fois tout cela nous avons été obligé soit de le payer complétement pour le VSL par exemple soit de l'avancer pour les autres du fait qu'elle n'a plus de 100% et tout ça parce que sa maladie durant 2 ans a nécéssité une mise en tractions donc une hsopitalisation à domicile là , prise en ALD mais au bout de 2 ans il n'y avait plus rien à faire que d'attendre que sa croissance soit terminée pour faire une prothése totale de hanche donc on a estimé en 2007 qu'il n'étzait plus nécessaire de la prendre en chargeà 100% tout en sachant malgré tout que l'intervention chirurugicale puis la rééducation que cela nécessitera étaient programmé pour Aout 2008 on nous a dit textuellement vous ne dépensez pas assez en frais médicaux pour qu'on maitienne un 100% ;alors on accuse les malades de gaspillage, on les juge irresponsable mais quand vous ne dépensez pas "assez" on vous supprime votre prise enc harge c'est logique?
On peut commencer par faire payer à l'état l'intégralité des coûts de la CMU. On fait réellement payer aux employeurs toutes les cotisations dues. Tous les soins occasionés par des accidents de la route, par des agressions, ou des faits dus à l'imprudence ou à la violation de la législation seront pris en charge par les assurances privées concernées, ou par défaut le sujet responsable des faits sera mis dans l'obligation d'indemniser la sécu qui dans l'urgence aura pris en charge les soins. Un contrôle des prescriptions, et un systéme automatisé des abus de soins (en acord avec le code de déontologie). Il y aura un premier avertissement au patient et à son médecin, les abus suivant suivants seront mis à la charge conjointe du patient et du médecin.concerné. Les fraudes à la sécu seront sanctionnées à trois fois le montant de la fraude à la charge de leur responsables. par défaut les sommes seront prélevées jusqu'à extinction sur le patrimoine et les revenus du ou des fraudeurs. Si il y a une réelle volonté politiques de suivre ces conseils élémentaires, et de les appliquer la sécu risque d'être exédentaire. La cerise sur le gâteau serait une relance de l'industrie de notre pays, basée sur de nouvells technologies, par malheur la recherche dans notre pays est en plein désarroi, et les entreprises leader en technologies sont pour la plupart étrangères, ou à capital extérieur à notre pays, leur souci ne sera pas de cotiser davantage à le sécu.
On se dirige tout droit vers une médecine à deux vitesses. Les pauvres, et il y en a de plus en plus, n'auront plus accès aux soins. C'est déjà le cas pour les soins dentaires par exemple. Il est primordial de permettre à chaque individu de se soigner. Pourquoi stigmatiser tous les gens qui ont recours aux soins en les considérant comme étant forcément des gaspilleurs ou des tricheurs. Certes il y en a. Donc que l'Etat fasse son autocritique et institue des controles efficaces rendus beaucoup plus facile grace à l'informatisation du système. On pourrait aussi faire mieux pour faire la chasse aux faux malades en arrêts de travail fréquents ou aux faux RMistes! Ne sombrons surtout pas dans cette facilité qui consiste soit, à augmenter les cotisations sociales, soit à diminuer, voire à supprimer les remboursements de frais de santé.
Pas davantage que les multiples réformes précédantes, celle prévue actuellement ne sera plus efficace qu'un cautère sur une jambe de bois et les politiques le savent. Le problème n°1 est causé par l'importance du chômage réel. Le n°2 est lié à l'allongement de la vie. Le n° 3 est lié à la déresponsabilisation de la population créée de toute pièce par les politiciens. Le n° 4 est la conséquence du progrès médical. La solution consiste dans une politique de prévention réfléchie sachant utiliser le progrès médical et notamment l'imagerie ou l'endoscopie (ou les méthodes similaires), mais aussi un égal accès aux soins pour tous quelle que soit leur situation géographique. Bien entendu la chasse aux gaspillages et abus réels doit aussi faire partie de la solution y compris dans la gestion de la Sécurité Sociale elle-même. Enfin la lutte efficace contre le chômage devrait améliorer l'ensemble des recettes. De plus, si l'état réglait lui-même ses dettes envers la S.S., le déficit réel serait considérablement réduit. De même l'égalité de traitement entre toutes les catégories sociales permettrait d'améliorer aussi l'équité pour tous et les rentrées de cotisation (fonctionnaires, régimes spéciaux). Pour cela il faut du courage politique et une véritable concertation avec les partenaires sociaux, mais surtout avec la population elle-même
Personne n'a jamais choisi d'avoir une ald ou une invalidité qui empêche de travailler et pourtant...en plus de la souffrance et des difficultés multiples que l'on rencontre dans ce genre de situation il faut subir des réformes, résultat beaucoup de gens en situation déjà précaire du fait de leur santé n'ont plus d'autre choix...que de limiter, voir cesser des traitements vitaux, bravo les réformes ! Pendant ce temps-là les femmes enceintes (j'ai toujours pensé qu'à priori cela découlait d'un choix) et les bénéficiaires du rmi peuvent, eux, faire soigner leurs rhumes sans bourse délier... Je me souviens d'un candidat aux élections présidentielles qui promettait que les soins dentaires et les lunettes, minimums indispensables à une vie "normale" seraient bientôt remboursés correctement...parole, parole...Je fais partie de ceux qui se demandent au quotidien de quoi demain sera fait et quel lot de taxes les couperont un peu plus des soins qui les maintiennent en vie. En invalidité totale et souffrant d'un cancer métastasé je limite aux maximum mes visites chez le médecin que je ne consulte plus que pour faire renouveler mes ordonnances quand je souffre trop, ordonnances que j'allège encore à la pharmacie...et j'entends parler d'un espoir de vie plus longue grâce aux meilleurs soins apportés dans notre beau pays...pour qui ? Pour que j'ai une chance de bénéficier de ce progrès peut-être faudrait-il que les réformes déjà apportées et à venir tienne compte des gens tels que moi parce que je suis loin, très loin d'être un cas unique mais qui s'en préoccupe maintenant ?
Personne ne nous oblige à la sur-consommation médicale, il faut bien expliquer le fonctionnement de la Sécurité Sociale et avoir une attitude responsable à son égard, l'éxagération des uns lésant les autres assurés. De plus ce ne sont pas les malades qui décident de leur propre prescription de médicaments ou d'actes chirurgicaux mais bien les médecins et les chirurgiens. Certains ont oublié le serment d'Hippocrate et ne cherchent qu'à s'assurer de confortables revenus en prétextant répondre au confort du malade. Combien d'interventions presque inutiles sont pratiquées chaque année ? Pourquoi cette question avez-vous une bonne mutuelle ? Pourquoi des malades occupent un lit d'hopital alors qu'ils devraient être placés en résidence de long séjour ? Pourquoi des boites de 20 comprimés alors que 12 suffisent pour le traitement ? Combien de voyages ou séminaires gagnés pour la prescription de tel ou tel médicament ? Pourquoi le gouvernement actuel a-t'il fait marche arrière pour la sectorisation des médecins, il n'y a presque plus de médecin de campagne. Le classement obtenu au diplome de médecine doit être le moyen qui donne la piorité dans le choix de l'installation du cabinet La médecine ne joue plus le rôle qui devrait être le sien, celui d'assurer la santé de ses concitoyens, aujourd'hui ce n'est plus que du business.
peut etre que pour eviter la surconsommation de medicaments ou/et de prestation medicale ce qui serait egalitaire serait de : presenter un projet de loi en créant des categories en fonction de revenu -en effet en fonction des revenues de chacune des familles additionner les revenues soustraire les charges et de faire de ce resultat un quotien qui permettrait de rentrer dans une des categorie qui en resultes par un pourcentage pour calculer simplement cette sorte de tva sur les frais medicaux .et pour eviter toutes polemiques sur les certaines categorie sociale ce quotien resterait personnelle unique et secret aux consommateur par le biais de la carte verte en faisant une mise a jour pour rentrer la categorie a laquelle l'assuré fais parti .dans ce contexte l'assuré prendra contience qu'une taxe existe en fonction de son revenue et de ses charges et qui en d'autres thermes participe a l'endettement du trou de la securite social et n'est pas ruiné car le taux variable en fonction des categorie serais plutot derisoir pour ceux a faible revenue ,et les plus aisées auraient forcemment un taux plus elevé et qui auraient plutot interret a s'interresser a leurs depenses . cela pourrais se faire assez facilement sans que personnes ne descendent dans les rues ,et voter finalement quelquechose qui va etre modifié et qui sera baclé .là les choses sont claire et precis et de evidemment de renouveller sa categorie tous les ans par le biais de la caf ou de la feuille de declaration d'impot ; prennez l'exemple simple d'un pocesseur d'un 4X4 il paiera plus d'assurance pour l'ammener finalement d'un point A a un point B et le moin riche utilise une petite voiture de 10 ans toujours d'un point A a un point B et il paiera une assurance beaucoup moin cher .dans les deux cas tout le monde est content les personnes sont arrivé au point B parcequ'il l'on bien voulu et pourtant les moyens sont pas les memes !! dans ce que je propose n'importe quels categorie profiteront toujours des prestations medicales et acces aux medicaments pour des coups differents en fonction des revenues . ex categorie 1 famille ayant un revenu inferieur a 600 euros /mois et des charge a 550euro reste 50euros faire de ce chiffre un quotien que l'etat choisira inteligement et pour chacune des categorie au totale 6 ou 7 . et categorie 6 famille ayant des revnues superieur a 6000euros et des charges de 3500euros mois reste 2500euros avec un quotien superieur et le tour est joué ! allez a vos calculatrices c'est pas si mal comme idée non ? benoit
Plutôt que de fustiger notre système de soin et de faire culpabiliser les assurés, penchons nous sur la vraie gangraine.tous ceux qui vivent aux crochets de ce système et qui l'affaiblissent au quotidien ne sont pas forcément ceux que l'on croit: les médecins, kiné et autres spécialistes fraudeurs qui dispensent des pseudos soins dans les maisons de retraites par exemple. L'état qui ne paie pas ses dettes à la sécu et qui détourne les taxes des produits comme le tabac et l'alcool. les exemples sont nombreux ne nous laissons pas aveugler par certains clichés. Notre système est basé sur la solidarité, on paie en fonction de ce que l'on a et l'on reçoit en fonction de ce que l'on a besoin. On peut tous basculer dans la précarité et avoir besoin à un moment que cette solidarité nous remette sur les rails. Pour ceux qui seraient tentés par le sacro saint principe de l'individualisme, je voudrai citer des propos de Nelson Mandela "parfois il appartient à une génération d'être grande... Il ne tient qu'à nous d'être celle là". réfléchissons à cela et essayons de ne pas être "une petite génération qui aura détruit tout un système basé sur des valeurs humaines" au nom de la rentabilité et de l'enrichissement de quelque uns.
pour certaines maladies dites ald,les soins ainsi que les médicaments aidants "au confort" de vie de ces personnes ne doivent pas être supprimés où moins remboursés.par contre pour un rhume,une grippe,une gastro,ou pour tout autre petit bobos que les adultes peuvent avoir de temps en temps,là je penses,que nous pourrions nous dispenser du remboursement des médicaments.ce n'est pas tous les jours que l'on consulte son médecin pour cela.il y a du tri à faire aussi auprès de certains patients.je suis en invalidité depuis 2004 pour une dépression,et je prends au plus juste les boites prescrites par ma psy.un exemple absurde de prescription:mon frère à eu un cancer du colon,à sa sortie de l'hôpital les médecins lui avaient donné une ordonnance de pansements,de comprimés anti-douleur pour "tout un régiment".bien sûr il n'a pas pris tout à la pharmacie,mais sachant que des soins lui étaient donné par une infirmière à domicile,pansements et sparadras auraient pus être fourni par celle-ci,sans gaspillage.il faut aussi que le corps médical se remette en question et revoit ses ordonnances données aux malades .pour un mal au dos qui souvent cache autre chose qu' un simple limbago,quelques séances chez un kiné est souvent plus efficace que des médicaments pris pendant des mois,mon mari est routier et son dos est régulièrement mis à rude épreuve.je suis pour un "dégrassage important" pour tous,médecins,patients,hôpitaux.
Pour ma part, la sur-consommation d'actes médicaux et de médicaments ne représente pas la part la plus importante qui creuse le trou de la sécurité sociale, d'autant plus que dans la globalité les Français restent raisonnables. Je pense qu'il faut surtout regarder dans le coût des actes et des médicaments, dans le manque de cotisants et la baisse de cotisants, dû au chômage, par rapport à la population de plus en plus demandeuse du fait de son vieillissement, et dans le nombre de fraude de certaines entreprises qui omette certaines déclarations à la sécurité sociale. Pour palier au problème, je pense qu'il faudrait développer au maximum les médicaments génériques, contrôler les coûts en n'autorisant pas ou peu les dépassements d'honoraires mais en réajustant certains actes comme pour les Kinésithérapeutes. La santé est malheureusement devenu un commerce très juteux pour les laboratoires et les cliniques privés que supporte la sécurité sociale avec en partie les assurances complémentaires, c'est à dire nous les contribuables. A terme, on se dirige tout droit vers un systeme américain ou seuls les plus riches pourront se soigner. On peut ajouter à cela, les financiers et les banques qui financent en grande partie le trou de la sécurité sociale, qui ont tout interêt à ce que le trou ne soit jamais comblé et même s'agrandisse.
Pour responsabiliser chacun, il faudrait que chaque assuré reçoive un récap semestriel au moins , indiquant les sommes totales de toutes les dépenses de santé pour chaque assuré Ceci est CAPITAL avant toute autre mesure : "voilà ce que vous avez payé de votre poche, mais surtout voilà les sommes qui ont été payées par la collectivité" !!!! Ensuite , les médicamnets de confort ou de luxe (?) doivent être remboursés à des taux très réduits. Priviligier l'automédication, avons nous besoin de tant d'officine en France ??? Et comme aus USA, faire distribuer les médicaments par les Mutuelles ou autres organisme (on ne donnerait que ce qui est prescrit , point barre ) Questionner les médecins à la prescription lourde.... Voici quelques réflexions pour aider la collectivité et les gens honnètes et corrects qui usent sans abuser. JFB
pourquoi l'etat ne supprime pas la sécurité sociale (donc les retenues sur le salaires qui sont de plus en plus importantes) et nous laisse cotiser à des caisses indépendantes comme il en existe déjà. J'ai pris connaissance de l'existance des caisses indépendantes dans la revue Réponse à tout qui a parlé du sujet de la sécurité sociale il y a plusieurs mois. La revue a développé le sujet en expliquant que l'entrée sur le marché des caisses indépendantes couteraient moins chères aux salariés. La revue à donné quelques comparatifs avec des caisses indépendantes déjà existantes dans d'autres pays par rapport aux charges qui nous sont prélevées actuellement. Ces caisses indépendantes se sont manifestées plusieurs fois auprés de l"état afin de prendre le relais de la sécu, jusqu'à présent l'état a toujours refusé et veut garder le monopole. Mais qu'est ce que l'état gagne à garder le monopole??????? Ce qui est sûr, depuis que l'on nous a rajouté le RDS et La CSG qui devait être momentanés et qui sont devenus définitives comme beaucoup d'autres choses,juste une petite partie de la CSG est déductible. Le reste CSG + RDS nous est pris 2 fois ,1 fois sur le bulletin de salaire plus 1 fois sur les impôts sur le revenu puisque le salaire net et différent du salaire imposable(qui comprend le salaire net + CSG et RDS).
Pourquoi, il ne serait pas possible (comme aux US et Canada) de prescrire des ordonnances très précises au profit des malades (les cachets sont délivrés à l'unité et non dans des boîtes complètes)? Aujourd'hui notre médecin nous prescrit des cachets de paracétamole et l'on nous donne ( en pharmacie) trois ou quatre boîtes (alors qu'une seule plaquette est largement suffisante)!!! => irresponsabilité du médecin, du malade et surtout du pharmacien qui voit là l'occasion de s'enrichir grassement sur le dos du contribuable !!!!!! Et, je ne parle pas de l'industire pharmaceutique qui, bien entendue, verrait d'un très mauvais oeil qu'une loi vienne obliger les médecins à prescrire des ordonnances très précises et adaptées aux réels besoins du patient avec en plus pour les pharmaciens l'obligation de se conformer strictement à l'ordonnance!!!!!
Quelques idées: Contrôle des médecins et hôpitaux, prescripteurs de médicaments et examens trop nombreux et en doublons ? Droit de regard plus important de la caisse de maladie, sur les arrêts maladie de complaisance dû au fait qu'il existe non plus un rapport de patient avec le médecin mais de client. Quid de la super carte Vitale qui au lieu d'intégrer la photo devait contenir le dossier médical ? Une cotisation à taux variable suivant les revenus et en fonction des personnes à charges ? Maintenant quelques réflexions politiquement incorrectes : Quel est le coût de la sécurité sociale universelle, sans ticket modérateur, bénéficiant également à des personnes n?ayant pas ou peu cotisé. J?ai même connu dans mon entourage familial un immigré en parfaite santé, n?étant pas un sans domicile, qui lui-même s?étonnait de détenir une carte santé de prise en charge à 100% Le coût important de la médicalisation d?immigrés légaux où pas, pour s?en convaincre il suffit de visiter des hopitaux.Une émission de télévision avait démontré l?existence d?une immigration « médicale » organisée ou pas, dans laquelle les candidats exprimaient ouvertement leur volonté d?émigrer vers la France, afin de se faire soigner, car il se s?avaient gravement malade.
Questions simples qui permettraient de gagner de l'argent : Pourquoi ne pas donner le nombre exact de médicaments qui a été prescrits? Et non des boites entières dont il vous reste toujours un surplus inutile et donc couteux pour la Sécu Comme par hasard, les traitements sont souvent différents du contenu des boites (ex : 3 comprimés pendant une semaine donc 21 comprimés pour des médicaments dont les boites se vendent par 15 ou 18 d'où une perte nette inutilisée et couteuse pour la Sécu). Pourquoi ne pas permettre aux pharmaciens de distribuer les comprimés à l'unité ? Cela éviterait du gros gachis... Quelle est la raison qui empeche les gouvernements de ne pas adopter cette mesure si ce n'est le lobbying des labos... Et pourquoi certains médécins sont-ils aussi complaisants auprès de certains malades en leur donnant des traitements répétitifs, inadaptés et couteux ? (j'ai des exemples où les médecins se sont acharnés à ne pas vouloir envoyer à des spécialistes et qui ont engendrés des traitements couteux et inutiles)... Et puis arretons les arrets maladies de complaisances (surménage 'fictifs"....) Ceci ne sont que des exmeples (mais vécus plus d'une fois dans mon entourage) Bref, en évitant toute démagogie, je pense qu'il existe des moyens de réduire le déficit sans pénaliser le malade, restreindre les remboursements et favoriser les assureurs ou labo. Mais personne ne se donne la peine de vraiment étudier ces possibilités. Il ne faut pas froisser les médecins et les labos... Ce n'est pas la peine de se cacher la face
Remplacer les cotisations basées sur le travail par une taxe automatique (et faible en taux) sur les mouvements financiers et pouvoir ainsi assurer à tout le monde la gratuité totale des soins : c'est possible, et pourrait améliorer grandement la situation économique mais c'est ignoré par la monde politique : bien sur un système automatique ne permettrait plus les combines diverses qui permettent aux grosses entreprises de ne payer leurs ccotisations que si elles le veulent bien avec la complicité des politiciens véreux qui les appuient dans ces manoeuvres. Quand aux représentants syndicaux, qui sont de droit aux conseils d'administration des caisses de sécurité sociales, ils tiennent trop à ce genre de privilèges, et des avantages qui en découlent, pour défendre le véritable intérêt des salariés. Ou si l'état n'est plus à même de gérer le système de protection sociale, que les cotisations (ouvrières et patronales) soient remises aux salariés en complémént de salaire à charge pour eux de cotiser (obligatoirement) à une caisses mutuellle ou privée de leur choix tenue de par la loi d'assuer un minimum de protection, l'état devant assurer le paiement des cotisations minimales pour les personnes sans revenu.
Rendre les gens responsables, d'accord. Le problème, c'est qu'en France, les solutions n'épargnent personne. Pour une minorité d'irresponsables, c'est tout le monde qui débourse. Et là je dis stop car ce système est pervers. Une partie des gens responsables excédés par ces réformes aveugles deviennent à leur tour irresponsables. Au bout du compte, le problème persiste et une nouvelle contribution est en place. En Février, laryngite enfant avec fièvre = une visite médecin ( 1Euro ) + 21 Euros 40 pharmacie pour médicaments entièrement NON REMBOURSE. C'est ça le 100 pour 100 ? Pourtant je cotise 150 Euros par mois de mutuelle ... Les anciens ( retraités ) ont profité de la gratuité des soins comme personne. Il me parait honnête de dire que les plus aisés d'entre eux devraient obligatoirement cotiser chez les assureurs privés.
responsabiliser les utilisateurs du systéme de santé par différent moyens : je suis d'accord, mais je désaprouve totalement le fait de privatiser plus que cela ne l'est déja la partie sortant du domaine de la sécurité sociale. je pense que pour faire des économies de santé il existe suffisament de moyens différents. il faut rendre notre systéme publique de santé efficace, l'alleger au maximum de ce qui est superflue (administratif, redondance de formulaires, complexité du systéme ), améliorer la gestion du service publique et notemment des hôpitaux à tout les niveaus. permettre aux soignants de travailler avec de bon outils ( ce qui veut dire des investissements notemment au niveau informatique mais ce qui veut dire aussi trouver des solutions de gestion logiciel alternative à celles qui sont limitantes au dévelopement à long terme ou contraignante pour la strusture en terme de contrat et ceci est certaineemnt possible notemment avec le monde du logiciel libre) permettre aux soignant de soigner au lieu de les rendre de plus en plus bureaucrate, c'est leur rendre leur métier, gagner en efficacité pour le patient et pour le service publique et donc faire des économies.
S'assurer en privé est un bonne chose, Cela soulagerait la sécurité sociale, il faudrait que tout le monde puisse le faire, mais un pourcentage de la population risque d'en pâtir. Chez nous je reconnais que la télévision nous passe tous les jours, des programmes sur la santé, attention à ceci attention à cela, virus, bactéries etc etc etc etc......... Comment voulez vous ne pas encourager les gens à courir consulter, à la moindre petite avarie ?...... Les médias ont une partie de responsabilité, ils encouragent les gens à la surconsommation de médicaments et de visites chez le médecin. Si nous prenons l'exemple d'un petit pays frontalier, la Suisse, la sécurité sociale n'existe pas et à d'ailleurs été refusée dernièrement. Chaque personne s'assure en privé, dans une famille le père à son assurance l'épouse idem, les enfants aussi, mais c'est un système assez onèreux. 300 francs Suisses mensuels par adulte est courant, un joli petit pactole à débourser pour une famille. Il ne faut pas aller vers un système ou le riche peut payer et être bien soigné, l'idéal serait de trouver un compromis, s'assurer en privé mais d'après son salaire ?............. Je rêve mais peut- être que nous trouverons le juste système. Fanfoué.
Si la S.S. est de plus en plus en déficite c'est tout simplement parceque lorsque l'on a besoin de faire des examens dont on sait que le médecin traitant nous prendra une consultation (coût de 22 ?) remboursé par la S.S. pour nous envoyer chez un spécialiste où chez le radiologue. Je ne vois pas l'intérêt car la dépense est encore plus élever. Exemple : il y a 8 jours je suis tombée lourdement sur le coccyx, la douleur s'est estompée tout doucement, or, ce dimanche par un geste maladroit je me suis retapée sur le coccyx et là, la douleur est si intense qu'il faut que j'aille chez le médecin pour lui expliquer (coût de la visite) pour rien car il suffisait d'aller directement faire une radio, il y aurait eu économie. Je crois que les gouvernements successifs souhaitent qu'il y ait ce trou pour nous demander de plus en plus d'argent qui puisait ne rentre pas dans les caisses de la S.S. De plus, la plupart du temps lorsque je suis malade où que je vois un dentiste, ce n'est jamais remboursé par la S.S. alors je côtise pour rien (mais par contre, oui, pour les autres) et même pour des étrangers en siutation irrégulière (la france terre d'asile et qui paie, nous les français) et le trou se creuse alors non je suis en total désaccord pour encore nous faire payer. C.M.U. mais qu'il soit courageux et qu'il aille travailler comme ça il n'y aura pas de trou à la S.S. je vais m'arrêter là, car j'aurai tellement de choses à dire pour éviter le trou de la S.S. et de le renflouer.... Mais je ne suis qu'une petite française dont on ne porte aucun intérêt à sa logique. Politique oblige !!!!
Si l'état en premier lieu et les entreprises en second lieu commençaient par payer ce qu'il doivent directement ou indirectement à la sécu, nous ne parlerions pas de trou dans le budget de la sécu. D'autre part, ce système de santé est le garant de la fraternité entre les français. Il me semble donc indispensable de le maintenir et de cesser ce transfert vers les systèmes d'assurance privé. Dé-rembourser à tout va et faire la part belle à l'assurance privé, c'est creuser encore l'écart entre les classes sociales (c'est appliquer la loi du plus riche) Combien de français, salariés pour la plupart, sont dans l'impossibilité de se doter d'une mutuelle complémentaire ? Il suffit de constater l'état déplorable de leur dentition pour comprendre !!! Si il y a bien un secteur à maintenir dans le service public, c'est celui de la santé ! D'ailleurs, le droit au logement, à la santé, à l'éducation et à un revenu minimum devraient être inscrit dans notre constitution et ainsi accordé à tous les citoyens. Et n'allez pas croire que je suis pour autant un marxiste-leneniste, je suis simplement un humaniste. De mon point de vue, l'homme devrait être au coeur de la société ! Quant aux solutions de financement de la sécu afin, par exemple, faire face au effet de la pyramide des âges ou du chômage, elles ne se situent pas dans une TVA sociale (la TVA est un concept totalement injuste puisqu'elle touche tous les individus sans distinction de revenu). De mon point de vue, les solutions se trouvent : - dans une meilleure organisation des services de la sécu (frais de fonctionnement), - dans la délivrance des médicaments au détail (pourtant pas très difficile à mettre en place), - dans la lutte contre le chômage et la pauvreté (le "trou" évolue avec la courbe du chômage) - dans la lutte pour l'autonomie des personnes âgées (et là il y aura de quoi faire) - dans les évolutions technologiques et les médecines douces (et oui pour les petits bobos), - dans la limitation du travail au noir ou du travail masqué (comme dans la restauration sur la côte d'azur) - dans la chasse aux arrêts maladie de complaisance et aux séjours de "thalassothérapie" prétendument thérapeutiques - dans la prévention des maladies et l'éducation (là les médecins ont beaucoup à faire car ils ont une part de la responsabilité du trou de la sécu, au même titre que les pharmaciens qui ne sont pas à plaindre) - dans le système de conventionnement et de remboursement des honoraires des médecins non conventionnés - etc. et plus significativement, si taxes il doit y avoir : - dans la taxation des plus hauts revenus (commerces et entreprises y compris) - dans la taxation des mouvements de capitaux au niveau européen (taxe tobin), - dans la taxation des laboratoires pharmaceutiques qui pour plupart versent de très beaux dividendes à leurs actionnaires, sur le dos de la sécu. - dans la taxation des salariés, si cela s'impose (ils ne doivent pas être les seuls comme chaque fois) - etc. Cordialement
supprimer le monopole illégal de la sécurité sociale, car avec des cotisations moindres les mutuelles remboursent plus que la SS et ne sont pas en déficit. Il faudrait supprimer les postes libérés par l'informatique et qui coutent plus que les remboursements de certains soins (lunettes et dentaire). Vendre les bâtiments inutiles et réduire le parc immobilier qui sert à loger la nomenclatura de la SS ou les petits copains. Supprimer les reversements aux syndicats qui soi-disant gèrent la SS et en fait en vivent. Supprimer les avantages exorbitants en matière de remboursement de soins , alors qu'il nous refusent le quart de ce qu'ils s'accordent royalement (optique, implants dentaires...). La SS n'est pas gérée comme une entreprise, alors qu'elle devrait équilibrer ses recettes et ses dépenses. Pourquoi la caisse d'Alsace Lorraine rembourse mieux(90% au lieu de70%) et n'est pas en déficit. Pourquoi ne pas vérifier le fonctionnement des caisses régionales et voir ce qui explique que certaines dégagent des excédents(qu'elles essayent de se partager entre les membres du personnel, comme on l'a vu en Normandie) et d'autres des déficits. Trop de syndicats ont la main-mise sur l'argent de la SS. Supprimer la CMU à des bénéficiaires qui sont dé responsabilisés. Obliger les patients à des examens de préventions, et faute de ne pas avoir fait ces examens, diminuer progressivements les remboursements (forme de pénalité). On l'a bien fait pour le contrôle technique des voitures Beaucoup de réformes tombent sous le bon sens, mais ce pays est impossible à réformer.
Tous les assurés devraient être responsabilisés en supportant une part des coûts de leurs soins; il en est de même pour ceux qui sont assurés par la collectivité (CMU). Seule la responsabilisation de chacun peut freiner les dépenses sans pour autant nuire à la qualité des traitements. D'autre part il serait très utile que les pharmaciens cessent de pousser à la consommation: par exemple pour les renouvellements de traitements il pourrait être exigé que l'assuré ramène les emballages des médicaments réellement consommés... Les médicaments pourraient coûter beaucoup moins cher s'ils n'étaient pas distribués sous emballage de luxe. Et il y a bien d'autres possibilités, comme interdire aux assurances complémentaires certains remboursements que la sécurité sociale diminue justement pour responsabiliser ses assurés. Chacun doit pouvoir se soigner correctement, mais à condition de participer au fonctionnement du système collectif de couverture médicale. La santé a un coût très important et chacun doit assumer sa part. On peut comparer le système à celui de la retraite: chacun recevra en fonction de ses cotisations rien de plus normal. Maintenant, que chacun aie la possibilité de faire évoluer sa situation sociale est tout à fait normal, mais cela est un autre débat.
Tout ce qui a été fait jusqu'à maintenant par les différents gouvernement , n'est et n'a été que poudre aux yeux. Donner aux différentes branches de la sécurité sociale, ainsi qu'en interne, la possibilité de croiser leurs fichiers, les obliger à effectuer de vrais contrôles, d'agir interactivement entre services, liant aussi l'action par l'intervevention de la police, les directions du travail, les G.I.R, pour lutter contre la fraude, le travail "au noir", les fausses créations d'entreprises, les déclarations d'accidents de travail de complaisances, alors que l'assuré se trouve pour et ou depuis plusieurs mois dans son pays d'origine, sans y avoir été autorisé et faisant l'objet d'une enquête du service public, puisque les différentes branches de la Sécurité Sociales ne font pas parties de la fonction publique, mais relèvent du droit privé. Je n'ai rien contre la C.M.U, mais limiter les dépenses, trop d'abus financiers ont été et sont réalisés. Exclure de la couverture sociale et de tout avantage, toute personne se trouvant de façon irrégulière sur le territoire français, de n'ouvrir des droits que si les même avantages peuvent être perçus dans le pays d'origine (européen ou autre).
un contrôle systématique des arrêts de maladie, des prescriptions médicales et de son destinataire devrait être fait. Trop longtemps la sécu a remboursé des frais qui ne lui incombaient pas et à des personnes ne cotisant pas à son régime. un régime spécial de sécu (à fonds perdus faute de cotisants) devraient être crée. On pourrait ainsi se rendre compte plus aisémment des "responsables" qui accentuent le trou de la sécu. les "inovations" proposées (d'abord le généraliste avant le spécialiste, les "fameux" génériques) creusent un peu le trou de la sécu (doubles voire triples dépenses...) et on appelle cela faire faire des économies à la sécu (cherchez l'erreur !...) contrairement à ce que l'on veut bien nous chanter, les génériques coûtent beaucoup plus chers à la sécu que les autres... j'en veux pour preuve, la nécessité de retourner chez le médecin, une, voire deux, si ce n'est trois fois chez le médecin car les médicaments ne sont pas (ou peu) efficaces (avec des effets secondaires, je ne vous explique la longueur de la liste...) une participation de chacun au remboursement ne sera jamais la solution et ne comblera jamais le déficit. La peuve, aujourd'hui un euro non remboursé ne suffit plus ! certains médicaments efficaces pour certains et d'autres non ont été retirés des pharmacies (une erreur à mon sens) d'autres ne sont plus ou peu remboursés. C'est faire des économies de "bout de chandelles" au détriment de la santé de tout un chacun et des fiannces de la sécu car lorsque frappe la grosse "vacherie" se sont des dépenses énormes qui sont alors engagées. mais c'est bien connu, nos ministres sont trsès doués pour trouver des idées de "ponctions monétaires" et non apporter de réelles solutions... les réformes à apporter devraient être demandées sous forme d'enquête publique par les usagers qui pourraient donner de meilleurs solutions.
Un peu d'histoire, de Gaulle après la seconde guerre mondiale a doté la France d'un système de santé unique basé sur la solidarité inter-génération, ce système est copié et vanté partout. Meme le très libéralisme état américain étudie notre modèle, conscient des limites du sien. Notre système serait en crise, quelle crise? Celui d'un monde économique axé uniquement sur l'individualisme,assis sur les profitstoujours +juteux des labos et de leurs actionnaires de +en+ voraces, il n'y à pas pire que d'enragé son chien afin de dire qu'il à la rage. Avant de réformer, de parler de déficit, il faudrait peut etre que l'état arrete de faire des cadeaux fiscaux tels que l'argent ne rentre pas dans les caisses, que l'état paie ce qu'il doit à la sécu :taxes sur l'alcool, le tabac..... transferts de charges ,qu'il taxe également les profits boursiers quelquefois occultes de certaines sociétés du 4/40, ainsi que les rentes de situations de certains patrons-voyous qui par moult artifices transforment des entreprises prospères en champ de ruines. C'est là qu'il faut, à mon sens chercher la vraie réforme, et non, à travers des usagers qui bien souvent subissent de plein fouet la maladie :n'oublions pas le triste record de nos suicides au travail, ainsi que notre premier rang européen concernant les accidents du travail, phénomène induit par la dégradation généralisée de nos conditions de travail. Si réforme il doit y avoir prenons en compte tous les facteurs, et arretons de culpabiliser nos citoyens.
Une majorité de personnes ont une attitude et un comportement absurde, en se nourrissant mal et sans avoir un minimum d'activité physique...ce qui engendrent des dépenses qui pourraient facilement être éviter... De plus certains vont consulter pour des maux bénins ou abusent des arrêts de travail à des fins privés, tout cela contribue à entretenir un déficit chronique... Pour ma part deux solutions sont possibles: A) Les assurés paient très chères (cotisations sécurite sociale), à l'exemple des pays nordiques, et tout est pris en charge...à condition que les salaires puissent suivrent...(autre débat aussi stérile et sans issue...!)...Dans ce cas de figure les complémentaires disparaissent puisque le système serait viable..! B) les assurés se financent eux mêmes leur propres soins de santé, fini le système de la sécurité sociale (pas viable puisque toujours en déficit...), les complémentaires vont rammasser beaucoup d'argent.. Je suis pour la deuxième solution, autrement dit probablement à l'opposé de la mentalité française de la solidarité entre les personnes... Le système ne marche plus puisque la sécurité sociale est déficitaire et que les complémentaires santé ne remboursent pas intégralement (faillite du système français)... Les gens riches se soignent avec leur argent. et les gens moins aisés commenceront à réfléchir puisque il faudra se soigner avec leur argent... Quand à l'état, il peut aussi, à l'exemple de certains pays (arabie saoudite) prendre à sa charge toutes les dépenses de santé de ces citoyens...bien sûr dans ce cas là on arrête de jouer les "gendarmes du monde" aux quatre coins de la planête (missions militaires, humanitaires, etc...) et on "assure" une couverture minimum médicale à ces citoyens, ainsi qu'une retraite décente...après tout l'état dépense des centaines de millions d'euros en politique étrangère... Ce n'est qu'un avis et bien sûr il n'engage que son auteur...

Voir les résultats de ce sondage

Cliquez ici pour participer à votre tour au sondage

Assurance santé :comparez les offres des assureurs et complétez les remboursements de la Sécurité Sociale.

Les opinions et avis exprimés sur ces pages n'engagent que leurs auteurs et ne peuvent en rien engager la responsabilité d'assurland.com.